Histoire du rock’n’roll

Conférence du jeudi 23 juin 2022 , 14 heures , au Roudour 

Histoire du rock’n’roll

animée par   Christophe BRAULT, conférencier spécialiste des musiques actuelles

En l’espace de dix ans seulement, le Rock’n’roll explose et libère toute une jeunesse américaine, ravie d’avoir enfin une musique qui lui ressemble. Grâce à des pionniers comme Bill Haley, Little Richard, Chuck Berry et bien sûr Elvis, cette nouvelle musique, symbole du croisement entre musiques noires et blanches, s’installe au hit-parade américain pour la seconde moitié des années 50. Malheureusement, dès 1960, elle décline mais trouve un nouveau souffle en Europe en particulier au Royaume Uni avec Cliff Richard, les Shadows ou Vince Taylor ainsi qu’en France avec Johnny et Eddy. Un sacré programme !

 

 

Après la conférence, vous êtes invités au « Pot de fin d’année »… !!

Terres rares, métaux rares

Conférence du jeudi 16 juin 2022 , 14 heures, salle de conférence de Langolvas

Terres rares, métaux rares

animée par   Philippe BOULVAIS, maître de conférence, en géoscience Université de Rennes 1

Les éléments des terres rares font partie des métaux critiques et stratégiques indispensables aux développements actuels (transition énergétique, industries de communication). Si la production chinoise domine le marché, une ressource importante est en exploitation au Burundi. Philippe Boulvais, qui s’est rendu sur place, présentera le travail du géologue pour mieux comprendre la formation de ce gisement africain exceptionnel.

L’héritage de la révolution française chez les « gilets jaunes » et chez les « Insoumis » 

Conférence du jeudi 9 juin 2022 , 14 heures , salle de conférence de Langolvas :

L’héritage de la révolution française chez les « gilets jaunes » et chez les « Insoumis » 

animée par  Alain COLLASagrégé et docteur en histoire

L’objet de la conférence est de montrer en quoi ces mouvements, qui posent la question de la représentation nationale et de ses limites, se rattachent directement à la révolution française et à certaines réflexions de penseurs de la fin du XVIIIe siècle notamment Rousseau et Edmund Burke. C’est aussi une façon de montrer ce que peut apporter l’éclairage d’un historien à l’actualité

La mémoire, comment la conserver?

Conférence du 12 mai 2022 , 14 heures, salle de conférence de Langolvas

animée par Monsieur Jonin Pierre Yves, neuropsycholoque, docteur en Neurosciences

La mémoire, comment la conserver?

Une première partie consistera en l’abord contemporain de la question de la mémoire sous l’angle de la psychologie cognitive et des neurosciences. Cette section introduira les notions de systèmes de mémoire, et visera à déconstruire la notion de « mémoire » issue du sens commun. En outre, l’impact des stéréotypes sur le vieillissement de la mémoire sera présenté, pour ses implications concrètes dans la vie quotidienne.

Une seconde partie décrira les différentes méthodes d’entraînement, de facilitation ou d’optimisation des mémoires, et leurs fondements empiriques. L’accent sera mis sur la déconstruction de la métaphore musculaire du cerveau. Une dernière partie évoquera les circonstances dans lesquelles on peut s’inquiéter de sa mémoire, de ses dysfonctionnements, et les marches à suivre possibles.

Quelle place pourLa défense européenne dans les ambitions d’autonomie stratégique de l’UE ?

Conférence du jeudi 12 mai 2022, 14 heures, amphithéatre de Langolvas

animée par Madame Elise Le Brun, Diplômée en relations internationales de l’Université de Leiden et masterante à Sciences Po Lille. Officier de cohérence interalliée en volontariat à l’Etat-major des Armées.

 

Quelle place pour la défense européenne dans les ambitions d’autonomie stratégique de l’UE ?

 

Alors que le conflit de haute intensité s’invite sur le territoire européen, la question de la défense européenne par les européens et pour eux prend un caractère urgent et existentiel. Les pays membres de l’UE et de l’OTAN peuvent-ils continuer à contribuer à l’OTAN de façon individuelle ou doivent-il maintenant préférer d’autres stratégies, notamment en renforçant la défense européenne ? Cette conférence vise à rappeler brièvement les développements récents dans la défense européenne tout en en identifiant les acteurs principaux (notamment Conseil, Commission Européenne), à décrire les mécanismes à la disposition de ces acteurs ainsi que leurs limites, et enfin à aborder la façon dont ces développements nourrissent la compétition stratégique entre l’UE et l’OTAN.  

Elise Le Brun

 

La Franc-maçonnerie, son symbolisme, en général et en Bretagne

Conférence du jeudi 5 mai 2022, 14 heures, salle des conférences de Langolvas

animée par   Arnaud d’APREMONT, écrivain, traducteur, spécialiste des anciennes

traditions européennes

 

La Franc-maçonnerie, son symbolisme, en général et en Bretagne

Méconnue, mal comprise, fréquemment enveloppée de mystères, voire objet de fantasmes, la franc-maçonnerie apparaît tôt dans son histoire en Bretagne. Après une période de relative léthargie, elle connait un essor certain en Armorique depuis le dernier quart du XXe siècle. Mais l’image que l’on a de cette franc-maçonnerie bretonne est-elle faussée ou exacte ? Qui sont les francs-maçons bretons ? Ont-il des spécificités ? Forment-ils un groupe monolithique ou kaléidoscopique ? Et quelle est leur position vis-à-vis des questions bretonnes ? Témoignages et documents offrent la possibilité de redécouvrir de manière souvent surprenante une matière rarement abordée sous cet angle.

Histoire de l’Opéra

Conférence du jeudi 28 avril 2022 , 14 heures, amphithéâtre de Langolvas

animée par Julia Le Brun

 » HISTOIRE DE L’ OPERA  »

Nous partirons ensemble à la découverte de l’univers de l’art lyrique. Cette conférence, illustrée de nombreux extraits vidéo, vous offrira une vision d’ensemble de l’histoire et du monde de l’opéra. Elle vous permettra de connaître les principaux styles, les grandes œuvres ainsi que de comprendre l’évolution du genre. Je vous proposerai un panorama de l’évolution de l’opéra de l’époque baroque jusqu’au XXème siècle, en mettant en perspective les principaux compositeurs de Monteverdi à Puccini en passant par Mozart et Wagner.

 Le tour du monde dans son jardin

Conférence du jeudi 7 avril 2022 14 heures à Langolvas

 Le tour du monde dans son jardin

animée par Michel Damblant , jardinier voyageur

« Le jardin est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde » écrivait Michel
Foucault. Et il avait bien raison de le préciser puisque 90% des plantes de nos balcons ou de nos
jardins proviennent de l’hémisphère sud!
Découvertes et rapportées au fil des siècles par les botanistes et les explorateurs, dont de nombreux Bretons, bien des plantes, aujourd’hui familières ont été les héroïnes d’aventures et d’histoires extraordinaires aussi instructives que rocambolesques.
Les secrets des origines des plus courantes seront évoqués par Michel Damblant dans un diaporama
où personnalités qui ont fait connaître les plantes tiennent une large place.
L’hortensia vient-t-il de Bretagne ? Et le mimosa de la côte d’Azur ? D’où vient la marguerite ? Et la
rose d’où tient-elle son nom ? Pourquoi une plante du bassin méditerranéen a-t-elle été nommée scille du Pérou ?
Autant de questions dont les réponses permettent de faire le Tour du monde dans son jardin.
C’est d’ailleurs le titre de l’ouvrage de Michel Damblant qui sert de base à cette conférence et sera proposé en fin de séance.
Celle-ci se terminera par un compte rendu des programmes de jardins pédagogiques que soutient M.Damblant au Niger et au Mali. Cette conférence est en effet au profit de 3 jardins où des instituteurs initient les élèves au maraîchage.

Brel

Conférence du jeudi 31 mars 2022 , 14 heures, à Langolvas

présentée par François YVEN, professeur lettres classiques

Genèse des chansons de Brel.

Définir la genèse d’une chanson ne peut se résumer à révéler les circonstances dans lesquelles elle a été écrite. Il faut aussi et surtout essayer de comprendre ce qui, dans la complexité d’un artiste, l’a incité à composer son oeuvre.

Bien sûr, lorsque son rôle se limite à l’interprétation, l’intérêt d’une genèse s’en trouve limité, mais, lorsqu’il s’agit d’un auteur- compositeur- interprète comme Jacques Brel, le voyage à travers les chansons s’avère particulièrement riche et surprenant. Vous croyez avoir découvert l’homme, l’artiste quand il est déjà parti sur de nouveaux chemins. Naviguer avec Brel relève du défi permanent, d’une recherche, à la fois vaine et riche, de certitudes toujours contredites.

La genèse des chansons de Brel peut contribuer à une meilleure compréhension d’un personnage très complexe mais aussi de son public, c’est- à- dire de chacun d’entre nous. En effet comment ce chanteur pourrait- il demeurer aussi populaire s’il ne traduisait pas de manière flamboyante nos doutes et nos aspirations?

La Nouvelle Calédonie, les enjeux d’une décolonisation

Conférence du Jeudi 17 mars 2022, 14 heures, Parc de Langholvas

animée par Laurent Le Brun, ancien cadre de la Province Nord de la Nouvelle Calédonie

 

La Nouvelle-Calédonie, France des antipodes, peu connue, présente des singularités sur bien des aspects.

Première réserve mondiale de nickel du fait de son histoire géologique, restée longtemps isolée à l’ouest de l’Australie, cette île a développé une biodiversité unique. Homo Sapiens n’y est présent que depuis 3000 ans.

A l’écart des routes maritimes, les grands navigateurs ne l’ont découverte qu’à la fin du XVIIIème siècle. Pour la population mélanésienne présente, la rencontre fut un bouleversement. Les échanges lui firent découvrir le métal, les armes à feu, mais aussi des maladies inconnues entrainant un terrible effondrement démographique.

Dans la compétition franco-britannique de l’époque, Napoléon III se décida à suivre l’exemple de la Grande-Bretagne en Australie en prenant possession de cet archipel et en y implantant un bagne destiné au peuplement d’origine occidentale.

À la fin du XIXème siècle, la découverte de gisements, principalement de nickel, attira de nombreux aventuriers qui, aux côtés de la population issue du bagne firent de l’île principale une colonie, cantonnant le peuple premier dans des réserves régies par le code de l’indigénat.

La deuxième guerre mondiale transforma l’île en un immense porte-avion américain, mais pas seulement.

La population mélanésienne accède à la citoyenneté française et prend progressivement sa place dans le débat public. Le mouvement de décolonisation qui s’engage est contrarié par une demande mondiale de nickel croissante. Compte tenu des enjeux, la France des années 60 reprend alors sa politique de peuplement.

Les années 1970 voient l’éveil d’un mouvement nationaliste des mélanésiens qui se revendiquent « kanak ».

La revendication atteint son paroxysme au cours des années 80 avec l’affaire d’Ouvéa.

S’engage alors une action de développement de l’ensemble du pays dans un cadre institutionnel renouvelé, puis affiné en 1998 par l’Accord de Nouméa.

Un quart de siècle est consacré au rééquilibrage du territoire et à la préparation de la pleine émancipation. Les référendums prévus ont eu lieu, mais le dernier, en décembre 2022, est contesté.
Un calendrier est néanmoins fixé et un nouveau statut sera soumis au vote des calédoniens en juin 2023. Quels seront les résultats des négociations ? le FLNKS jouera-t-il le jeu ? sera-t-il suivi par sa base électorale ? La jeune génération loyaliste trouvera-t-elle les voies du dialogue avec les indépendantistes ? Autant de questions en suspens …

Le costume dans l’Opéra

Conférence du jeudi 24 mars 2022 14 heures à Langolvas 

Le costume dans l’Opéra 

 animée par Martine Kahane, historienne de l’Art

L’histoire du costume de scène est multiple, d’une richesse foisonnante. Bien des clés d’entrée sont possibles. Mon choix s’est porté sur une approche historique, depuis les « habits » du 18e siècle, voyage à travers le 19e siècle, « le siècle du théâtre » en France, bien connu grâce aux archives de l’Opéra de Paris et de la Comédie-Française. Enfin, de la « réforme » du costume, aux avant-gardes artistiques du début du 20e siècle, la scène devient le terrain de jeu de la modernité .

Où va l’autorité ?

Conférence du jeudi 10 mars 2022 14 heures à Langolvas

animée par Roland Le Clézio, agrégé en philosophie

L’autorité traverse aujourd’hui une crise générale et profonde qui touche la famille, l’école, la société, la politique et même la science. La crise est manifeste, en particulier, dans le domaine de l’éducation. L’autorité y est nécessaire, mais elle s’oppose aux aspirations à plus de liberté de la jeunesse contemporaine, qui lui reproche de ne produire que de la soumission. Elle est manifeste également dans le domaine social et politique. Les idées dominantes et les modes de vie de nos sociétés mettent en avant la liberté et l’égalité, si bien que nous supportons difficilement les décisions de ceux qui sont en position de diriger (une entreprise, l’Etat…). Toutes ces difficultés exigent d’abord un diagnostic : De quoi parle-t-on exactement ? Qu’est-ce que l’autorité ? Faut-il la distinguer du pouvoir, et si oui comment ? Ensuite, pourquoi cette crise ? Est-elle récente ou bien faut-il remonter avant 68 pour comprendre sa nature ? Enfin, nous devrons sans doute admettre qu’il n’y a pas de remède miracle, mais il sera peut-être possible d’envisager quelques pistes pour avancer. L’autorité peut-elle retrouver un sens et une place dans nos sociétés ? Ce sera à chacun d’en juger et d’engager ensuite les actions qu’il jugera pertinentes.

Des mégalithes et des hommes, hier et aujourd’hui, ici et ailleurs

Conférence du jeudi 24 février 2022, 14 heures , parc de Langolvas

Jeudi 24 février

Des mégalithes et des hommes, hier et aujourd’hui, ici et ailleurs

Cyrille CHAIGNAUX, archéologue spécialiste préhistoire

Quand on parle de mégalithes… de quoi parle-t-on ? Si le terme est étroitement associé à une image idéalisée de la Bretagne à laquelle les érudits ont emprunté les termes dolmen et menhir, ce mot générique englobe des réalités architecturales très diverses à la fois dans leur forme, dans leurs aires de répartition géographique ou bien encore dans le temps.

Quelle relation existe-t-il entre les « alignements de Carnac » et le monument de Stonehenge en Angleterre, construit 2000 ans après, si ce n’est qu’ils sont tous les deux construits avec de « grosses pierres » ?

Et si un mégalithe ce n’est qu’une grosse pierre plus ou moins mise en forme, les obélisques de l’Egypte antique ou les moaï de l’Île de Pâques ne sont-ils pas, eux aussi, des mégalithes ?

Et ne dresse-t-on pas encore, aujourd’hui, des « menhirs » et des « dolmens » dans certaines îles d’Indonésie ?

Cette causerie diaporama propose un survol de toutes les architectures, dites « mégalithiques », à travers le temps et l’espace…  Histoire de tordre le cou à quelques idées reçues sur la question.

Cette exploration des différentes expressions mégalithiques de la préhistoire à nos jours n’a pour autre objectif que de mieux revenir à la Bretagne afin de mieux comprendre ce que furent ces tumulus, dolmens et menhirs, construits pour les plus vieux d’entre eux il y a 6500 ans… à savoir, les premières architectures monumentales de l’Europe occidentale, dans cette période que les archéologues appellent le Néolithique. 

Et derrière ces monuments se cachent des femmes et des hommes, nos grands-parents d’il y a 240 générations. Ces monuments ne nous permettent-ils pas d’esquisser le portrait des sociétés qui les ont produits ? Ces sociétés néolithiques oubliées mais qui sont pourtant à l’origine de notre histoire !

Les tapisseries de La Dame à la Licorne et la représentation des cinq sens.

Suite à la conférence de Madame Christine de Langle, docteur en histoire de l’Art, vous trouverez ci-après des précisions comme annoncées à la fin de sa prestation.

Conférence le jeudi 27 janvier

« Le Dame à la licorne, une représentation des cinq sens à l’aube de la Renaissance »
par Christine de LANGLE, docteur en Histoire de l’art

Entièrement fermé depuis septembre 2020, le musée de Cluny doit rouvrir ses portes au printemps 2022
après une rénovation complète du bâtiment depuis 2015 et sa mise aux normes. Parmi les nombreux chefs d’œuvre du musée national du Moyen-âge, La Dame à la licorne, chef d’œuvre de tapisserie à l’aube de la Renaissance, continue à fasciner par sa richesse symbolique un public venu du monde entier.

Publications autour du mécénat artistique d’Anne de Bretagne

Au-delà des thèses en histoire de l’art ou expositions et colloques sur l’art de l’enluminure (Très Petites Heures d’Anne de Bretagne), voici un petit ouvrage qui me parait résumer la question.
L’auteur a fait une thèse sur la question.
Caroline VRAND
Les Collections d’art de François II et d’Anne de Bretagne. D’un trésor ducal à un trésor royal Ed. du Château des ducs de Bretagne/Musée d’histoire de Nantes, 2018 Orfèvrerie, enluminure, tapisseries, soieries brodées de fils d’or… — le raffinement et le faste à la cour des derniers ducs de Bretagne n’ont rien à envier aux autres cours européennes.Anne de Bretagne a recueilli l’héritage et poursuivi l’œuvre de son père François II. Même lorsqu’elle fut par deux fois devenue reine de France, son château nantais est resté l’écrin où elle a entreposé et mis en sûreté ses collections les plus précieuses, y prélevant, pour les grandes occasions, les pièces somptueuses destinées à affirmer son prestige aux yeux de ses illustres visiteurs. Caroline Vrand, archiviste-paléographe, est conservatrice du patrimoine, chargée des estampes des xve et xvie siècles au département des estampes et de la photographie de la BnF.
Docteure en histoire de l’art, elle a soutenu en 2016 sa thèse intitulée Les collections d’art d’Anne de Bretagne. Au rythme de
la vie de cour. {Collection « les indispensables » : Des petits livres — petit format, petite pagination et petit prix — détaillent de manière claire et concise des thèmes importants de l’histoire nantaise. Enrichie de nombreuses illustrations pour éclairer les propos, cette collection fournit les clés d’accès pour comprendre aisément les faits singuliers de cette riche histoire. Ces « Indispensables » sont destinés aux simples curieux comme à tous ceux qui veulent compléter leur visite du musée ; pour aller plus loin, nous vous conseillons l’ouvrage Le château des ducs de Bretagne. Entre grandeur et renouveau.

• Pourquoi appelle-t-on LICORNE une start-up du numérique ?
Dans le monde des startups, le terme de licorne désigne les entreprises valorisées à plus de 1 milliards de dollars (Ex : Facebook, BlaBlacar, Doctolib))
La Licorne apparaît comme l’animal mythique de l’économie numérique : tout le monde en parle et peu en ont réellement croisé.
L’utilisation du mot licorne (unicorn en anglais) en économie date de 2013. C’est à Aileen Lee, spécialiste américaine du capital-risque, que l’on doit la sortie de ce mot de son contexte habituel.Le terme désigne une start-up dans le domaine des nouvelles technologies dont la valorisation atteint au moins un milliard de dollars et avec un potentiel de croissance très important.
Pour Aileen Lee, le terme renvoie à la rareté, au miracle et à la fantaisie souvent présente dans le milieu des geeks qui peuplent les startups. Une fantaisie à rattacher à ce que la culture anglo-saxonne appelle « Héroïc Fantasy » ce genre littéraire qui mêle, dans une atmosphère d’épopée, les mythes, les légendes et les thèmes du fantastique et du merveilleux.
Au-delà du merveilleux et de la rareté, la vitesse de course de la licorne qui la rendait impossible à
attraper peut évoquer la vitesse de progression de ces entreprises du numérique !

 

Conférence : S N S M

Conférence du Jeudi 20 janvier 2022 , 14 heures, au Roudour

Présentée par Frédéric Maurice, Vice-Amiral, délégué départemental de la SNSM pour le Finistère

Plan de la conférence

       Rétrospective historique (le sauvetage en mer, des origines à nos jours)

  • SNSM :
    • origines
    • statuts et organisation
    • aspects ‘personnel’
    • aspects ‘matériels et moyens’
    • accomplissements et résultats
    • défis du futur

Le Conférencier 

– Vice-amiral (2e section).
  • Sous-marinier de 1977 à 1985 (sous-marins classique et nucléaire).
  • Surfacier (3 commandements à la mer, dont un chasseur de mines – officier de manoeuvre de porte-avions  – 4 armements (premiers équipages de bateau) – Naval War College à Newport (RI) aux USA en 1990/91 – chef de programme de la réintégration dans la capacité de commandement militaire de l’OTAN (High Readiness Force – Maritime) (2002-2005) – Chef d’état-major de la Force d’action navale (2005-2006).
  • ALPACI (Commandant des forces maritimes du Pacifique – Commandant supérieur des forces armées en Polynésie française) de 2006 à 2008.
– Cadre opérationnel dans l’industriel (directeur de la branche ‘neutronique’ de SODERN) 2008-2012
– Délégué départemental de la SNSM du Finistère de 2013 à 2019 (bénévole).

 

Le transhumanisme

Conférence du jeudi 13 janvier , 14heures , à Langolvas

Le transhumanisme

De l’homme réparé à l’homme augmenté
François Loth, docteur en philosophie, enseignant et chercheur associé à
l’université de Rennes 1

Le rôle de la technique se présente comme une « amélioration » de nos conditions de vie. Personne, par exemple, ne s’oppose aux progrès de la médecine qui permettent une augmentation continue de notre
espérance de vie. Mais la technique peut-elle tout réparer ? Si oui, est-il désirable de vivre mille ans ?
À ces questions, jadis étranges, la révolution biotechnologique, associée à l’utopie transhumaniste, leur donne aujourd’hui un sens. En effet, il se pourrait qu’au-delà de la recherche d’une vie en bonne santé,
ce soit l’amélioration des performances du corps et du cerveau que la révolution technologique rend possible. Mais jusqu’où l’homme doit-il pousser sa capacité à se modifier ? Sommes-nous en train de réaliser ce que seuls les dieux étaient supposés pouvoir faire : créer la vie, modifier notre génome, reprogrammer notre cerveau, euthanasier la mort ? Est-ce que tout ce qu’il sera techniquement possible de faire pour nous améliorer devra être un jour réalisé ?

Colette, une artiste en liberté

Conférence 6 janvier 2022

14h à Langolvas

Colette, une artiste en liberté

par Olivier Macaux, docteur en lettres modernes

Il est longtemps resté de Colette la légende d’une égérie scandaleuse de la Belle Epoque. Elle a dû pourtant lutter pour s’imposer comme une écrivaine à part entière, ne vivant le succès de la série des Claudine que dans l’ombre de son époux Willy. Sa vie sentimentale agitée, ses expériences professionnelles variées (critique musical, mime, actrice, etc.) l’ont aguerri au point d’écrire, non par nécessité, mais pour gagner sa vie et devenir indépendante. Dès Les Vrilles de la vigne (1908), Colette trouve ce ton inimitable fait de sensibilité, de lucidité et d’ironie. A partir de 1920 et la parution de Chéri, s’ouvre l’ère des œuvres majeures. Du Blé en herbe (1923) à Sido (1929), Colette dresse un portrait impitoyable de l’amour et de la vieillesse et revient aux racines de l’enfance. Nous évoquerons l’œuvre et la vie de cette artiste unique éprise avant tout de liberté.

Voyage imaginaire en Irlande , Deuxième partie

Conférence du Jeudi 16 décembre 2021 , 14 heures , à Langolvas

 

Voyage imaginaire en Irlande
Deuxième partie : de la cale aux émigrants à la fête de la St Patrick.

par Emmanuel Lemare
Interprète du patrimoine naturel et culturel, guide-conteur
Concertiste, chanteur et récitant bilingue

L’Irlande : ses racines gaéliques et ses monastères prestigieux, ses lacs et tourbières
peuplés de fées et de cerfs géants, sa géographie magnifique et son histoire
douloureuse, ses liens méconnus à la France, son sens de la fête, ses écrivains et
poètes…
Déjà invité pour la première partie de son « Voyage imaginaire en Irlande »,
Emmanuel Lemare, conférencier-musicien, présente la deuxième partie du voyage :
De la cale aux émigrants à la fête de la St Patrick.
On y découvrira l’exil des Irlandais vers la France de Louis XIV, la Grande Famine
des années 1840 et l’émigration vers le nouveau monde, les rebellions du 20ème
siècle et la paix courageuse…
Avec aussi des thèmes intemporels, la convivialité et l’humour, la profusion poétique
et littéraire comme avec WB Yeats, évoqué en français et en anglais, sans oublier la
musique et le chant entrelacés pour le plaisir du public.
Durée 1h30, suivie d’un échange avec les participants.

L’intervenant – Emmanuel Lemare
• Conférencier et guide touristique patrimoine et nature
• Concepteur-rédacteur en interprétation, patrimoine et sciences de la
nature.
• Conteur, narrateur, récitant bilingue français-anglais
• Concertiste, professeur de uilleann pipes et flûte à bec, chanteur bilingue.
Quelques références :
-Conférencier invité par de nombreuses UTL : Malestroit, Josselin, Concarneau,
Fougères, Bordeaux, Royan, Laigle…
-Label « Expérience Bretonne » – Comité Régional du Tourisme pour sa Balade
contée et enchantée (OT Pays de Redon).
-Invité intervenant au Congrès de la société des Poètes et Artistes de France
-Lauréat de la Bogue d’Or comme musicien (chant accompagné) et chanteur a
capella (Prix de la Ville de Redon)
-Lauréat du « Bravo Trad Mag » pour ses deux CD Hear the Wind Blow et l’Ile d’Innisfree.

La Psychologie du Père Noël

Conférence du jeudi 9 décembre 14 heures de l’UTL du Pays de Morlaix à Langolvas

conférencier :     Yann Lukas  , journaliste-écrivain

La Psychologie du Père Noël

 

Journaliste, écrivain et plasticien, Yann Lukas a créé à Lorient un café-philo qu’il a animé pendant douze ans. C’est dans ce cadre qu’il s’est intéressé au Père Noël, en imaginant cette vraie-fausse psychanalyse.

Si le vieux bonhomme n’existe que depuis deux cents ans, Noël et le solstice d’hiver ont été dès l’Antiquité une période de rituels autour de l’enfance. Comment ces pratiques ont évolué à travers le temps, comment le Père Noël a supplanté Saturne, Odin et saint Nicolas, comment la consommation de masse et la publicité ont stéréotypé son image, ce sera le sujet des conférences de l’Université du Temps Libre.

Yann Lukas est l’auteur d’une vingtaine de livres, en majorité consacrés à la matière de Bretagne. Derniers parus : « Bretagne Anti Guide », « Je suis breton mais je me soigne », « Les mots celtes clandestins » et « Dictionnaire insolite de la Bretagne ».

EXISTE-T-IL UNE CRISE DU LIEN SOCIAL ?

Conférence du jeudi 2 décembre 2021 , 14 heures, à Langolvas

présentée par Alain DARRE , Maître de conférence à Rennes 1

 

EXISTE-T-IL UNE CRISE DU LIEN SOCIAL ?

Résumé :
Confrontée à l’affirmation de l’individualisme, comment notre société
peut-elle maintenir ces liens de solidarité collective qui en font un ensemble
cohérent ? Questionner la place du travail dans la socialisation des individus,
le rôle de l’État à travers la détermination de son niveau d’intervention et les
mutations de la structure familiale permettront d’éclairer les débats
contemporains quant à la nature et aux évolutions prévisibles du lien social.

Plan de l’intervention
Introduction : des indicateurs convergents autour d’un questionnement
du lien social.
1/Travail et lien social
– Le modèle d’intégration par le travail et sa remise en cause
– Le travail en débat
2/ État et lien social
– L’État providence dans tous ses états
– L’État et l’intégration à la française
3/ Famille et lien social
– Famille et solidarité
– Institution familiale et valeurs familiales
Conclusion : nouvelle société, nouveaux individus, nouveaux liens
sociaux ?
                                  Alain Darré

Le secret de la porcelaine

Conférence du jeudi 25 novembre 2021 , 14 heures, à Langolvas

                 présentée par Géraldine Guérin, guide conférencière, médiatrice culturelle à Lorient

Le secret de la porcelaine
Le secret de fabrication des porcelaines, délicats objets vitrifiés
à la blancheur immaculée, est jalousement gardé par les Chinois
pendant plus d’un millénaire. A partir du XVIe siècle, une partie
de cette production de masse est destinée à l’exportation vers
l’Europe. L’adaptation par les Chinois des motifs et des formes
afin de répondre aux goûts des occidentaux donnent naissance à
des objets métissés pour le moins étonnants.

Pestilentiae – conférence du 18 novembre 2021

Conférence présentée le 18 novembre 2021 par :

Jean Baptiste Seigneuric, médecin stomatologue et écrivain

Il y a exactement 300 ans, une autre épidémie,

La grande peste de Marseille en 1720

Pestilences

ROMAN HISTORIQUE

Le nouveau roman historique de Jean-Baptiste Seigneuric renaît dans une seconde version aux éditions Oeil Critik (Plestin-les-Grèves). Il se déroule à Marseille durant la grande peste de 1720. Documentée avec précision et dans le plus grand respect des événements, cette fresque héroïque n’est pas sans rappeler, par de nombreux aspects, la crise sanitaire qui sévit actuellement.

Même si, fort heureusement, l’actuelle pandémie Sras-COVID 19 n’a pas pris des proportions identiques, il est intéressant de rappeler avec ce parallèle, les leçons que nous offre l’histoire à travers les siècles. Retard de prise en charge, incompréhension des médecins, conflits d’intérêts, mesure d’isolement et de contrôle sanitaire, toutes ces similitudes nous donnent à réfléchir par les troublants échos du passé.

Ce roman a reçu en février 2020, le prix Cultura/Librinova à l’occasion du salon du livre d’Avignon, l’Autre Festival. Son auteur, Jean-Baptiste Seigneuric est médecin stomatologue, romancier et éditeur récemment installé dans le Finistère.

Résumé : Le 25 mai 1720, le navire Grand-Saint-Antoine regagne Marseille de retour des Échelles du levant. Quelques semaines plus tard, les germes d’une épidémie redoutable répandent la mort dans la cité. Bientôt, la peste emporte plusieurs centaines de victimes chaque jour. Après l’incompréhension, vient l’horreur devant une épidémie inflexible, face à une médecine impuissante et débordée.

La quarantaine est déclarée, mais déjà le fléau déborde les portes de la ville…

Où va nous mener l’Intelligence Artificielle ?

Conférence du jeudi 1ier octobre à 14h à Langolvas

      avec Monsieur Georges Mittaut, Ingénieur honoraire Télécom

L’objet le plus performant et le plus complexe de l’univers c’est notre cerveau où des dizaines de milliards de neurones interconnectés produisent notre remarquable intelligence.
Mais une forme d’intelligence artificielle se développe rapidement sur toute la planète, en n’hésitant pas à simuler nos réseaux de neurones. Plusieurs milliards d’humains sont déjà forts demandeurs. Cela ne peut donc que conduire à une accélération de ces réalisations qui font déjà des exploits (jeux comme les échecs ou Jeopardy où les meilleurs humains se font battre, dialogues donnant l’illusion de parler à un humain, robots, recherches sur Internet, smartphone, GPS, traductions automatiques, conduite automobile automatisée…).
Selon des scientifiques solides et assez nombreux, le développement de l’intelligence artificielle va probablement progressivement atteindre puis dépasser le niveau du cerveau humain. Cela soulève une multitude de questions fondamentales : l’intelligence artificielle va-t-elle bouleverser l’homme ? N’y a-t-il pas des risques pour l’humanité avec ces robots qui pourraient devenir plus intelligents que nous ?

 

OU VA NOUS MENER L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ?

L’évolution rapide des technologies électroniques et informatiques -avec le marché devenu totalement mondial est la base du développement fulgurant d’Internet, du GPS, des smartphones avec leurs multitudes d’applications…Quel que soit leur pays d’origine, les humains apprécient et foncent sur ces nouveaux services où sont incorporées de plus en plus des intelligences littéralement artificielles.

Mais où sont les limites ? Va-t-on être dépassé ? Va-t-on s’arrêter ? N’y a-t-il pas des risques importants derrières ces technologies ?
L’humanité a fait des progrès fantastiques grâce à son intelligence. Les animaux ont certes aussi parfois des capacités intelligentes remarquables (migration, vie collective très élaborée des abeilles…), mais seul l’humain a un tel niveau de capacités mentales dont il bénéficie fortement, par exemple avec les progrès gigantesques du domaine de la santé. Constatons cependant que des impacts négatifs monstrueux existent aussi : les guerres, l’épuisement des ressources naturelles, la pollution.
CERVEAU ET INFORMATIQUE
Le cerveau humain fait moins d’un kilo et demi, mais c’est sans nul doute l’objet le plus performant et le plus complexe de l’univers ! On est encore loin de bien le comprendre, même si les fondements se clarifient : près de 100 milliards de cellules particulières appelées neurones, communication des neurones entre eux (pour un neurone jusqu’à 10 000 « amis » au sens Facebook !), modes de communication chimiques et électriques assez largement compris. Mais le fonctionnement de la capacité d’apprendre, de raisonner, de mémoriser, de bénéficier d’une grande plasticité cérébrale… sont des domaines fantastiques encore largement dans l’ombre.
L’architecture informatique permettant aujourd’hui de fournir des services de plus en plus élaborés repose sur :
 Unité arithmétique et logique : exécute les opérations de base,
 Unité de contrôle : enchaîne les opérations,
 Mémoire : stocke à la fois les données et le programme qui pilote l’unité de contrôle,
 Entrée / Sortie : communication avec le monde extérieur.
Des analogies importantes d’architecture existent entre un tel ordinateur et le cerveau : les composants de base sont simples et ont deux états possibles (porte logique 0/1, neurone excité/non excité), les composants reçoivent en entrée l’état d’autres composants (formant ainsi un réseau très complexe), la sortie dépend des entrées présentées à certains composants. Mais les différences sont gigantesques :
 Complexité : il y a beaucoup moins de portes dans l’ordinateur que de neurones dans le cerveau,
 Capacités nouvelles : le cerveau progresse seul (adaptation, apprentissage), pas l’ordinateur,
 Vitesse : l’ordinateur est de l’ordre du million de fois plus rapide que le cerveau,
 Comprendre le fonctionnement : c’est 100% pour l’ordinateur… et pas grand-chose pour le cerveau,
 Mémoire : elle est distribuée dans le cerveau, centralisée dans l’ordinateur,
 Traitement : intégré avec la mémoire et en parallèle pour le cerveau, séparé et en série pour l’ordinateur.
Il faut rappeler que l’informatique bénéficie de la loi de Moore : le nombre de transistors des microprocesseurs sur une puce de silicium double tous les deux ans. Cela fait pas mal de doublements successifs depuis 1975 !
Cette croissance exponentielle complétée par des logiciels de plus en plus complexes- nous dote aujourd’hui de belles réalisations matérialisant très concrètement tel ou tel service intégrant des comportements intelligents.
Des réseaux de neurones artificiels imitant dans leurs grandes lignes les réseaux biologiques ont vu le jour il y a déjà une cinquantaine d’années. Ils ont végétés pas mal au début (« Perceptron »), mais depuis quelques années ils font des exploits avec l’apprentissage profond (« deep learning ») qui simule des millions de neurones.
BELLES RÉALISATIONS
Voici quelques belles réalisations illustrant l’incorporation d’intelligence dans les solutions :
 En 1950, Alan Turing -mathématicien anglais- annonça que vers l’an 2000 une machine pourrait, dans une discussion avec un humain, se faire passer pour un être humain (machine dotée donc d’une intelligence artificielle). Le test de Turing n’a pas encore été passé avec succès, mais les agents conversationnels fleurissent, les progrès sont permanents : voir par exemple Siri de Apple ou Cortona de Amazon qui font très bien la reconnaissance vocale et la compréhension, et répondent à vos questions ou vos besoins !
 En 1997 le champion du monde d’échec (Gary Kasparov) joue contre l’ordinateur IBM Deep Blue et se fait battre. Il est maintenant possible d’acquérir pour son propre ordinateur le logiciel de jeu d’échec Fritz (version 14, environ 70 €). La version 10 avait déjà en 2006 battu le champion du monde Vladimir Kramnik,
 En 2011, aux États-Unis la solution informatique Watson d’IBM bat nettement deux des plus grands
champions du jeu télévisé Jeopardy (le « Question pour un champion » américain),
Il faut compter en milliards !
 En 2015 et 2016 les meilleurs joueurs mondiaux du jeu de go sont battus par Alphago, logiciel de la société DeepMind (propriété de Google qui travaille sur l’intelligence artificielle).
RECHERCHES ACTUELLES
Les axes de recherche et de développement incorporant de l’intelligence dans une multitude de services sont nombreux. Ils sont très encouragés par tous ces humains qui se régalent de téléphones portables, de tablettes, de GPS, de multiples services Internet… Dit autrement, l’intelligence est de plus en plus présente dans tous ces objets ou services et ça se vend très bien ! Quelques exemples révélateurs de l’expansion en cours :
 Voiture sans chauffeur : Google est très actif depuis quelques années, mais c’est maintenant tous les
constructeurs qui sont à fond dans cette direction. Cela aboutira d’ici peu d’années à la commercialisation de
voitures autonomes (faisant tout le nécessaire seules, et avec moins d’accident que les humains),
 Révolution médicale : l’insertion de matériel électronique dans le corps humain pour pallier les défauts a déjà fait des exploits (pace maker, implants cochléaires permettant à des sourds d’entendre à nouveau…),mais bien des axes vont aboutir à des progrès considérables : rétine artificielle, système autonome fournissant des capacités de marche naturelles lorsque les membres inférieurs n’en sont pas capables…
 Robots : il s’agit d’appareils conçus pour rendre tel ou tel service dans le domaine industriel, scientifique,
domestique, militaire… Ainsi par exemple Asimo (Honda) est un robot construit à l’image d’un être humain qui continue de progresser, Boston Dynamics réalise des robots quadrupèdes d’intérêt militaire…
Le cerveau artificiel est une perspective à moyen terme époustouflante. Citons quelques projets majeurs :
 Human Brain Project est financé à hauteur de 1 milliard d’euros sur 10 ans par la communauté européenne pour modéliser un cerveau humain et le simuler sur ordinateur : plus de 100 institutions avec des centaines de scientifiques de différentes disciplines, le tout piloté par l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne,
 Projet Synapse : sur financement militaire (DARPA), il s’agit de reproduire certaines fonctions cognitives et capacités propres au cerveau humain. IBM a annoncé en août 2014 une puce électronique de seconde génération représentant 1 million de neurones et 256 millions de synapses,
 Google Xlab est le centre de recherche de Google (une centaine de projets). Les ambitions mondiales de Google sont énormes, exploitant à fond diverses formes de l’intelligence artificielle,
 Facebook utilise énormément les réseaux artificiels de neurones pour faire de la reconnaissance d’objets, de visages et en faire bénéficier ses utilisateurs (services non disponibles en Europe en 2016).
APRÈS-DEMAIN
Selon des scientifiques solides et nombreux (Ray Kurzweil, Laurent Alexandre, Stephen Hawking…), le
développement de l’intelligence artificielle et la capacité à progressivement atteindre et dépasser le niveau du cerveau sont on ne peut plus fondés. Le livre de 600 pages Humanité 2.0 de Ray Kurzweil (devenu fin 2012 responsable de l’ingénierie chez Google !) argumente fortement sa vision avec la croissance exponentielle déjà largement observée. Pour lui, en 2029 l’intelligence artificielle va dépasser l’intelligence humaine. Les termes de singularité et transhumanisme reposent sur cette vision et sont l’objet de plusieurs livres solides de différents analystes. La société est déjà largement façonnée par les technologies de l’information, et l’explosion se produit de plus en plus vite dans toutes les directions : organisation du travail, éducation, santé, réseaux sociaux, mondialisation, poids des multinationales, robotique, « big data », exercice de la démocratie, etc. Tout se chiffre déjà en milliards ! Les questions qui en résultent sont absolument déterminantes pour le futur de l’humanité :
 Où est la limite finale des ordinateurs ?
 L’intelligence artificielle va-t-elle bouleverser l’homme ?
 Pourrons-nous repousser notre mort ?
 Les risques de l’intelligence artificielle sont-ils correctement estimés ?
 N’y a-t-il pas aussi d’énormes risques éthiques ?
 Comment réglementer tout cela ?
CONCLUSION
Robotique et intelligence artificielle vont devenir de plus en plus évolutionnaires et autonomes. L’aboutissement du cerveau artificiel pourrait peut-être même un jour conduire à une domination du monde et nous pourrions devenir des marionnettes au service de ces machines plus malignes que nous. Ces risques considérables pour l’humanité seront-ils mieux maîtrisés que les autres grands risques (réchauffement climatique, pollution, biodiversité, réduction des ressources…), risques qui illustrent l’incapacité humaine à faire vivre de puissantes règles mondiales qui semblent pourtant indispensables sur ces sujets ? Une bifurcation de l’humanité vers d’autres fondements que l’individualisme, par exemple en plaçant l’humain plutôt que la finance au centre de tout, pourrait réduire les risques. C’est en tout cas le type d’idées évoqué par des personnalités célèbres comme Jacques Attali ou Joël de Rosnay