Histoire de l’Art par Sonia de Puineuf

Histoire de l’Art  

par Sonia de Puineuf , Docteur en Historie de l’Art

 

Exotismes, l’art européen sous influences

 

a) les dates

de 14h15 à 15h45

les mardis 09 janvier, 30 janvier, 06 février, 20 février, 13 mars et 27 mars 2018

le lieu : Pôle Culturel du Roudour à St Martin des Champs

b) le programme

Ce cycle de 6 ateliers propose de se pencher sur l’histoire de l’art occidental à travers le prisme exotique.

Depuis la fin de la Renaissance, les artistes européens ont porté leurs regards vers des contrées éloignées pour s’inspirer des formes plastiques qu’ils y découvraient. Cette curiosité a donné naissance à des images nouvelles qui trahissaient le rêve d’un ailleurs dépaysant.

De François Boucher à Picasso, en passant par Delacroix et Van Gogh, ce cycle met à l’honneur les artistes qui voulaient échapper d’une manière ou d’une autre aux codes de représentation classiques :

1 Chinoiseries : de Tiepolo à Boucher

2 Egyptomanies : de l’Empire à l »Art Déco

3 Orientalisme : de Delacroix à Matisse

4 Japonisme : Monet , Van-Gogh, les Nabi

5 Le primitivisme et l’art nègre : Die Brucke, Picasso et les autres

6 l’art brut : du Facteur Cheval à Jean Dubuffet

Contact : Elaine Guivarch : 06 82 40 91 79

l’art russe à l’épreuve de la Révolution d’Octobre 1917

affiche-propaganda l’ Art Russe à l’épreuve de la Révolution (1913-1939)
Informations pratiques

le mercredi 18 mars 2015 à l’Auberge de Jeunesse , voie d’accès au port  près du « Télégramme » à Morlaix

– 9h00 -9H30 : accueil ( café, thé,…)

– 9h30-12h30  avec une courte pause à 10h45

conférence à 3 voix (Art, Littérature, Musique) sur la période 1913-1939

– 12h30 : repas pris sur place

– 14h15 – 17h00 : 3 ateliers d’analyse uni-disciplinaire : focus sur une oeuvre

( chaque adhérent participera aux 3 ateliers d’environ 45 minutes)

– 1700 – 17h30 : conclusion

Présentation du stage

La Révolution russe surgit en plein coeur de la 1ère Guerre Mondiale en deux temps : février et octobre17. Le tsarisme bascule soudainement dans le bolchevisme. Lénine, figure de proue du nouveau régime prend les rênes du pays et proclame la paix avec l’Allemagne et la dictature du prolétariat, alors même qu’une guerre civile fait rage entre les Rouges et les Blancs.

octobreComme souvent, l’art anticipe ces changements politiques radicaux. Grâce aux brillants collectionneurs Chtchoukine et Morosov, les artistes russes étaient depuis longtemps sensibilisés aux nouvelles tendances de l’art occidental. Gagnés par la frénésie créatrice, ils s’organisent en groupes d’avant-gardes, cherchant à dépasser non seulement les canons académiques mais aussi les limites de la représentation. Poètes, peintres et musiciens travaillent de concert, comme en témoigne leur première oeuvre commune – l’Opéra Victoire sur le soleil jouée en 1913 à St Pétersbourg.

Les évènements  scandales se succèdent : en 1915, lors de la Dernière Exposition Futuriste, Malevitch et Tatline jettent les bases de nouvelles esthétiques originales que sont le suprématisme et le constructivisme. Nombreux artistes, hommes et femmes, soutiennent avec grand enthousiasme la Révolution d’Octobre, mettant sans réserve leur talent au service du peuple ( Maïakovski, Rodtchenko, Stepanova) et s’engagent dans la propagande du régime communiste à _Anna_Akhmatova._1922l’étranger (El Lissitzky). Depuis la fin du XIXe siècle, de Moussorgski à Tchékhov, la la culture russe fascine l’Occident. Les scènes européennes accueillent des artistes d’exception comme ceux des Ballets Russes , ou encore Stravinski et Scriabine. Après la Révolution, une nouvelle diaspora ( Nabokov,Berdiaev, Tsvetaïeva, Chagall, Rachmaninov) porte souvent un regard critique sur la destinée de l’ancien Empire.

En URSS, la vie culturelle est rapidement réorganisée sous la tutelle du Commissariat du peuple à l’instruction : diverses écoles, associations officielles et syndicats exercent le contrôle sur les artistes, maikovskipoètes et musiciens. La Révolution est interprétée de deux manières diamétralement opposées : les défenseurs d’un art radical et révolutionnaire (Mossolov, Vertov, Maïakovski, Akhmatova) se heurtent à ceux qui prônent l’éducation du peuple avec des messages simples et  intelligibles.

ieisensteinL’accès de Staline au pouvoir fera déchanter la plupart des artistes d’avant-garde. Le Congrès de Kharkov en 1930 marque la mise au pas des écrivains placés désormais sous l’égide du Réalisme socialiste. Cette nouvelle esthétique sera également imposée au monde artistique et musical ( Eisenstein, Prokofiev). En 1936, Staline fustige violemment Lady MacBeth de Mzensk, poussant Chostakovitch à abandonner l’opéra au profit de la musique instrumentale soutenant la propagande d’Etat. Si certains auteurs reconnus comme Gorki ou Cholokov adhèrent aux thèses d’une littérature prolétarienne, d’autres , à l’image de 640px-Bulgakov1910sBoulgakov ou de Mandelstam, oeuvrent dans la clandestinité au risque parfois de perdre la vie.

En 1939, au moment de la signature du pacte germano-soviétique, les élans révolutionnaires sont définitivement Boris_Pasternak_croppedbrisés et les artistes se voient contraints de célébrer le culte de la personnalité.

 

quelques oeuvres abordées

Kasimir Malevitch  : Portrait de Matiouchine 1913

El Lissitzki : Avec le coin rouge bats les blancs ! 1921

Alexandre Rodtchenko et Varvara Stepanova : Les parachutistes 1935

Igor Stravinski Sacre du Printemps  1913

Alexandre Mossolov Les fonderies d’acier  1927nous autres

Serge Prokofiev  Alexandre Nevski  1939

 

Evgueni Zamiatine Nous autres 1920

 

Vladimir Maïakovski  A pleine voix  1923

cavalerie rougeIsaac Babel  Cavalerie rouge 1926

 

 

les intervenants :

Sonia de Puineuf , conférencière en Histoire de l’Art

Guillaume Kosmicki, conférencier en musicologie

Olivier Macaux , conférencier littéraire

date et lieux

le mercredi 18 Mars 2015 – Auberge de Jeunesse – Morlaix prix = 60 € / pers déjeuner compris

 

RODTCHENKO-ALEXANDER-STEPANOVA-VARVARA-ROSEMBAUM-M.-PETROUSSOV-G.-STERENBERG-&HELLIP-