LE CHAOS par M RIO André

 

LE CHAOS                                                                                118-1897_img

1.Le chaos et les sciences.

2.Les mathématiques et le chaos.

3.La physique et le chaos.

La mécanique.

La thermodynamique.

La physique quantique.

4.La vie et le chaos.

5.Le hasard et le déterminisme.

6.Comment le chaos crée-t-il de l’ordre?

7.Conclusions.

8.Références.

1.Le chaos et les sciences.

Toutes les sciences s’efforcent de faire des prévisions aussi rigoureuses que possible. Chacune dans son domaine tente d’établir des lois en espérant que les faits voudront bien s’y conformer .Des prévisions précises sont possibles tant que les phénomènes ne sont pas trop compliqués, et pendant longtemps on n’a pas trop voulu se préoccuper des cas qui paraissent inextricables, donc inabordables, c’est à dire le chaos.

Depuis quelques années, on tente de l’appréhender et de le circonscrire .La météorologie est un exemple caractéristique ;les mécanismes fondamentaux sont bien connus :l’atmosphère est un fluide qu’on peut définir localement par sa pression, sa température, sa vitesse, son degré d’humidité, l’apport d’énergie solaire, toutes grandeurs qu’on sait mesurer avec précision, mais dont on est incapable de prévoir l’évolution au delà d’un temps très limité.

Les phénomènes de la vie sont encore bien plus compliqués, et si un être vivant est structuré de façon très précise, son devenir ou celui d’une population sont très aléatoires.

Personne ne peut se satisfaire d’un futur tout à fait imprévisible ;les dictons populaires sont une façon naïve d’inventer des lois simplistes là où il ne peut y en avoir, dans la prévision du temps, des récoltes, de la santé, des comportements humains ou animaux.

On se prémunit contre les évènements aléatoires en s’efforçant d’en limiter les risques :protection contre les intempéries, machines et instruments aussi fiables que possible, dispositifs de sécurité…

Enfin, une meilleure compréhension des phénomènes chaotiques est apparue .Si on ne peut pas les décrire de façon précise, une approche plus globale, statistique, est possible :le chaos a aussi ses lois

2.Les mathématiques et le chaos.

Le chaos n’est pas une spécificité du monde matériel On peut dire qu’il existe en mathématiques chaque fois qu’on ne peut pas calculer un terme quelconque d’une suite pourtant parfaitement définie .La suite des nombres premiers par exemple(nombres divisibles seulement par eux mêmes ou par 1)est chaotique :il n’existe pas d’expression générale permettant de les calculer, aucune loi rigoureuse qui prédise l’ordre dans lequel ils se suivent .A la question :quelle est la valeur du nième nombre premier il n’existe pas de réponse directe.

Dans un autre exemple simple, on part d’un nombre irrationnel quelconque, log 2 par exemple, on le double et ainsi de suite, en retranchant 1 si le terme obtenu est plus grand que 1. l’opération est parfaitement déterministe ,mais les différents termes ne sont calculables que de proche en proche.

Attracteurs et fractales .L’attracteur de Hénon, exemple classique, définit deux variables x et y par les expressions suivantes:

x(t+1) = y(t) +1 – a x2(t)

y(t+1) = b x (t)

On les calcule en donnant successivement à t les valeurs 0,1,2,etc,en posant x(0) = 0,y(0) =0, et par exemple a = 1,4 et b = 0,3.Les valeurs successives de x et y, représentées graphiquement sur un plan(voir la figure)se situent sur une infinité de courbes proches les unes des autres, à quelque grossissement qu’on les observe, elles ont toujours le même aspect ;le chaos reste dans un domaine limité du plan :il est bridé, et ici encore on ne peut pas calculer directement un terme quelconque à cause des interactions entre x et y.

On peut obtenir des fractales par des opérations géométriques simples(voir les figures);en répétant indéfiniment la même opération à des échelles de plus en plus petites, on obtient des courbes continues formées de triangles de plus en plus petits.

On peut citer encore l’attracteur de Lorenz formé de courbes qui se développent dans l’espace(voir la figure)en forme d’ailes de papillon .Il est défini par les expressions suivantes:

dx/dt = -10 x + 10 y

dy / dt = -x z + 28 x -y

dz/dt = xy -1/3 z

On a ici un système d’équations différentielles non intégrables à cause des interactions entre les variables. On verra le même cas en physique dans les systèmes matériels qu’on peut décrire localement par des équations différentielles, mais non globalement parce que ces équations ne sont pas intégrables.

a-carre

  Les nombres premiers

b-image

Courbe de Van Koch

c-courbe-de-van-koch

Attracteur de Henon

d-attracteur-de-henon

Attracteur de Lorenz

e-attracteur-de-lorenz

3.La physique et le chaos.

La mécanique.

La mécanique décrit un système matériel et son évolution par des expressions mathématiques qui relient les différentes grandeurs qui le caractérisent .La mécanique de Newton par exemple permet de calculer le mouvement d’une planète autour du soleil ou d’un satellite autour d’une planète à partir de leurs masses, de leurs distances et de leurs vitesses à un moment donné, et le résultat est d’autant plus précis que les conditions initiales sont connues avec précision.

On s’était rendu compte qu’on ne savait pas faire un calcul exact dès que trois corps interagissent, par exemple dans un système binaire de deux étoiles et d’une planète, et encore moins pour l’ensemble du système solaire et de ses planètes ;on peut seulement faire un calcul approximatif pour une durée limitée .Dès le début du XXème siècle, Henri Poincaré avait montré qu’il ne s’agissait pas d’une insuffisance des techniques de calcul, mais qu’il n’existait réellement aucune solution mathématique possible de tels systèmes évoluent de façon totalement imprévisible parce qu’ils sont très sensibles aux conditions initiales, et une différence infime des vitesses ou des positions aboutit à long terme à des trajectoires complètement différentes :malgré son apparente stabilité, le système solaire est chaotique.

Le mouvement de la Lune, influencé par le Soleil et les grosses planètes, est irrégulier si on l’examine avec précision .Celui des astéroïdes est encore plus erratique .Des simulations numériques permettent de calculer l’évolution du système solaire sur de longues durées. L’orbite de Pluton est la plus instable, celles des grosses planètes les plus stables .Si l’on calcule l’évolution de la Terre à partir de deux positions distantes de 100 mètres, on constate un écart de 40 millions de kilomètres au bout de 100 millions d’années.

Cependant, les perturbations restent limitées :le chaos est bridé, et l’éjection d’une planète hors du système solaire, sans être tout à fait impossible, reste très improbable .Des phénomènes de stabilisation interviennent :Jupiter et Saturne sont en résonance, le rapport de leurs périodes est de 2/5,et leurs orbites suivent un cycle de 900 ans L’axe de rotation de la Terre est stabilisé par la présence de la Lune, sans laquelle il serait beaucoup plus instable, avec des effets catastrophiques sur le climat et la vie.

La thermodynamique.

La thermodynamique utilise des grandeurs directement accessibles des corps :pression, volume, température, et des lois où interviennent des notions plus abstraites :chaleur, entropie, énergie .Le premier principe de la thermodynamique considère la chaleur comme une forme d’énergie ;selon le second, toutes les formes d’énergie peuvent se transformer les unes dans les autres, avec une restriction pour la chaleur qui n’est que partiellement transformable en énergie mécanique, électrique ou chimique on peut obtenir de la chaleur en brûlant un combustible, la transformation inverse ne peut se faire spontanément à des équilibres on le refroidit.

La mécanique de Newton traite un nombre limité d’objets agissant les uns sur les autres(Soleil, planètes, satellites).Il n’en est pas de même de la thermodynamique :un gaz est constitué d’un très grand nombre de molécules animées de grandes vitesses et qui s’entrechoquent de façon désordonnée .Le comportement d’ensemble est le résultat statistique de cette agitation On peut définir la masse et la vitesse d’une molécule unique, non sa pression ou sa température qui n’ont de sens que pour un très grand ensemble de molécules en équilibre :la température est liée à leur vitesse moyenne, la pression aux chocs multiples exercés sur les parois du récipient qui les contient.

Un gaz est donc un système chaotique, mais qui obéit à des lois statistiques précises à condition de le traiter de façon globale sans se préoccuper du mouvement particulier de chacune des molécules qui le constituent.

Il apparaît donc que les lois fondamentales de la physique ne s’appliquent qu’à des cas idéaux exempts de toute perturbation et réversibles .Les faits réels sont au contraire généralement irréversibles, perturbés par de nombreuses interactions et ne peuvent être décrits exactement. Cependant, le désordre qui en résulte est souvent limité et une approche statistique est alors possible .C’est ainsi que les phénomènes météorologiques, extrêmement chaotiques, où des causes locales minimes(les battements d’aile d’un papillon!)peuvent(éventuellement)avoir des répercussions importantes à distance, permettent cependant des prévisions limitées relativement fiables.

Les réactions chimiques se font presque toujours jusqu’à épuisement progressif des réactifs ou jusqu’à un équilibre avec les produits formés .Il existe cependant des réactions auto catalytiques où, loin de l’équilibre, la concentration d’un produit intermédiaire oscille entre deux valeurs extrêmes tant que les réactifs ne sont pas consommés .On voit apparaître puis disparaître plusieurs fois une coloration jusqu’à épuisement des produits de départ ;en opérant en couche mince, on observe des figures concentriques qui se déplacent.

La physique quantique.

Si la théorie de la relativité, comme la physique classique, est rigoureusement déterministe, la physique quantique est de nature statistique :les objets quantiques, particules, atomes, molécules, sont représentés par l’équation fondamentale de Schrödinger qui permet de calculer leur fonction d’onde, mais cette fonction n’est qu’une probabilité de présence d’une particule en un point donné ;une particule quantique n’est pas un objet au sens habituel ,mais une onde, et on ne peut la localiser exactement que quand elle interagit avec un dispositif de détection d’onde .L’équation de Schrödinger est réversible, la réduction de la fonction d’onde ne l’est pas.

Un système quantique formé de particules corrélées :couple de particules, atome ou objet quelconque présente des caractéristiques paradoxales :dans ces systèmes, chaque particule ne possède pas d’individualité propre tant qu’elle n’a pas interagi; le chat de Schrödinger, à la fois vivant et mort, en est une image classique .Une autre illustration amusante a été proposée par S.Ortoli et J.P.Pharabod, ce sont les poissons quantiques.

Un poisson quantique introduit dans une mare se dilue aussitôt dans tout le volume d’eau, mais, s’il mord à l’appât d’un pêcheur, il se matérialise immédiatement au bout de la ligne .On partage ensuite l’eau entre deux autres mares ;chacune renferme à l’état latent les deux poissons, mais si l’un est pris par un pêcheur, son sexe, jusque là imprévisible, se détermine, et son partenaire jaillit aussitôt de l’autre mare .(Voir :Comprendre la physique).

Pour les objets macroscopiques, les effets quantiques s’atténuent d’autant plus rapidement qu’ils sont plus grands, sauf dans quelques phénomènes où toutes les particules sont étroitement corrélées :la supraconductivité, la superfluidité et les lasers, et le comportement des objets usuels décrit par la physique classique n’est finalement que l’aspect statistique global des phénomènes quantiques sous-jacents.

4.La vie et le chaos.

L’évolution des espèces comme celle des individus doivent beaucoup à une part de hasard. Dans la soupe moléculaire qui a précédé la vie, seule une infime partie des substances présentes était capable d’amorcer les mécanismes de reproduction indispensables, et pendant la très longue période de la vie exclusivement unicellulaire, il a fallu une lente maturation et la rencontre inopinée d’organismes rudimentaires pour préparer l’explosion des végétaux et des animaux .

L’évolution de chaque individu est aussi une série de tâtonnements orchestrés mais non rigoureusement prévus par son patrimoine génétique .Son ADN serait largement insuffisant pour commander tous les détails de son organisme :la croissance des alvéoles pulmonaires, des vaisseaux sanguins, des circuits de neurones du cerveau, ne se font pas selon un plan rigoureux comme le câblage d’un ordinateur mais au hasard des interactions locales :deux vrais jumeaux, ayant le même patrimoine génétique, ne sont pas rigoureusement identiques .Cette part d’imprévisibilité, loin d’être un défaut, est au contraire source de diversité, de souplesse et de possibilités accrues :le chaos est constructif.

L’environnement de chaque individu, de chaque espèce, est également une source d’imprévu, de diversité, et exige une adaptation suffisante, sous peine de disparaître Dans les sociétés humaines là encore, technique et intellectuel

A chaque étape de l’évolution de la vie, un état plus structuré apparaît donc spontanément au milieu d’un grand désordre.

5.Le hasard et le déterminisme.

ll existe plusieurs degrés dans l’impossibilité de faire des prévisions précises .Dans les jeux de pile ou face, la roulette, les loteries, le résultat de chaque coup est indépendant des précédents et tous les numéros ont une chance égale de sortir .Sur un grand nombre de coups, on peut faire des prévisions statistiques.

Le hasard des rencontres et l’interaction de séries d’évènements indépendants se produisent constamment et de façon tout à fait aléatoire comme pour le passant qui reçoit une tuile sur la tête .La part d’imprévu y est beaucoup plus grande que dans le cas précédent, mais un traitement statistique est encore possible .C’est ce que font par exemple les compagnies d’assurances, et leurs calculs leur permettent généralement plus de profits que de pertes.

ans tous les cas, les incertitudes sont dues à l’ignorance des détails qui commandent le résultat observé :mouvement imprévisible de la pièce, de la boule ou de la roue, ignorance de la succession des évènements qui provoquent une rencontre ou un accident et ses résultats, mais existe-t-il des cas où même une connaissance parfaite de toutes les circonstances ne permettrait pas de prévision ?C’est semble-t-il le cas en physique quantique où la durée de vie d’un noyau radioactif isolé par exemple semble indépendante de toute cause connaissable, mais la physique quantique n’est pas encore totalement comprise .A cette exception près, l’ignorance de toutes les données et des possibilités de calcul semblait la seule raison pour laquelle la prévision exacte n’est pas possible.

L’idée est donc apparue que si l’on connaissait exactement les lois de la nature et son état exact à un moment donné, le passé et le futur seraient parfaitement déterminables absolue .Son collègue, le démon de Maxwell, mettrait en défaut le deuxième principe de la thermodynamique en triant les molécules d’un gaz selon leur vitesse :mettant à part les plus rapides, il séparerait le gaz en deux parties, l’une plus chaude, l’autre plus froide, sans dépense d’énergie.

Ces exploits sont évidemment irréalisables, et pas seulement pour des raisons pratiques. Pour faire son tri, le démon de Maxwell aurait besoin d’informations, de mesurer la vitesse des molécules, ce qui ne peut se faire gratuitement :il faut payer en dépensant de l’énergie .Les prévisions du démon de Laplace se heurteraient aussi à un obstacle fondamental .L’évolution du monde avec ses innombrables interactions est tout à fait chaotique, mais le chaos est aussi créateur d’ordre et de structures de plus en plus compliquées comme celles de la vie et de la pensée qui entraînent de nouvelles interactions .La biologie ne se déduit pas logiquement des lois de la physique, et la connaissance parfaite de l’atome d’hydrogène, modèle de tous les autres, ne permet d’interpréter ni l’angoisse ni l’humour.

6.Comment le chaos crée-t-il de l’ordre?

Que serait le désordre absolu ?Ce serait celui où toutes les particules qui composent le monde seraient libres et agitées de façon statistiquement uniforme comme le sont les molécules d’un gaz à température constante, une situation plus proche de celle qu’on imagine peu après le Big-Bang que de la réalité actuelle .Cette situation n’était pas stable, car l’attraction universelle, la gravité, et les autres interactions fondamentales sont intervenues pour condenser localement ces particules, former des atomes, des agrégats, des étoiles et leurs cortèges d’astres et des galaxies.

L’échauffement résultant de cette condensation, puis des réactions nucléaires, est à l’origine des phénomènes géologiques, de la synthèse de molécules de plus en plus compliquées et finalement de la vie, mais la fraction la plus organisée de la matière n’en constitue qu’une partie infime.

La notion d’entropie, dont la définition mathématique est très simple, mais la signification physique beaucoup plus subtile, donne une interprétation globale de ces faits .Un système acquiert ou perd de l’entropie(S)quand il échange une quantité de chaleur(Q) à la température absolue(T) avec l’extérieur

S = Q/T

Par exemple, pour fondre de la glace, on lui fournit de la chaleur à 0°C, soit 273 °K, ce qui fait

S = 80/273 calories/degrés ou 19/273 joules/degrés

pour un kilogramme de glace (la chaleur de fusion de la glace étant de 80 calories).

L’expérience montre qu’on peut créer de l’entropie de bien des façons, par exemple en transformant en chaleur de l’énergie mécanique, chimique ou électrique, mais qu’il est impossible de la détruire Dans un système isolé, l’entropie ne peut donc que croître.

Un autre aspect de l’entropie, c’est la mesure du désordre d’un système :un système isolé ne peut qu’accroître globalement son désordre .Un système ouvert au contraire peut échanger de l’énergie et de l’entropie avec l’extérieur ;c’est le cas de la Terre qui reçoit de l’énergie lumineuse du Soleil et en renvoie à l’extérieur sous forme de chaleur .Elle peut donc se débarrasser constamment de son excès d’entropie, ce qui a pour effet de maintenir sa température moyenne à peu près constante, d’être agitée de phénomènes géologiques et météorologiques permanents, d’entretenir et de diversifier la vie .Globalement, la Terre crée plus d’entropie qu’elle n’en reçoit, mais elle en élimine constamment.

Globalement, la création et le maintien de structures de plus en plus organisées localement se paie en augmentant le désordre à l’extérieur.

7. Conclusions.

Les lois de la physique sont des approximations idéalisées de la réalité concrète .Elles sont déterministes et réversibles, la réalité ne l’est pas.Même en mathématiques, tout n’est pas calculable directement .De nombreuses suites de termes ne sont calculables que de proche en proche, et beaucoup d’équations différentielles ne sont pas intégrables et conduisent au chaos.

Le monde physique, plein d’interactions inextricables, n’est prévisible qu’approximativement et souvent seulement à court terme, mais une approche statistique permet d’en circonvenir l’indétermination

Cependant le chaos, quoique omniprésent, a ses limites ;il ne peut s’étendre indéfiniment :il est bridé, et paradoxalement, s’il est généralement créateur de désordre, il peut aussi créer localement de l’ordre, des structures de plus en plus diversifiées et organisées.

 

8. Références.

Les ouvrages et les articles suivants ont servi à la rédaction de ce travail .Les lecteurs pourront y trouver un complément d’informations et des développements beaucoup plus importants.

Ouvrages.

Ilya Prigogine .La fin des certitudes.(Odile Jacob).

Jorge Wagensberg .L’âme de la méduse.(Seuil).

Trinh Xuan Thuan .Le chaos et l’harmonie.(Fayard).

S.Ortoli et J.P.Pharabod.Le cantique des quantiques.(Editions la Découverte).

Articles.

Les attracteurs étranges .La Recherche 108 132 février 1980.

L’ordre chaotique .La Recherche 185 190 février 1987.

Le chaos déterministe .La Recherche 225 1248 octobre 1990.

L’universalité des formes fractales .Pour la Science 248 40 juin 1998.

Sorties du 2nd trimestre 2016-2017

SORTIES

D19 Janvier 2017 : Visites guidées : la Ville de Landerneau avec Marielle Lebœuf-Proust – Expo « Hans Hartung  et les peintres lyriques » à la FHEL – Expo Lumière Galerie Rohan

E –16 Mars Sortie Pontaven. Visites guidées – fabrique de biscuits Penven – La Chapelle de Tremalo avec Bernard Rio – Repas – La ville de Pont-Aven – musée expo temporaire « l’influence des grands maîtres sur les peintres bretons Départs:Pouliet 0 7h45 Géant 8h00 (Prix/pers : 51 €.)

F – 02 avril au Roudour avec l’orchestre symphonique de Bretagne et Omar Sosa – Contact : Jean Luc Kerdilès

DATES d’INSCRIPTION

 D – O5 Janvier 2017 rue Poulfanc : inscription de 10h à 12h pour la sortie Landerneau du 19 Janvier

E – 02 Mars au Poulfanc
– inscriptions de 10h à 12h pour la sortie Pont-Aven du 16 mars contact C.Briet et F.Jouannigot

F – 02 Mars au Poulfanc
– réservation pour la soirée du 02 avril au Roudour avec l’orchestre symphonique de Bretagne et Omar Sosa – Contact : Jean Luc Kerdilès

Le chat râleur mais fidèle de Maria Mens

Le chat râleur mais fidèle

Maria Mens

Et tous les jours c’est la même chose! – Mon gros minou, mon chaton à moi, le petit chéri de mémé et tout le tralala de bêtises! Mais elle ne voit pas que je suis un chat adulte et responsable?

Heureusement qu’elle a cessé de vouloir me faire jouer avec le fil qui pendouille, la p’tite pelote de laine, ou le grelot gagné dans un paquet de lessive. J’en ai par dessus la tête, « frito »! comme dit d’habitude le chien des voisins qui est d’origine espagnole, un épagneul noir et blanc qui a gardé un accent et le goût des aboiements en flamenco. Le pire c’est que son maître croit qu’il hurle à la mort, et le fait se taire immédiatement.

« Je suis en train de perdre ma voix! On ne me laisse pas pratiquer », m’a-t-il dit l’autre jour, car nous nous faisons des confidences. C’est pour cela que nous sommes tous les deux au courant des secrets de famille des deux voisins. Nous nous racontons tout et quand je dis tout, c’est tout.

Nous savons quand arrive la belle-mère des voisins car la belle-fille astique la maison, en disant des gros mots (qu’elle interdit à son fils) cache les souliers neufs que son mari trouvait si chers et se demande sans cesse quand sa belle-mère va partir, alors que elle n’est pas encore arrivée.

Quant à ma maîtresse, à l’annonce de la venue de sa famille, elle cache la bouteille du sirop pour la toux qu’elle boit avec ses copines tous les après-midis, quand elles ont finit de jouer aux cartes. Je dois vous dire qu’il est drôlement efficace, car un jour elles ont renversé la bouteille, j’ai lapé un peu et quelque chose à changé en moi : je me suis senti devenir un tigre qui poussait des rugissements et bondissait, semant la terreur dans la jungle- je veux dire dans la pièce-. Toutes les copines sont parties en moins de trois minutes.

Pendant quelques jours, ma maîtresse me regardait d’une drôle de façon….

Mais le pire , ce sont les secrets lourds à porter: nous savons tous les deux où nos maîtres gardent ce qu’ils appellent « le magot », qu’ils visitent régulièrement en secret, avec des mines mystérieuses. « C’est ça que le Fisc aura en moins », se délecte le voisin. Quant à la mienne c’est pareil. Un jour, à l’arrivée de sa fille, elle l’a fait entrer en grand secret dans la buanderie. -Viens voir « le magot », si le Fisc le savait ! Je regardais aussi, et j’ai vu des pièces jaunes très jolies dans une boîte en carton et vous savez où ? à l’intérieur de la machine à sécher le linge! On n’a pas d’idée ! Moi, si j’étais un voleur c’est là où j’irais voir en premier.

Mon copain et moi nous ne savons pas qui est ce Fisc, mais c’est sûrement un individu redoutable. Même s’ils nous embêtent, nos maîtres nous donnent à manger et nous caressent et nous grattent le dos et derrière les oreilles. Nous sommes décidés à défendre leur « magot», contre ce monsieur le Fisc. Pour le cas où il viendrait par ici, nous prendrons le « magot » et nous le cacherons le mieux que nous pourrons et personne le trouvera; nous avons pensé à un endroit sûr que je connais très bien. C’est un égout près d’ici, dans la campagne environnante, où je suis tombé il y a quelques années. Je dois la vie à un gamin qui m’a entendu et m’a repêché avec un filet à crevettes, car le trou est profond et glissant.

Avec mon copain, c’est décidé: pour que nos maîtres soient tranquilles une bonne fois, cet après-midi nous allons cacher là bas le « magot » qui les préoccupent tellement. Ah! j’ai hâte de voir leur tête, quand elles verront qu’elles n’ont rien à redouter de ce monsieur Fisc de malheur !

AVE CESAR ! des frères COEN

le  LUNDI 22 février à 14h30. à la SALAMANDRE

AVE CESAR !

de Joel et Etan Coen (USA – 2016 – 1h46)

Avec George Clooney….
ave cesarLa folle journée d’Eddie Mannix va nous entraîner dans les coulisses d’un grand studio Hollywoodien. Une époque où la machine à rêves turbinait sans relâche pour régaler indifféremment ses spectateurs de péplums, de comédies musicales, d’adaptations de pièces de théâtre raffinées, de westerns ou encore de ballets nautiques en tous genres. Eddie Mannix est « fixer » chez Capitole, un des plus célèbres Studios de cinéma américain de l’époque. Il y est chargé de régler tous les problèmes inhérents à chacun de leurs films. Un travail qui ne connaît ni les horaires, ni la routine. En une seule journée il va devoir gérer aussi bien les susceptibilités des différentes communautés religieuses, pour pouvoir valider leur adaptation de la Bible en Technicolor, que celles du très précieux réalisateur vedette Laurence Laurentz qui n’apprécie que modérément qu’on lui ait attribué le jeune espoir du western comme tête d’affiche de son prochain drame psychologique. Il règle à la chaîne le pétrin dans lequel les artistes du studio ont l’art et la manière de se précipiter tous seuls. En plus de sortir une starlette des griffes de la police, ou de sauver la réputation et la carrière de DeeAnna Moran la reine du ballet nautique, Eddie Mannix va devoir élucider les agissements louches du virtuose de claquettes, Burt Gurney. Cerise sur le gâteau, il a maille à partir avec un obscur groupuscule d’activistes politique qui, en plein tournage de la fameuse superproduction biblique AVE CÉSAR lui réclame une rançon pour l’enlèvement de la plus grosse star du Studio, Baird Whitlok. Le tout en essayant de juguler les ardeurs journalistiques des deux jumelles et chroniqueuses ennemies, Thora et Thessaly Thacker. La journée promet d’être mouvementée.

Périodiquement, les Coen reviennent à une forme de légèreté à la suite d’un projet plus substantiel : Intolérable Cruauté après L’homme qui n’était pas là, ou Burn After Reading après No Country for Old Men. A chaque fois, George Clooney est présent dans un rôle de crétin (numbskull, selon leur propre terminologie). Ave César fait exception dans le sens où il dépasse la farce insignifiante pour rendre hommage à une façon révolue de faire du cinéma. Les Coen s’en acquittent brillamment avec leur habituel mélange d’érudition amusée et de lucidité caustique, conscients des paradoxes et des contradictions d’un système qui les a fascinés comme il a fait rêver l’Amérique et la terre entière. Première

La bande annonce : https://youtu.be/y73RYOUbBgE

 

les conférences

lebrun agnès UTL DEC12Les conférences ont lieu le jeudi après-midi , trois fois par mois, voire quatre, à 13 h 40 dans un amphithéâtre indiqué au programme trimestriel ( Langolvas essentiellement) et ce d’octobre à juin.

Elles sont animées par des conférenciers et des prestataires spécialistes.

La présentation de la carte d’adhérent est demandée à l’entrée de l’amphithéâtre.

Responsable conférences : Eliane GUIVARCH

AGT AFUTL IIIIILes thèmes : Histoire, Sciences, Sciences Humaines, Arts, Géopolitique, Actualités.

Avertissement

Les comptes rendus  tirés des conférences  sont basés sur des notes prises à titre personnel  . Ils visent à vous remémorer ces conférences, sans prétendre à une reproduction exacte et totale.