« Sur les traces des voies romaines en Bretagne » par JY EVEILLARD

Jean-Yves Eveillard,

« Sur les traces des voies romaines en Bretagne »

Par   Jean-Yves Eveillard

 

Notes de Ninon Le Fers

Dans l’intérêt porté par le public aux époques anciennes, l’engouement pour les voies « dites romaines », qu’il s’agisse simplement de les suivre quand elles sont connues ou de retrouver leurs tracés quand elles le sont moins, est permanent. Dans la seconde moitié du 19ème siècle, le célèbre folkloriste François-Marie de Luzel, en visite au site du Yaudet, s’en fait l’écho : « Si je découvrais aussi ma voie romaine, comme tant d’autres, qui en sont fiers ! Eh, belle trouvaille ma foi ! »…

Lire la suite

Les combattants républicains espagnols exilés en Bretagne.LA LETTRE A GABRIELLE,

Gabrielle Garcia,Source Le Télégramme

LA  LETTRE  A  GABRIELLE

Film suivi d’une discussion avec Gabrielle GARCIA

CR Intervention Gabrielle Garcia 2017X

«L’histoire est écrite par les vainqueurs» disait Winston Churchill. Vae victis !
Le régime franquiste a imposé sa propre version de l’ histoire de l’Espagne pendant plus de 40 ans, aboutissant à une véritable amnésie de la guerre civile (36-39) et des vaincus de cette guerre : le camp républicain.
Depuis les années 90, un certain nombre d’historiens sur la base de documents déclassifiés et du recueil de témoignages des survivants de cette époque ont tenté de restituer des pans d’histoire totalement occultés. Lire la suite

Les réfugiés républicains espagnols dans le Finistère

Les réfugiés républicains espagnols dans le Finistère

 

Flag_of_Spain_(1931_-_1939).par Mr Marcel Burel le 28 mars 2013

 

En France,la 2nde Guerre Mondiale a occulté cet épisode de la Guerre d’Espagne qui a concerné plus de 700 000 exilés espagnols sur le sol français
Avant 1936
L’Espagne est neutre en 14-18, et après cette guerre, la France manquant de main d’œuvre, accueille de très nombreux espagnols venus travailler surtout dans l’agriculture et dans le bâtiment. En 1921, 255 000 espagnols résident dans le sud de la France et environ 70 000 en région parisienne.

franco1936

16 février 36 : Le Frente Popular arrive au pouvoir par les élections.
Juillet 36 : des forces « nationalistes » rebelles, regroupées derrière le General Franco entreprennent la reconquête de l’Espagne, appuyées par des forces allemandes et italiennes, Elles attaquent d’abord le pays Basque, riche en mines de fer et de charbon dans la région de Bilbao( minerai en échange de livraisons d’armes de l’Allemagne hitlérienne). La guerre civile éclate et va durer près de 3 ans.
En France, le « Front Populaire » gagne en mai les élections mais Léon Blum , le Président du Conseil se contraint à la non-intervention en Espagne.

iHEMINGWAY
Face au spectre fasciste qui menace l’Europe,la gauche se mobilise : le Komintern crée les Brigades Internationales, les anarchistes intègrent la columna Durruti, George Orwell rejoint les rangs du POUM , Malraux contribue à la création de l’escadrille Espana, Hemingway couvre la Guerre d’Espagne du coté républicain.
_Guernica,_Ruinen

 

 

 

La Droite, ainsi que l’Eglise soutiennent Franco . Des intellectuels de droite Maritain, Duhamel,Mauriac, Bernanos, condamnent toutefois publiquement les exactions commises par les troupes dirigées par Franco( ex Guernica).
Pour fuir les bombardements , un exode massif de basques vers la France se dessine.Malgré les déchirements au sein des familles qui vont laisser des hommes combattre sur le terrain, entre 1936 et 1937, 120 000 basques vont arriver en France pour un exil provisoire.

En 36-37, la France subit une grave crise économique, ; des usines ferment, mais Léon Blum, en vertu du « droit d’asile », ouvre son carte Espagne_guerre_aoutpays et accepte d’accueillir ces « refugiés républicains espagnols ». Déjà, en Espagne,l’entraide s’était développée autour de ces populations civiles.

 

 

 

 

 

 

1937

Le Frente Popular basque et le gouvernement français s’accordent pour cet exode. Les hommes seront séparés et envoyés dans des camps d’internement, situés dans le sud de la France. Les femmes, les enfants (jusqu’à 16 ans), et les vieillards, seront envoyés dans de multiples communes au nord d’une ligne Lyon Bordeaux, mais pas en région parisienne.
Le ministère de l’intérieur va gérer les flux en les dirigeant vers les 77 départements retenus, en déléguant aux préfets la gestion concrète des arrivées, dans un climat d’improvisation : le nombre des arrivants n’étant pas connu à l’avance. C’est ainsi que le Finistère va accueillir un millier de basques. Ils arriveront pour beaucoup par Hendaye, puis la Palice, St Nazaire, et enfin Quimper par chemin de fer. De là, ils iront vers d’autres lieux d’accueil, notamment Morlaix où ils débarqueront par car.
CAPA GUERRE D4ESPAGNE3 juin 1937 : arrivée du 1er convoi à Quimper.
19 août 1937 : 13ème et dernier convoi.
Le convoi est attendu par un comité d’accueil (autorités locales : Préfet-Sous Préfet, Maire, Commissaire de Police), des médecins, les syndicats , les sympathisants politiques , les organisations caritatives , puis prise en charge « gastronomique » etc….) , vaccination contre la variole et enfin répartition dans les centres d’hébergements, anciennes casernes, colonies de vacances ( Le Dourdy, Poulgoazec, Roscanvel, Brest, Roscoff), et chez des particuliers. Les centres sont pris en charge par les communes.
Les bretons se sont montrés solidaires et généreux dans leur accueil, courageux politiquement.
28 août 1937 : la chute de Bilbao entraine des troubles importants parmi les réfugiés, et la question va se poser du retour en Espagne. Rentrer au Pays Basque, malgré la présence inquiétante des franquistes, aller en Catalogne, ou rester en France ? La plupart de ces républicains espagnols rentrent en Pays basque (2/3), les autres en Catalogne (1/3). Leur départ suscite une grande émotion, car les exemples furent nombreux de forts liens tissés entre ces 2 populations.

1938
NO PASARANl’Aragon est conquis par Franco. 25 000 Aragonais s’exilent mais ne viennent pas dans le Finistère.

 

 

 

 

 

 

1939

REP TRANFERT FRANCE
la retirada

La chute de Barcelone le 26 janvier 1939, puis celle de Madrid le 29 mars. S’en suit La Retirada, du mot « retraite » en espagnol : l’exode des réfugiés espagnols. À partir de février 1939, près de 500 000 républicains franchissent la frontière , suite à la chute de la 2nde République Espagnole et à la victoire du général Franco .
Après quelques hésitations de la part du Gouvernement français,la frontière est finalement ouverte le 27 janvier , afin de leur permettre d’échapper à l’impitoyable répression phalangiste (35 000 exécutions) . Cette ouverture n’est, dans un premier temps, concédée qu’aux civils les gardes mobiles et un régiment de tirailleurs sénégalais faisant le tri, repoussant même les hommes valides , par la force au besoin . Lors de l’entrée sur le territoire français, les réfugiés sont dépouillés de tout : armes, mais aussi bijoux, argent liquide, etc
À partir du 5 février, ce qui reste de l’armée républicaine est autorisée à franchir la frontière : ce sont 250 000 combattants qui s’ajoutent aux 250 000 premiers réfugiés.
Les autorités françaises ont sous-estimé l’ampleur de l’exode. En mars, ce sont 264 000 Espagnols qui se serrent dans les camps des P.O. quand la population départementale s’élève à moins de 240 000 personnes.
un camp argelèsEt c’est cet hiver 1939, extrêmement froid, qui va voir arriver à nouveau dans le Finistère, de nombreux réfugiés (568 à Morlaix). Le 1er convoi de catalans arrive à Quimper le 31 janvier 1939
A nouveau l’accueil, les appels aux dons, la solidarité vont œuvrer pour la survie de ces réfugiés, arrivés pour beaucoup dans un état physique critique. Il ne fait pas chaud en février dans les colonies de vacances bretonnes, ou à la caserne de Sourdis à Roscanvel

Par exemple : Le maire de Landerneau (Rolland) se charge d’acheter des bicyclettes pour distraire les enfants réfugiés de Roscanvel ! bel exemple …parmi beaucoup d’autres… dont l’enterrement de cette petite espagnole de 3 ans décédée suite aux gelures des mains et pieds, organisé par les civils français et espagnols, car le curé avait refusé son église à une « rouge »…
CAMPS D4INTERNEMENTLes mêmes stratégies d’accueil qu’en 1937, sont mises en place. A Morlaix, notamment, 108 républicains espagnols arrivent en février 39, et sont accueillis avec les honneurs habituels. Ils sont repartis entre l’hôpital pour quelques blesses, la Maison du Peuple, le Bureau de Bienfaisance, et de nombreuses familles. Les agriculteurs étaient réticents à cet accueil pour la bonne raison que les réfugiés n’avaient pas le droit de travailler
Le 29 mars 1939 Franco est à Madrid. Il a gagné cette terrible guerre civile et il va falloir composer avec lui. Le régime franquiste se met en place et ré- ouvre ses frontières aux exilés qui veulent rentrer( quota de 6000 / jour permettant le filtrage). Mais que cache ce régime avec ses prisons et la terreur qui y règne ? A nouveau les femmes, loin de leurs hommes vont devoir décider. Les familles d’origine paysanne rentrent, 57 000 par Hendaye et 43 000 par Le Perthus mais tous ceux engagés politiquement ou syndicalement ne veulent pas rentrer.
Certains sont purement et simplement renvoyés en Espagne : ils seront en grand nombre incarcérés ou exécutés.
La France suggère des exils lointains vers le Mexique, l’Argentine,le Chili ,Saint Domingue , même la Russie. Elle met même à la disposition des réfugiés espagnols, des navires.  Le Winnipeg, affrêté par Pablo Neruda accoste avec 2500 réfugiés politiques à Valparaiso au Chili.
Le Mexique notamment accueille 15 000 émigrants (premier départ de Sète le 24 mai) ; entre 10 000 et 25 000 Espagnols quittent la France pour d’autres pays
arrivée du Winnipeg à ValparaisoCertains restent en France( ex Jorge Semprun,Paco  Rabane), et la guerre qui va être déclarée le 2 septembre 1939, verra ces espagnols « finistériens » faits prisonniers par les allemands. Certains d’entre eux sont contraints de participer  à la construction de la Base sous marine de Brest.
Ces 2 années 1937 et 1939 ont vu le Finistère accueillir entre 4000 et 6000 réfugiés républicains espagnols. Leurs descendants, par le biais d’associations, d’expositions, font en sorte que cette histoire demeure, car son intensité a marqué bien des familles espagnoles et bretonnes.

 

 

Cf : Association MERE 29

L’attaque franquiste du sous-marin C2 à Brest

  L’attaque franquiste du sous-marin C2  à Brest

 par  Patrick GOURLAY, Professeur d’Histoire.

nuit-franquiste-sur-brest-vpatrick gourlayEn pleine guerre d’Espagne, un sous-marin républicain trouve refuge à Brest, le grand port de guerre de l’Atlantique. Aussitôt les services secrets du Général Franco complotent pour venir à Brest s’emparer du sous-marin et mettent à exécution leur projet.
Au-delà des péripéties,ces évènements agissent aussi comme un révélateur du climat de guerre civile qui traverse la société française en 1937.

 

 

 

 

1 Les raisons de la présence d’un sous-marin espagnol à Brest

a) le soulèvement militaire et ses implications pour la marine
Lorsque l’Armée d’Afrique du Nord, conduite par le général Franco, se soulève contre le gouvernement républicain,

General FRANCO
General FRANCO

la flottille de sous-marins est stationnée à Carthagène. Elle reçoit l’ordre de se positionner dans le détroit pour contrôler les mouvements de troupes entre l’Afrique (Maroc) et la péninsule ibérique. Elle est formée des C-1, C-2, C-3, C-4, C-5, C-6, B-5 et B-6. Les autres sous-marins (B-1, B-2, B-3 et B-4) sont stationnés aux Baléares .
Ce soulèvement déchire la marine espagnole : de nombreuses mutineries ont lieu. Beaucoup de cadres et officiers de la marine sympathisent avec les mutins : destitution sur le champ, emprisonnement et souvent exécution sans autre forme de procès. Les sous-marins ne font pas exception à la règle. Cependant, les conditions d’emploi propres à l’arme sous-marine génèrent des liens plus étroits qu’à bord des unités de surface. La promiscuité et une technicité plus importante impliquent une plus grande dépendance des marins vis-à-vis des officiers. En cas de mutinerie les officiers subalternes et les marins hésitent donc à prendre le contrôle de ces navires. Le commandement est alors laissé aux officiers, seuls à disposer de la compétence technique pour conduire cette arme, tout en les soumettant a une étroite surveillance.
Le climat insurrectionnel ambiant conduit à une purge au sein de la marine espagnole : bon nombre d’officiers sont débarqués et emprisonnés.

Aout 36
Aout 36
octobre 37
octobre 37

b) les conséquences de l’avancée vers le Nord de l’Espagne des troupes insurgées
Les populations civiles de la poche républicaine située au Nord de la péninsule et les militaires républicains qui s’y trouvent fuient le  pays devant l’avancée des troupes de Franco  et s’embarquent pour la France.Entre 5 et 6 000 débarqueront dans le Finistère , et ceci sous le contrôle des autorités françaises.
Par contre , quand arrive le C2, navire de guerre espagnol, les autorités françaises sont bien embarrassées… : un navire de guerre étranger à l’improviste dans un port de guerre français.
b1 raisons de l’arrivée sur Brest le 1er Septembre
Les sous marins C2 et C4 , sous l’autorité du gouvernement républicain avaient été affectés à la protection des ports de l’Atlantique (Gijon et Bilbao)
Le 26 Aout 1937, le port El Musel de Gijon est l’objet d’un bombardement aérien qui endommage les C 2 et C4
Passant outre aux ordres de l’Etat Major, les sous-marins jugés inaptes au combat par leurs commandants quittent la zone de guerre pour se réfugier en France au motif d’effectuer les réparations: le C4 se dirige vers Bordeaux, le C 2 met le cap sur Brest.
b2 intérêt du C2 pour les forces insurgées
Les insurgés ne disposent pas de sous-marins : ils sont dans l’obligation de faire appel à leurs alliés italiens et allemands pour envoyer par le fond les ravitaillements républicains qui arrivent par mer.
Situation inconfortable pour les généraux rebelles.

Par ailleurs,le C4 trop endommagé, stationné à Bordeaux, n’est pas en mesure de prendre la mer.

Prendre un navire de guerre à la barbe des républicains et des autorités françaises dans un port militaire français, quel coup d’éclat et quelle propagande pour le mouvement nationaliste !!!
b3 la situation politique en France
Le Gouvernement de Front Populaire s’est engagé dans la non-intervention en Espagne : toutefois P Cot assisté de J Moulin font passer en sous main du matériel au Frente Popular, tandis qu’Hitler et Mussolini interviennent directement sur le champ de bataille : troupes , aviation,armement…
Certains éléments de l »Extrême Droite française après l’échec du 06 Février 1934 se radicalisent, convaincus (ou s’étant convaincus) de l’imminence du Grand Soir. Pour barrer la route au péril rouge, ils s’organisent en formation para-militaire et s’engagent dans une étroite collaboration avec les fascistes , les nazis  et leurs services secrets.
Climat politique délétère en France , proche de la guerre civile: l’effondrement de la IIIème République se rapproche.

2 L’attaque du C2 par le commando

periodico-troncoso-2
Commandant Troncoso

21 les principaux protagonistes
le commandant du C2 :Jose Luis Ferrando Talayero,28 ans ,sauvé   in extremis du peloton d’exécution coté républicain en 36 est depuis le 6 juillet 37 le nouveau commandant. Il a convaincu l’équipage de faire route sur Brest ;dès son arrivée il fait savoir aux forces franquistes par l’intermédiaire de Mocaër , consul d’Espagne à Brest que le bateau est à quai au port de commerce( quai Malbert). Politiquement,il penche pour la rébellion.Le lendemain de son arrivée , il s’en va à l’Ambassade d’Espagne à Paris pour rendre compte et prendre ses instructions.
– le comandante Troncoso : proche des frères Franco, secondé par le capitaine Ibanez, il est officiellement gouverneur militaire d’Irun. Il est en fait l’un des dirigeants du  SINFE
– le SINFE (Servicio de Información en la Frontera Noroeste de España : en clair les services secrets), fondé dès le soulèvement par le Général Mola organise en France la surveillance des républicains espagnols,le ravitaillement en

General MOLA
General MOLA

armes de ces derniers, la destruction des matériels militaires républicains(ex avions destines à la République espagnole), la « récupération » manu militari des bateaux républicains dans les ports français,
-des français membres de La Cagoule qui jouent le rôle de supplétifs dans l’affaire (repérage, mise à disposition de véhicules,…) : Robet( de Douarnenez), Chaix, Pardo
– la Cagoule : De véritables enfants de chœur qui ont à leur actif notamment :
. l’assassinat le 23 janvier 1937 du soviétique Dimitri Navachine, directeur de la Banque commerciale pour l’Europe du Nord, assassiné à coups de baïonnette
. Dès le soulèvement de 36 aux côtés des franquistes : livraison d’armes ,sabotage de voies ferrées reliant la France à l’Espagne, intimidation de partisans des républicains, destruction de navires ravitaillant les antifranquistes… .sabotage d’avions destinés aux républicains sur l’aérodrome de Toussus le Noble dans la nuit du 28 au 29 août 1937
. assassinat de Carlo et Nello Rosselli. le 9 juin 1937 à Bagnoles de l’Orne sur ordre de Mussolini
. le 11 septembre 1937, destruction à la bombe du siège de la Confédération Générale du Patronat Français et celui de l’Union des Industries Métallurgiques dans le but de faire accuser les communistes.

. sabotage sur les docks de Marseille et de Bordeaux, incendie à bord du Turia à quai à Nice, bombe au Consulat

Buenaventura DURRUTI
Buenaventura DURRUTI

d’Espagne à Perpignan

– le Servicio de Informacion y de Coordinacion de la CNT et le SIEP proche des anarchistes espagnols  (B. Durruti)

.
22 l’attaque
221 tentative de débauchage de l’équipage
Opérant à visage découvert ( Hôtel Moderne Brest – auto garage Brest – l’Hermitage), les membres du commando(une dizaine) essaient de convaincre l’équipage de rejoindre les troupes insurgées ( médiation de Mingua). Sans succès.
Le bâtiment était étroitement surveillé par les communistes, socialistes et anarchistes brestois qui pressentaient un coup de force ; ces derniers ayant des informations de première main sur les projets du commando..
222 l’assaut :Le capitaine Las Herras , commandant du C4, a rejoint le commando .Le 28 septembre 37, il s’introduit sur le C2 en compagnie de ses acolytes. Troncoso neutralise l’équipage réduit ce jour-là à 12 ( sur 47 membres au total). Le commando n’arrive pas à faire démarrer les moteurs Vickers du sous-marin. Un membre du PAPIER TRONCOSO_commando, Garabain Goni est abattu .( Au large , mouillait un navire espagnol chargé du ravitaillement en cas de sortie du C 2). Attaque avortée.
223   fuite du commando en compagnie du commandant Ferrando et son chef mécanicien : certains réussissent à passer en Espagne dont Troncoso. Par contre 6 d’entre eux se font arrêter le lendemain à Bordeaux et le chauffeur de Troncoso à Hendaye : des anarchistes espagnols infiltrés dans l’organisation Troncoso ont donné leur signalement à la Police française, facilitant l’arrestation des comploteurs.
Troncoso, sûr de son impunité sur le sol de cette république vacillante à ses yeux, revient sur le territoire français pour faire libérer son chauffeur. Sur instruction du Ministre Marx Dormoy, il est arrêté et transféré à Brest à la prison du Bouguen
L’affaire fait la une des journaux français mais aussi étrangers : certains estiment que l’affaire est une affaire strictement espagnole, d’autres que le péril fasciste se rapproche…
23 le procès

Orendain-Troncoso-Chaix -Serrat au sortir du procès
Orendain-Troncoso-Chaix -Serrat au sortir du procès

Les temps ont changé :Blum a cédé sa place à Daladier qui privilégie l’apaisement avec Franco, considéré comme le futur vainqueur de la guerre civile.En mars 1938, le procès en correctionnelle est vite bâclé. Aux 2 condamnés, il leur reste 3 jours de prison à purger … le temps de boucler les valises pour l’Espagne.
La succession rapprochée d’évènements graves en cette année 37 ( attentats ,assassinats ciblés, plasticage,..) ferait-elle partie d’un plan visant à la déstabilisation du pays par des éléments extrémistes nationaux et étrangers : la Sureté Nationale juge la situation préoccupante.

 

 

24 épilogue
submarino c_2le C2
Il quitte le quai de l’Arsenal de Brest (où il avait été finalement amarré) pour les Chantiers Navals de St Nazaire où il subit 2 sabotages ( machines et batteries)
Avaries partiellement réparées, le navire reprend la mer sous le commandement du capitaine de frégate soviétique Nicolai Pavlovich Equipko,(Juan Valdés) le 17 juin 1938 et arrive à Cartagène le 25 août 1938 .
le commandant Troncoso : élevé au grade de lieutenant-colonel pendant son incarcération , perdu pour l’espionnage,  il reprend le combat sur le sol espagnol et sera nommé en 1939  Président de la Fédération espagnole de Football , puis sera Vice Président du Real Madrid. Il poursuivra son ascension dans les milieux franquistes.

 

Livre : Nuit Française sur Brest, éditions Coop-Breiz, 2013

Réf : 01CY-Jmayo6

L’ALGÉRIE par M COLLAS

L’ALGÉRIE

un pays et un régime sous tensions

par M Alain COLLAS, professeur d’histoire UBS

CR Algérie 2017 Alain Collas

L’analyse des évènements qui ont secoué l’Algérie dans les années 90 aurait vraisemblablement permis de mieux comprendre les évènements qui ont un peu précipitamment été qualifiés de «printemps» arabes et qui se sont déroulés quasiment selon la même trame.
De par la proximité géographique et historique de l’Algérie, son évolution politique ne peut nous laisser indifférents.

1 L’ALGERIE-quelques données

Lire la suite

Les relations entre l’islam et politique par Yann MENS

Les relations entre l’islam et politique

 

par Yann MENS

Comme toute religion à travers son histoire, l’islam s’est trouvé et se trouve régulièrement utilisé dans des affrontements politiques.

Soit parce que la référence au Prophète, aux textes sacrés, à l’identité musulmane… permet de mobiliser des soutiens ou de légitimer un pouvoir autoritaire en place, comme dans certaines monarchies du Golfe, par exemple.

Soit parce que des acteurs politiques veulent que l’Etat fasse appliquer leur interprétation des commandements de l’islam.
De telles invocations politiques de l’islam peuvent se fonder sur une interprétation de la religion qui met en avant l’esprit des textes sacrés et veut en déduire des pratiques adaptées au monde actuel. Ou à l’inverse prôner une imitation des premiers croyants de l’islam au 7 ème siècle, à l’instar du salafisme.
De même, elles peuvent être pacifiques, au travers de la participation de certains mouvements islamistes aux élections par exemple. Ou emprunter la voie de la violence armée, comme dans le cas du jihadisme.
Dans tous les cas, ces utilisations politiques très contrastées de l’islam prennent corps par des circonstances historiques précises qu’il importe de mettre en perspective pour mieux les comprendre.

 

Rappel de quelques notions

Monde musulman et politique

A) les origines

Le Prophète Mahomet est un chef religieux, mais c’est aussi un chef politique, celui de la première communauté des musulmans.
Dans ce contexte, il est parfois amené à être aussi chef de guerre

B) les successeurs

Après la mort du Prophète, personne ne peut se prévaloir de la même autorité religieuse que lui.
Les califes (successeurs) ne sont que les chefs temporels de la communauté.

C) la tradition

Au politique revient « la sauvegarde de l’œuf » : il lui incombe de prendre les mesures pour protéger la communauté musulmane.
Ce qui se passe à l’intérieur de la coquille est du ressort du religieux ». C’est aux oulémas (savants religieux) qu’il revient de « veiller à l’application des normes religieuses dans les rapports entre individus, d’assurer l’éducation des jeunes et de régler les conflits sociaux ordinaires.

D) les divisions politiques

A certaines époques, plusieurs califats coexistent dans des régions différentes (Irak, Egypte, Espagne). Et même lorsqu’un calife domine en principe un territoire, son pouvoir se dissout progressivement au profit d’autres acteurs politico-militaires (gouverneurs, sultans, etc.). La colonisation va encore affaiblir ces différents pouvoirs.

E) l’islamisme

Est islamiste tout mouvement politique qui met l’islam au centre de sa pratique politique et entend promulguer les valeurs de la religion musulmane en influençant directement ou en conquérant lui-même le pouvoir d’Etat.
L’archétype de courant, ce sont les Frères Musulmans.

F) le salafisme

Le mot trouve sa source dans la volonté de certains musulmans sunnites d’agir dans leurs moindres gestes comme les salaf al-salih (les pieux ancêtres), expression qui désigne les trois premières générations de musulmans, considérés comme exemplaires.
La majorité des salafistes sont quiétistes : ils se tiennent à l’écart de l’action politique et obéissent au pouvoir en place.

G) le jihadisme

Dans la tradition juridique du monde musulman, la responsabilité d’appeler au jihad armé relève du seul calife (chef temporel de la communauté des croyants).
Mais au XXé siècle, surtout à partir de l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979, des théoriciens de l’islam politique ont proclamé que le jihad est une obligation individuelle de tout croyant qui suit pour cela l’autorité religieuse de son choix.

 

……………………………………………………………….

 

Réf ; YM2017VI08

 

Edmond MICHELET

Edmond MICHELET, le catholique, le politique,le…

par Nicole LEMAITRE

 

A) Une jeunesse sous le signe du patriotisme et du catholiscisme

Edmond Octave Michelet(1899-1970) s’établit à Brive après la guerre 14/18 Ce fils d’épicier exerce le métier de représentant de commerce. Il préside la Jeunesse Catholique du Béarn, milite à l’Action française jusqu’en 1928 puis dans le catholicisme social. En 1930, il est président de la Jeunesse catholique de la Corrèze.

B) Résistance et déportation : sa véritable formation politique

Dès le 17 juin 1940, il appelle  à la Résistance. Chef du mouvement de Résistance Combat en Limousin (région R5) sous le nom de Duval, il est arrêté le 25 février 1943  par la Gestapo. Transféré à Fresnes , il est déporté en septembre 1943 à Dachau
Edmond Michelet préside le Comité patriotique français de Dachau .

Son expérience des camps le fera évoluer  sur le plan politique : patriotisme étroit/ Européisme-sens du dialogue-humanisme-clémence.

C) l’homme politique catholique

En juillet 45 il est délégué à l’Assemblée consultative provisoire au titre des prisonniers et déportés, œuvrant pour une modération de l’épuration post WW.
Élu député MRP de la Corrèze en 1945, il devient Ministre des Armées de de Gaulle( 21 novembre 1945,- 16 décembre 1946). Réélu député en 1946 , il  est battu en 1951.

Il adhère au RPF. En 1947, il participe à la fondation du Mouvement des Républicains Populaires Indépendants,  les exclus ou démissionnaires du MRP, préparant le retour du Général.

Il est sénateur de la Seine entre 1952 et 1959 (vice-président du Conseil de la République en 1958). Le 9 juin 1958, il revient au gouvernement comme ministre des Anciens combattants (ministère de Gaulle), puis comme ministre de la Justice ( 8 janvier 1959 – 24 août 1961); Michel Debré, mécontent de son opposition à la répression menée contre le FLN et les Algériens de Paris, obtient son remplacement.

Garde des sceaux, Edmond Michelet signe, le 4 juin 1960 une ordonnance qui rétablit la peine de mort pour raison politique, abolie depuis 1848 . Lors du procès des généraux factieux, Michelet écrit le 30 mai 1961 une lettre *(objet d’une controverse voir infra n.d.r.)   au procureur Besson lui enjoignant de réclamer à l’audience la peine de mort. Nicole Lemaitre donne une toute autre version(très édulcorée) de son attitude lors de ce procès.

Siégeant au Conseil constitutionnel, de 1962 à 1967, Michelet est par ailleurs président international du Centre européen de documentation et d’information (CEDI)* de 1962 à 1964.

En 1963, il fonde l’Association France-Algérie…

Edmond Michelet devient Ministre d’État, chargé de la Fonction publique, du 6 avril 1967 au 31 mai 1968 , puis succède à André Malraux comme ministre des Affaires culturelles, du 20 juin 1969 à son décès en 1970.

La cause de béatification d’Edmond Michelet a été introduite à Rome en avril 2015.

…………………………………………………………………………

Nota :

1* -CEDI ,regroupement des organisations chrétiennes et conservatrices diverses, qui se sont constituées dans plusieurs États de l’Europe de l’ouest dans le contexte de la reconstruction européenne d’après-guerre et de la guerre froide.  Pendant les premières années, le CEDI est dominé sur le plan idéologique et programmatique par son premier président,Otto von Habsburg.

2* –   Dans cette longue lettre de cinq pages, Edmond Michelet écrit : « Les articles 90 et 91 combinés, l’article 99 du Code Pénal semblent avoir été exactement conçus pour des situations de cette sorte. » Il s’agit d’articles figurant dans l’ordonnance du 4 juin 1960 cosignée par Edmond Michelet.

Il ajoute : « Le code est formel : il prévoit la peine de mort. On n’aperçoit pas quelles circonstances atténuantes peuvent être découvertes. »

in  « . « L’Histoire Secrète ».  Jean-Raymond Tournoux  . 

Réf CY-J 2017V23

La BnF (Bibliothèque Nationale de France)

La BnF  (Bibliothèque Nationale de France)

par Jacqueline SANSON, ancienne directrice

 

 

A) Des origines à nos jours  (de la bibliothèque du roi à la BnF)

La Bibliothèque Nationale est l’une des plus anciennes institutions culturelles françaises.
Charles V, roi de France au XIVème siècle aurait transmis sa collection de manuscrits à son fils Charles VI, collection  par la suite  dispersée.
La véritable date de création remonterait à Louis XI qui a transmis sa collection de livres à son fils Charles VIII et par la suite les rois de France ont eu à cœur de réunir leurs livres dans une Librairie particulière.

En 1537, le roi François 1er introduit par ordonnance, une injonction aux imprimeurs et aux libraires de déposer à la librairie du château de Blois tout livre imprimé mis en vente dans le royaume. Cette obligation, appelée dépôt légal, constitue une étape fondamentale pour la bibliothèque royale. Ramenée à Paris, dans la seconde moitié du XVIe siècle, elle traverse les guerres de religion.

La Bibliothèque connaît son véritable développement à partir de 1666 sous Colbert, qui a pour ambition d’en faire un instrument à la gloire de Louis XIV. Il l’installe dans le quartier qu’elle occupe encore en faisant transférer les collections royales qui ne pouvaient trouver place au Louvre. Il mène une politique d’accroissement des collections, achetant ou recevant en don un grand nombre de bibliothèques privées.

En quelques décennies, la Bibliothèque s’empare de la première place en Europe. L’abbé Bignon, nommé bibliothécaire du Roi en 1719, va donner à la bibliothèque un éclat sans précédent. Il l’organise en départements et poursuit l’œuvre de ses prédécesseurs en matière d’acquisition de documents, très soucieux de faire entrer tous les ouvrages importants de l’Europe savante. Il se préoccupe aussi de faciliter l’accès de la Bibliothèque, aux savants comme aux simples curieux.

A La Révolution française, le dépôt légal est supprimé pendant trois ans. Pourtant, la bibliothèque du Roi, devenue Nationale, enrichit considérablement ses fonds pendant cette période grâce aux confiscations pratiquées en France et à l’étranger : biens du clergé, bibliothèques des émigrés, collections particulières des princes… les bibliothèques privées de Louis XVI, de Marie-Antoinette.

Les confiscations révolutionnaires ne fait que rendre plus aigu le manque de place dont souffre alors la Bibliothèque. La première moitié du dix-neuvième siècle est une longue période de tâtonnements. En 1858, une commission conduite par Prosper Mérimée rédige un rapport sur les modifications à introduire dans l’organisation de la Bibliothèque impériale. Ses conclusions sont en partie reprises par Napoléon III qui confie à l’architecte Henri Labrouste( qui a donné son nom à la salle de travail des Livres imprimés (1868)) la reconstruction sur place d’une partie des bâtiments.

La réorganisation sera poursuivie par Léopold Delisle,qui,à partir de 1874, lance la réalisation du Catalogue général des livres imprimés dont la partie Auteurs ne sera terminée qu’en 1981. Une politique d’acquisitions de manuscrits d’écrivains est stimulée par le célèbre legs de Victor Hugo en 1881.

Au XXe siècle, la Bibliothèque ne cesse de s’agrandir :
– construction de trois annexes à Versailles (1934, 1954 et 1971)
– à Sablé en 1980
– à Provins en 1981
L’explosion de la production imprimée (12 414 ouvrages reçus au titre du dépôt légal en 1880 et 45 000 en 1993) pose un problème de taille.

Parallèlement,des outils informatiques et les progrès des télécommunications donnent de nouveaux moyens pour la gestion des collections,pour  leur repérage. pour la transmission des documents à distance ,conjuguée à la numérisation des textes et des images.

Le 14 juillet 1988, François Mitterrand  annonce « la construction et l’aménagement de l’une ou de la plus grande et la plus moderne bibliothèque du monde…devant couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission de données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d’autres bibliothèques européennes ».

En août 1989, le projet de l’architecte Dominique Perrault est retenu  pour une nouvelle construction  située en bordure de Seine dans le XIIIe arrondissement de Paris.

Le 20 décembre 1996, la bibliothèque d’étude du site François-Mitterrand s’ouvre.

Le 8 octobre 1998, l’ouverture de la bibliothèque de recherche scelle l’achèvement de ce grand projet.

B) Une espace toujours insuffisant

a) le Site Richelieu
Le site Richelieu, situé 58 rue de Richelieu, au cœur de Paris, est le berceau historique de la Bibliothèque nationale de France
Le quadrilatère actuel est limité par les rues de Richelieu, Colbert, Vivienne et des Petits-Champs. La Bibliothèque s’y est agrandie par vagues successives, du 18e siècle à nos jours.

De 1854 à 1875, Henri Labrouste va faire construire les espaces spécifiquement adaptés au fonctionnement de la bibliothèque et réaliser notamment une salle de travail, connue sous le nom de Salle Labrouste, ainsi que le magasin central des imprimés.
Puis de 1875 à 1932, Jean-Louis Pascal et Alfred Recoura, construiront et achèveront une nouvelle salle de travail : la Salle Ovale.
De 1932 à 1955, pour répondre à l’accroissement des collections des opérations de densification (creusement, comblement de cours, surélévation, …) seront menées par Michel Roux-Spitz.
Enfin, une salle de lecture sera créée en 1958 pour le département des Manuscrits, puis divers aménagements auront lieu jusqu’en 1977 pour tenter de trouver de la place pour l’ensemble des collections.

La rénovation du quadrilatère Richelieu, qui abrite aujourd’hui les collections spécialisées de la BnF (Arts du spectacle, Cartes et plans, Estampes et photographie, Manuscrits, Monnaies, médailles et antiques), devrait s’achever en 2020

En 2020, faute de place, quel nouvel emplacement ?

b) Le site François-Mitterrand

Ouvert au public en 1996, ses quatre grandes tours angulaires de 79 m de hauteur figurent symboliquement quatre livres ouverts

Nombre de documents: 30 millions dont 14 millions de livres.

 

  • 54 000 m² de salles de lecture
  • 57 000 m² de magasins
  • 400 km linéaires de rayonnages

 

Site de 7,5 hectares – Esplanade de 60 000 m² – Jardin de 12 000 m²

 

C) missions de la BNF

La Bibliothèque nationale de France est chargée :
– de rassembler le patrimoine documentaire national
– de le conserver
– de le fait connaître.

Les collections de la BnF :
– quatorze millions de livres et de revues,
– des manuscrits
– des estampes,
– des photographies,
– des cartes et plans,
– des partitions.
– des monnaies, médailles, documents sonores, vidéos, multimédia, décors, costumes

Ses espaces physiques sont fréquentés chaque année par plus d’un million de visiteurs.
Sa bibliothèque numérique, Gallica, permet de consulter gratuitement plus de trois millions de documents.

 

Réf : CY-J207V11

 

L’élection de Donald TRUMP, (le Brexit) et l’UE par Guy HOLMANN

Après l’Empire ?… – America first… le credo néolibéral…

Par Guy HOLMANN

 

 

L’élection de M Donald TRUMP aux USA ainsi que la sortie de l’Union Européenne de la Grande Bretagne remet en cause la stabilité du monde occidental telle que comprise depuis 1945

 

1 Les élections US de novembre 2016

a) rappel de quelques « marqueurs » de la société américaine

  • une seule devise : money, money (ou $,$)
  • exemples de réussite : Astor, Vanderbilt, Rockefeller, Getty, Carnegie, Ford, Zuckerberg, Gates
  • l’Etat est considéré comme un prédateur
  • « Aide-toi et le Ciel t’aidera »
  • influence des valeurs issues du protestantisme, la Destinée Manifeste
  • fonds politique isolationniste
  • sur le plan économique : prédominance de la théorie de l’offre – théorie du ruissellement

b) le programme de Trump : AMERICA First

– un protectionnisme renforcé et la renégociation des traités de libre échange internationaux, trop défavorables aux emplois aux Etats-Unis. Dans son viseur notamment : le traité de libre-échange nord-américain (NAFTA), et le partenariat trans-pacifique (TPP).(avec un  risque de représailles économiques)

Objectif : créer 25 millions d’emplois sur dix ans, à travers notamment des baisses d’impôts substantielles pour la classe moyenne et les entreprises, par une croissance de 4% par an. Relance du charbon et des mines sur le sol américain.

– l’expulsion de 5 à 6,5 millions d’immigrés clandestins, l’abrogation du droit du sol et le durcissement des conditions d’accueil des réfugiés

The Wall

– une baisse massive des taxes, «la plus importante depuis Reagan». Pour les contribuables, le taux maximum passerait de 39,6% à 33%. Pour les sociétés, le taux diminuerait de 35% à 15% dans le but de booster l’investissement. Suppression de l’impôt sur les successions.  

– restructuration de la dette des étudiants, mais en confiant cette mission au système bancaire privé et non à l’administration fédérale.

– la suppression d’Obamacare, la couverture universelle mise en place par Obama.

réchauffement climatique : «une invention des Chinois pour rendre l’industrie américaine non compétitive»

démantèlement des régulations de la loi Dodd-Frank après la crise financière de 2008. Réduction des pouvoirs de tutelle des autorités : aux banques de réguler le système

c) la base électorale de Trump

Majoritairement masculine mais avec une part non négligeable de femmes, de couleur blanche, appartenant plutôt à la classe moyenne et vivant majoritairement en zone rurale ou dans les dust belts, anti-intellectuelle, Main Street : les laissés pour compte de la financiarisation de l’économie mondiale(sentiment de déclassement).

d) le personnage Trump

Personnage atypique : presbytérien, misogyne, sans scrupules, narcissique, imprévisible, businessman accompli, politicien sans expérience.

TrumpTower

Pour l’américain moyen, il incarne le self-made man devenu milliardaire, c-à-d le rêve américain. Ses capacités et sa réussite entrepreneuriales indéniables dans le domaine immobilier ont séduit l’Amérique  : ces capacités seront-elles suffisantes pour ré-industrialiser les USA, contraindre les grandes firmes US et autres (allemandes par ex.)de produire aux USA les produits destinés au marché domestique, remettre à niveau les infrastructures publiques en état de délabrement avancé, c-à-d inverser la tendance observée depuis plus d’un quart de siècle, ( ε -c-à-d encore réaliser l’impensable : renverser le cours de l’Histoire et son inéluctable « mondialisation » néo-libérale). De la réussite de ce pari dépendra sa ré-élection en 2020.

e) élection du 8 novembre 2016

Trump, en obtenant 306 grands électeurs (232 pour Hillary Clinton) devient le 45ème président des USA et entre en fonction courant Janvier 2017.

Son passé d’hommes d’affaires le poussera vraisemblablement vers un pragmatisme qui pourrait le conduire à des revirements brutaux et imprévisibles dans bien des domaines…(ex : position à l’égard de la Chine).

2 – l’état du monde 2017

a) les USA

– En 20 ans, les USA qui restent pour quelques années encore la 1ère économie mondiale ont perdu une grande partie de leurs capacités manufacturières (cf :Wall Mart/Chine) qui  ont traversé  principalement le Pacifique mais aussi le Rio Grande .La Chine par exemple produit 9 fois plus d’acier que les USA.

– Une dette publique colossale : la dette publique américaine s’élevait en janvier 2017 à 19 960 milliards USD pour un PIB de 18 000 milliards USD. Cette dette est détenue principalement par la Chine et le Japon (Bons du Trésor US)

N° 45

– Pax americana : le gendarme du monde depuis la 2 nde guerre mondiale n’est peut-être plus en mesure d’assumer son rôle : il se recentrerait sur la zone Pacifique, poumon économique du monde actuel pour défendre ses intérêts fondamentaux et délaisserait l’Europe : d’où la fameuse formule «l’OTAN obsolète»

Les dépenses militaires américaines représentent 40 % du total mondial en 2016 avec 622 milliards de dollars. Les budgets de la défense cumulés des pays de l’Union européenne atteignent 219 milliards de dollars en 2016, soit un peu plus d’un tiers du budget américain (622 mds) mais plus que celui de la Chine (192 mds). Le budget de la défense en France équivaut au budget de la défense russe : 44 milliards USD .

b) vers un monde multipolaire (avec des valeurs autres que les valeurs occidentales »universelles »)

-la Russie, humiliée par le Occidentaux en 1989, reconstitue  à ses marches un cordon sanitaire :   Crimée Donetz, et….Pas de réaction américaine, pas plus de réaction européenne…Poutine peut poursuivre….

Intervention en Syrie … avec des négociations  de paix  préliminaires (février 2017) qui  se sont tenues au Kazakhstan.

– la Chine, forte de son potentiel économique accroit ses capacités militaires et pourrait adopter une stratégie d’expansion militaire et de récupération de territoires, notamment maritimes.

(Les réserves de change de la Chine les premières au monde se chiffrent en janvier 2017  à 3.011 milliards$)

Par ailleurs, la Chine s’implante en Afrique, écartant la présence européenne

– En 2040, après avoir pillé les connaissances technologiques de l’Occident avec l’accord de ce dernier (exemple : l’avion C919, copie conforme d’un Airbus) ,l’économie chinoise sera vraisemblablement la 1ère économie mondiale suivie de l’économie de l’Inde…

c) la remise en cause des valeurs héritées des Lumières

Pour les intellectuels occidentaux, libéralisme économique et libéralisme politique allaient de pair or la Chine est le contre-exemple de cette assertion : le capitalisme peut être adossé à une dictature qui se dit communiste. La matrice idéologique occidentale qui a prévalu au cours des 3 derniers siècles est en voie de disparition : n’entend-on pas déjà parler de la non-pertinence du concept de démocratie….

d) l’Europe

Avec ses 500 millions d’habitants, la vieille Europe représente le plus grand marché mondial solvable. Elle passe pour un eldorado : les dépenses sociales représentent 50% des dépenses sociales mondiales pour un PIB , équivalent à celui des USA, c-à-d le1/4 du PIB mondial .Cet eldorado qui allie liberté et sécurité peut attirer des investissements étrangers pour son exceptionnel cadre de vie.

Mais l’Europe, balkanisée, est un nain politique et militaire.(la plus grande force militaire conventionnelle en Europe est … à sa marge : l’armée turque)

Face au désengagement annoncé (mais pas encore effectif)des USA, l’Europe, oasis de prospérité pouvant attirer les convoitises de zones plus défavorisées, doit-elle assumer son propre destin,  en premier lieu sa défense et en conséquence se réarmer en vue de faire face à des puissances voisines qui pourraient profiter de sa faiblesse militaire ? Quelles conséquences sur son organisation politique ?

( Le Brexit : anecdote de l’histoire dont les anglais et les européens sont encore incapables de mesurer l’impact véritable…)

Devant cette évolution du monde,face à la montée des nationalismes de tous bords, l’Europe peut aller de l’avant ou se recroqueviller.

 

MAI 2017

ε : commentaire gratuit du rédacteur

Réf : CY-J2017v05   CR mai 2017 TRUMP Hollman

La guerre de l’eau aura-t-elle lieu ?

La guerre de l’eau aura-t-elle lieu ?

par François Ars,docteur en histoire contemporaine et enseignant à l’U.B.S.

Depuis le choc pétrolier de 1973, les media attirent régulièrement notre attention sur la future pénurie de pétrole, qui quand elle interviendra ne devrait que modifier nos modes de vie.
Par contre, la pénurie d’eau douce pour les activités humaines s’annonce pour le siècle à venir voir les prochaines décennies ; or l’eau qui fait partie de notre quotidien nous est absolument indispensable … et non substituable.

A – L’EAU DOUCE

Source : ONU
a1 la disponibilité

Notre planète bleue contient une abondance d’eau mais :
98% est salée ; reste donc 2% d’eau douce
et seulement 0,02% est utilisable  pour l’usage de nos sociétés
– 70% de l’eau douce est retenue sous forme de neige ou de glaciers sur les montagnes, ou dans les inlandsis (couche de glace très épaisse, qui recouvre une terre, une île ou un continent).
– 30% sont des eaux souterraines, contenues dans des  aquifères ou dans des nappes phréatiques.

a2 les besoins per capita

les besoins par personne et par an sont globalement estimés à 6900 m3 et les besoins iront croissants avec l’occidentalisation des modes de vie (piscine, lavage voitures…) sur la planète.

a3 des inégalités devant l’accès à l’eau

Le monde occidental a un accès à l’eau potable de qualité d’une manière globale, mais il n’en va pas de même dans les pays pauvres ou en voie de développement où il est un véritable privilège : près de 700 millions de personnes n’ont toujours pas accès à une eau propre et salubre et 2 milliards d’Hommes auraient besoin d’accéder à un assainissement amélioré. Conséquences : la maladie, la malnutrition et l’échec de récolte ; 6000 personnes meurent chaque jour de maladies diarrhéiques dans l’indifférence la plus totale. D’ici 2020 , 135 millions de personnes mourront en raison d’une eau contaminée. Quel est l’Etat (ou l’institution) qui trainera devant un tribunal un pollueur, surtout dans les pays pauvres ?
Des inégalités spatiales
L’Asie regroupe 61 % de la population mondiale pour 36% des réserves d’eau utilisable, l’Europe 12% pour 8% et l’Amérique du Sud 6ù pour 26%
Au total, 1,7 milliard d’humains manquent d’eau potable vivant en dessous du seuil de 1000m3/an par personne

a4 puisement dans les réserves

Pour faire face à une demande toujours croissante, la tentation est forte de puiser dans les nappes aquifères profondes qui ont mis des milliers d’années à se constituer et qui mettront autant d’années à se refaire.

a5 l’évolution des besoins/l’augmentation de la population mondiale

Cette croissance augmentera les besoins en eau inévitablement
De 1950 à 2009, la population a été multipliée par 2,7 et le prélèvement en eau par 3,2
1 personne dans un pays développé consomme entre 30 et 50 fois le volume d’eau consommé par une personne vivant dans un pays pauvre

a5 besoins en eau et agriculture

L’agriculture absorbe 70% de l’eau consommée.

-1 kilogramme de blé consomme 150 litres d’eau.
-1 kilogramme de maïs plus de 200 litres d’eau.
-1 kilogramme de bœuf consomme 12000 litres d’eau.
Un pays qui manque d’eau est un pays qui ne peut ni nourrir sa population, ni se développer

a6 disponibilités et réchauffement climatique

Le réchauffement climatique observé contribue à l’assèchement de vastes zones sur la Terre.

Les organisations internationales estiment que si le prélèvement est supérieur à 40% de la ressource renouvelable, alors la région est en situation de stress hydrique : en 2017 30% des régions au monde vivent en stress hydrique, elles seront en 2025 45 % …

a7 la dégradation de la qualité de l’eau

De plus,la qualité de l’eau ne cesse de se dégrader,avec des risques sanitaires pour la population, même dans les pays développés. Dans les pays développés et émergents (la Chine et l’Inde), l’eau est polluée par les rejets industriels dans les fleuves, et par les produits chimiques utilisés par l’agriculture qui s’infiltrent dans le sol jusqu’aux nappes phréatiques. Dans les pays du sud, les installations d’assainissements manquent, la population doit utiliser une eau qui n’est pas saine.

B – UNE SITUATION PREOCCUPANTE

b1 les grands bassins céréaliers

Quelques grands bassins céréaliers mondiaux (USA, Chine , Russie) approvisionnent l’humanité
– Le bassin chinois situé au nord du pays a amorcé son déclin  à cause de la pénurie d’eau de qualité.
Face à cette évolution , la Chine a pris les devants en « achetant l’Afrique » mais son développement industriel peut être bloqué pour cette même raison. D’où également les projets du gouvernement pour pomper l’eau au sud afin de l’acheminer au nord-est grâce à de grands projets de canaux de dérivations  »
– aux USA, le pompage de la nappe d’Ogallala (580.000 km2, autant que le lac Supérieur), dans la zone des Hautes-Plaines a transformé ces plaines semi-arides en l’un des greniers à blé de la planète, qui produit près de la 1/2 du bœuf US. D’ici 30 ans, la surexploitation tarira cet aquifère ou en rendra l’exploitation prohibitive conduisant alors à un effondrement pour l’agriculture et l’élevage de ces six États.
La raréfaction du volume de céréales se traduira par une hausse de son prix avec les conséquences sur l’alimentation de la population mondiale.

B2 quelques unes des zones sous tension
  • le lac Tchad (Niger, Tchad, Cameroun, Nigeria)
    Ce lac couvrait en 1962 25 000 km2, il couvre de nos jours 2 000 km2 , amorçant la désertification de toute la zone
  • la mer d’Aral
    En s’asséchant, la mer d’Aral laisse à ciel ouvert 36.000 km2 de fonds marins, recouverts de sels que le vent emporte et dépose sur des milliers d’hectares de terres arables.
  • En Iran ,le niveau des eaux des lacs Hamouns alimentées par l’Afghanistan limitrophe ne cesse de baisser transformant en désert une zone marécageuse
  • Au Moyen-Orient, de nombreux ouvrages ont été réalisés sur les deux grands fleuves que sont le Tigre et l’Euphrate, que ce soit en Turquie, en Syrie ou en Irak., avec pour conséquence une réduction du débit de l’Euphrate en Syrie de 11 milliards de m3 et celui du Tigre de 6
  • Un traité de 1944 prévoyait un partage des eaux entre le Mexique et les États-Unis, le Mexique fournissant des eaux du Rio Grande et les USA garantissant un débit minimum au Colorado. Mais, le Rio Grande est à sec..
  • le Tibet, le « château d’eau de l’Asie »., stratégique
    L’Indus, le Gange, le Brahmapoutre et le Mékong y ont leur source. Puiser ou dériver l’eau de ces fleuves ne peut qu’aviver les tensions entre la Chine, l’Inde, le Bangladesh, et le Pakistan
  • le bassin du Nil vital pour l’Egypte. La construction par l’Ethiopie d’un grand barrage et de stations de retenues d’eau sur le Nil bleu va modifier les ressources disponibles en Egypte.
  • Israël et ses voisins se disputent les eaux du Jourdain, du Golan et des nappes aquifères profondes.

C –  ET DEMAIN ?

c1 des leçons de  l’histoire ?

Les perspectives en matière d’eau douce ne sont pas réjouissantes. Avoir accès à l’eau est donc devenu un enjeu économique crucial à l’échelle planétaire qui pourrait devenir, dans le siècle à venir, l’une des premières causes de tensions internationales, d’autant que plus de 40 % de la population mondiale est établie dans les 250 bassins fluviaux transfrontaliers du globe.

Jusqu’à ce jour , l’eau n’a pas été source de conflit majeur : d’où le manque de visibilité pour l’historien. Le partage de l’eau a fait l’objet de traités… Mais à l’avenir, la pénurie n’entrainera-t-elle pas des conflits armés ?

c2 la prise de conscience

L’eau ne pourra plus être considérée comme un élément inépuisable. Le renchérissement de l’eau est inévitable, en raison du coût de son traitement et de sa rareté

c3 les solutions techniques (du farfelu au concret)
  • rechercher de l’eau sur Mars
  • désaliniser l’eau ( coût prohibitif à l’échelle de la planète) 
  • faire appel à la chimie pour combiner l’hydrogène et l’oxygène
  • rechercher (Sahara) des aquifères non encore exploités
  • recycler en boucle et  au maximum l’eau consommée
  • réduire la consommation par personne (choix dans l’alimentation, ….)

En conclusion : à court terme, les occidentaux feraient bien de prendre conscience du gaspillage généralisé de la ressource qui s’annonce rare et de modifier leurs comportements en conséquence.

source : fundacion neotropica

CR L’EAU avril 17 ARS

Nota : les photos viennent illustrer cette conférence ex cathedra

……………………………………

Réf CY-JIV06ag

Le parfum dans l’antiquité par Dominique Frère, UBS

Le parfum dans l’antiquité

par Dominique Frère, UBS

 

Le  1er atelier de parfumerie connu (en Iran) remonte au IVe millénaire. Les huiles parfumées apparaissent avec les premières civilisations et marquent l’histoire du Proche-Orient et de la Méditerranée durant toute l’antiquité.

Un parfum est par essence éphémère : il s’agit donc d’entreprendre une archéologie et une histoire de l’évanescent.

a) dimension historique 

a1 Des récipients par milliers

Des milliers de vases à parfum de 4000 AEC à 500 EC ont été retrouvés sur le pourtour méditerranéen, mais la quasi intégralité de ces récipients sont vides et le contenu des récipients exploitables ne recèle guère d’effluves mais des traces des produits utilisés à des époques où la chimie était inexistante : les produits utilisés étaient donc tous « naturels »
Ces vases étaient en verre, en métal , en céramique, en pierre , en albâtre, en cuir…

a2 la recherche archéologique dans le monde méditerranéen
Il reste très peu de vestiges d’ateliers de parfumerie
– l’atelier de Pyrgos l’âge du bronze( 1850 avant JC) à Chypre fouillé par une mission italienne
L’atelier, situé à quatre kilomètres de la mer a été détruit vers 1850 av. J.-C. par un tremblement de terre suivi d’un incendie. Sept pièces ordonnées autour de deux cours ont été dégagées. Diverses activités y ont été identifiées : filage et tissage de la laine, métallurgie du cuivre, production d’huile et de parfums. Les opérations d’enfleurage d’huile étaient en cours au moment du tremblement de terre : quatorze petites fosses contenaient des cruches qui auraient servi à la macération des matières premières odorantes dans l’huile d’olive et, autour, se trouvaient des pilons, des tasses à bec latéral, des entonnoirs, des louches, des cruches et des flacons à parfums en céramique.

 

3 ateliers ont été étudiés par des archéologues français(Jean Pierre Brun) :
– Pompéi (champs de roses à proximité)
– Paestum
– Delos
Un parfum est composé de 3 éléments
– un excipient( huile d’olive verte, d’amandes, graisse animale)
– des arômes (plantes méditerranéennes ou exotiques)
 – un fixatif conservateur
Bien que d’un usage courant, aucun atelier n’a été retrouvé en Gaule.

A partir du 8ème siècle avant JC,l’utilisation du parfum sous l’influence de la Grèce se répand en Europe occidentale,: en attestent les flacons de tous formats retrouvés dans les tombes, dans les villas,dans les monuments funéraires…
a3 L’usage des parfums

L’Antiquité classique hérita des civilisations de l’âge du bronze du bassin oriental de la Méditerranée toute une tradition d’usages et de procédés de fabrication de parfums et de cosmétiques qui se différencièrent et se complexifièrent
– à l’âge du bronze, un rôle principalement rituel en rapport avec le culte divin

Puis, les huiles parfumées remplirent progressivement des fonctions bien plus étendues, dépassant la sphère religieuse pour couvrir l’essentiel des besoins du corps.

Ces principaux emplois sont :
-les rituels divins.
-les funérailles
-les soins du corps/la médecine
-les sports
-la séduction
-le marqueur social
-la guerre
Ce modèle culturel d’usage des parfums pour les femmes et pour les hommes a été largement diffusé par la colonisation grecque et phénicienne. Les Phéniciens, parmi les premiers marchands de parfums de la Méditerranée, ont joué un grand rôle non seulement commercial mais aussi de diffuseur culturel pour l’emploi des parfums, dans toute la bordure méridionale du bassin méditerranéen,

En Italie, les Grecs des colonies et les Étrusques furent les vecteurs de la pénétration des parfums qui accompagnaient les fêtes.

Lorsque les parfums sont devenus plus abordables pour la majorité des citoyens une hiérarchie des parfums s’est créée, fondée sur la rareté des ingrédients(ex : encens, myrrhe) et la complexité des recettes. La spécialisation et la complexification grandissantes des fabrications ont nécessité des réseaux d’échanges importants
La divergence entre parfums communs et parfums de luxe incorporant des substances importées de grand prix se manifeste dans la littérature (Théophraste et Pline l’Ancien notamment) et dans la documentation archéologique.

b) le contenu

b1 axes de la recherche :
– provenance du contenant
– type de vase permettant une datation
– analyse des échanges entre lieu de fabrication et lieu d’utilisation
– usage du vase et statut du contenu
b2  les  disciplines
Si la littérature donne les recettes des parfums les plus précieux et les plus réputés de l’Antiquité, ces parfums luxueux étaient réservés à la plus haute aristocratie.
Pour connaître les parfums les plus communs 2 moyens :

– la paléogénétique(ADN)
– l’archéologie organique (recherches des marqueurs)

b3 les contenus observés ( ex vase de Dinan)
– base grasse (huile d’olive et de lin, graisses animales de non-ruminants fortement chauffées)
– substances aromatiques (laurier, myrrhe, thym, camphre, résine de pin, la rue, lait de femme ou d’ânesse, bile animale,…)
Plutôt que de parfum, il s’agirait plus d’…huiles parfumées, très éloignées des parfums chimiques actuels.

 

………………………………………………..
Réf CY-JIII09

 

 

 

ORIGINE DES NOMS DE LIEUX en Bretagne

Origine des noms de lieux en Bretagne

par Michel Priziac, président de l’Association des Ecrivains bretons.

Pour se repérer sur un territoire, plusieurs possibilités s’offrent à nous : les noms de lieux, les coordonnées ( longitude-latitude) , les coordonnes Lambert ou dans une ville US un n°et un nom de rue.
Le 1er besoin de localisation géographique s’est fait ressentir il y a 100 000 ans pour repérer les lieux de sépulture.
Ceux-ci ont évolué dans le mégalithique vers des allées couvertes, des dolmen , des menhir et des
CAiRn.

A) Généralités

CAR qui  désigne un rocher, une roche ou un caillou est le plus ancien nom connu en toponymie
Depuis l’homme préhistorique, il représente un abri sous roche, un élément avec des cailloux ou un bâtiment en pierre ou même une ville fortifiée, qu’il s’écrive CAR ou KAR ou KER : CARhaix.
Ce nom remonte au pré-indo-européen : le Caire par ex.
En 1962, sur Morlaix campagne, il a été recensé 70 KER pour 238 hameaux ou lieux-dits répertoriés.
Ker , à l’heure actuelle désigne soit une maison, soit un hameau, soit un village ou même une ville

ONNA ( eau au sens large) ex : Saône et Rhone
L’association KAR et ONNA ont donné la Garonne mais aussi Charonne et Chalonne
En raison des variantes entre langues, ONNA peut devenir Ognon par exemple en Vendée, l’équivalent du Douron(bzh) de Bretagne.

Les noms des lieux dont donnés par les habitants locaux en fonction de leur spécificité : il est très difficile de les débaptiser :
Pontivy est devenu sous les 2 Empires Napoléon Ville mais est très vite redevenu Pontivy après 1870.
En raison de l’importance économique de la Compagnie des Indes, l’Orient (Lorient) a par contre remplacé Le Faouet Blavet

Les particularités et les différences de la langue bretonne en fonction des évêchés où elle est parlée explique les différences dans la toponymie
Le Kaer du Trégor devient Kear dans le Leon, Dour en KLT devient Dor en vannetais

DOUR (bzh) vient d’un ancien mot gaulois DOR désignant de l’eau, essentielle à la vie( boire , abreuver les animaux, arrosage des prés)
Dordogne (DOR / OGNE) prend sa source aux Monts d’OR

KROAS HENT (bzh) a été francisé en croissant alors qu’en breton il signifie carrefour

LUCH (vieux bzh avant 1150) qui désigne un étang , devient Loch , et parfois Louche ou Lalouche

BREST viendrait de BRE colline et ST fortifiée
le St pouvant évoluer en HT puis en Hat donnant Bréhat

HENVIC Hen = vieux et Vic = bourg le Hen venant de Sen comme senior

B) Noms en lien avec les reliefs

a) MENEZ (bzh) = Montagne. La Bretagne est connue, surtout de ses habitants, pour ses Montagnes qui culminent à quand même quelques 300 mètres.
b) RUN(bzh) colline de forme arrondie
se déclinant en Reun ou Ru ( à ne pas confondre avec le même terme en français qui désigne un petit cours d’eau)
c) ROZ (bzh) : flanc de colline ex : Roz Avel
d) TRAON (bzh) : vallée
Traon Riou : vallée des rois
e) VAU a donné Val Ex : Laval ou Vauvert
f) GWAZH(bzh) cours d’eau ex Goasveur = grande rivière
g) POUL (bzh) : mare
Pempol : Pen Poul = bout de la mare ou encore fond de la baie
h) TRAON (bzh) = vallée

C) Noms en fonction de la nature des sols

ROC’H (bzh) : la Roche ex : roc’hell
Au Moyen Âge, Roc’h désigne l’éperon rocheux, position défensive pour les chevaliers
Roc’h glaz (bzh) peut devenir rochallaz (ou rocher vert)

D) noms en fonction  de la végétation

Les forêts ont donné des noms de lieux :
– chataigneraie kistinn →kistinnec→ kistinnic
– cerisaie kerez (bzh)→ kerezec→ kerizac
– hêtre fagot ( g ne se prononçant pas en bzh)→ faou avec ses déclinaisons

E) noms en fonction  des habitants et des activités humaines

a) KER(bzh) : maison de
Kervelles peut venir de Kerbellec ou Kermellec ( maison de prêtre ou de St Mellec)
Kerampuz  peut faire référence à un puits ou à du buis
b)LO’Ch a donné Locmaria, Locquénolé ,lieux où les saints étaient honorés
c) la Madeleine ( la sainte des lépreux) fait référence aux léproseries, de même que corderie
d) PLOU correspond aux paroisses primitives
e) LAN fait penser à un ermitage primitif mais aussi à la lande bretonne
f) TRE : lieu habité sans connotation religieuse qui évoluera vers Trève, découpage d’une paroisse
g) SAINT… :  ces lieux font référence à une église, à un oratoire, qui ont existé ou peut-être existent
encore de nos jours
En conclusion , la toponymie, étude de l’origine et de l’étymologie des noms de lieux, fait appel à l’ethnologie, à la linguistique, à l’évolution des langues, à la géographie et à l’histoire , à une bonne connaissance du terrain et des archives et à beaucoup de prudence dans l’interprétation.

………………………………………………………………

Réf : CY-J2016XII15

CR Origine des noms de lieux en Bretagne

Les guerres balkaniques : prélude à la Grande Guerre par J-P Rivenc

jp-rivencLes guerres balkaniques : prélude à la Grande Guerre

par Jean- Pierre Rivenc, professeur d’histoire à l’IUFM Quimper

En octobre 1912, Ouest Eclair titre à propos de la guerre dans les Balkans : « l’Europe sera-t-elle entraînée dans le conflit ?  La réponse viendra 2 ans plus tard. « Répétition générale » par bien des aspects de la 1ère Guerre mondiale, les guerres balkaniques furent également la matrice des conflits ultérieurs.

1 Les forces en présence et les enjeux du conflit

a) La péninsule des Balkans : délimitation géographique

1815_europeau Sud-Est de l’Europe, doit son nom au massif montagneux qui la traverse. Elle est délimitée par l’Adriatique, la mer Égée, la mer Noire et au nord, le Danube et son affluent, la Save.

b) les «puissances» en Europe

L’Angleterre, la France, la Prusse (puis l’Empire Allemand), l’Autriche et la Russie dominent le continent européen.

c) l’Empire Ottoman

qui s’est construit entre 1300 et 1700  , a laissé une grande autonomie aux peuples sous son contrôle.(auto-administration).
carte-ottomanL’Empire — surnommé «La grande Porte» mais aussi «l’homme malade de l’Europe» par l’empereur russe Nicolas Ier,en raison de sa faiblesse financière ( absence de vrai budget, irrégularité des rentrées fiscales), entre en phase de décomposition au XIX ème siècle et devient la proie des grandes puissances.

d) les prétentions de 3 puissances sur la zone
  • l’Angleterre a pour impératif de contrôler la route des Indes, donc de la Méditerranée
  • la Russie veut accéder à la Mer Méditerranée en prenant appui sur les populations orthodoxes et sur le panslavisme
  • l’Autriche -Hongrie veut contrôler la basse vallée du Danube pour accéder aux Détroits (chemin de fer)
e) les étapes du démembrement de l’Empire Ottoman en Europe et la montée des nationalismes

La Serbie
Une première révolte des Serbes dirigée par Georges Petrović, surnommé Karageorges a lieu entre 1804 et 1813. . Echec.
Une seconde révolte a lieu en 1815, sous la conduite de Miloš Obrenović,  aboutit à l’autonomie de la Serbie. Miloch Obrenovitch est élu Prince de Serbie en 1818, et reconnu Prince héréditaire par l’Assemblée Nationale Serbe en 1827.
En 1878, le Congrès de Berlin accorde son indépendance à la Serbie et, en 1882, le prince Milan IV Obrenović devient roi de Serbie.
La Grèce
La guerre d’indépendance grecque(1821-1829) se déroule dans le Péloponnèse et autour d’Athènes. I avec des combats en Épire. La victoire finale est  obtenue grâce au soutien des grandes puissances, France, Royaume-Uni et Russie, les futures« Puissances Protectrices » du jeune royaume grec . Afin de ménager encore l’Empire ottoman, la Conférence de Londres de 1830 fixe le territoire du nouvel État. : le Péloponnèse, une partie de la Roumélie, quelques îles proches du continent comme Égine ou Hydra et une partie des Cyclades.
-L’Insurrection de la Bosnie-Herzégovine en 1875–1878
Une révolte paysanne aboutit au final à une guerre serbo-turque de 1876-1878 qui s’étend à d’autres régions des Balkans (Insurrection bulgare d’avril 1876, Guerre russo-turque de 1877-1878)
Le traité de San  Stefano, qui met fin au conflit russo-turc, (indépendance complète de la Roumanie et de la Serbie, création d’une Grande Bulgarie, autour de Sofia) est remis en cause par les autres puissances européennes et Bismarck réunit en 1878 une conférence à Berlin qui redessine la carte des Balkans : les chancelleries s’accordant, pour mettre à la tête des états de la zone, des roi issus de la noblesse européenne de 2nd rang.
un regain de tensions au début du 20ème siécle
a) la constitution des grandes alliances
b) les rivalités entre les états nouvellement créés (enjeux territoriaux)
c) l’arrivée au pouvoir des «Jeunes Turcs» dans l’Empire Ottoman
d) l’annexion par l’Autriche en 1908 de la Bosnie-Herzégovine, rompant le statu quo avec les Russes
e) intervention militaire de l’Italie contre l’Empire Ottoman : la Libye annexée en 1903

2 les Guerres Balkaniques

Destiné à se protéger à la fois de l’Empire ottoman comme de l’Empire austro-hongrois, les états balkaniques crée une ligue balkanique, alliance en vue de dépecer les restes de l’empire ottoman en Europe.
balkan-vavant-guerres_balkaniques_-_situation_avant_1912Ces nouveaux états ont été équipés militairement par les industries militaires de l’Europe (Schneider, Krupp,…)

A)les Guerres

1ère Guerre
 Les coalisés attaquent en octobre 1912 à l’initiative du Monténégro. Ils sont partout vainqueurs à la surprise générale. Les Serbes entrent en Macédoine, les Grecs à Salonique, les Bulgares en Thrace ou ils ne sont arrêtes qu’à 30 kilomètres de Constantinople.
Une conférence à Londres, réunie dès la fin de l’hiver 1913, aboutit notamment à la création de l’État d’Albanie mais ne règle pas le sort d’une large bande occupée conjointement par les armées alliées.800px-guerres_balkaniques_-_situation_apres_la_premiere_guerre
2nde Guerre
 Tant et si bien que, les armées bulgares toujours sur le pied de guerre attaquent la Serbie (28-29 juin 1913) ex-alliée, au sujet de la Macédoine. Mais les ambitions bulgares inquiétant les autres États  se heurtent à l’armée serbe, mais aussi aux armées de la Grèce, du Monténégro, de la Roumanie et même de la Turquie qui en profite pour récupérer Andrinople. La Bulgarie demande l’armistice et se tient une conférence à Bucarest:

le Traité de Bucarest, 10 août 1913

– La Serbie accroit son territoire d’un tiers vers le sud et partage avec le Monténégro le Sandjak de Novi-Bazar.
– La Bulgarie n’annexe que l’Est de la Macédoine et une partie de la Thrace, .
– La Grèce annexe Salonique et la Thrace occidentale
– La Roumanie annexe la Dobroudja méridionale
– L’Albanie indépendante créée par la Conférence de Londres, sous protectorat commun de l’Autriche-Hongrie et de l’Italie.

guerres_balkaniques_apres_traite_de_bucarest – La Turquie perd tous ses territoires européens, sauf la Thrace orientale avec Andrinople et Constantinople et les Détroits.les-balkans-de-duroselle

B) la préfiguration de la 1ère Guerre Mondiale

b1 évolution de l’Art militaire
– la mitrailleuse, arme de l’avenir pour contenir les charges de cavalerie ou d’infanterie
– guerre de tranchées (barbelés)
– 1er pas de l’aviation (observation, bombardement)
– importance de l’artillerie : feu roulant pour permettre l’offensive des troupes
b2 les conséquences sur les populations
– mobilisation très importante des populations (équivalent à la Grande Guerre) près de 10% de la population
– les hommes à la guerre, les femmes au travail
– des pertes massives en combattants : près de 15 % des effectifs
– une fuite massive des populations (estimation 110 000 «slaves», 100 000 grecs, 220 000 «ottomans ) , des atrocités commises par tous les belligérants
– une épuration ethnique

.
Le 28 juin 1914, de Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine partira l’onde de choc qui déclenchera par le jeu des alliances la 1ère Guerre Mondiale.
Progressivement, ces états vont entrer dans le conflit mondial et près de la moitie du territoire balkanique sera le théâtre d’opérations militaires jusqu’en 1918 : soit 6 années de guerre pour les populations du Nord des Balkans.

.1910_peoples………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Réf : CY-J2016XII02

les-guerres-balkaniques

«L’Afrique, enjeu de rivalités de puissances»

«L’Afrique, enjeu de rivalités de puissances»

par Alain COLLASalain-collas-_2059447

 

« L’Afrique est-elle mal partie ? » En élargissant à l’ensemble du continent africain le propos tenu dès  1962 par René Dumont sur l’Afrique Noire. Certains spécialistes partagent encore ce point de vue sur ces territoires qui ne semblent connaître que sécheresses, famines, épidémies, guerres civiles et autres désolations.
D autres experts pointent toutefois des signes encourageants laissant à penser que certains pays deviendront sous peu des pays dits « émergents »
Quelle est la réalité ?

A) Un continent avec ses spécificités propres

Conférence de Berlin 1884
Conférence de Berlin 1884

L’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20 % de la surface des terres émergées. Son PIB représente en 2015 moins de 5% du PIB mondial. Son PIB/hab est inférieur au 1/3 du PIB/hab mondial. La part de l’Afrique en 2012 dans le commerce mondial est inférieur à 3%(pétrole, minerais, produits alimentaires : produits principaux exportés).
Au XIXe siècle, la colonisation partage l’ensemble de ce continent entre les métropoles européennes, la France et le Royaume-Uni au premier chef, le Portugal ,l’Allemagne, la Belgique et l’Italie pour quelques miettes
Dans les années 60, la quasi-totalité des 55 Etats accèdent à l’Indépendance en conservant les tracés de 1884 .

.

.

.

A1 une démographie galopante

afrique_population-zones– L’Afrique compte actuellement 1,1 milliard d’habitants ; ils seront 1,5 milliard en 2030 et 2 milliards en 2050 soit le 1/5 de la population mondiale.
– 63% ont moins de 25 ans : un véritable réservoir de main-d’œuvre
car de plus le taux d’alphabétisation est proche de celui de la Chine de 1980, au moment de son décollage économique ( avec toutefois de fortes disparités régionales)

A2 des ressources abondantes

L’Afrique dispose sur son territoire des capacités à nourrir ces 2 milliards d’habitants sur la base de son alimentation actuelle.
Par ailleurs le sous-sol de l’Afrique recèle des gisements ( pétrole, minerai, terres rares) qui lui permettent d’assurer afrique-ressources-naturelles1 afrique-carte-indice-de-developpement-humainson développement : certains pays ont en outre un IDH(Indice de Développement Humain) susceptible d’assurer un décollage économique.

 

 

 

 

 

A3 des inégalités profondes

Ces ressources abondantes sont malheureusement loin d’être toutes mises en valeur ou sont tout simplement pillées pour les raisons suivantes :
facteurs géographiques
Des sécheresses à répétition depuis 40 ans conduisant à des famines ont bouleversé les sociétés des pays concernés en entraînant des déplacement de populations : des pasteurs migrent pour rechercher des nouveaux pâturages pour leurs bêtes entrant en conflit avec des agriculteurs sédentaires, faisant renaître des rivalités ancestrales et déstabilisant certains pays
La mondialisation qui a soumis le prix des matières premières alimentaires aux variations de cours mondiaux ( hausse des prix entraînant les émeutes de la faim en 2008 au Cameroun et au Sénégal par exemple)
Une urbanisation, récente, massive et chaotique
.des villes champignons telle que Lagos avec un centre «  sur le modèle occidental  » entouré de bidonvilles où le luxe côtoie la misère la plus profonde sont des lieux de tensions (économiques, ethniques, linguistiques et religieuses)

Nouadhibou
Nouadhibou

.des poches de modernité créées de toutes pièces pour s’intégrer dans la mondialisation ex : Nouhadibou en Mauritanie bâtie sans plan d’urbanisme est un port tourné vers l’export des matières premières. La divergence de mentalités d’ une ville ,nouvelle frontière avec la modernité ,et l’ancienne capitale administrative Nouakchott peut être source de dislocation du pays.

des facteurs historiques
La conférence de Berlin de 1885 a délimité les zones d’influence des pays européens en Afrique .A quelques exceptions près , l’accès à l’indépendance n’a pas remis en cause ces tracés
Par son commerce des esclaves, l’Afrique avait appauvri son continent et favorisé de ce fait la prise de contrôle par les Occidentaux.

Religions en Afrique
Religions en Afrique

La mise sous tutelle par les Européens a laissé des traces :
-sur le plan culturel ( langue française/ langue anglaise, politique,droit…)
-sur le plan religieux (catholicisme/protestantisme)
Les élites traditionnelles sur lesquelles s ‘étaient appuyées les Britanniques ont retrouvé à l’indépendance la totalité des pouvoirs politiques ;
La France avait quant à elle forgé une nouvelle élite dont une partie s’était intégrée aux rouages de la RF( ministre, présidence d’assemblée nationale ), délaissant l’élite traditionnelle.
A l’indépendance, cette nouvelle élite est restée étroitement liée à l’ex-puissance coloniale.
Jusqu’en 1989, l’Afrique avait fait l’objet d’attention de la part de l’Occident qui craignait de voir tomber dans le giron soviétique les nouveaux états indépendants.
A l’effondrement de l’ours russe en 1991 , l’Occident s’est désintéressé de l’Afrique qui a dû affronter des difficultés économiques , les aides au développement étant réduites ou suspendues à des réformes démocratiques .Cette décennie du chaos a été marquée par des guerres civiles, aboutissement paradoxal des processus démocratiques engagés
En 2001, revirement de l’Occident qui craint de voir se développer des bases terroristes sur le sol africain

B l’Afrique , enjeu de nouvelles puissances

richesses-convoiteesb1 sur un plan économique
Longtemps restée le pré-carré des franco- britanniques, lors de la décolonisation (fin des années 50) , le continent s’ouvre à d’autres puissances :
-les USA dès les années 60 : les Compagnies pétrolières Exxon, Mobil s’intéressent essentiellement au pétrole off-shore du golfe de Guinée et au pétrole soudanais
et plus récemment
-La Chine qui convoite le pétrole africain pour assurer son développement économique et les terres fertiles pour alimenter son peuple.
Depuis 2009, la Chine a dépassé les Etats-Unis pour devenir le plus grand partenaire commercial de l’Afrique. En 2012, le volume du commerce chineafriqueChine-Afrique a atteint environ deux fois celui du commerce Etats-Unis-Afrique.
A 200 milliards USD sont évalués les échanges commerciaux entre Chine et Afrique en 2015 ( avec un objectif de doublement d’ici 2020). La Chine importe du pétrole et des minerais des pays producteurs (Angola, Zambie, Afrique du Sud, etc.) et elle exporte ses textiles, ses téléphones ou ses voitures…
2500 sociétés chinoises implantées en Afrique dans les secteurs des mines du pétrole de l’énergie en des télécoms, de la construction et des infrastructures de transport.
land-grabingLe montant des financements publics chinois s’est élevé à 75 milliards USD en Afrique entre 2000 et 2011. Pékin a séduit de nombreux Etats africains en leur proposant une offre cousue main : les services de ses entreprises et son aide financière. aide liée, qui sert à acheter des biens ou des services chinois. Toutefois, si la Chine n’est pas rebutée par les régimes dictatoriaux , elle n’apporte pas les retombées économiques que pourrait attendre l’Afrique : en effet elle importe ses machines de l’empire du milieu, emploie des salaries chinois payés au tiers du salaire chinois…

-l’Inde
1,3 million d’Indiens sur le continent
en forte progression, le commerce entre l’Inde et le continent totalise un volume d’un peu plus de 60 milliards de dollars en 2015 (+ 42 % depuis 2008).
Avec retombées économiques dans les pays concernés

-le Vietnam

Tous produits et secteurs confondus , les échanges globaux entre le Vietnam et l’Afrique (exportations et importations) auraient totalisé $ 14,5 milliards en 2015, dont $ 3,5 milliards d’exportations vietnamiennes, en hausse de 200% par rapport à 2010.

-l’Allemagne en investissant dans le secteur automobile à l’intention d’une nouvelle classe moyenne supérieure en cours d’émergence
-le Brésil dans les ex-colonies portugaises

-la France
ses intérêts ne sont pas négligeables puisqu’ils représentent 17% de ses exportations (28 milliards d’euros en 2011 et 26 milliards pour les importations).
Toutefois , la France semble dépassée sur le plan économique et son influence s’appuie sur ses interventions militaires comme à l’heure actuelle au Mali et en Centre Afrique,
B2 sur le plan politique
Les puissances émergentes essaient de créer des zones d’influence en vue d’orienter les votes dans des organisations type ONU.

C) conséquences actuelles et à long terme sur le continent africain

  • afrisue-et-petrolepétrole et conflits
    Sur le long terme, la raréfaction du pétrole et en voie de conséquence la remontée des prix rendront rentables des gisements inexploités à l’heure actuelle : la lutte pour le contrôle de ces gisements va mener à la déstabilisation politique de certains états : conflits à venir.
  •  émigration – drogue
    La forte croissance démographique, si elle n’est pas accompagnée d’une croissance économique équivalente va mettre sur les routes de l’exode des millions de jeunes africains.
    Par ailleurs la drogue en provenance de l’Amérique latine transite par l’Afrique pour arriver en Europe, flux-migratoiresempruntant au passage les mêmes circuits que ceux de l’émigration et alimentant le commerce des armes sur ces lieux (Touareg en révolte contre l’état central, djihadistes de tout poil)
    les conflits religieux
    L’avancée de l’islam dans sa version la plus radicale sur des territoires christianisés et occidentalisés s’appuie sur la misère et le manque de perspectives des peuples africains. (politique ambiguë de l’Algérie qui conforte sur sa bande saharienne certains groupes terroristes pour bénéficier de fonds américains de lutte contre le terrorisme… )

Des incertitudes pèsent donc sur l’avenir de l’Afrique

popdensitesafriquea)Des pays à fort potentiel de développement tels que le Nigeria, l’Ethiopie, le Maroc pourraient devenir des pays émergents mais ils ne sont pas à l’abri d’instabilités politiques qui pourraient réduire à néant tout espoir de développement
b)l‘Afrique a fourni un effort important de scolarisation et de formation : cette classe moyenne supérieure restera-t-elle dans les pays occidentaux où elle a été formée ou reviendra elle en Afrique : le développement futur peut s’évaporer par manque de capital humain
c)alimentation de la population africaine
L’Afrique a le potentiel pour nourrir ses 2 milliards d’habitants à condition que :
.les cultures végétales traditionnelles ( manioc, blé) restent les produits de base
.les excédents occidentaux ne viennent pas détruire par des prix cassés les productions locales
.la maîtrise de l’eau soit optimisée ( puits, barrages adaptés…)

.
afrique-conflitsL’Afrique pourra-t-elle un jour prendre véritablement en main sa propre destinée  ? Rien n’est moins sûr? (le potentiel existe au Nigéria, au Maroc ou en Ethiopie notamment, l’ Afrique du Sud étant un cas à part). Mais la multiplication des intervenants économiques d’origine étrangère en compétition dans l’accaparement des ressources naturelles risque d’ exacerber  la déstabilisation politique sur le continent.
Les pays abondamment dotés en ressources naturelles voient leurs institutions sapées par les comportements de recherche de rentes et le clientélisme(malédiction de la rente!), or le capital institutionnel s’avère déterminant dans la trajectoire de croissance à long terme et de décollage économique.

Par ailleurs, la quarantaine d’interventions militaires françaises sur le continent depuis 1960 n’est pas également un signe encourageant. Les budgets alloués à ces interventions(qui s’avèrent incapables d’aboutir à des solutions politiques durables) ne seraient-ils pas plus utiles dans des projets d’aides au développement (de l’agriculture notamment)? Car seul le développement économique est à même de vaincre la misère , terreau des rébellions et du terrorisme;

 

……………………………………………

Réf CYJ16oct1

afrique-continent-coul-1-707x1024

 

caravanes en Afrique
caravanes en Afrique

La démocratie à l’épreuve par Laurent Laot

La démocratie à l’épreuve d’aujourd’hui

le-pretre-analyse-la-gouvernance-de-levequepar Laurent Laot

1 préambule

Le Politique  est le domaine de l’activité humaine qui a pour fonction, au sein d’une communauté habitant sur un territoire donné, traversée par des conflits et tensions d’établir un minimum d’accord pour « vivre ensemble » et gérer les relations avec le monde extérieur. Cet accord est précaire et en constante évolution.
Cette fonction de régulation se traduit par l’établissement d’un corpus de règles, de normes, d’obligations et d’interdits dont le respect est garanti par le monopole de la coercition du pouvoir politique habilité par le corps social à contraindre les membres de la communauté à suivre les règles définies. La sphère politique est l’une des 4 sphères touchant à la vie d’une communauté ( sphère économique – sphère sociale – sphère culturelle) qui interagissent entre elles.
Les politiques sont des projets d’organisation de société qui en démocratie sont soumis aux choix des citoyens.
La Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948
Article 1
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.
Article 2
Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

2 un héritage

Le mot démocratie vient du grec :  « dêmos » pour peuple » et « krátos » pour pouvoir ou puissance
A)  de la Grèce à nos jours
5 siècles avant JC , des cités antiques ont conceptualisé et mis en pratique la démocratie
La cité d’Athènes a ainsi mis en œuvre une démocratie directe pendant près de 2 siècles : le peuple assemblé ( ecclesia sur l’agora) opérait les choix politiques décisifs, des magistrats tirés au sort ( 600) ou élus (100) mettant à exécution les décisions. Le peuple assemblé excluait toutefois les femmes, les esclaves et les métèques(étrangers) (40 000 citoyens libres pour une population estimée à 250 000)
Les philosophes grecs les plus célèbres ont raillé cette démocratie qui était à proscrire. Socrate disait déjà que la démocratie pouvait entrainer certaines dérives démagogiques, alors que son ancien élève, Platon, évoquait un régime de la « bêtise humaine »
Le concept de démocratie connaîtra une éclipse de près de 2 millénaires.
Au XVIII ème siècle, le courant philosophique des Lumières mène une profonde réflexion sur la démocratie mais sous une autre forme : la démocratie représentative, considérant que entre autres la taille des états modernes ne pouvait permettre une démocratie directe. Le Contrat social de Rousseau apparait : le rôle de l’Etat est de garantir les libertés individuelles. Pour Montesquieu, nécessité de limiter le pouvoir par le pouvoir : la théorie de la séparation des pouvoirs. 1789 est l’année du début de mise en application de ces principes en France  ; le sujet du roi devient citoyen,c-à-d acteur libre qui participe à l’élaboration des lois et qui s’y oblige.
Au cours du XIXème ,(l’Angleterre et les USA ayant été les précurseurs)la démocratie s’est imposée sous différentes formes sur le vieux continent (monarchie constitutionnelle ou république)
Au XXème, la démocratie a connu des avatars : en effet l’arrivée au pouvoir d’un Hitler ou d’un Mussolini a été l’aboutissement d’un processus démocratique ;un Staline ne se prévalait-il pas d’ une constitution (1936)qu’il jugeait la plus démocratique au monde…

B ) une ligne directrice pour la démocratie moderne autour de 6 principes articulés entre eux
b1 souveraineté du peuple
Par définition , dans une démocratie moderne, le peuple souverain délègue par un vote ses pouvoirs à une représentation. Quelques interrogations :
Qui est le peuple : cette notion évoluera dans le temps. Les hommes qui avait du bien (vote censitaire), , le suffrage universel masculin, puis en 1945 , le suffrage universel qui écarte aujourd’hui les moins de 18 ans, les étrangers.
Le vote est secret pour garantir la liberté de choix.
La consultation directe du peuple par referendum peut venir en contradiction avec les options de ses représentants élus.
b2 positivité des conflits
la démocratie signifie l’acceptation du désaccord et du conflit . Toutefois, le conflit ne veut pas dire guerre civile ou impuissance à décider pour tous. Quand il y a désaccord entre les citoyens intervient un principe fondamental et unique sur lequel tous les citoyens doivent s’accorder: le respect du vote majoritaire ( majorité simple ou qualifiée) , l’individu comme citoyen s’élevant au dessus de l’individu comme particulier.

b3 indisponibilité du pouvoir
Tout gouvernant en démocratie n’est que « locataire » de son poste : il dispose de son poste le temps d’une élection. La perte de majorité équivaut à une perte du pouvoir.
b4 séparation des instances
La démocratie moderne sépare le législatif, l’exécutif et le judiciaire . Le judiciaire par son indépendance vis-à-vis des 2 autres garantit le bon fonctionnement de l’ensemble.
Le pouvoir politique est séparé du pouvoir religieux : principe de laïcité en France
b5 constitutionnalité
Une loi fondamentale (la Constitution) écrite ou non doit « faire rentrer la Force » dans les limites du Droit
b6La Déclaration universelle des droits de l’homme comme socle

La déclaration des Droits de l’Homme doit servir de référentiel pour toute démocratie. Ainsi à la barbarie, un pays démocratique ne peut répondre par la barbarie.

3 la démocratie à l’épreuve ( ou en défi)

discrédit des institutions
Très régulièrement , les représentants élus ont été soumis au discrédit , notamment dans les années 30 en France.
L’incapacité à régler les problèmes sociaux sur la longue durée, problèmes liés à la situation économique jette le discrédit à l’heure actuelle sur le personnel politique , quelque soit la tendance et cela au niveau européen.
Le taux d’abstention aux élections est révélateur de ce phénomène . La prise en compte du vote blanc modifierait peut-être cette perspective en n’oubliant pas de rappeler qu’après guerre la mobilisation politique était à son zénith)
l’individuation +
Par le passé, les partis politiques proposaient des programmes politiques clés en main aux citoyens électeurs.
De nos jours, l’incapacité réelle ou supposée des politiques(qui semblent obnubilés par la maximisation des performances électorales de leur propre coterie) mène chaque citoyen libre et pensant à rechercher sa propre solution et à la « mettre en ligne ». Voir la profusion de manifestes , de pétitions en tous genres, de referendum locaux pour faire pression sur les Pouvoirs Publics.
l’internationalité mondialisée
Les gouvernements nationaux ont cédé un certain nombre de leurs prérogatives à des instances supranationales qui ne « respirent » pas la démocratie.
. Union Européenne
La Commission est désignée de manière très indirecte . L’Europe n’a pas par exemple de président élu par les citoyens sur une ligne politique claire. Projet européen en panne.
. ONU
Tous les états y sont représentés sur la base d’un pays une voix mais l’Organe décisionnel, le Conseil de sécurité admet 15 membres dont 5 permanents( les 5 vainqueurs de 45) avec droit de veto ( expression démocratique ?)

-contexte de crise structurelle : géopolitique, économique et sociale
a) une économie mondialisée : les sociétés transnationales jouent avec les normes édictées par les différents pays ( lobbying, optimisation fiscale…) laissant une faible marge de manœuvre en matière économique (et donc sociale)aux gouvernements élus .
Ceux-ci n’auraient-ils pour latitude que de trancher les affaires de société : exemple le mariage pour tous en France.( objets de bronca sporadiques de groupements religieux)
Par ailleurs , le système économique libéral qui couvre l’ensemble de la planète ne semble pas avoir la capacité à retrouver la dynamique qu’elle a connu pendant les 30 glorieuses. Face à cette incapacité, les réponses du système sont :  un transfert massif des activités industrielles en Asie,  une baisse de la part salariale dans les revenus nationaux, une disparité des revenus croissante au sein des populations,   un chômage de masse incompressible en Occident,   un endettement colossal des Etats et de certaines catégories de citoyens.
Conséquences : cette situation de crise sociale permanente ( 40 ans) est un terreau fertile pour des expériences politiques « radicales » : le passé en est riche – Etat Français – Hitlérisme – Fascisme et le présent peut s’avérer inventif en la matière….le populisme en Europe…
b)D’autre part, des situations nouvelles crées par des mouvements religieux sectaires,prosélytes et extrémistes(attentats,…) pourraient mettre en difficulté la démocratie

contrainte d’une temporalité plurielle
Le timing politique ( élections par exemple) ne coïncide pas avec la vie économique : une politique économique menée sous un mandat pourrait ne donner de résultats que sous le mandat suivant. Or cette politique sera sanctionnée en fin de mandature  pour ne pas avoir donné des résultats immédiats probants.
le poids de la nouvelle donne médiatique
Dans les années 70 en France, priorité était donnée au débat politique , l’humanitaire n’ayant guère la faveur des media . Un demi-siècle après, l’important – le politique- occupe une place marginale dans les media et le débat politique est rabaissé voire « peoplisé »
par delà politique incomprise
La politique est incomprise par la majorité des citoyens qui ont perdu le sens de l’intérêt général( et non du bien commun) intérêt général qui peut aller à l’encontre de leurs intérêts particuliers ;

En conclusion

« Beaucoup de formes de gouvernement ont été testées, et seront testées dans ce monde de péché et de malheur. Personne ne prétend que la démocratie est parfaite ou omnisciente. En effet, on a pu dire qu’elle était la pire forme de gouvernement à l’exception de toutes celles qui ont été essayées au fil du temps; mais il existe le sentiment, largement partagé dans notre pays, que le peuple doit être souverain, souverain de façon continue, et que l’opinion publique, exprimée par tous les moyens constitutionnels, devrait façonner, guider et contrôler les actions de ministres qui en sont les serviteurs et non les maîtres. » W. CHURCHILL

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Réf : 04 CY-Jjunio6

L’individuation est le processus de  distinction d’un individu des autres de la même espèce ou du groupe, de la société dont il fait partie.

 

 

 L’heure des Kurdes a-t-elle sonné? par Daniel Cleach

 

daniel_cleach-2

Les KURDES

par Daniel CLEACH

« Notre passé est triste, notre présent lugubre, heureusement nous n’avons pas d’avenir. » citation kurde

En 2014 la presse internationale a vu son attention attirée par les Kurdes lors de l’avancée des islamistes au Nord de l’Irak, notamment lors de la prise de Mossoul, la 2nde ville du pays. Des pays occidentaux ont confié des armes et du matériel militaire au Kurdistan irakien pour l’aider à faire face. Depuis, le Kurdistan irakien résiste, accueille des Kurdish_states_1835réfugiés. En Syrie, des combattants Kurdes affrontent et font reculer à l’heure actuelle dans le « Sunnistan » les troupes de l’EI. L’heure pour l’ensemble des Kurdes aurait-elle sonné ?

1) les KURDES : qui sont-ils ?

a) des origines
Au VIIème siècle av. J.C., les Mèdes, issus d’un rameau iranien de la grande famille des peuples indo-européens. fondèrent un empire qui en l’an 612 av. J.C. conquit la puissante Assyrie et étendit sa domination à tout l’Iran ainsi qu’à l’Anatolie centrale.
Après avoir opposé une résistance farouche aux invasions arabo-musulmanes, les Kurdes finirent par se rallier à l’islam, sans pour autant se laisser arabiser.

Au début du XVIème siècle le pays kurde devient l’enjeu principal des rivalités entre les empires ottoman et perse. Pris en tenailles entre les deux géants, les Kurdes, politiquement morcelés, n’avaient guère de chance de survivre en tant qu’entité indépendante.
Placés devant le choix d’être un jour ou l’autre annexés par la Perse ou d’accepter formellement la suprématie du sultan ottoman en échange d’une très large autonomie, les dirigeants kurdes optèrent pour cette seconde solution et ainsi le Kurdistan ou plus exactement ses innombrables fiefs et principautés entrèrent dans le giron ottoman par la voie de la diplomatie.Ce statut particulier assura au Kurdistan près de trois siècles de paix. Les Ottomans contrôlaient quelques garnisons stratégiques sur le territoire kurde mais le reste du pays était gouverné par des seigneurs et princes kurdes.

b) population actuelle

pop kurde tLa population totale kurde est estimée à 35 millions d’individus ( entre 30 et 40Millions)
Elle est répartie entre 4 états :
– la Turquie ( 75 millions habitants : 72 % turcs – 20% kurdes)
– l’Irak ( 37 millions d’habitants 22% de Kurdes)
– la Syrie ( 18 millions d’habitants avec 9 % de Kurdes)
– l’Iran ( 77 millions d’habitants avec 9 % de Kurdes)
Il faut ajouter à ces chiffres la population de la diaspora présente en Allemagne ,France, USA et Australie notamment

c) localisation de la population
carte-peuple-kurdeLe Kurdistan est une région montagneuse et de hauts plateaux d’Asie centrale située
au Sud Est du plateau anatolien , château d’eau d une grande part du Moyen-Orient.
Les chaînes des monts Taurus et des monts Zagros forment une sorte de colonne vertébrale du Kurdistan. Certains des sommets du Kurdistan sont très élevés, en partie situés sur le Haut-plateau arménien : le mont Ararat culmine à 5 165 m, le Sipan atteint 3 500 m, le massif de Munzur 3 370 m, le Nemroud Dagh 2 150 m et le Mont Djoudi 2 000 m. Les neiges éternelles couvrent les sommets une bonne partie de l’année. La place des montagnes est telle au Kurdistan que des proverbes y font allusion.
C’est dans le Kurdistan que deux fleuves d’importance majeure au Moyen-Orient prennent leur source : le Tigre et l’Euphrate. De plus la région est parcourue de rivières qui sont des affluents de l’un ou l’autre de ces grands fleuves : le Petit Zab, le Grand Zab, le Diyala, etc. Ces rivières arrosent un certain nombre de vallées très fertiles

Le sous-sol est riche en hydrocarbure surtout dans sa partie irakienne

zones géographiques          Superficie en km2                 % du Kurdistan
Kurdistan du Nord (turc)         210 000                                   42%
Kurdistan oriental (iranien)     195 000                                    39%
Kurdistan du Sud (irakien)       83 000                                     16%
Kurdistan occidental (syrien)   15 000                                       3%

d) image des kurdes
Victimes de l’histoire( le malheur kurde) pendant des décennies, ils sont devenus acteurs de leur propre histoire depuis un siècle .
Leur identité est complexe car s’ils ne sont sont ni perses ni arabes ni turcs, ils ne se caractérisent ni , par une identité linguistique unique (dialectes ,d’origine indo-européenne le kurmandji le soranî, zazaki,avec alphabets latins, arabes et cyrilliques) ni par une identité religieuse propre ( majoritairement sunnite chaféiste) mais plus par une identité culturelle proche des perses ( fête de Newroz)
Ce qui explique l’attitude des capitales dont ils dépendent :
Ankara : l’idéologie kémaliste a nié l’existence même d’un peuple kurde, les considérant comme des « Turcs des montagnes »
Damas : le régime baasiste leur a dénié toute identité, dans le cadre de l’idéologie panarabiste.
Téhéran : ,les Kurdes, majoritairement sunnites, sont confrontés à une république islamique chiite. L’Iran étant habitué de par son origine et son histoire à la gestion des minorités périphériques sunnites, ne se sent pas menacé par les revendications autonomistes régionales kurdes.
Bagdad : les Kurdes ont bénéficié récemment d’une relative reconnaissance

2 la situation actuelle

empire ottoman 1914a) le Traité de Sèvres
Démantèlement Empire Ottoman
Démantèlement Empire Ottoman

Le démantèlement de l’Empire ottoman décidé par les Alliés à la fin de la Première Guerre mondiale donne aux Kurdes l’espoir d’obtenir un territoire indépendant. Le traité de Sèvres, signé en 1920 prévoit en effet la création d’un État kurde, conformément au principe de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Une armée britannique est entrée à Mossoul dès la signature de l’armistice dans le but de s’assurer de la création d’un État arabe sous leur domination (conformément au partage des zones d’influences prévu par les accords secrets Sykes-Picot), incluant les nombreux gisements de pétrole de la partie kurde de la Mésopotamie. La Perse n’est pas concernée par le redécoupage dans la mesure où elle n’a pas pris part à la guerre : il n’est pas prévu de rattacher la région kurde de l’ouest, autour du lac d’Urmia, au nouveau Kurdistan malgré une insurrection indépendantiste en 1919.
L’arrivée au pouvoir de Mustafa Kemal change la donne, en prenant la tête d’un mouvement nationaliste depuis l’Anatolie occidentale pour défendre la Turquie dans ses frontières à la date de l’armistice, c’est-à-dire avec le nord photo-Mustafa-Kemal--fondateur-de-la-turquie-modernede l’Irak et la majorité des territoires kurdes. Il obtient un nouveau tracé frontalier avec la Syrie sous mandat français, qui correspond à la frontière actuelle sans le sandjak d’Alexandrette (nord-ouest du mandat syrien), qui est cédé à la Turquie ultérieurement. Les frontières sont fixées par le traité de Lausanne, signé le 24 juillet 1923, qui consacre l’inclusion du Kurdistan. La SDN attribue définitivement la région de Mossoul au mandat Britannique sur l’Irak en 1926 mettant fin aux ambitions turques.

b) la question kurde et les états-nations issus des accords franco-britanniques

D’une manière générale, ces Etats ont tenté d’éluder la question kurde pendant presque un siècle
TURQUIE

les « Jeunes Turcs » avaient réglé en 1915-1916 la question arménienne par des massacres et des déportations. La question des populations grecques avait été solutionnée par le traité de Lausanne, qui stipulait un échange de populations civiles : environ 1 300 000 Grecs de Turquie contre 385 000 Turcs de Grèce .
Ataturk veut une Turquie structurée autour d’une unité ethno-culturelle forte. Les minorités allogènes résiduelles (Arméniens, Grecs et Kurdes) doivent quitter le pays ou s’assimiler.
Dans les années 1960, le peuple kurde de Turquie qui tente de faire valoir ses droits se heurte à des arrestations massives d’intellectuels et de politiques, des interdictions de publier et de s’exprimer en langue kurde
Dans les années 70 est lancé en Turquie un gigantesque projet d’aménagement du Tigre et de l’Euphrate, prenant tous deux leur source dans le Sud-Est du pays. Répondant à l’acronyme de G.A.P le projet s’articule autour de la construction de nombreux barrages et voies d’irrigation dans toute cette zone du pays couvrant 75 000 km² et gappeuplée de plus de 10 millions d’habitants.
Au delà des enjeux en matière de politique extérieure – avec la Syrie et l’Irak sur la répartition du débit des deux fleuves – le projet est une des principales réponses des autorités turques à le demande d’autonomie des Kurdes, le considérant comme le principal moyen de résoudre le problème du sous-développement de la zone kurde.

En 1984 nait le PKK qui s’engage dans la guérilla qui s’intensifie dès le début des années 1990 À sa création, il visait l’indépendance des territoires à population majoritairement kurde se situant dans le sud-est de la Turquie. En 2001 il renonce au combat armé et à présent les revendications d’indépendance du PKK se sont muées en demandes d’autonomie culturelle au sein d’un système fédéral plus large, d’amnistie pour les rebelles qui leur garantisse leur participation à la vie politique
En 2015 , le parti kurde HDP franchi les 10 % imposés pour obtenir un siège sur les bancs du Parlement. Avec 13 % des voix, il en obtient 80.
Le HDP comptait déjà 29 sièges dans l’Assemblée sortante. Mais ils avaient été élus sous l’étiquette indépendante pour contourner le seuil obligatoire des 10 %.
Après avoir frôlé les 10 % lors de l’élection présidentielle de 2014 , Selahattin Demirtas, avocat de 42 ans,le leader Turquie-Kurdes-V4du parti a confirmé qu’il était devenu l’une des figures politiques incontournables du pays. A la base de son succès figure la transformation réussie du HDP d’un mouvement de la seule communauté kurde du pays, qui représente 20 % de la population turque, et proche des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en un parti moderne, à la fibre sociale et ouvert aux femmes et à toutes les minorités.

Toutefois, la priorité des priorités d’Erdogan, le Président, reste de conserver l’intégrité du territoire turc actuel hérité d’Ataturk et donc d’étouffer par tous les moyens toute manifestation de séparatisme  kurde  (alliances politiques douteuses,presse muselée, assassinats d’opposants, politique de la terre brûlée…..).

-IRAN
En 1946 La République de Mahabad voit le jour dans le Kurdistan iranien.
Lachée par l’URSS, cette République de Mahabad ne résiste pas à l’attaque des troupes iraniennes en novembre 1946. Qazi Muhammad son fondateur renonce à s’enfuir, il est jugé et pendu en 1947.La République de Mahabad, bien qu’éphémère reste emblématique dans l’histoire kurde,
Après la révolution iranienne, d’intenses affrontements eurent lieu entre des groupes militants kurdes et la République Islamique entre 1979 et 1982. Depuis 1983, le gouvernement iranien a toujours maintenu son contrôle sur le Kurdistan iranien De fréquents troubles et d’occasionnelles représailles militaires ont eu lieu dans les années 1990.
L’État iranien reconnaît leur langue et leur culture, mais pas d’autonomie politique, ni administrative. L’Iran étant un pays pluriethnique, les Kurdes ne sont qu’une question parmi d’autres.
– IRAK
xxxchamp pétrolier kurdeLe régime irakien de Saddam Hussein a mené une lutte farouche contre toute velléité d’indépendance conduisant par exemple à l’élimination en 1988 de plus de 180 000 civils kurdes1. L’épisode le plus célèbre de cet acharnement est le bombardement aux gaz chimiques de la ville kurde d’Halabja le 16 mars 1988.

. La guerre du Golfe, en 1991, et l’intervention militaire américaine qui s’est terminée par une occupation de l’Irak en 2003 ont sensiblement changé la donne régionale.
Le Kurdistan d’Irak est indépendant de facto de Bagdad depuis 1991,Le Gouvernement Régional du Kurdistan, reconnu officiellement depuis 2003, profite du chaos sécuritaire et politique en Irak pour se renforcer.
– SYRIE
La population kurde est concentrée principalement au nord-est et au nord mais il y a aussi des populations significatives à Alep et à Damas
La prise du pouvoir par le parti Baas, en 1963, s’inspirant d’une idéologie pan-arabiste  aggrave la situation des Kurdes. « ces Kurdes qui n’ont ni histoire, ni civilisation, ni langue ne constituent pas une nation ». Un plan établi zone kurdel syriepar l’un des idéologues du nouveau régime préconise déportation et dispersion des Kurdes pour mettre fin à leur existence ethnique en Syrie, et arabiser leur région en y installant des tribus arabes nomades.
En 1962, le gouvernement syrien décide d’effectuer un recensement de la population de la province kurde d’Al-Hassake. À la suite de cette opération, plus de 120 000 Syriens, d’origine kurde, furent déchus de leur nationalité syrienne et devinrent apatrides

c) l’heure kurde ?

Le printemps arabe qui réclamait plus de démocratie en Syrie a dégénéré en guerre civile où plusieurs fractions s’affrontent entre elles.
les-peshmergas-et-la-glamourisation-des-femmes-soldats_4Sur la façade maritime, Bachar el Assad défend dans un 1er temps la Syrie utile, délaissant la partie orientale. Le succès fulgurant de l’EI à l’Est est stoppé par les Peshmerga kurdes en 2014 ; une demande d’indépendance eut été dans l’ordre des choses. Cette revendication n’est pas venue…
Depuis, le régime de Bachar el Assad a retrouvé des couleurs et ,avec l’appui des russes notamment,  part de l’Ouest à la reconquête de villes perdues, tandis que les forces kurdes reprennent à l’Est des villes arabes et des zones pétrolifères et mettent en place leurs propres structures politiques. Les arabes , toutes tendances confondues permettront-ils cette main-mise ?
L’EI vaincue(qui avait aboli la frontière irako-syrienne), les contours des états créés en 1923 resteront a priori inchangés car en cas contraire, une déstabilisation générale du Moyen Orient serait à craindre.
Alors quid des Kurdes ? Région autonome en Syrie à l’image du Kurdistan irakien ? Ce dernier qui apparaissant comme modèle il y a encore quelques années a vu son image se dégrader, sa prospérité basée sur la rente pétrolière ( 17% des revenus pétroliers d’Irak) s’étant écroulée. Par ailleurs, plusieurs courants politiques existent dans la population kurde et ont des objectifs très différents. Par exemple, les positions politiques de Massoud Barzani , président du Kurdistan irakien sont très proches de celles d’Erdogan le turc avec lequel il entretient de bonnes relations et très éloignées des lignes du PKK turc et de ses « filiales » .Il faut également garder à l’esprit que les alliances se font et se défont dans cette région au gré des fortunes militaires et politiques. Les courants commerciaux existants  transfrontaliers et les intérêts liés , les liens claniques, les systèmes d’allégeance,  forts complexes, les puissances voisines ou plus éloignées pèseront sur l’avenir de la région.

Flag_of_Kurdistan.svgLe Grand Kurdistan sera-t-il pour demain? Vraisemblablement pas.

A l’image du peuple palestinien, le peuple kurde n’est pas à la veille d’avoir son propre Etat , si tant est qu’une majorité kurde le veuille et soit prête à en payer le prix .

 

 

 

Réf : 02CY-Jjunio6

xxxdaech-la-turquie-hesite-a-34278-hd_800x800p

Vie et mort des Templiers : de la Réalité au Mythe

Vie et mort des Templiers, de la Réalité au Mythe

francois-ars-par François ARS, professeur d’histoire à l’UBS

Fondé au moment des Croisades, l’Ordre du Temple a fait couler beaucoup d’encre. Ces moines soldats, chargés de protéger les pèlerins ainsi que les lieux saints, suscitent la curiosité et l’interrogation. Qui sont ces hommes dont la Règle tranche tellement avec celle de saint Benoît ?

1) De l’origine des Templiers

a) de l’importance des pèlerinages au Moyen Âge
La pratique du pèlerinage est très répandue au Moyen Âge :une visite à un petit sanctuaire local ou régional, réputé pour ses reliques, ou l’un des grands pèlerinages de la Chrétienté comme Rome, Saint-Jacques-de-Compostelle ou Jérusalem entrepris en général qu’une fois dans sa vie.
Le pèlerinage pour Jerusalem, le centre du monde spirituel terrestre. pouvait durer plusieurs années et les pèlerins devaient parcourir près de douze mille kilomètres aller-retour à pied, ainsi qu’en bateau pour la traversée de la mer Méditerranée
Le pèlerinage en Terre Sainte valait une indulgence plénière à qui l’entreprenait

Carte de la 1ère Croisade
Carte de la 1ère Croisade

b) les croisades chrétiennes du Moyen Âge
En 1071, les Turcs interdisent l’accès de Jérusalem aux Chrétiens.
En 1095 le Pape appelle aux armes toute la chrétienté pour libérer Jérusalem.À cet appel lancé directement aux chevaliers sans passer par les rois, une foule enthousiaste répond : (Dieu le veut) et fait vœu d’aller à Jérusalem.
La 1ère croisade , pèlerinage armé débute en 1096 avec des milliers de pèlerins piétons, pour restaurer l’accès à la Terre Sainte. Elle est couronnée de succès :   fondation des États latins d’Orient, dont la défense justifie les sept autres croisades principales, de 1147 à 1291.

c) la fondation de l’ordre

Brigands et voleurs jalonnent les routes que prennent les pèlerins : comment les protéger ?
En janvier 1120, lors du concile de Naplouse, Hugues de Payns et Godefroy de Saint-Omer ainsi que 5 autres chevaliers fondent la milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon  qui prendra en 1129 le nom de l’ordre du Temple lors du concile de Troyes ( qui le dota d’une règle propre ayant pour base principale la règle de saint Benoît avec quelques emprunts à d’autres ordres. L’application de cette règle fut sujette à divers aménagements pratiques.
A la même époque avait été créé l’ordre des Hospitaliers pour la prise en charge de l’hébergement des pèlerins.

d) particularité de l’ordre
Formation originale, car elle mêle une structure laïque et une structure religieuse. Dans une société féodale divisée en 3 ordres distincts: orator, laborator et bellator, cet ordre réunit la fonction orator et bellator (voire laborator) Il transgresse donc les fondations de la société féodale.
Formation originale encore : c’est le 1er ordre qui dépend directement du Pape . Les évêques n’apprécieront guère…
Formation originale encore : seuls les chevaliers prononcent les trois vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance Leurs sergents et écuyers ne sont guère tenus par ces vœux .
Cet ordre est dirigé par une maître.

2) Développement de l’Ordre des Templiers et chute

Basé à Jérusalem, l’Ordre s’étend sur l’Occident (divisé en une trentaine de provinces)

a) son activité économique au cours de 2 siècles
En 1139, le pape lui accorde des privilèges : les Templiers relevant directement de son autorité, peuvent avoir leurs propres prêtres et leurs églises mais surtout ils sont exonérés du paiement des dîmes(le chevalier paie de son sang). Dès lors, l’ordre s’étend en Terre sainte et en Europe, au travers de monastères appelées commanderies (vastes exploitations agricoles dotées d’une chapelle).
Grâce aux dons fonciers qu’ils recevront, et qu’ils feront fructifier ils possèderont 9 000 maisons et commanderies en Occident (1/3 en France, en Allemagne, en Angleterre, en Italie du Nord, en Espagne)sur les terres les plus riches.

Ces commanderies expédient récoltes et bétail vers l’Orient, pour permettre à l’ordre d’y assumer sa mission. Elles contribuent financièrement à l’édification de forteresses également.

Au fil du temps d’autres activités financières voient le jour :
-banquier : Les Templiers sont amenés à prêter de l’argent à toutes sortes de personnes ou institutions : pèlerins, croisés, marchands, congrégations monastiques, clergé, rois et princes
Par ailleurs l’activité financière de l’ordre prévoyait que les particuliers pussent déposer leurs biens lors d’un départ en pèlerinage Les Templiers inventèrent ainsi le bon de dépôt. Lorsqu’un pèlerin confiait aux Templiers la somme nécessaire à son pèlerinage, le frère trésorier lui remettait une lettre sur laquelle était inscrite la somme déposée. Le pèlerin pouvait ainsi voyager sans argent sur lui et se trouvait plus en sécurité. Arrivé à destination, il récupérait auprès d’autres Templiers l’intégralité de son argent en monnaie locale . En cas de décès au cours du périple…
-la garde des trésors royaux
Louis VII, en partance pour la deuxième croisade, a laissé le trésor royal sous la garde du Temple de Paris. Cette pratique, qui ne mêlait en rien les activités financières du Temple et celles de la Couronne, prit fin durant le règne de Philippe IV Le Bel.
-La gestion des finances de royaumes ( Naples, Aragon)

b) la chute de l’ordre

Eglise du Saint sépulcre
Eglise du Saint Sépulcre

b1 les raisons
La perte de la ville de Saint-Jean-d’Acre, qui entraîne celle de la Terre sainte scelle la fin de l’Ordre. Les Templiers reviennent en Occident où ils possèdent d’immenses richesses augmentées par les redevances (droits d’octroi, de péage, de douane, etc.) et les bénéfices issus du travail de leurs commanderies (bétail, agriculture…).
Ils possèdent également une puissance militaire équivalente à quinze mille hommes dont mille cinq cents chevaliers entraînés au combat, force entièrement dévouée au pape : pareille force ne pouvait que se révéler encombrante pour le pouvoir royal en place.

b2 la destruction
Le roi Philippe IV le Bel, pour renforcer son pouvoir sur son territoire souhaite détruire l’Ordre du Temple, mais manque de preuves et d’aveux afin d’entamer une procédure. Guillaume de Nogaret lui fournit matière en la personne d’un Templier qui aurait avoué le reniement du Christ, les pratiques obscènes des rites d’entrée dans l’ordre et la sodomie
Passant outre à une enquête pontificale, le roi dépêche des messagers le 14 septembre 1307 à tous ses sénéchaux et baillis, leur donnant des directives afin de saisir de tous les biens mobiliers et immobiliers des Templiers et d’arrêter tous les Templiers présents en France au cours d’une même journée, le vendredi 13 octobre 1307

Mise à mort des Templiers
Mise à mort des Templiers

Philippe le Bel demande à Guillaume de Paris, Grand Inquisiteur de France, de procéder aux interrogatoires des cent trente-huit Templiers arrêtés à Paris. Parmi ces chevaliers, trente-huit meurent sous la torture, mais le processus des « aveux » obtenus sous la torture a été enclenché, donnant lieu aux accusations d’hérésie et d’idolâtrie. Parmi les péchés confessés le plus souvent, l’Inquisition enregistre le reniement de la Sainte-Croix, le reniement du Christ, la sodomie et l’adoration d’une idole
Au concile de Vienne en octobre 1311 , quelques Templiers décident de se présenter pour défendre l’ordre. Le roi, voulant en finir part en direction de Vienne avec une armée afin de faire pression sur le pape Clément V. Il arrive sur place le 20 mars 1312.
Le 22 mars 1312 , une bulle papale Vox in excelso ordonne l’abolition définitive de l’ordre, suivie d’une autre Ad providam le 2 mai 1312, concernant les biens du Temple qui sont légués en totalité à l’ordre de l’Hôpital

Ainsi prend fin l’Ordre des Templiers. Place aux mythes et légendes (Trésor des Templiers…)qui fleurissent encore jusque dans la littérature contemporaine.

…………………………………………………….

02CY-Jmayo6

 

 

 

.

Les origines du vin en Méditerranée occidentale et en Gaule

dom frère

Les origines du vin en Méditerranée occidentale et en Gaule

par Dominique Frère, maître de conférences en histoire ancienne et en archéologie à l’UBS .

AMPHORE GRECQUE
AMPHORE GRECQUE

Les historiens considéraient, jusqu’à une époque récente, que la fabrication du vin était le fait des Grecs, les populations protohistoriques de l’Europe occidentale n’ayant eu à leur disposition que de la bière, boisson typique du monde barbare. Des données récentes, fournies en particulier par l’archéo-botanique et la chimie moléculaire, nous fournissent des informations qui permettent de répondre à des questions demeurées sans réponse jusqu’à un passé récent et dévoilent tout un pan d’histoire totalement inconnu.

1- Zones de production en Italie

a) la Plaine du Pô et ses affluents
Cette zone humide a conservé des vestiges d’une civilisation protohistorique (de -1600 à -900av JC) les Tellamares, considérée comme la plus ancienne civilisation en Italie Péninsulaire. L’habitat des populations terramare correspond à un type particulier de villages sur pilotis.
Les fouilles archéologiques ont mis à jour des pépins de raisins qui dataient du 12ème avant JC, dont les 3/4 provenaient de vigne sauvage, mais 1/4 de vigne cultivée : cette civilisation dominait donc la technique culture de la vigne et produisait du jus de raisin et du vin, et ceci donc avant l’arrivée des Grecs.
Jusqu’au Bronze moyen, il est admis que le vin était du vin de cornouille et ce n’est qu’à la fin du Bronze moyen que le vin de raisin vient le concurrencer pour finalement le supplanter.
b) Sardaigne
En 2015, découverte de la plus ancienne vigne de la Méditerranée occidentale : des pépins de raisins, retrouvés dans une terre marécageuse, sont datés du 14ème avant JC, l’époque de la civilisation nuralgique.

2- Les textes anciens

L’Odyssée d’Homère, qui date du 8ème avant JC, retrace les errements d’Ulysse en Méditerranée : cette histoire mythique illustre la découverte par les Grecs de l’ensemble de la Méditerranée.
Si l’épisode avec le Cyclope, situé géographiquement au sud de Naples, met en avant la sociabilité grecque (symposium ), les paroles du Cyclope (le barbare) laisse entendre que ses propres terres produisent également du vin… ???

Routes_commerciales_des_Phéniciens-fr.svg3- Le commerce du vin en Méditerranée

Les Phéniciens sont les premiers à développer le commerce du vin à longue distance dans leurs comptoirs méditerranéens : l’emploi d’ amphores-torpilles le leur permettaient. Des épaves (Tallit, Elissa) du 8ème av. JC gisant au large d’Israël attestent de ce commerce.
Les cités grecques vont reprendre et développer, entre le 7ème et le 5ème siècle av. JC, leurs voies commerciales : elles commercialiseront chacune leurs vins spécifiques dans des

amphores phéniciennes dans une épave
amphores phéniciennes dans une épave

amphores typées qui se retrouvent dans toute la périphérie de la mer méditerranée : ce commerce supposait une maîtrise de la conservation du vin …

Vers 600 av. J.-C., des colons grecs venus de Phocée fondent Marseille ; cette ville leur donne accès par le couloir rhodanien à la Gaule, l’Allemagne, l’Autriche.

4- La consommation du vin en Gaule

La bière était considérée comme la boisson des Celtes.

a) le vin dans la zone d’influence étrusque et grecque
Les Etrusques qui, dès le 7ème siècle avant JC, avaient maitrisé la culture du vin font découvrir leur production aux habitants de la Gaule du Sud qui sera l’un de leurs débouches. Des épaves remplies de vin jonchent toujours la côte qui va de la frontière italienne actuelle à Marseille. Par ailleurs, des amphores étrusques, vestiges de l’époque, témoignent de ce commerce sur une zone qui s’étend de Bourges et l’Allemagne/Autriche. Par contre rien à l’Ouest de cette zone.

En 2015, des fouilles du Site archéologique du Moutot révèlent une exceptionnelle tombe à char, datant de la fin de l’âge du fer (début du Ve siècle av. J.-C.), lors de fouilles programmées sur le territoire de la commune de Lavau . La tombe est recouverte d’un tumulus d’une quarantaine de mètres de diamètre. Outre le squelette d’aristocrate inhumé avec son char, la vaste chambre mortuaire de cette sépulture renferme un remarquable mobilier funéraire4. Cette fouille renouvelle notre connaissance du « phénomène princier » du premier âge du fer en Europe occidentale et confirme les échanges, déjà bien attestés par l’archéologie, entre l’Europe centrale et le Bassin méditerranéen antique.
Les prélèvements effectués dans les vases étrusques ont révélé la présence de vin avec poix de conifère (chimie organique) : il était courant de retrouver des offrandes alimentaires dans les tombes.

b) zones strictement gauloises

ba) Des zones celtes situées plus à l’Ouest de Marseille (bordure du Golfe du Lion) révèlent une connaissance du vin avant l’arrivée des grecs et des étrusques : des vases et des urnes cinéraires contiennent des traces de vin.

bb) Dans les Ardennes a été découverte en 2014 à Warcq une tombe à char, sépulture aristocratique gauloise intéressante par la richesse de son mobilier, quatre chevaux, objets décorés à la feuille d’or… Des vases témoignent de la présence de vin : production locale, importation ?

bc) en Armorique
Dans le cadre des travaux d’archéologie préventives de nombreuses fouilles ont été effectuées sous l’autorité de l’INRAP depuis quelques années : les synthèses des connaissances publiées dans les années 1980 demandent une mise à jour.
Car des fouilles entreprises aussi bien dans la région de Quimper (cave du 5ème siècle avant JC) que dans le Morbihan (Inguinier : réseau de souterrains du 6ème au 1er siècle avant JC) ont mis en évidence la consommation de vin avant l’arrivée des Romains…
Des études archéo-botaniques (le pollen de la vigne tombant au pied des ceps) ont permis une cartographie encore incomplète de la présence de pollen de vigne en Bretagne, bien évidemment en Loire Atlantique mais aussi jusqu’à Quimper et dans les Monts d’Arrée. Cette vigne devait produire un vin « archaïque » à partir de la vigne sauvage.

le monde grec
le monde grec

Pline l’Ancien indiquait que dans toutes les régions du monde il se produisait du vin, à base de vigne mais aussi de cornouille, d’aubépine, de prunelle, de ronces des bois… En Mayenne dans l’oppidum de Moutet, la découverte de macro-restes de fruits va permettre d’élargir le champ de recherche. Une histoire de tous les types de vin reste encore à écrire.

En résumé, nectar ou piquette, le vin était connu en Gaule avant l’arrivée des Grecs et des Romains.
Le vin avait une fonction désaltérante (même coupé d’eau selon la tradition de la Grèce antique), une fonction de conservation des aliments ( fromage de brebis et vin aigre) et manifestement des pouvoirs euphorisants voire assommants (cf Cyclope d’Homère), sans oublier l’aspect convivialité de la consommation de vin (cf le banquet hellène).

 

………………………………….

 

Réf : 04CY-Jmarzo6

 

 

1517. L’explosion de la Réforme. Un événement inattendu ?

nicole lemaitre1517. L’explosion de la Réforme. Un événement inattendu ?

Par Nicole Lemaître, professeur émérite à Paris1 Panthéon-Sorbonne, historienne

« L’affichage de 95 thèses » par Luther à la Toussaint 1517 est généralement présenté comme une révolution, un sursaut contre les « abus de l’Église romaine », un progrès de l’humanité et de la culture.
Or selon les archives de l’époque provenant des paroisses et des diocèses, la réforme de l’Eglise romaine est déjà en marche à cette époque. Comment expliquer alors l’émergence d’un personnage comme Luther et le succès de sa Réforme , qui changea le cours de la civilisation occidentale ?

1 LUTHER (1483-1546)

4 CAVALIERS DE L4APOCALYPSE
les 4 cavaliers de l’Apocalypse

a) un théologien catholique zélé
Ce fils de mineur né en Saxe est ordonné prêtre en 1507, il est désigné pour enseigner la philosophie au couvent d’Erfurt. Docteur en théologie en 1512, il occupe par la suite la chaire d’enseignement biblique à l’université de Wittemberg, ville où il est à partir de 1514 prédicateur de l’Église et où il se consacre à l’enseignement, la prédication et la recherche personnelle.
b) le Saint Empire Romain germanique
La Saxe fait partie de la dorsale européenne qui s’étend de l’Italie du Nord aux Pays-Bas, zone de forte densité de population, de forte activité économique et lieu d’échanges économiques très importants, région où a été inventée l’imprimerie.
Dans les années 1500, cette partie de l’Europe est en proie à des angoisses, à des prédictions de fin du monde imminente, terreau favorable à l’émergence de nouvelles doctrines.
c) la révolte de Luther
Sa révolte contre la papauté débute en 1517, à propos de l’indulgence décrétée par le pape Léon X pour favoriser la construction de la basilique Saint-Pierre Le 31 octobre 1517, il placarde sur les portes de l’église de la Toussaint de Wittemberg ses 95 thèses condamnant violemment le commerce des indulgences pratiqué par l’Église catholique, les pratiques de la papauté… Ces 95 Thèses, également appelées Thèses de Wittemberg, sont imprimées à la fin de l’année et se diffusent grâce à l’imprimerie dans l’Allemagne rhénane
En 1520, il publie 4 grands textes dont :
.manifeste à la noblesse (en langue allemande)dans lequel il demande à celle-ci de prendre en charge la gestion du christianisme
.traité sur la liberté chrétienne
d) la véritable rupture avec l’église romaineMartin_Luther jpg
Cette controverse entre théologiens devient une affaire publique et politique. Le pape Léon X, sous estimant l’influence et la pugnacité de Luther ordonne à ce dernier de se rétracter par la bulle pontificale Exsurge Domine, mais Luther la brûle en public et rompt avec l’Église catholique, en 1521. Il est aussitôt excommunié.
e) situation politique de l’Empire
Cette immense nébuleuse d’états disparates traverse une crise de succession : le jeune Charles Quint hérite d’un empire vacillant où les pouvoirs locaux ont tout loisir de s’exprimer.
f) Sa mise au ban de l’Empire
Convoqué par Charles Quint, en avril 1521 devant la diète de Worms Luther refuse à nouveau de se plier aux exigences de l’Église, et il proclame notamment :
« Votre Majesté sérénissime et Vos Seigneuries m’ont demandé une réponse simple. La voici sans détour et sans artifice. À moins qu’on ne me convainque de mon erreur par des attestations de l’Écriture ou par des raisons Carte-de-la-Reforme_protestanteévidentes — car je ne crois ni au pape ni aux conciles seuls puisqu’il est évident qu’ils se sont souvent trompés et contredits — je suis lié par les textes de l’Écriture que j’ai cités, et ma conscience est captive de la Parole de Dieu ; je ne peux ni ne veux me rétracter en rien, car il n’est ni sûr, ni honnête d’agir contre sa propre conscience. Me voici donc en ce jour. Je ne puis faire autrement. Que Dieu me soit en aide »
Frédéric III , prince-électeur de saxe le met à l’abri dans le château de la Wartbourg jusqu’en 1522 où il entame la traduction de la Bible en langue vernaculaire.

g) Le succès de Luther, qui fait suite à une série de  tentatives avortées de réforme (ex :l’hérétique Jan Hus mort sur le bûcher en 1415) s’explique

Jan Hus
Jan Hus

par le faisceau de circonstances favorables de l’époque((affaiblissement de l’Empire, début de la laïcisation, découvertes en tous genres, naissance du capitalisme…).

En 1529, Charles Quint, fervent catholique, ordonne le ralliement inconditionnel à l’Église catholique romaine. La promulgation de cette prescription, provoque le refus des princes : ils « protestent devant Dieu […] ainsi que devant tous les hommes » de leur refus d’admettre un décret qu’ils jugent contraire  » à Dieu, à sa sainte Parole ».

Et vient la consécration de son œuvre en 1530 : La confession d’Augsbourg (« CA » Confessio Augustana) qui est le texte fondateur du luthéranisme rédigé par Philippe Melanchthon sur la base des considérations sur la foi de M.Luther.Elle a été présentée par les protestants, sept princes luthériens et deux villes impériales à Charles Quint devant la Diète d’Empire à Augsbourg . Jusqu’à nos jours la confession d’Augsbourg est le document de confession obligatoire pour chaque Église Luthérienne.

2  Les autres courants de la REFORME

Si Luther, qui incarne la révolte individuelle et rallie une grande partie de la population allemande est la figure de proue de la Réforme, cette dernière s’inscrit dans un mouvement politique et social plus général:

a) les villes libres de l’Empire
Une ville libre d’empire est une ville directement subordonnée à l’Empereur et non à un État membre.Elles constituaient de véritables républiques.
Ces villes avaient une forte identité collective ; l’imprimerie et l’alphabétisation avaient fait émerger une élite bourgeoise éduquée qui revendiquait d’intervenir dans les affaires religieuses, et qui se refusait de payer indéfiniment une dime à un clergé qui ne payait nullement son écot à la cité

Zwingli
Zwingli

Ce mouvement s’incarne dans 2 théologiens

.Ulrich Zwingli suisse, (1484-1531)
Zwingli publie un traité en 1522 stipulant : que l’Évangile seul est une autorité irrécusable, à laquelle il faut recourir pour terminer les incertitudes(disputes) et que les décisions de l’Église ne peuvent être obligatoires qu’autant qu’elles sont fondées sur l’Évangile.
Zwingli voit un seul pouvoir qui doit être uni. (pensée de Luther qui voyait le pouvoir divisé en deux parties : temporel (le roi sur Terre) / éternel (Dieu au ciel)) et pense que l’Église doit par tous les moyens (politiques, militaires, etc.)  gagner la confédération helvétique à la Réforme.
.Martin Bucer ( 1491 -1551 )est un théologien et un réformateur protestant alsacien. Il est à l’origine de la confirmation protestante.
En avril 1518, Bucer assiste à la dispute que tient dans Strasbourg Martin Luther. Fasciné par son discours,il devient un fidèle partisan des idées de ce frère augustin dissident.
Le 20 février 1529, la messe catholique est supprimée dans toutes les églises de Strasbourg à la suite d’un vote des échevins . La ville bascule dans le camp protestant après avoir longtemps hésité en raison du danger que représente la gronde des faubourgs et des campagnes environnantes.
MUNTZERb) les guerres paysannes
La guerre des paysans(1524-1525)  désigne les révoltes paysannes qui ont secoué le Saint-Empire romain germanique
Des bandes paysannes contestent la hiérarchie ecclésiastique et formulent des exigences, dont le droit de choisir leurs propres pasteurs, l’abolition du servage, le droit de pêche et de chasse, l’abolition de nombreux impôts féodaux et la garantie d’être traités justement par les tribunaux seigneuriaux.
Des combats entre les paysans et les serviteurs des nobles éclatent en 1524 à Shühlingen(Suisse), , et l’insurrection s’étend rapidement sur la plus grande partie de l’Allemagne à l’exception de la Bavière. La révolte est particulièrement violente en Thuringe, où elle prend un tour religieux sous l’influence de la secte des anabaptistes dirigée par Thomas Müntzer(1489-1525), religieux exalté et radical.Elle est finalement écrasée (100 000 morts env.).En avril 1525, en des termes très durs, Luther se prononce pour une répression impitoyable de la révolte.
c) Calvin(1501 1564)
Né en Picardie il devient un chef spirituel dès l’âge de 27 ans; fuyant l’inquisition, il s’expatrie à Bâle en 1535, puis à Genève en 1536.Après la Confession d’Augsbourg(1530), il publie en latin en1536 l’Institution de la religion chrétienne (version française en 1541). Il fonde à Genève une cité théocratique, qui devient la Rome du protestantisme pour un temps.

Sa doctrine : (Sola fides) Seule la foi sauve (+ croyance en la prédestination : la réussite matérielle peut-être envisagée comme un signe d’élection). L’Ecriture (Bible) est l’unique dépôt de la Révélation, accessible à tous les croyants par la lecture. Pas de sacerdoce d’origine divine. Le culte se résume à la prédication, la prière et le chant de psaumes dans des temples dépouillés.

3 Caractéristiques de cette Eglise

-les Réformateurs ont réduit les sacrements au nombre de deux : le baptême et la cène. Tous les autres sacrements catholiques : la confirmation, le mariage, l’ordination sacerdotale, la pénitence et l’extrême onction n’ont pas été TEMPLE PROTESTANTretenus parce qu’ils ne figurent pas dans la Bible : ils relèvent seulement de la tradition de l’Église
-le temple
Celui-ci est centré sur la chaire (la Parole) , et non sur l’autel(catholicisme)
.
Depuis ses origines,, le christianisme est divers. La Réforme a mis l’accent sur le choix personnel de la religion. Derrière l’aventure de la Réforme , se profile également le nationalisme naissant qui associera religion et état-nation : Allemagne-Luthérianisme , France-Catholicisme, puis Angleterre-Anglicanisme. Ce mouvement s’inscrit également dans le développement urbain de l’époque . Par ailleurs, par effet miroir( Réforme/Contre-Réforme….) ,les 2 églises catholique et réformée ne cesseront de s’influencer.
Enfin, Luther est un témoin des effets du choix religieux en temps de crise. Son radicalisme en appellera d’autres….qui pèseront sur le cours de l’histoire européenne.

……………………………………………………………………………………………

 

En 2017 ,les Chrétiens dans leur ensemble  commémoreront-ils la naissance de la Réforme ?Ou cette commémoration est-elle réservée aux Protestants?

 

Publications principales de Mme Nicole Lemaître :

Le Rouergue flamboyant. Clergé et paroisses du diocèse de Rodez (1417-1563), Paris, Cerf, 1988.
-En collaboration, Dictionnaire culturel du christianisme, Paris, Cerf/Nathan, 1994.
-Direction de Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002.
-Codirection de Histoire du christianisme. Pour mieux comprendre notre temps, Paris, Seuil, 2007, 468 p.
-Edition de Correspondance du cardinal Georges d’Armagnac, t. I, 1530-1560, Paris, Publications du CTHS  2007.
-Direction de La mission et le sauvage. Huguenots et catholiques d’une rive atlantique à l’autre (XVIe-XIXe siècle), Paris, Éditions du CTHS/Presses de l’Université Laval, 2009, 399 p.
L’Europe et les Réformes au XVIe siècle, Paris, Editions Ellipses, 2008, 390 p.

…………………………….

Max WEBER : L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme

Ref : 2CYJmarzo6

La prison en France : historique, état des lieux, utilité

lavocat-reste-actif-pendant-sa-retraiteLa Prison en France

par Alain GUILLOUX  , avocat pénaliste Vannes
1 Histoire de la Prison

Dans l’Antiquité, point de prison. Le prévenu pouvait être mis en dans un lieu de rétention avant sa présentation devant le juge. La sentence , s’il était jugé coupable : esclavage, exil, travail dans les mines , galères ;
Au Moyen Âge, la prison n’existe toujours pas. Seule existe la rétention pour s’assurer de la présentation du prévenu devant le juge .La condamnation : peines corporelles,pilori, carcan…
Exception : les tribunaux ecclésiastiques ne pouvant condamner à mort invente la peine d’enfermement:
-condamnation au « murus largus » ( possibilité de recevoir, de sortir…) voisin de l’assignation à résidence
-condamnation au « murus durus » enchainement pieds et mains au mur vertical avec isolement total
cachotAncien Régime : la prison arrive de manière insidieuse. Le Roi par lettre de cachet peut isoler selon son bon vouloir , et pour une durée de son choix tout individu  à la Bastille et dans d’autres lieux sur le territoire . Par exemple l’intendant Fouquet ,Voltaire , le Marquis de Sade y goûteront.
La hiérarchie sociale se retrouve dans les prisons ( anciens pensionnats ou monastères) qui comprennent deux quartiers, le quartier du commun et le quartier de la pistole (riches payant des frais de geôlage pour disposer d’une chambre à part et autres commodités : vivres, boissons, livres)
Particularité : jusqu’en 1837 , une condamnation d’emprisonnement pour dettes.

La Révolution : dans un souci de rationalisation et d’humanisation, les peines « affreuses » sont abolies, la condamnation à la prison devient la règle. Le Code Pénal vient encadrer le système de peines en fixant des minima et des maxima. La peine de prison peut être aggravée par un éloignement au bagne : Cayenne.

Au 19ème , l’école positiviste s’élève contre le système de « tarification » : pour tel délit automatiquement telle peine. L’important n’est pas tant  l’infraction commise que la personne condamnée ; le juge doit avoir la possibilité d’individualiser la peine en tenant compte d’un certain nombre de paramètres( âge, sexe,nationalité..)

Aujourd’hui, l ‘arsenal répressif est impressionnant ;le seul Code Pénal comporte 737 articles, les différents codes applicables en France regroupent quelques 8000 articles prévoyant des peines d’emprisonnement Ex : l’art 167-3 du Code Forestier prévoit 3 ans d’emprisonnement pour la coupe d’un arbre de 20 cm de diamètre sur le domaine public…

2 Les fonctions de la prison

La prison est une souffrance pour le prisonnier. Quelle en est la justification ?
a)fonction morale
. le droit de vengeance de la victime
Selon les anciens Codes tels que la Bible ( œil pour œil…) le coupable était abandonné à la famille de la victime. Le juge punit maintenant au nom de la victime.
. le juge punit également au nom de la collectivité car le coupable a enfreint les règles de bon fonctionnement de la société.
b)fonction d’ exemplarité :la privation de liberté devrait être facteur d’effroi
.pour les délinquants et leur entourage
.pour tout membre de la collectivité
Cette intimidation générale a-t-elle éradiqué le crime? Non, bien entendu. Car que connait-on des prisons ? Quel est le citoyen qui connait toutes les peines encourues ?
Un jeune consommateur de haschich sait -il qu’il encourt 1 an d’emprisonnement et 3750€ d’amende pour chaque consommation de ce produit illicite ?
c)fonction de réadaptation à la Société
Tout condamné à la prison est appelé à en sortir. (en dehors de 4 cas individuels en France tels que Fourniret)
La prison empêche -t-elle la récidive ?
Selon les statistiques du ministère de la Justice sur 100 incarcérés
– 65 ne récidivent pas
– 30 récidivent au moins une fois
– 5 sont des multirécidivistes impénitents et dangereux
Le juge de l’application des peines (JAP) est un magistrat du siège du tribunal de grande instance compétent pour  fixer les principales modalités de l’exécution des peines privatives de liberté ou de certaines peines restrictives de liberté, en orientant et en contrôlant les conditions de leur application . Son rôle consiste à superviser la manière dont la peine va être appliquée à une personne condamnée.
Ils sont 300 en France, assistés de conseillers de probation pour 45 000 détenus en France
d)fonction de thérapie
par exemple, la prison pour un alcoolique permet un sevrage véritable

La loi Taubira de 2014 précise pour la première fois le rôle de l’emprisonnement :
. il sanctionne l’auteur de l’infraction
. il doit favoriser l’amendement du condamné et sa réinsertion dans la société

3 la privation de liberté ( modalités et étendue)

cote-prefecture-on-rassure-mais-au-commissariat-de_2285620_660x372a) la garde à vue
La 1ère étape « soft » : elle constitue la privation de la liberté d’aller et venir en étant gardé au poste de police ou à la gendarmerie. Cette atteinte à une liberté fondamentale est strictement encadrée par la loi :
-dans sa durée 2 x 24 h (ou 2 x 48h en cas de terrorisme) –
-pour des raisons impérieuses ( éviter une fuite du prévenu, , les pressions de tous ordres, la destruction de preuves,…)
Le prévenu est mis en isolement total(sauf visite d’un avocat qui n’a pas accès au dossier)

.
b) le défèrement
le défèrement  est une mesure de contrainte, placée sous le contrôle du procureur de la république.qui décide ou non de « poursuivre » le prévenu. Auquel cas ce dernier est présenté au juge des libertés et de la détention ou « JLD » Ce magistrat du siège est  spécialement chargé de statuer sur la mise en détention provisoire d’une personne mise en examen .
Cette détention provisoire doit être pleinement justifiée  pour :
-éviter la destruction de pièces à conviction
-s’assurer de la présence du prévenu au procès
-éviter la concertation avec les complices
-éviter toute atteinte à l’ordre public
La durée de cette détention n’est pas fixée par la loi qui préconise un délai raisonnable La Cour de Justice Européenne limite à 2 ans.

Sur les 66 000 détenus que comptent les geôles françaises en 2016 , 30% sont en détention provisoires…
Les maisons d’Arrêt sont censées héberger ces détenus, et exclusivement ceux-là ? Dans la pratique, ces détenus 648x415_maison-arret-brest-illustrationsont mélangés aux condamnés : elles sont de véritables écoles de la délinquance par ce mixage et de radicalisation pour les agités du bocal de tous poils.
De plus, normalement tout TGI(Tribunal de Grande Instance) doit avoir sa maison d’arrêt ( 158 TGI pour 151 Maisons d’Arrêt)
Faute de place , les détenus pour d’un jour à l’autre être déplacé en fonction de places disponibles. Ces déplacements ne jouent pas pas pour l’administration d’ une justice sereine et efficace.

.
c) le procès et la condamnation à la prison
maison centraleLe tribunal peut prononcer une peine d’emprisonnement
-pour les crimes de 10 à 30 ans de réclusion pour les droits communs ( de détention pour les politiques)
– pour les délits de 1 jour à 10 ans
Les condamnés devraient être conduits exclusivement
a1 en Maisons Centrales fortifiées au nombre de 12( Clairvaux, Poissy…) pour les plus dangereux
a2 dans de Centres de Rétention moins stricts pour les condamnés jugés récupérables
pour recevoir une formation par exemple
a3 dans des centres de détention spécifiques( cas de Casabianda en Corse pour les délinquants sexuels, prison des Femmes à Rennes)
prison femmes rennes_a4 dans des centres pour psychopathes Château Thierry
Sur le papier, cet ensemble relève d’une belle architecture. Mais la réalité ?

66 000 détenus pour 57 000 places

L’engorgement des prisons, lié à un durcissement des peines est contre-productif dans la mesure où les conditions de détention ( manque de place, d’hygiène, de soins …) poussent plus à la rébellion qu’à un « recadrage » du condamné.

Durée moyenne d’incarcération : 11.5 mois toutes peines confondues

Comment réduire la population carcérale ? En aménageant les peines.

-régime de semi-liberté ( pour suivre des cours, travailler? )
-libération conditionnelle après mise à l’épreuve par des permissions de sortie
-sursis l’emprisonnement : véritable épée de Damoclès si nouvelle condamnation
-des obligations négatives ou positives ( ex : interdiction de séjour, obligation de travaux d’intérêt général)
-le placement sous surveillance électronique
un bracelet électronique relié à une centrale permet de s’assurer que le condamné suit à la lettre son programme de déplacement : coût journalier 15 € , soit le 1/6 du coût d’un condamné incarcéré

4 l’univers carcéral

Le procès d’Outreau a été le procès qui a mis en évidence un certain nombre de dysfonctionnements : 4 condamnations et 13 personnes acquittées qui ont perçu chacune 1 million d’€ de dédommagement de la part de l’Etat.
En principe en France, tout prisonnier devait bénéficier d’une cellule individuelle en 2014 . Avec une population de 65 000 individus pour 57 000 places, le moratoire de 2009 a été reconduit jusqu’en 2019.Résultat : 12 000 emprisonnés dorment sur un matelas par terre. Le taux de suicide est impressionnant : 10 fois supérieur à celui observé dans la population française.
La prison est censée priver le prisonnier de la liberté d’aller et venir, mais ne pas le priver de droits fondamentaux comme le droit à l’hygiène, à la santé.
Le sentiment dominant est que la population française abandonne à leur triste sort les détenus

Selon ses statistiques et en optimisant les placements , il manquerait 8 000 places. L’une des solutions est de construire des nouvelles prisons mais ceci suppose :
-un engagement financier pour leur construction et pour l’embauche de gardiens
-un délai de 5 à 10 ans pour une mise à disposition
-une acceptation par quelques communes d’héberger une maison centrale….

Si la prison est incontournable, que l’Etat dote le ministère de la Justice des moyens appropriés pour faire face à ses obligations , sachant que le budget alloué à ce ministère avoisine les 8 milliards €(50% absorbés par l’administration pénitentiaire)et fait figure de parent pauvre  ! Comment un prisonnier peut s’amender et se préparer à sa réinsertion (l’une des fonctions de la prison), si sa dignité est à longueur de temps bafouée ?
Par ces temps de crise, la situation actuelle risque de perdurer, perdurer…

ref 03CYJenero16

la Syrie et l’Etat Islamique

 

La Syrie et l’Etat Islamique  ( oct.2015)

par M COLLAS, professeur à l’UBSplusieurs-conferences-avec-luniversite-du-temps-libre

La guerre civile syrienne est un condensé des problèmes vécus par le monde arabe actuellement.
-une lutte entre chiites et sunnites
-un modèle occidental laïc qui cède la place à une ré-islamisation
-la fin d’un monde hérité du partage effectué à la fin de la 1ère WW
-une lutte d’influence entre l’Arabie Saoudite et l’Iran

.
-Carte_de_la_Syrie_FRL’essentiel du territoire syrien est constitué par un vaste plateau calcaire surmonté de quelques reliefs anciens et traversé au nord-est par l’Euphrate . La majorité de la population syrienne réside dans les villes et les principales agglomérations sont situées sur la bande côtière (Tartous, Banias, Lattaquié, Jableh ), dans l’ouest (Alep, Homs, Hama ) et le sud du pays (Damas, Deraa ).

.

.

les minorités en Syrie
les minorités en Syrie

À cette géographie physique se superpose une géographie humaine

(ruraux/urbains) et une géographie ethno-religieuse (sunnites, chiites, alaouites , druzes, chrétiens? kurdes)

La Syrie est un pays ( a fortiori une nation) qui n’existe pas et qui n’a jamais existé.

.

.

.

1– GRANDES LIGNES HISTORIQUES

 

A) sous domination ottomane

 

empire ottoman_0

Ces territoires, qui faisaient partie de l’Empire romain , font partie au XIXème siècle de la zone arabe de l’Empire Ottoman, sous la forme de vilayet de Damas et d’Alep ( au même titre que Jerusalem et Beyrouth plus au sud par ex.)
Cette zone permettait à la Sublime Porte de relier Istanbul à la péninsule arabique( agitée par des soulèvements à répétition des tribus arabes) .

Elle est aussi un carrefour permettant de relier la Méditerranée aux Indes (Angleterre)

.

.
A la fin du XIXème, l’Empire Ottoman est en déliquescence , soumis à des pressions externes(Russie pour un accès à la Méditerranée, France pour une politique d’arc méditerranéen et sykes picot collasAngleterre ) aussi bien qu’à des tensions internes ( révoltes…)
Dès le début de la 1ère WW , l’Empire Ottoman s’étant allié avec l’Allemagne , les chancelleries française  et anglaise  anticipant l’écroulement de l’Empire Ottoman, négocient  le partage en zone d’influence ses territoires arabes. L’accord totalement secret Sykes-Picot de 1916 délimite au nord une zone sous influence française , la partie sud étant réservé aux anglais(pétrole récemment découvert/ route des Indes) et parallèlement à ces négociations…

.

.

.

combattants de l'émir Fayçal en 17
combattants de l’émir Fayçal en 17

.

Désireux d’ouvrir un 3ème front militaire au sud de l’Europe pour affaiblir l’Allemagne, les Anglais ne sont pas avares de promesses  à ceux qui prendront les armes contre l’Empire Ottoman . Elles sont contradictoires, ambigües et donc intenables sur le long terme
a)aux arabes , ils promettent en toute discrétion un grand royaume qui s’étendrait du sud de la Turquie au sud de la péninsule arabique
b)aux juifs par la déclaration Balfour de 1917 ils promettent la création d’un foyer national juif

 .

.

.

B) sous mandat français (1920-1946)

Le traité de San Remo en 1920 consacre à quelques retouches près le projet de partage Sykes-Picot. Ce découpage, effectué par les puissances coloniales n’a jamais été reconnu par les populations locales et a créé un fort ressentiment à l’égard de l’Occident. Les révoltes arabes de 1920 à 1925 sont matées par l’armée française  : les territoires du Liban et de la Syrie passent sous mandat français qui va s’appuyer sur la bourgeoisie locale(grands propriétaires terriens) Celle-ci va progressivement se mobiliser pour l’indépendance en prônant une voie panarabe( occidentalisation des institutions- laïcisation -développement économique- unité du monde arabe). Progressivement dans les années 30, sous le contrôle d’un haut commissaire français, un gouvernement arabe syrien est mis en place, un parlement voit également  le jour. Ce mouvement d’émancipation est brutalement arrêté par la 2nde WW et le pays n’acquiert son indépendance qu’en 1946 après quelques tribulations….

C)l’indépendance (1946-1963)

Cette période très chaotique voit la prise de pouvoir par les grands propriétaires terriens au détriment des fellahs. Mise en place d’institutions républicaines avec la tentative de création d’une entité nationale sur un territoire composite habité par des arabes, kurdes et d’autres minorités.

Période troublée émaillée de coups d »état

D)un coup d’état décisif (1963-1970)

Le parti Baas, regroupant les populations situées à la périphérie du système accède au pouvoir par l’intermédiaire des officiers de l’armée issus des milieux modestes. Ce parti a un programme socialisant sur le modèle soviétique.
De nombreux coups d’état se succèdent….
Pour comprendre cette instabilité du pouvoir , la lecture d’Ibn Khaldoun(1332-1406) est indispensable :concept de l’asabiyya. Sa grille de lecture permet de comprendre encore de nos jours les évènements du Proche et Moyen Orient.

E) l’ère Assad (1970-2011)

les assad
a) le père Hafez El Assad
Hafez elAssad, général d’aviation formé en URSS, ministre de la Défense prend le pouvoir, en s’appuyant sur les Alaouites(branche du chiisme) dont il est issu. Il mène une politique socialisante avec économie planifiée, en développant la zone alaouite au détriment des autres zones (zone damascène notamment). Les Alaouites intègrent tous les rouages de l’Etat.
Les sunnites, largement majoritaires dans le pays se soulèvent à la fin des années 70( de 79 à 82) et font l’objet d’une répression féroce et massive : les imam sunnites sont embastillés, leurs mosquées sont fermées..
La crise du pétrole dans les années 80 freine le timide développement économique alors que le système éducatif a pris son essor, que la démographie est forte, que l’administration est pléthorique .

Face à la crise économique ( montée du chômage, dégradations des conditions de vie, montée du mécontentement populaire) , Hafez el Assad effectue un revirement à la recherche d’alliés politiques : il libère les imam emprisonnés, il ré-ouvre les mosquées.
En fait , et à son insu, il déroule le tapis aux Fréres Musulmans qui prônent le retour à la charia et l’abandon de la voie laïque.
b) le fils Bachar El Assad
En 1970, à la mort de son père, Bachar El Assad, après une brève formation aux affaires, accède au pouvoir. Il effectue un revirement dans la politique économique : il suit les préconisations du FMI contrairement à son père.
Il tente une modernisation par la voie libérale classique :
-réduction de l’intervention de l’Etat ( avec comme corollaire le congédiement de fonctionnaires alaouites)
-financement d’une industrie syrienne
-développement du commerce international
Bachar el Assad s’appuie dorénavant sur la grande bourgeoisie damascène en abandonnant les intérêts de la communauté alaouite et en délaissant les villes périphériques., perdant de ce fait ses appuis traditionnels.
Devant la montée des mécontentements dont  les Frères Musulmans sont les seuls porte-parole audibles, en 2008-2009 , il revient à une pratique autoritaire et répressive à leur égard ; et se retourne  vers sa communauté alaouite ( organisée en clan autour du pouvoir).

2 LA SITUATION ACTUELLE

Le Printemps arabe aboutit en définitive à la destitution des dirigeants en place, selon la lecture qu’en fait Bachar El Assad.
Pour conserver le pouvoir, il s’engage dans la répression violente des manifestations de 2011 qui demandent une libéralisation en matière politique et plus de démocratie.

La guerre civile commence.

a) 4 forces qui se combattent entre elles

-le gouvernement en place qui entend conserver le pouvoir
les démocrates qui ont lancé les manifestations qui sont rapidement contraints à l’exil ( Paris ou Londres)
-les Frères Musulmans qui les premiers organisent une résistance armée au régime
l’Organisation Etat islamique (OEI) du Levant :

b) une nouvelle force politico-militaire : l’Etat islamique ou Daech

Parallèlement au mouvement Frères Musulmans créé en 1928 ,  apparaît en Irak en 2006 un mouvement radical d’obédience sunnite dans le chaos généré par les USA qui ont laissé désœuvrés les cadres dirigeants civils et militaires de Saddam Hussein et qui ont favorisé dans le processus de démocratisation une minorité chiite désireuse de prendre sa revanche sur les sunnites, soutiens de Saddam.

en gris, territoires de l'EI
en gris, territoires de l’EI

Cette mouvance , composée majoritairement d’Irakiens, se développe rapidement pour pénétrer en Syrie en 2011.
Comme son nom l’indique, l’objectif est de créer un nouvel état basé sur la charia dans la zone. Son porte-parole El Bagdadi proclame le Califat en juin 2014 ( et s’autoproclame calife dans la foulée).
Caractéristiques du mouvement :
nébuleuse( pas de connaissances des noms des responsables)structurée en Etat
-avec un budget
les ressources proviennent de l’impôt coranique, des dons privés et des fonds en provenance d’Arabie saoudite et du Qatar, du pétrole ( 360 puits sous contrôle) , des banques saisies
-avec une capitale Raqqa située en Syrie
– avec une armée estimée à 30 000 combattants ( pour un total de 60 000 en intégrant la logistique)
avec une ossature composée de combattants irakiens expérimentés (ex armée de Saddam)
– avec une justice basée sur la charia( interdiction de l’alcool, de la danse de la musique…)
-avec une politique de communication très bien rodée basée sur la terreur et l’effroi en vue de terroriser et les

grand califat islamique
grand califat islamique

occidentaux et les populations locales qu’elles veulent soumettre
Le territoire occupé par l’EI est à cheval sur la Syrie et l’Irak . La partie syrienne est une zone désertique occupée

par 3 millions d’habitants.
L’objectif ultime est de revenir territorialement au Grand Califat du XIIème siècle : cf zone noire de la carte

 

 

 

.
c) l’implantation de ces différentes forces en octobre 2015
situation en Syrie oct.2015
situation en Syrie oct.2015

-le gouvernement Assad contrôle la bande côtière ouest , territoire des alaouites(10% à 12% de la population syrienne)

.
-les Frères Musulmans tiennent une poche au Nord, à proximité de la frontière turque (Turquie dirigée par les Frères Musulmans)

.

-les Kurdes au Nord Est

 

-l’EI la partie centrale et est du pays

d) interventions extérieures

la Russie de Poutine par ses appuis de troupes au sol et par les raids de son aviation défend le régime Assad pour

territoires de l'EI (oct2015)
territoires de l’EI (oct2015)

pouvoir conserver sa base navale de Tartous et combat les groupes islamistes pour éviter la propagation de l’EI dans les communautés russes musulmanes du Caucase et la Tchétchénie par ex. Autre raison : le retour de la Russie et de Poutine en tant qu’interlocuteur majeur et incontournable sur la scène internationale.

Les interventions d’Assad sur le plan militaire consistent à établir une continuité territoriale entre les différentes zones qu’il contrôle, Lattaquié étant sa base arrière.
-l’Iran a également déployé des troupes au sol et fait appel à des supplétifs comme le Hezbollah libanais dans un conflit chiite/sunnite
-un combat entre Iran et Arabie Saoudite( berceau et banquier de l’intégrisme sunnite dans le monde) par Syriens interposés pour l’hégémonie sur le Proche Orient (contrôle des lieux saints)
-les frappes occidentales par l’aviation sont d’une inefficacité voisine de zéro.
Les troupes du Moyen Orient sont les seules en mesure de régler le conflit

e) les conséquences sur la population civile

Sur les 22 millions d’habitants que contenait la Syrie, le conflit a déjà fait entre 200 000 et 300 000 victimes et 11 millions de personnes ont été déplacées depuis 2011. Sur ces 11 millions, 4,5 millions (1/5 de la population totale) ont choisi l’exil :
-en Turquie …..1 940 000  …………….. soit + de 40% des exilés
-au Liban ………1 148 000    …………………… soit 25%
-en Jordanie……. 629 000
-en Irak …………..248 500
-en Europe ………430 000 soit un peu moins de 10%
-en Egypte……… 132 000
-reste du monde ..53 000 ( Qatari et Saoudiens n’accueillent pas de réfugiés)

f)risques de déstabilisation du Liban et de la Jordanie par le flot de réfugiés

Cet exode massif représente pour la Jordanie près du 1/3 de sa population et pour le Liban 1/4 de sa population ( contre 2.5% pour la Turquie   et o,06% pour l’Europe par exemple)….

….
A l’issue du conflit ( dans des mois, des années ?),  surgira une reconfiguration territoriale et politique qui peut-être prendra en compte les aspirations des populations locales; les habitants du Proche Orient l’auront payée  au prix fort. Une certitude : le partage imposé par les puissances occidentales à la fin de la 1ère Guerre Mondiale est arrivé à son terme….

 

Les cartes ci-dessous font donc partie définitivement du passé….

sykes-picotGF

Nota : un Islam ou des Islam dans la mesure où les exégètes du Coran s’arrêtent à une période : 8ème, 12 ème ou 18ème siècle par exemple, sachant :

que le texte du Coran se rapproche de la poésie,   forme idéale pour l’interprétation

et que l’exégèse de l’un exclut celle de  l’autre.

ref CYJoct16

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

syrian asylum

Syrie février 2016

les 4 piliers de la sagesse républicaine

les 4 piliers de la sagesse républicaine

par Alain Le Guyader , Maître de Conférences er à Ivry

Toute société renvoie à un projet politique. En France, le texte fondateur de ce projet figure dans le Préambule de la Constitution, qui constitue le socle de l' »identité nationale » et qui est l’aboutissement de longs combats pour les libertés fondamentales :

«Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004».

Pour expliciter le titre de la conférence
la sagesse : le droit pour toute personne de réussir sa vie
la république : (res publica ) il existe une sphère publique qui prime sur toutes les autres sphères d’activité, que nul ne peut s’approprier, lieu de discussions et d’arbitrages entre citoyens libres. La république est souvent confondue avec l’organisation de l’Etat (par opposition à la monarchie, la théocratie, l’Etat français) ce dernier n’étant que l’instrument au service du politique.

A) LES «PILIERS» de la REPUBLIQUE

L’article premier de la Constitution de 1958 définit les principes fondamentaux de la République française.
« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.»

1-indivisible

Uniformité du droit applicable sur l’ensemble du territoire national.
Unicité du peuple
Égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de couleur de peau ou de religion.
Monopole du Parlement, représentant la souveraineté nationale, pour l’élaboration de la loi.

2 -laïque

La séparation des églises et de l’État (Loi de 1905).
La neutralité de l’État, et donc des agents publics
La République assure la liberté de conscience (article 1 de la Loi de 1905).
La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte (article 2 de la Loi de 1905).

3 -démocratique

État de droit.( différence avec l’Etat légal / hiérarchie des droits)
Suffrage universel.
Libertés publiques (liberté d’aller et venir, liberté d’opinion, liberté d’expression, liberté d’association, liberté de réunion, liberté de manifestation, etc.)
Le principe de la République est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple (article 2 de la Constitution française).
La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice (article 3 de la Constitution française).

4 -sociale

Progrès de l’Humanité et construction d’un monde meilleur.
Fraternité citoyenne.
Égalité des chances par l’école de la République.Instruction obligatoire.
Solidarité nationale entre les citoyens et entre les territoires de la République.
Droits économiques et sociaux du Préambule de 1946.
Interventionnisme social de l’État.

B) LES RISQUES DE FRAGILISATION DE CES PILIERS

a) un referendum  dont les résultats ne sont pas pris en compte par les représentants du peuple.Conséquence : abstention massive lors des élections suivantes
b) l’actuelle construction européenne : plusieurs domaines de compétence ont été transférés au niveau européen. Des décisions sont prises au niveau européen alors qu’il n’existe pas de véritable démocratie européenne.
c) des projets pour la reconnaissance d’un peuple corse ou d’autonomie de l’île
d) l’introduction d’une «société civile» dans le débat public
e) des prétentions nationales-racistes ou religieuses quant à la conduite des affaires
f) des projets de subventions aux activités cultuelles
g) les projets de reconnaissance de minorités disposant de droits spécifiques
h) la concentration des médias entre les mains de quelques grands groupes industriels et financiers.
i) l’émergence d’un «vote musulman», d’un «vote catholique» ou … d’un « vote bouddhiste »
j) la séparation culturelle, sociale et géographique des « élites »
Ce « catalogue » est bien entendu loin d’être exhaustif….

………………………………………………….
Ce discours sur ces valeurs fondamentales de la République , alors que les fractures économiques, sociales, culturelles et géographiques s’amplifient sur le territoire français peut-il encore être entendu (au-delà des disputes byzantines sur des sujets mineurs) par les chantres de la mondialisation et par  leurs émules qui ne se reconnaissent plus désormais que dans un «récit mondialisé» où l’histoire ne s’écrit plus à l’échelle d’une nation (jugée construction vieillotte,anachronique voire liberticide) mais à celle du monde ?

………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

 

La Guerre de la Ligue en Bretagne (1588-1598)

 La guerre de la Ligue en Bretagne ( 1588-1598)

par Hervé Le Goff , professeur de lettres et historien

Quand le sort de l’Europe se jouait en Bretagne (1588-1598)
Guerre civile et conflit international

Cette période troublée, connue, et en même temps mal connue est le fruit d’une construction historique élaborée à des fins politiques. Les conflits qualifiés de « religieux » sont en effet, au 16ème siècle, essentiellement d’ordre politique.

1 Rappels historiques généraux

Les guerres de religion qui ont ravagé le royaume de France où se sont opposés catholiques et protestants, (les huguenots) commencent en 1562 et se suivent (8 au total), entrecoupées de périodes de paix jusqu’en 1598

Henri_III_VersaillesEn 1588, la dynastie française est dans une situation particulière : elle n’a pas de successeur en ligne directe et le futur roi, issu d’une ligne collatérale, Henri de Navarre est protestant.
Les Guise, branche cadette de Lorraine, représentant l’aile ultra-catholique prennent la tête d’une rébellion contre le pouvoir royal à laquelle s’associe une ligue des villes (d’abord Paris, puis des villes en Touraine, Champagne, Bourgogne ).Le roi doit abandonner la capitale aux ligueurs après la journée des barricades du 12 mai 1588.
Le roi profite de la réunion des États généraux à Blois pour faire assassiner les chefs de la Ligue, le duc de Guise et son frère le cardinal de Lorraine en décembre 1588.
En réaction à cet assassinat, toutes les provinces tenues par la Ligue dirigée par le duc Charles de Mayenne, frère de Henri de Guise.(essentiellement la Champagne, le Midi, la Bourgogne, la région de Paris…) se soulèvent contre le « tyran » Henri III. Celui-ci s’allie au roi de Navarre, et leur armée met le siège devant Paris. Henri III est assassiné le 1er août 1589 par Jacques Clément, un dominicain membre de la ligue.
Henri de Navarre, chef des protestants, devient le nouveau roi de France réactivant la guerre civile. Comprenant HENRI IVqu’il ne sera accepté comme roi que s’il est catholique, il annonce sa conversion au catholicisme et abjure pour la 2ème fois, à la cathédrale de Saint-Denis le 25 juillet 1593. Cette conversion lui ouvre les portes de Paris en 1594. Il est sacré à Chartres le 27 février 1594. Le 7 décembre 1595, le pape reconnait la légitimité de la succession. Les ralliements (contre finances) au roi légitime s’accélèrent.Il déclare officiellement la guerre à l’Espagne et entame une campagne en Bourgogne qui débouche sur l’écrasement des dernières forces armées de la Ligue à la  bataille de Fontaine-Française. Mayenne vaincu, la Ligue nobiliaire cesse peu à peu d’exister L’Edit de Nantes, en 1598, met un terme définitif à la Guerre de la Ligue.

2 La Bretagne et la Guerre de la Ligue (1588-1598)

a) clarifications préliminaires

Le 16 éme siècle est pour la Bretagne le siècle d’or, contrairement aux idées reçues . La Bretagne, en expansion démographique (2,4 millions d’habitants) est une province prospère qui commerce avec tous ses voisins : 65% des entrées sorties de l’avant port d’Amsterdam sont enregistrées sous «pavillon breton». Par ses ports très actifs, les idées nouvelles pénètrent sur son territoire.
«On ne peut laisser tomber aux mains des Espagnols une province aussi riche que la Bretagne» dixit Elisabeth I d’Angleterre
La Guerre de la Ligue n’est, en Bretagne, ni une guerre de religion ni une guerre séparatiste, ni une simple mise à sac de villes (La Fontenelle)

b) son déroulement

b1 une guerre civile

Après l’assassinat des Guise, passé le moment de sidération, la Bretagne ne bouge pas contrairement à d’autres provinces françaises. Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne et beau-frère -mercoeur_(détail)d’Henri III, dit Mercoeur se range finalement, sous l’influence des ordres religieux, du coté des ligueurs prenant la tête d’une révolte armée :
-paralysant le Parlement de Bretagne en emprisonnant son président
-en provoquant un coup d’état municipal à Nantes
-en investissant Rennes en tant que représentant du roi mais établissant aussitôt des comités ligueurs
-en marchant sur Fougères pour contrôler «l’entrée» de la Bretagne
Puis dans un 2ème temps en1589-1590, la Bretagne est secouée par des insurrections de type rural
-siège de Vitré qui compte 20 % de protestants (peur d’une St Barthélémy à rebours)
-pillage de Tréguier contraignant à la fuite l’Evêque fidèle au roi ainsi que le lieutenant général
-sédition populaire anti-seigneuriale et conflits locaux (de Boiséon) à Kérouzéré dans le Léon
-pillage de Carhaix
-blocus de Brest de février à août 1591 assiégé par des léonards
En dehors du cas de Vitré, la religion n’intervient pas dans ces troubles.
Le commandement militaire royal, après le défection de son gouverneur est désemparé. Aussitôt nommé, le nouveau gouverneur de Bretagne, le comte de Soissons est fait prisonnier par Mercoeur. Le Duc de Montpensier lui succède.
Se poursuit une guerre de type médiéval sans objectifs bien précis. L’organisation rebelle s’appuie essentiellement sur les villes : conseils des ligueurs ou conseils de l’Union (cf archives de Morlaix, Nantes, Guingamp) et offre une résistance au pouvoir royal.
Au final la Bretagne est divisée en 2 , non par des axes géographiques, mais par petites zones géographiques (en fonction des influences nobiliaires et des intérêts économiques) constituant un véritable patchwork. Vont coexister 2 administrations parallèles avec 2 parlements (Nantes et Rennes), 2 chambres régaliennes, 2 chambres d’Appel…

b2 un conflit  international

l’affrontement de 2 puissances
PHILIPPE 2La Bretagne est coincée entre 2 impérialismes et est l’objet de convoitise :
& l’Espagne et Philippe II
Pour rallier les Flandres, l’Espagne recherche des bases pouvant servir d’escale à ses bateaux : elle lorgne vers les ports bretons
Pour contrer l’Angleterre, elle a également besoin de ces ports
Cf : l’Invincible armada
Par ailleurs, Philippe II a des prétentions pour l’Infante : la couronne de Bretagne, mais également la couronne de France et il passe des accords et traité avec les ligueurs.
& l’Angleterre et Elisabeth Ière
Avec une population de 4 millions d’habitants à la fin du 16 ème, l’Angleterre dispose de peu de moyens mais sa reine Elisabeth ne veut à aucun prix que la Bretagne ne tombe aux mains des Espagnols. ( et pire encore la couronne de France…)
Elle lâche ses « chiens de mer »Hawkins, Raleigh,Drake.Ils coupent la route des galions espagnols en provenance d’Amérique du Sud, les délestant de leurs précieuses cargaisons, et ce faisant  mettent à mal les finances espagnoles qui étaient déjà à leur 3ème banqueroute.
L’Angleterre tient également à protéger ses voies de communications avec la Guyenne ( fourniture de sel, de vin)
Le comte d’Essex en 1595 se permet de piller dans le port de Cadix un convoi chargé d’or et de saccager le port.
Par ailleurs Philippe II a été chassé d’Angleterre à la mort de son épouse, reine d’Angleterre.Vieux contentieux personnel.
« Qui commande la mer, commande le commerce, qui commande le commerce commande les richesses du monde » Cette devise anglaise résume l’affrontement entre les 2 puissances, …tandis que les troupes d’Henri IV qui n’a aucune politique maritime font le siège de Montcontour, Josselin, Abbeville…..

la guerre sur le terrain
Les deux camps, de force égale, ne peuvent prétendre l’emporter sans le renfort de forces étrangères. Le duc de Mercoeur fait alors appel à Philippe II d’Espagne qui lui envoie en octobre 1590 une armée de 7 000 soldats, commandée par Don Juan del Aguila et bientôt installée à Blavet (Port-Louis). Puis ils construisent un fort à Roscanvel pour contrôler l’entrée de la rade de Brest, menace directe pour les intérêts anglais.

En réponse à l’appel à l’aide du roi de France , Elisabeth Ière fait débarquer en mai 1591 à Paimpol, seul port resté royaliste , un corps expéditionnaire de 2400 hommes qui restera jusqu’en février 1595 commandé par John Norris, et qui comptera jusqu’à 15 000 hommes
La guerre de faible intensité prend une autre tournure quand débarquent ces troupes étrangères.
Des batailles rangées s’engagent : ,Merdrignac, Craon (1592) où les royalistes associés aux anglais accusent une cuisante défaite.( 5000 morts du coté anglais)
Les anglais reviennent alors vers l’Ouest , reprennent avec des forces royalistes  Quimper, Morlaix et s’emparent du fort de Crozon en nov-déc1594. Leur objectif est atteint : ils ont neutralisé les espagnols et s’en retournent en Albion …
(Les espagnols restent jusqu’en 1598 , date du Traite de Vervins.)
Après le départ des Anglais, alors que les ralliements au roi sont nombreux , la guerre s’éternise en Bretagne. Pour quelles raisons ? Mercoeur poursuit la lutte pour obtenir un bon prix de son ralliement ( 2 800 000 écus soit le tiers du budget du royaume) : membre de la maison de Lorraine, il a des prétentions sur la couronne (car le roi à cette époque n’a pas de successeur en ligne directe) et  en continuant à guerroyer, il reste entouré d’anciens ligueurs pouvant l’appuyer dans ses desseins.

Henri IV , le bon roi, qui s’était engagé à payer le contingent anglais, à apporter à ce contingent l’aide d’une troupe équivalente, à donner un port fortifié à la couronne anglaise renie tous ses engagements mais il met les bretons à contribution : paiement des soldes des soldats étrangers, paiement du retour des troupes espagnoles dans leur pays.
A Nantes,ex-ville rebelle où il refuse une entrée solennelle, il prend l’Edit de Nantes en 1598, qui est présenté comme un modèle d’expression de la liberté religieuse, qui en fait organise un « apartheid » religieux : la religion catholique retrouve sa place de religion officielle tandis que les protestants sont cantonnés dans des régions réservées…
Elisabeth I  a , quant à elle, préservé les intérêts de son royaume à peu de frais, sauvant le trône d’Henri IV vacillant, influençant en cela le sort de l’Europe.

ELISABETH 1_stage_3

la violence dans les villages finistériens au 19ème – Annick Douget

LA VIOLENCE DANS LES VILLAGES FINISTERIENS AU 19ème SIECLE (1815-1914)

ANNICK DOUGETpar Annick Le Douget , greffier au Tribunal de Quimper

 

A partir des archives judiciaires du XIXème siècle, l’analyse des différentes formes de violence tant au sein des familles que dans le village permet de dresser une typologie des violences qui sont «remontées» jusqu’à l’appareil judiciaire étatique, de souligner des caractéristiques propres au Finistère, de voir l’évolution du monde rural face au contrôle de la violence.

Elle est aussi une manière de pénétrer au coeur de la société rurale finistérienne afin de lui rendre tout son relief

1) Typologie des violences observées

Lire la suite

La RUSSIE de Poutine

 la Russie de Poutine 

par Alain Colas, chargé d’enseignement à l’UBS

.gfédé russie

Brefs rappels historiques
– Pierre 1er(1682-1725), au prix d’une longue guerre avec la Suède, obtient un accès à la mer Baltique ; il fait construire Saint Petersbourg qui devient la nouvelle capitale, symbolisant ainsi l’ouverture du pays vers l’Europe. Une puissante industrie métallurgique, la première d’Occident à l’époque, est édifiée dans l’Oural et permet de soutenir l’effort de guerre. Catherine II (1762-1796), autocrate éclairée, achève la conquête des steppes situées au bord de la Mer Noire après avoir défait l’empire ottoman et le khanat de Crimée et repousse vers l’ouest les frontières de l’empire russe grâce au partage de la Pologne. L’actuelle Ukraine et la Russie Blanche (Biélorussie) sont désormais entièrement en territoire russe. Durant toute cette période, les cosaques occupent progressivement la Sibérie et atteignent l’océan Pacifique en 1640.
Depuis Pierre Le Grand, qui le premier a ouvert la Russie vers le monde occidental, le débat entre Occidentalistes et Slavophiles sur une expansion vers l’Ouest ou vers l’Est perdure encore…
gorbatchev– M Gorbatchev arrive au pouvoir en 1985 en prenant la tête du PCUS avec la volonté de réformer le régime pour combattre la stagnation économique et les reliquats du stalinisme, mais ses réformes donnent des résultats plutôt mitigés. La perestroïka (restructuration économique) n’a pas atteint les objectifs escomptés ayant aggravé les pénuries de biens de consommation et les inégalités sociales entrainant un mécontentement populaire, tandis qu’une démocratisation du régime, amorcée avec la glasnost (transparence), déclenche des conflits inter-ethniques et la montée des nationalismes, mal perçus par les Russes.En Août 1991, un putsch tente d’écarter Gorbatchev. Son échec précipite celui de l’URSS qui disparaît fin 1991.
– Le premier président de la nouvelle Russie,Boris Etsine et son 1er ministre Gaïdar donnent une inflexion libérale getsineau régime en appliquant une « thérapie de choc ». Le fonctionnement de la société russe qui abandonne le socialisme est profondément bouleversé et mène à l’enrichissement d’une minorité (oligarques ), au déclin de l’outil économique, à l’affaiblissement de l’État fédéral et à une chute catastrophique du niveau de vie des Russes.
Au niveau économique, la planification dirigiste et centralisée de l’économie a été abandonnée sans transition au profit d’un mode de fonctionnement s’inspirant des thèses libérales des économistes de l’Ecole de Chicago Les moyens de production ont été en grande partie privatisés, dans des conditions souvent obscures. La réorganisation rapide de l’appareil économique combinée avec les effets de l’éclatement de l’URSS ont provoqué au cours des années 1990 un effondrement de l’économie( avec une inflation galopante et un chômage important)

.
gpoutineEntre l’élection d’Etsine en 1991 à la présidence et la crise financière de 1998, le PIB a chuté de près de 50% ; les investissements de 90%. La production industrielle est tombée à 47% de son niveau de 1990 ; celle de l’agriculture à 58%.

.

.

Quand Poutine accède au pouvoir.il hérite de cette situation
1 le personnage Vladimir Vladimirovitch Poutine et les forces qu’il incarne
a) Poutine
naissance : le 07 Octobre 1952 à Léningrad .
Membre du KGB , il est envoyé en 1985 à l’étranger, en RDA. Il passe cinq ans dans une petite unité opérationnelle déconcentrée à Dresde.Avec la réunification allemande et le démantèlement des installations du KGB en RDA, le lieutenant-colonel Poutine retourne à Léningrad pour y reprendre son service opérationnel dans la Direction locale du KGB sous la couverture du poste du conseiller aux affaires internationales du recteur de l’Université de Léningrad Anatoli Sobtchack En 1991, Sobtchak, démocratiquement élu à la tête du Soviet de Léningrad (la mairie de la ville), invite Poutine à devenir son conseiller aux affaires internationales De 1992 à 1996, Poutine est l’une des personnalités les plus influentes de la politique municipale, l’« éminence grise » du président du Conseil de la ville. Il est responsable des relations extérieures de la mairie de Saint-Pétersbourg, et, à partir de 1994, premier adjoint du maire Sobtchak , qui est devenu l’un des potentats locaux qui ont émergés dans cette décennie en Russie
À l’automne 1995 , ce dernier le nomme président de la section locale de « Notre Maison la Russie » , le parti du président du gouvernement Tchernomyrdine . Il est chargé de diriger la campagne des élections législatives dans la région pour le compte de NDR
En août 1996 il est nommé à Moscou adjoint au directeur des affaires de la Présidence En 1997 , il entre dans l’administration présidentielle pour en devenir vice-président moins d’un an plus tard, chargé du Département principal de contrôle doté de pouvoirs étendus. Il devient ensuite (à partir de mai 1998) vice-directeur de l’administration présidentielle chargé de la gestion des relations avec les régions, toujours avec une importante influence dans le milieu des pouvoirs. En juillet 1998 , il est nommé directeur du FSB (ex KGB)
À partir du 31 Décembre 1999 , il assure les fonctions de Président de la Fédération de Russie par intérim à la suite de la démission de Boris Eltsine. Il devient président de plein exercice le 07 mai 2000 , après avoir remporté l’élection présidenielle dès le premier tour. Confortablement réélu en 2004 , il mène une grande politique de réformes marquée par un redressement de l’économie nationale et une politique institutionnelle tournée vers une concentration des pouvoirs présidentiels.
En 2008 la constitution lui interdisant de concourir pour un troisième mandat consécutif, il soutient la candidature de Medvedev à la présidence. Une fois élu, celui-ci le nomme président du gouvernement. Dans la foulée, Vladimir Poutine prend la direction du parti Russie Unie .
Le 07 mai 2012, Vladimir Poutine retrouve la fonction de président de la Fédération de Russie après sa victoire au premier tour de scrutin.
b) les forces qu’il incarne
gazprom– Gazprom est une société anonyme russe connue principalement pour l’extraction, le traitement et le transport de gaz naturel Malgré une privatisation partielle partielle sous la présidence d’Etsine , elle reste toujours sous un contrôle étroit de l’État russe, qui, de 2004 à 2006, a fait passer sa part dans le capital de 38 % à plus de 50 % . Depuis 1954, elle est le premier exploitant et le premier exportateur de gaz au monde.Depuis 2005, elle est aussi un acteur majeur sur le marché mondial du pétrole .
En 2007, c’était la première entreprise russe, la 3e par la capitalisation boursière au monde, derrière ExxonMobil et PetroChina .
En 2005, la société a contribué pour 20 % aux recettes budgétaires de l’État russe et contribuait à hauteur de 8 % au PIB . Elle emploie près de 350 000  personnes.
En 2004, elle produit environ 93 % du gaz naturel russe, tout en contrôlant 16 % des réserves mondiales. Ses clients se trouvent en Europe centrale et en Europe occidentale, ainsi que dans l’ancienne URSS .( réseaux North Stream et South Stream)
En plus de ses réserves de gaz naturel, et du plus grand réseau de gazoduc au monde (150 000 km), elle détient des positions dans les banques, les assurances, les medias, la construction et l’agriculture.
50 % des dirigeants politiques et administratifs actuels de Russie sortent des rangs de Gazprom (ex Medvedev)
Gazprom, avec l’appui politique de Poutine, a intégré ses concurrents directs en Russie et pénétré le marché allemand (Shröder ex chancelier allemand : salarié de Gazprom)
Gazprom a fourni à l’Europe de l’Ouest 25 % de ses approvisionnements en gaz nature en 2005 . Les Etats baltes et la Finlande sont dépendants à 100 %, l’Autriche à 55 %, l’Allemagne à 37 %, la France à 15 %. .
gLubyanka_– Le FSB est responsable de la sécurité intérieure de la Russie, du contre-espionnage , et de la lutte contre le crime organisé , le terrorisme et le trafic de drogue . Cependant, de nombreuses critiques soutiennent que le FSB est plus engagé dans l’élimination des dissidences internes, maintenant la population sous un contrôle permanent, et influençant les évènements politiques importants, à l’identique des actions passées du KGB.
Le FSB est une vaste et puissante organisation, rassemblant des fonctions et pouvoirs qui sont dans d’autres pays disséminés entre des services distincts. Le FSB commande également un contingent des troupes armées (troupes intérieures, spetsnaz) et un important réseau d’informateurs civils
78 % des 1 016 principaux responsables politiques russes auraient travaillé précédemment dans une organisation affiliée au KGB ou FSB
2 les réalisations de Poutine depuis 2000
a) son programme électoral
Poutine s’est fait élire président sur 3 promesses :
assurer le paiement des retraites
la rénovation de l’armée
la remise en ordre de marche de l’économie du pays
b) les réalisations
Même si l’état de délabrement des villes est encore marqué et que l’équipement des ménages n’a pas atteint celui des ménages occidentaux, Poutine a mis fin à la pénurie alimentaire qui touchait une grande partie de la population
Le redressement démarre après la grave crise financière de 1998 marquée par un assainissement des pratiques économiques (réforme fiscale avec la mise en place d’un taux unique de 13 % pour l’impôt sur les revenus, introduction d’une taxe sociale unifiée, baisse du taux de la TVA , réduction du taux des impôts sur les sociétés de 35 % à 24 %, avec simplification la fiscalité et limitation de la fraude et la corruption ; remonétisation des transactions après de longues années de pratique du troc, paiement des salaires et des retraites en temps et en heure, mise au pas d’oligarques prédateurs peu soucieux d’investir durablement dans le pays, élaboration de codes et règles diverses inspirées des pratiques occidentales, répression des pratiques de corruption au sein de l’État, etc.).
L’essor économique est en outre facilité par la remontée des cours du gaz et du pétrole qui favorise un désendettement général et de grande ampleur de l’État russe (la dette publique est ramenée à 13 % du PIB fin 2007 contre 120 % en 1998), ce qui permet à ce dernier de libérer des ressources budgétaires nécessaires. Le pays se situe à la 7e place mondiale par son PNB
Les sondages effectués en Russie donne un satisfecit à Poutine sur ce plan. Les manifestations anti Poutine ont un caractère anecdotique. La seule opposition réelle est celle de l’ancien PC qui réunit 25 % des voix mais n’est pas en capacité de prendre le pouvoir ( nostalgie du communisme brejnevien)
Sur le plan intérieur , la reprise en main brutale de la Tchéchénie a lavé l’honneur de l’armée russe mise à mal sous Etsine.
Au plus haut sommet de l’état, il faut noter une légère divergence entre Poutine et Medvedev sur les orientations des investissements , le 1er privilégiant la modernisation de l’armée, l’autre la rénovation de l’outil productif et l’orientation vers les nouvelles technologies.
Sur le plan diplomatique, la Russie , effacée du temps d’Etsine, est de retour sur la scène internationale, contrant les initiatives diplomatiques de l’Occident quand elle les jugeait contraires à ses intérêts à long et moyen terme ( Iran, Syrie,…)
3 prospectives
Poutine a hérite de sa formation KGB d’une vision bipolaire du monde :
les USA contre la Russie
la chute de l’URSS vécue comme la plus grande catastrophe de l’Histoire
la nécessité de construire un no man’s land autour de la Russie pour la protéger des USA et de ses supplétifs de l’UE
a) la stratégie
s’ancrer sur les vieilles traditions russes ( proximité avec l’Eglise orthodoxe – appui de la population rurale / appel de l’Eglise pour voter Poutine)
slavophilie : le développement du pays doit se faire vers l’Est – l’Asie
b) la politique suivie dans la sphère d’influence immédiate
reprendre le contrôle des anciennes républiques soviétiques chaque fois qu’il est possible ( par les armes , par la déstabilisation des régimes mis en place , utilisation de l’arme « fourniture de gaz »)
ex Georgie 2008 lors de l’ouverture des Jeux de Pekin, l’armée russe pénètre sur le territoire de la Georgie qui perd une bande de son territoire et où le régime est déstabilisé
ex la Crimée en 2014 revient dans le giron de la Russie, réglant le sort de Sébastopol, port militaire donnant accès à la mer Noire et donc à la Méditerranée une fois pour toute.
interdiction aux anciennes républiques soviétiques de se rapprocher de l’Occident par des manoeuvres d’intimidation et de déstabilisation (cf Ukraine)
mise sur pied d’u groupe de Shangaï ( Russie – Chine et les républiques « musulmanes » de l’ex-URSS
avec accords militaires ( manoeuvres conjointes) et politiques ( partenariat / fourniture de gaz)
L’argumentaire de Poutine pour ses interventions brutales repose sur les éléments suivants :
la Russie n’est pas respectée par les Occidentaux
lors de l’éclatement de la Yougoslavie, les Occidentaux, malgré l’opposition russe et sur la zone d’influence russe ont mené une intervention militaire , démontrant leur hostilité au monde slave.
de plus, ils ont reconnu unilatéralement le Kosovo, en faisant fi du droit international en la matière.
Poutine s’estime donc en droit de procéder de la même manière en Crimée , en Ukraine et ailleurs…en tablant sur le recentrage de la diplomatie US sur l’Asie-Pacifique et sur de faibles réactions de l’UE empêtrée dans des difficultés économiques, dépendante de la Russie pour son approvisionnement en gaz naturel    . Cet argumentaire est bien reçu en Russie.
c. le rapprochement avec la Chine
manoeuvre militaire sino-russe à proximité en mer de Chine
accord sur le gaz
fourniture de gaz par gazoduc traversant le nord de la Chine permettant à celle-ci de diversifier ses sources d’approvisionnement passant par le détroit de Malacca
et de siniser les régions traversées par le gazoduc en les industrialisant avec incorporation de m.o. Chinoise
mise en exploitations de terres  en Sibérie par les Chinois
d. rénovation de l’armée
à l’horizon 2020, l’armée russe doit retrouver son rôle de superpuissance militaire ( la Russie étant le plus grand pays de la planète) mais aussi assurer la sécurité du pays face à un éventuelle menace « islamiste » pouvant venir de la déstabilisation du Moyen Orient.
.       Effectifs : 1 140 000 militaires et 2 000 000 réservistes  .Budget : 70 milliards de $ (2008)
De l’URSS, la Russie avait notamment conservé par accord interétatique l’intégralité de l’arsenal nucléaire ainsi que quelques bases militaires « temporairement » extraterritoriales (ex : Sébastopol)
e) les potentialités de difficultés
la population est en régression . Sa population est estimée à presque 144 millions d’habitants en 2014 . Difficile de bâtir un développement avec une population vieillissante où l’espérance de vie des hommes a reculé ( alcoolisme) , où la natalité a suivi le même mouvement . Des politiques publiques ont été menées pour contrecarrer cette tendance.
L’économie russe est extrêmement dépendante de la conjoncture économique internationale , du fait de la part importante de ses revenus issus du gaz et du pétrole. Des cours à la baisse par exemple peuvent entraver le développement global de l’économie.
Conclusion:
g FSB.svgSauf problème de santé, Poutine est assuré de conserver le pouvoir jusqu’en 2024, en muselant toute velléité d’opposition  : le FSB veille.
Disposant d’un pouvoir présidentiel étendu, Poutine, selon Mme Carrère d’Encausse, aurait l’intention de démocratiser de manière progressive les institutions russes d’ici 2024.

 

.

 

.

.

Pour en savoir plus :
Biblio :
Marie Mandras, Russie l’envers du pouvoir Odile Jacob 2008 (très critique)
Héléne Carrère d’Encausse la Russie entre deux mondes fayard 2010(plus favorable),

Jean Bernard Pinatel, Russie alliance vitale, Choiseul, 2010.(plaidoirie pour un rapprochement union européenne et Russie)

articles intéressants sur la Russie dans la revue Commentaire.