Où va nous mener l’Intelligence Artificielle ?

Conférence du jeudi 1ier octobre à 14h à Langolvas

      avec Monsieur Georges Mittaut, Ingénieur honoraire Télécom

L’objet le plus performant et le plus complexe de l’univers c’est notre cerveau où des dizaines de milliards de neurones interconnectés produisent notre remarquable intelligence.
Mais une forme d’intelligence artificielle se développe rapidement sur toute la planète, en n’hésitant pas à simuler nos réseaux de neurones. Plusieurs milliards d’humains sont déjà forts demandeurs. Cela ne peut donc que conduire à une accélération de ces réalisations qui font déjà des exploits (jeux comme les échecs ou Jeopardy où les meilleurs humains se font battre, dialogues donnant l’illusion de parler à un humain, robots, recherches sur Internet, smartphone, GPS, traductions automatiques, conduite automobile automatisée…).
Selon des scientifiques solides et assez nombreux, le développement de l’intelligence artificielle va probablement progressivement atteindre puis dépasser le niveau du cerveau humain. Cela soulève une multitude de questions fondamentales : l’intelligence artificielle va-t-elle bouleverser l’homme ? N’y a-t-il pas des risques pour l’humanité avec ces robots qui pourraient devenir plus intelligents que nous ?

 

OU VA NOUS MENER L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ?

L’évolution rapide des technologies électroniques et informatiques -avec le marché devenu totalement mondial est la base du développement fulgurant d’Internet, du GPS, des smartphones avec leurs multitudes d’applications…Quel que soit leur pays d’origine, les humains apprécient et foncent sur ces nouveaux services où sont incorporées de plus en plus des intelligences littéralement artificielles.

Mais où sont les limites ? Va-t-on être dépassé ? Va-t-on s’arrêter ? N’y a-t-il pas des risques importants derrières ces technologies ?
L’humanité a fait des progrès fantastiques grâce à son intelligence. Les animaux ont certes aussi parfois des capacités intelligentes remarquables (migration, vie collective très élaborée des abeilles…), mais seul l’humain a un tel niveau de capacités mentales dont il bénéficie fortement, par exemple avec les progrès gigantesques du domaine de la santé. Constatons cependant que des impacts négatifs monstrueux existent aussi : les guerres, l’épuisement des ressources naturelles, la pollution.
CERVEAU ET INFORMATIQUE
Le cerveau humain fait moins d’un kilo et demi, mais c’est sans nul doute l’objet le plus performant et le plus complexe de l’univers ! On est encore loin de bien le comprendre, même si les fondements se clarifient : près de 100 milliards de cellules particulières appelées neurones, communication des neurones entre eux (pour un neurone jusqu’à 10 000 « amis » au sens Facebook !), modes de communication chimiques et électriques assez largement compris. Mais le fonctionnement de la capacité d’apprendre, de raisonner, de mémoriser, de bénéficier d’une grande plasticité cérébrale… sont des domaines fantastiques encore largement dans l’ombre.
L’architecture informatique permettant aujourd’hui de fournir des services de plus en plus élaborés repose sur :
 Unité arithmétique et logique : exécute les opérations de base,
 Unité de contrôle : enchaîne les opérations,
 Mémoire : stocke à la fois les données et le programme qui pilote l’unité de contrôle,
 Entrée / Sortie : communication avec le monde extérieur.
Des analogies importantes d’architecture existent entre un tel ordinateur et le cerveau : les composants de base sont simples et ont deux états possibles (porte logique 0/1, neurone excité/non excité), les composants reçoivent en entrée l’état d’autres composants (formant ainsi un réseau très complexe), la sortie dépend des entrées présentées à certains composants. Mais les différences sont gigantesques :
 Complexité : il y a beaucoup moins de portes dans l’ordinateur que de neurones dans le cerveau,
 Capacités nouvelles : le cerveau progresse seul (adaptation, apprentissage), pas l’ordinateur,
 Vitesse : l’ordinateur est de l’ordre du million de fois plus rapide que le cerveau,
 Comprendre le fonctionnement : c’est 100% pour l’ordinateur… et pas grand-chose pour le cerveau,
 Mémoire : elle est distribuée dans le cerveau, centralisée dans l’ordinateur,
 Traitement : intégré avec la mémoire et en parallèle pour le cerveau, séparé et en série pour l’ordinateur.
Il faut rappeler que l’informatique bénéficie de la loi de Moore : le nombre de transistors des microprocesseurs sur une puce de silicium double tous les deux ans. Cela fait pas mal de doublements successifs depuis 1975 !
Cette croissance exponentielle complétée par des logiciels de plus en plus complexes- nous dote aujourd’hui de belles réalisations matérialisant très concrètement tel ou tel service intégrant des comportements intelligents.
Des réseaux de neurones artificiels imitant dans leurs grandes lignes les réseaux biologiques ont vu le jour il y a déjà une cinquantaine d’années. Ils ont végétés pas mal au début (« Perceptron »), mais depuis quelques années ils font des exploits avec l’apprentissage profond (« deep learning ») qui simule des millions de neurones.
BELLES RÉALISATIONS
Voici quelques belles réalisations illustrant l’incorporation d’intelligence dans les solutions :
 En 1950, Alan Turing -mathématicien anglais- annonça que vers l’an 2000 une machine pourrait, dans une discussion avec un humain, se faire passer pour un être humain (machine dotée donc d’une intelligence artificielle). Le test de Turing n’a pas encore été passé avec succès, mais les agents conversationnels fleurissent, les progrès sont permanents : voir par exemple Siri de Apple ou Cortona de Amazon qui font très bien la reconnaissance vocale et la compréhension, et répondent à vos questions ou vos besoins !
 En 1997 le champion du monde d’échec (Gary Kasparov) joue contre l’ordinateur IBM Deep Blue et se fait battre. Il est maintenant possible d’acquérir pour son propre ordinateur le logiciel de jeu d’échec Fritz (version 14, environ 70 €). La version 10 avait déjà en 2006 battu le champion du monde Vladimir Kramnik,
 En 2011, aux États-Unis la solution informatique Watson d’IBM bat nettement deux des plus grands
champions du jeu télévisé Jeopardy (le « Question pour un champion » américain),
Il faut compter en milliards !
 En 2015 et 2016 les meilleurs joueurs mondiaux du jeu de go sont battus par Alphago, logiciel de la société DeepMind (propriété de Google qui travaille sur l’intelligence artificielle).
RECHERCHES ACTUELLES
Les axes de recherche et de développement incorporant de l’intelligence dans une multitude de services sont nombreux. Ils sont très encouragés par tous ces humains qui se régalent de téléphones portables, de tablettes, de GPS, de multiples services Internet… Dit autrement, l’intelligence est de plus en plus présente dans tous ces objets ou services et ça se vend très bien ! Quelques exemples révélateurs de l’expansion en cours :
 Voiture sans chauffeur : Google est très actif depuis quelques années, mais c’est maintenant tous les
constructeurs qui sont à fond dans cette direction. Cela aboutira d’ici peu d’années à la commercialisation de
voitures autonomes (faisant tout le nécessaire seules, et avec moins d’accident que les humains),
 Révolution médicale : l’insertion de matériel électronique dans le corps humain pour pallier les défauts a déjà fait des exploits (pace maker, implants cochléaires permettant à des sourds d’entendre à nouveau…),mais bien des axes vont aboutir à des progrès considérables : rétine artificielle, système autonome fournissant des capacités de marche naturelles lorsque les membres inférieurs n’en sont pas capables…
 Robots : il s’agit d’appareils conçus pour rendre tel ou tel service dans le domaine industriel, scientifique,
domestique, militaire… Ainsi par exemple Asimo (Honda) est un robot construit à l’image d’un être humain qui continue de progresser, Boston Dynamics réalise des robots quadrupèdes d’intérêt militaire…
Le cerveau artificiel est une perspective à moyen terme époustouflante. Citons quelques projets majeurs :
 Human Brain Project est financé à hauteur de 1 milliard d’euros sur 10 ans par la communauté européenne pour modéliser un cerveau humain et le simuler sur ordinateur : plus de 100 institutions avec des centaines de scientifiques de différentes disciplines, le tout piloté par l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne,
 Projet Synapse : sur financement militaire (DARPA), il s’agit de reproduire certaines fonctions cognitives et capacités propres au cerveau humain. IBM a annoncé en août 2014 une puce électronique de seconde génération représentant 1 million de neurones et 256 millions de synapses,
 Google Xlab est le centre de recherche de Google (une centaine de projets). Les ambitions mondiales de Google sont énormes, exploitant à fond diverses formes de l’intelligence artificielle,
 Facebook utilise énormément les réseaux artificiels de neurones pour faire de la reconnaissance d’objets, de visages et en faire bénéficier ses utilisateurs (services non disponibles en Europe en 2016).
APRÈS-DEMAIN
Selon des scientifiques solides et nombreux (Ray Kurzweil, Laurent Alexandre, Stephen Hawking…), le
développement de l’intelligence artificielle et la capacité à progressivement atteindre et dépasser le niveau du cerveau sont on ne peut plus fondés. Le livre de 600 pages Humanité 2.0 de Ray Kurzweil (devenu fin 2012 responsable de l’ingénierie chez Google !) argumente fortement sa vision avec la croissance exponentielle déjà largement observée. Pour lui, en 2029 l’intelligence artificielle va dépasser l’intelligence humaine. Les termes de singularité et transhumanisme reposent sur cette vision et sont l’objet de plusieurs livres solides de différents analystes. La société est déjà largement façonnée par les technologies de l’information, et l’explosion se produit de plus en plus vite dans toutes les directions : organisation du travail, éducation, santé, réseaux sociaux, mondialisation, poids des multinationales, robotique, « big data », exercice de la démocratie, etc. Tout se chiffre déjà en milliards ! Les questions qui en résultent sont absolument déterminantes pour le futur de l’humanité :
 Où est la limite finale des ordinateurs ?
 L’intelligence artificielle va-t-elle bouleverser l’homme ?
 Pourrons-nous repousser notre mort ?
 Les risques de l’intelligence artificielle sont-ils correctement estimés ?
 N’y a-t-il pas aussi d’énormes risques éthiques ?
 Comment réglementer tout cela ?
CONCLUSION
Robotique et intelligence artificielle vont devenir de plus en plus évolutionnaires et autonomes. L’aboutissement du cerveau artificiel pourrait peut-être même un jour conduire à une domination du monde et nous pourrions devenir des marionnettes au service de ces machines plus malignes que nous. Ces risques considérables pour l’humanité seront-ils mieux maîtrisés que les autres grands risques (réchauffement climatique, pollution, biodiversité, réduction des ressources…), risques qui illustrent l’incapacité humaine à faire vivre de puissantes règles mondiales qui semblent pourtant indispensables sur ces sujets ? Une bifurcation de l’humanité vers d’autres fondements que l’individualisme, par exemple en plaçant l’humain plutôt que la finance au centre de tout, pourrait réduire les risques. C’est en tout cas le type d’idées évoqué par des personnalités célèbres comme Jacques Attali ou Joël de Rosnay

Les arcanes de la P.J. et la Section Recherche

Conférence du jeudi 12 mars

 

Les arcanes de la P.J. et la Section Recherche

par M Jean Paul Mauguen, O.P.J. en retraite, ex-directeur de la section recherche de la gendarmerie de Rennes.

 

 

 

1) ORGANISATION JUDICIAIRE FRANCAISE

L’organisation des juridictions françaises repose sur plusieurs principes (droit d’appel, impartialité…) qui garantissent le respect des libertés fondamentales. Les juridictions se répartissent en  deux  ordres  : un ordre judiciaire et un ordre administratif.

Lire la suite

Amazones, nomades et mystiques: Isabelle Eberhart, Alexandra David-Niel….

Conférence du  5 mars  

AMAZONES NOMADES ET MYSTIQUES

par Mme Yvette Rodallec, agrégée de lettres et écrivain.


« Un droit que bien peu d’intellectuels se soucient de revendiquer, c’est le droit à l’errance, au vagabondage. Et pourtant, le vagabondage, c’est l’affranchissement, et la vie le long des routes, c’est la liberté. »  Isabelle Eberhardt

Sous ce titre ont été  évoqués les parcours de quatre femmes hors du commun : Isabelle Eberhardt, Alexandra David-Néel, Odette du Puigaudeau, Ella Maillart.
Voyageuses intrépides, auteures de talent, elles sortent des sentiers battus par les vies menées, les voyages entrepris, les quêtes accomplies. Elles furent de détonantes et singulières voyageuses. traversant les déserts à la recherche de nouveaux horizons dans une perpétuelle quête de soi.

Bibliographie sommaire
Lire la suite

Les musiciens espagnols de la Génération 1898 et plus

ou

Les compositeurs espagnols

fin du XIXè siècle – début du XXè siècle
et leur influence sur l’Europe

conférence du 13 février 2020 

par Guillaume Kosmicki ,  musicologue  

 

À la fin du XIXe siècle, la musique savante espagnole renaît de ses cendres. Issue de l’éveil d’une conscience nationale, en langue nationale, nourrie de la richesse des folklores du pays (séguedille, bolero, jota, flamenco…) collectée notamment par Felipe Pedrell, elle envoûte le monde et tout particulièrement la France, où de nombreux compositeurs se laissent influencer par son souffle exotique et sa fraîcheur, parmi lesquels Lalo, Chabrier, Bizet, Saint-Saëns, Debussy et Ravel.

Les principaux compositeurs : Lire la suite

Les Jésuites : les Hussards noirs du Vatican

Les Jésuites : les Hussards noirs du Vatican

Conférence du 6 février

par Monsieur François Yven, professeur de Lettres

(avec la collaboration technique de Jean Le Guillou)

 

 

 

Le  XVe siècle est un siècle de foisonnement de réalisations architecturales et d’inventions (Léonard de Vinci), mais aussi un essor du commerce, de guerres (guerre de Cent Ans, guerres d’Italie), d’expansions et de ruptures (prise de Constantinople puis Inquisition espagnole), de nouvelles questions (avec le développement de l’humanisme chrétien) ainsi que des bouleversements religieux .Il marque une nouvelle connaissance du monde, surtout avec la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Entre 1490 et 1500 se côtoient Christophe Colomb, Vasco de Gama, Magellan, Copernic, Erasme, Machiavel, Michel Ange, Rabelais, Luther et ..Ignace de Loyola

Le Vatican des Borgia, Médicis et Farnese est un cloaque et dans cette ambiance délétère va naître le projet jésuite.

I DE LA FONDATION DE LA SOCIETAS JESU (Compagnie de Jésus)

a) le fondateur : Ignace de Loyola Lire la suite

Le microbiote : une révolution dans la médecine

Le microbiote : une révolution dans la médecine

conférence du 30 janvier 2020

présentée par Geneviève Héry-Arnaul, bactériologiste CHU de Brest

“Toute maladie commence dans l’intestin” – Hippocrate

« La technologie modifie les prospectives scientifiques alors que l’observation induit des évolutions scientifiques. » Karl Popper 2002

Le microbiote correspond à l’ensemble des micro-organismes peuplant un microbiome. Le microbiote humain comprend les bactéries, virus, champignons (levures), archées et autres micro-organismes, présents sur ou dans le corps humain

I MEDECINE ET AVANCEES TECHNOLOGIQUES

A) études des microbes et microscopes

Inventé au 17ème siècle, le microscope a permis les travaux sur les bactéries pathogènes (choléra, tuberculose) de Pasteur, pionnier de la microbiologie et de Koch, l’un des fondateurs de la bactériologie au 19 ème siècle

B) microbiote et séquençage haut débit NGS (« stéthoscope moléculaire») : changement de paradigme

D’abord appliquée au séquençage de l’ADN du génome humain, cette technique a permis à partir de 2008 de découvrir la richesse et la biodiversité microbienne : le coût et la durée du séquençage ayant fortement chuté en 20 ans (13 ans pour 1 jour, 3 mds de $ pour 1000 $ ) Lire la suite

Le Paris du Baron Haussmann

Le Paris du Baron Haussmann vu par les impressionnistes

 jeudi 16 janvier

 

 

 

par Madame Virginie FOUTEL, historienne de l’art

 

1 le Paris d’Haussmann

Au milieu du XIXe siècle, le centre historique de Paris se présente à peu près sous le même aspect qu’au Moyen Âge : les rues y sont encore étroites, peu éclairées et insalubres.

Louis-Napoléon Bonaparte , en exil à Londres de 1846 à 1848 y a découvert une grande capitale pourvue de grands parcs et de réseaux d’assainissements et un pays transformé par la révolution industrielle.

 

Devenu empereur, voulant faire de Paris une capitale aussi prestigieuse que Londres Napoléon III charge le Baron Haussmann , préfet de la Seine de 1853 à 1870, pour diriger les transformations de la ville avec pour objectif de faire de Paris le pendant laïc de Rome la catholique. Lire la suite

Missions et actions d’une ONG

Missions et actions d’une ONG

Conférence du 23 janvier 2020 

par Jean Jacques PELLE , enseignant, délégué régional du GREF

Agir au sein d’une ONG, ici et (ou) là-bas.
Mon abécédaire d’un petit bout de l’Afrique

L’Afrique est (encore !) en ce moment au cœur de l’actualité : « élections » en Algérie, situation très critique en Afrique de l’Ouest, en Afrique Centrale (Centrafrique) .., troubles dans de nombreux pays autrefois fortement attachés à la France et qui éprouvent de grandes difficultés à surmonter la pauvreté, les divisions, à vaincre la corruption des élites.
Il ne s’agit pas, à l’occasion de cette intervention, de proposer une analyse historique et géopolitique n’étant ni historien ni spécialiste de géopolitique.

Il s’agit, à la lumière de ma modeste expérience, de présenter dans un premier temps le GREF (Groupement des Educateurs sans Frontières), ONG intervenant dans de nombreuses régions du monde, mais majoritairement en Afrique, puis dans un second temps de proposer quelques illustrations des actions menées avec cette association en Centrafrique, pays d’Afrique centrale secoué depuis de nombreuses décennies par des conflits de diverses natures.
Je souhaite également présenter une action originale de solidarité internationale dont l’initiative revient à un groupe de professeurs et d’élèves du collège du Château, à Morlaix, le club REO. Echanges entre élèves, voyages au Burkina Faso, découverte par les petits bretons d’une réalité aux antipodes de leur quotidien, construction d’une Lire la suite

Nathalie Le Mel

Nathalie Le Mel, (1826-1921), une Bretonne dans la tourmente de la Commune, déportée en Nouvelle-Calédonie.

par Anne Guillou

 

Nathalie Duval, fille d’un ouvrier corroyeur. naît le 26 août 1826, à Brest, Sa mère tient un débit de boisson qui sera, pour l’enfant, un lieu d’apprentissage des malheurs des pauvres.

Elle découvre, à travers les récits des hommes et des femmes du peuple, la misère du monde du travail. Ses parents lui donnent une bonne instruction. À dix-neuf ans, elle se marie avec Adolphe Le Mel, ouvrier relieur.

En 1849, ils quittent Brest pour ouvrir une librairie à Quimper. Trois enfants naissent de leur union . Elle est signalée comme une grande lectrice de journaux socialistes . Son affaire périclite. Lire la suite

Voyage imaginaire en Irlande

Voyage imaginaire en Irlande

Conférence musicale  du 19 décembre 2019 , 14h, à Langolvas

par Emmanuel Lemare, conférencier interprète du patrimoine

 

Entrelaçant récit historique, approche scientifique et conte, la conférence vous propose d’embarquer en imagination pour l’Irlande  : pays des moines navigateurs et des bardes gaéliques, des écrivains foisonnants et de l’histoire douloureuse, des danses joyeuses et des vertes collines.

Un air de circonstance, interprété en direct par le conférencier, illustre un épisode historique. Un conte fait chanter le peuple des fées, une explication géologique éclaire les tourbières d’une lumière nouvelle. Au détour d’un pub, on savoure la verve des irlandais et un poème de Yeats fait vibrer le mystère des mégalithes….

 

 

Le théâtre de Tchekhov


 

Le théâtre de Tchekhov

Conférence du 12 décembre 2019 à Langolvas

par  Mr Olivier Macaux , docteur ès lettres

 

C’est avec la représentation d’Ivanov en 1887 qu’Anton Tchekhov acquiert son statut de dramaturge. A travers l’évocation de ce personnage désabusé et velléitaire, le héros tchekhovien apparaît déjà dans toute sa complexité, oscillant entre le ridicule et l’émotion. L’art théâtral de Tchekhov se révèle dans le basculement incessant entre comédie et tragédie.
Nous aborderons les débuts de Tchekhov, les pièces en un acte (de L’Ours aux Méfaits du tabac) et, bien sûr, la tétralogie de la maturité qui comprend La Mouette (1896), Oncle Vania (1897), Les Trois Sœurs (1901) et La Cerisaie(1904), en tentant de montrer les ressorts de cet art dramatique si subtil : l’imbrication d’un tragique existentiel et d’un tragique social, une expression lyrique associée à une profonde intériorisation psychologique et l’originalité de la forme dramatique, déjouant les codes scéniques traditionnels.

 

La résistance en Pologne pendant la guerre 39-45

La résistance en Pologne pendant la guerre 39-45

par Mme Elisabeth Sledziewski , agrégée en philosophie

L’histoire de la Pologne est-elle connue en France ? L’histoire de la Résistance du peuple polonais au nazisme n’est-elle pas tombée dans les neiges de l’oubli  ?

Le devoir de mémoire (si cher aux Français) ne devrait-il pas s’appliquer à l’égard de cet ancien allié ?

 

Présentation de la conférence
« Quatre-vingts ans après la double invasion de l’automne 1939, le calvaire du peuple polonais pendant la Seconde Guerre mondiale et son rôle exceptionnel dans la résistance au nazisme méritent d’être remis à l’honneur. Elisabeth G. Sledziewski, fille de résistant polonais et auteure de Varsovie 44, récit d’insurrection (Autrement, 2004), rouvre ce tragique dossier

I LA POLOGNEquelques rappels historiques

a) avant 1918
La République des 2 nations (Pologne-Littuanie) créée en 1569 succombe à sa 3ème partition en 1795 (démantèlement opéré par la Prusse, l’Empire russe et l’Autriche). Pays essentiellement agricole ne prenant pas part au développement naissant de l’industrie en Europe.
Du congrès de Vienne à 1918, ne subsiste que le Duché de Varsovie

Lire la suite

Il y a 30 ans : la chute du Mur de Berlin ou le prix de la liberté.

Il y a 30 ans. LA CHUTE DU MUR DE BERLIN ou LE PRIX DE LA LIBERTE

par M Frédéric Mallégol, agrégé d’histoire et géographie – conférencier

 

 

 

Le 9 novembre l989 : une  date  mémorable. Le Mur de Berlin vient de tomber 28 ans après sa construction. Les Allemands peuvent de nouveau se retrouver en toute liberté. Un long parcours sur le chemin de la liberté.

I) 1961-1989 : un mur contesté au nom de la liberté

A) la partition de l’Europe
a) le rideau de fer – accords dits de Yalta – guerre froide
Le rideau de fer est la frontière fortifiée séparant les États européens tournés vers les États-Unis des États européens placés sous influence soviétique servant à empêcher la fuite des populations de l’est vers l’ouest. .
Ce « rideau » comportait des lignes de barbelés, souvent électrifiés, séparées par des no man’s land

Lire la suite

La Bretagne : avenir, forces et faiblesses ou la nouvelle économie des territoires

La Bretagne * : avenir, forces et faiblesses ou la nouvelle économie des territoires

par M Jean Ollivro, professeur à Rennes 2

 

Les années 1950 ont mis en évidence « un problème breton » spécifique  : migratoire, agricole, enclavement. Depuis lors, la Bretagne a connu une forte phase de développement (les télécoms à Lannion, la « révolution » agricole et agroalimentaire, la Brittany Ferries, la croissance des villes et des universités, le réseau routier breton, le TGV Paris-Rennes, etc.)
Qu’est devenue la Bretagne depuis la moitié du XXème et vers où s’oriente-t-elle ou vers où pourrait-elle s’orienter ?

 

1 UNE EVOLUTION VERTIGINEUSE

Un fossé sépare un village breton des années 1900 (route empierrée et déserte, maisons en pierre du pays, noms bretons sur les façades des commerces, piétons vêtus à l’ancienne, sans automobile, le silence, le crottin de cheval…) et une ville de 2020 (routes bitumées, maisons ou immeubles en béton ou autres matériaux, l’automobile omniprésente, les vêtements fabriqués en RPC, des panneaux publicitaires partout… ). Sans parler des « zombies » pendus à leurs appareils électroniques dans les rues.
En 2019, une fracture générationnelle s’est creusée entre la génération qui utilisait les media verticaux (presse, télévision) et la nouvelle génération qui utilise les média horizontaux.
Il faut se rappeler:

-qu’entre 1946 et 1954, 234 000 bretons émigrent,

-qu’en 1950 , 1/3 des fermes n’avait pas d’électricité, 90% n’avaient pas l’eau courante. Le temps s’est accéléré…

Lire la suite

L’hémoglobine de ver marin au service de la santé

Conférence du jeudi 7 novembre 2019 

L’hémoglobine de ver marin au service de la santé

Par M Franck Zal, Dr en biologie marine, CEO d’Hemarina

« Scrute la nature, c’est là qu’est ton futur ». Léonard de Vinci

1 DE LA RECHERCHE

Durant ses 14 ans à la Station Biologique CNRS à Roscoff, Franck ZAL se spécialise dans le domaine de l’hémoglobine des invertébrés marins (et plus particulièrement de l’Arenicola marina) et leur transport d’oxygène. Ses travaux lui ont valu la médaille de bronze du CNRS en 2001
Il met en évidence que l’hémoglobine de l’ Arenicola marina, petit ver de sable présent sur nos côtes, possède la propriété d’être un transporteur d’oxygène universel.
Extra-cellulaire, 250 fois plus petite qu’un globule rouge et 40 fois plus oxygénante que l’hémoglobine humaine, la molécule M101 est une véritable innovation de rupture.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

La Station biologique de Roscoff : une longue tradition d’observation des environnements côtiers

La Station biologique de Roscoff : une longue tradition d’observation des environnements côtiers

par Monsieur Eric Thiébaut , Professeur à Sorbonne Université , Directeur-adjoint de la Station Biologique de Roscoff

 

La Station biologique de Roscoff (SBR) est un centre de recherche et d’enseignement en biologie marine et écologie marine. Elle a été fondée par Henri de Lacaze-Duthiers en 1872. Elle fait partie de Sorbonne Université et du CNRS.

La SBR constitue depuis mars 1985 l’École Interne no 937 de l’Université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC), dotée en novembre 1985 du statut d’Observatoire océanologique de l’Institut national des sciences de l’univers (INSU). La SBR est également depuis janvier 2001 une Fédération de recherche (FR 2424) du département des Sciences de la Vie du CNRS .

A) Les raisons de la création des stations biologiques – le choix du site de Roscoff – la SBR

Aux 18ème et 19ème siècles, des grandes campagnes océanographiques (Challenger – Beagle) ont été entreprises pour recenser les espèces vivant dans les océans : échantillonner et collectionner.

Mais il s’est avéré que travailler sur des dépouilles s’avérait insuffisant : il convenait d’étudier les animaux dans les conditions qui leur sont propres afin d’évaluer leur réaction en fonction des changements de leurs milieux naturels.

Pour ce faire, nécessité de créer un ou des laboratoires «les pieds dans l’eau» Lire la suite

« A la conquête des épices au temps de la Compagnie des Indes »

Conférence du jeudi 3 octobre 

« A la conquête des épices au temps de la Compagnie des Indes »

par Géraldine Guérin
conférencière, historienne de l’art et médiatrice culturelle à Lorient

 

 

 

 

A) Contexte commercial à l’époque de la Cie des Indes

a) Importations européennes
fruit– les épices : poivre, clou de girofle , noix de muscade , cannelle
– les « drogues » au XVIIIème siècle : le thé (une exclusivité chinoise) , le café d’origine arabe(Moka)
– le textile : la soie (Chine) et le coton (Indes)
– la porcelaine en provenance de Chine qui en avait le secret de fabrication

 

b) voies d’acheminement
Depuis l’antiquité romaine, les routes de la Soie qui démarraient de Xian ,traversaient l’Asie Centrale reliant Alep, Alexandrie et Byzance. D’où une partie des marchandises était dirigée l’Europe
Ces marchandise parcouraient 4000 km portés par des animaux (chameaux, yaks, dromadaires) et mettaient 2 ans pour atteindre leur destination . Leurs prix flambaient (prix à Byzance = prix de départ x 200).

À l’aube du XVIe siècle, la puissante République de Venise domine la mer Méditerranée, grâce à ses relations avec les comptoirs du Moyen-Orient le commerce des produits venus du Levant et de l’océan Indien. Le contrôle de ces produits venus d’Asie par caravane ou par navire lui assure la domination des marchés d’Europe. Lire la suite

Le mécénat architectural de Jean II de Rohan entre le Moyen-Age et la Renaissance

Conférence du 13 juin 2019

Les macles, le A et le collier : analyse du mécénat architectural et artistique du vicomté Jean II de Rohan de 1490 à 1516 dans édifices religieux du pays de Pontivy
Diego MENS, conservateur du patrimoine, Conseil départemental du Morbihan

Depuis 30 ans, plusieurs articles ont été consacrés à des édifices religieux, dont Jean II, vicomte de Rohan et de Léon, fut le promoteur, le mécène ou le seigneur prééminencier. Toutefois, aucune réelle synthèse n’a été réalisée pour ce grand seigneur breton, décédé en 1516 et dont le territoire couvrait 1/5e du duché. A l’issue de Lire la suite

Inde, le laboratoire du monde

Inde , le laboratoire du monde   

par Jean-Claude Breton, président d’Armor India (AADI )

Désormais, 3 des 5 plus grandes économies de la planète sont asiatiques avec la Chine, le Japon, et l’Inde. Un bouleversement hiérarchique que beaucoup d’économistes et d’observateurs prédisaient depuis longtemps.
L’Inde vient de devenir la 6ème économie mondiale, devant la France, et est en fait la 3ème en parité de pouvoir d’achat(PPA).
Une croissance phénoménale en quelques années, mais  accompagnée de tensions, avec la montée des inégalités sociales, le chômage et les entorses aux questions environnementales.

A l’échelle gigantesque d’un sous continent (1.339 milliard d’habitants en 2017) y sont concentrés l’ensemble des défis auquel le monde sera confronté dans les prochaines années.
« La plus grande démocratie du monde », orientée depuis 5 ans  de manière nationale-populiste vers une démocratie ethnique  nous a offert , entre le 11 avril et le 19 mai 2019, le plus grand exercice d’élections démocratiques que l’humanité ait connu, avec 850 millions d’électeurs. Lire la suite

Qu’est-ce que le Nazisme ? par Fabrice BOUTHILLON, professeur UBO

Qu’est-ce que le Nazisme ?

par Fabrice BOUTHILLON, professeur UBO

Le nazisme est communément perçu comme une réalité allemande, du vingtième siècle(1920-1945), et d’extrême-Droite. En fait, le nazisme ne peut se comprendre que sur la longue durée, étant certes une réalité allemande mais aussi européenne.Il ne peut se résumer à un mouvement politique de droite car il a été un mouvement centriste d’une forme particulière.

1 DE L’ORIGINE PREMIERE DES TOTALITARISMES SUR LE CONTINENT EUROPEEN

A la question de la fondation en politique posée par la Révolution française, le nazisme en donne une réponse.
1a révolution en politique
Une révolution a pour effet de déchirer le Contrat Social existant (ex:la Monarchie multiséculaire en France), pulvérisant les hiérarchies sociales traditionnelles pour y substituer un nouveau contrat social qui réorganisera la société selon de nouveaux critères ( égalité, justice,…)
1b impossibilité de la substitution – guerre civile ouverte ou larvée
Toute révolution (la Gauche) suscite une contre-révolution (la Droite) qui veut rétablir l’ancien ordre existant.
La Gauche incarne les valeurs universelles : justice égalité, raison
La Droite représente des valeurs locales et concrètes : l’héritage (la Terre et les Morts)
1c les 2 familles de centrisme
Cet affrontement permanent entre Gauche et Droite rend impossible la refondation, sauf à trouver un dépassement de ces antagonismes en passant par une réconciliation de la Droite et de la Gauche.
Le centrisme politique permet cette réconciliation :
– centrismes par soustraction des extrêmes (C.S.E.)
(Le Directoire, l’Orléanisme, le Macronisme)
– centrismes par addition des extrêmes (C.A.E.)
(le Bonapartisme qui allie dictature et plébiscite)
Le Bonapartisme va être la formule des totalitarismes du XXème siècle : fascisme, stalinisme, national-socialisme. La Révolution Française a ainsi ouvert l’espace politique dans lequel les totalitarismes sont devenus possibles. Lire la suite

« La pratique chinoise dans le commerce international »

 

« La pratique chinoise dans le commerce international »

par le Général Daniel Schaeffer

 Le développement économique chinois, ses pratiques commerciales interrogent.L’Administration américaine prend des mesures de rétorsion à l’encontre de la Chine. L’Europe se vante des méga-contrats passés avec ce pays.

Où en sont les pays « occidentaux » dans leurs relations commerciales avec la Chine ? Quelles sont leurs pratiques commerciales? Comment sont-elles articulées?

A) UN EXCEDENT COMMERCIAL COMME FORCE DE FRAPPE ECONOMIQUE

a) un décollage économique
Depuis les années 1980, la Chine connaît une industrialisation massive et devient au fil des ans un acteur majeur dans les industries de main-d’œuvre, les industries textiles et les objets manufacturés de basse qualité. Grâce à une main-d’œuvre nombreuse et bon marché, elle peut exporter de très grandes quantités de produits d’entrée de gamme à des prix très bas. D’où le surnom d’« atelier du monde ».
L’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001 lui a permis de devenir un nouveau pôle économique de taille mondiale à l’instar des États-Unis, de l’Union européenne et du Japon. Lire la suite