LES TRIBULATIONS DES BRETONS EN CHINE : de la Renaissance à nos jours

Conférence du 26 mars 2020, à 14h30, au Parc de Langolvas

par monsieur Roger Faligot, journaliste reporter et écrivain

LES TRIBULATIONS DES BRETONS EN CHINE

de la Renaissance à nos jours

Étonnante épopée sur cinq siècles  
présentée par Roger Faligot à l’UTL de Morlaix !

D’entrée de jeu, il révèle le périple de Pierre Malherbe, ce Vitréen qui fut le premier homme à faire le tour du monde par voie terrestre, premier Breton et ressortissant du royaume de France à se rendre en Chine en 1596. « Quel pays prodigieux ! » dira-t-il.
Puis au fil des siècles, des milliers d’Armoricains, aventuriers, marchands, missionnaires ou soldats, hommes et femmes des cinq départements se sont retrouvés dans l’empire du Milieu. On pense aux « incorruptibles bretons », ces policiers qui combattent la mafia chinoise à Shanghai en 1930, dont les inspecteurs Victor et Jean Mazé de Morlaix, ou aux résistants du Cercle Armor face à l’invasion japonaise en 1937. Et tant d’autres.
Ce livre illustré souligne le rôle central de ces Bretons dans la présence française à la façon du rôle que jouèrent les Écossais dans l’empire britannique en Asie.
Des militaires bretons au service de la France du XIX
siècle sont au premier rang dans la guerre de l’Opium, le sac du Palais d’Été de Pékin, ou la guerre des Boxeurs.
L’ingénieur lorientais Prosper Giquel construit l’arsenal de Fuzhou et la flotte de combat chinoise. S’alignent des portraits de prêtres et de scientifiques qui jouent un rôle dans la modernisation du pays : à commencer par le Père Froc, de Brest, qui organise la protection des marines marchandes contre les typhons…
C’est l’époque où Jules Verne publie son best-seller
qui relate le conflit entre la Chine qui se modernise et le mouvement révolutionnaire. Un Jules Verne, ne l’oublions pas, qui rappelle volontiers qu’il est Breton car né à Nantes et fils d’une Morlaisienne…
Ce livre relate aussi le rôle des médecins brestois de la Marine, autour de Victor Segalen et des frères Mesny, qui se trouvent au cœur de la guerre contre les épidémies de peste pulmonaire qui fait tant songer au Coronavirus.
D’autres ont accompagné la Révolution de Mao, tel le Nantais Jean Cremet qui arme en 1930 les maquis de Deng Xiaoping, l’ex-ouvrier de chez Renault en France qui, devenu président en 1982, va « ouvrir la Chine »…
Avec la « reconnaissance » de la Chine rouge par le général de Gaulle, et le rôle de l’ambassadeur Etienne Manac’h (de Plouigneau), les Bretons ont été pionniers, dans les jumelages (Bretagne-Shandong), et la diplomatie parallèle culturelle de l’Abbaye de Daoulas menée par Jean-Yves Cozan et Jean-Jacques Cleach, maire de Morlaix. Ce qui n’empêche pas d’organiser la défense des dissidents chinois de 1989, dans laquelle des Morlaisiens jouent un rôle.
Au XXI
siècle, le dynamisme des Bretons intervenant sur la Chine ne faiblit pas : ils constituent de réseaux efficaces dans les domaines de la coopération scientifique ou de la stratégie économique (s’adossant sur la culture bretonne que les Chinois découvrent avec ravissement).
En pleine rébellion de Hong Kong depuis 2019 contre le pouvoir répressif de Pékin, en pleine guerre économique qui voit s’affronter la Chine et l’Occident, et au moment où se développe la pandémie du
ce livre offre un éclairage nouveau sur un pan méconnu de l’Histoire des Bretons et de leurs relations internationales.

 

 

Quand le Brexit jette le trouble dans les Iles Britanniques, en Ecosse et au Pays de Galles

Conférence du Jeudi 19 Mars à 14h au Parc de Langolvas

par Monsieur Jean Guiffan, agrégé d’Histoire

Quand le Brexit sème le trouble dans les îles britanniques

 

Co-auteur de nombreux ouvrages collectifs (notamment sur la Bretagne et l’Irlande) et de plusieurs manuels scolaires pour l’enseignement secondaire (Colin, Belin et Hatier). Co-auteur de l’Histoire du XXe siècle (s.d. Serge Berstein & Pierre Milza). Hatier 2017

Si les Britanniques ont décidé à une faible majorité de quitter l’Union Européenne, l’Écosse, l’Irlande du Nord et une partie du Pays de Galles ont voté contre le Brexit, ce qui met à mal l’unité du Royaume-Uni. Le compromis trouvé pour éviter le rétablissement d’une frontière douanière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande risque non seulement de faciliter à long terme la réunification de l’île, mais aussi de susciter à nouveau des velléités d’indépendance des Écossais qui ne bénéficieront pas au plan douanier du même statut que les Irlandais du Nord

LES ABBEILLES SAUVAGES DE BRETAGNE AU SERVICE DE LA POLLINISATION

Conférence du 9 avril 2020 à 14h , au Parc de Langolvas

Par monsieur Gilles Mahé,
Naturaliste spécialisé sur l’inventaire des abeilles sauvages .

LES ABBEILLES SAUVAGES DE BRETAGNE AU SERVICE DE LA POLLINISATION

D’après l’UNESCO, « les espèces s’éteignent dans le monde à un rythme environ 100 fois supérieur au taux moyen observé dans l’histoire de la Terre et des millions d’autres espèces sont d’ores et déjà condamnées à une extinction future.
« On s’intéresse aux oiseaux, aux grenouilles, aux chauve – souris, aux plantes, mais on ne fait pas l’inventaire des abeilles déclarait Gilles Mahé au début des années 2000. Pourtant, 80 % des espèces végétales dans le monde dépendent de la pollinisation par les insectes. Les plantes ne se déplacent pas. Dame Nature a donc mis en place un système de transport du pollen, des fleurs mâles vers les fleurs femelles. Diptères, coléoptères, papillons, tous participent à cette grande œuvre, mais les abeilles sont les plus efficaces ».

Selon Gilles Mahé, il existe en France un millier d’espèces d’abeilles. On connaît l’abeille mellifère (qui fabrique le miel que nous dégustons), mais connaît-on les 999 autres espèces ? La plupart sont velues. Elles se nourrissent de nectar et transportent le pollen pour nourrir leurs petits, assurant ainsi la pollinisation nécessaire.

Léonard de Vinci, La science de la peinture

Léonard de Vinci, La science de la peinture

Conférence du 30 avril 2020 au Parc des Expositions de Langolvas

présentée par Madame  Christine de Langle   , Historienne de l’art 

Léonard de Vinci, « homme sans lettres », cherche à repousser les limites du savoir par une curiosité qui aborde tous les aspects de la connaissance. Scientifique, ingénieur, anatomiste, architecte, botaniste, musicien, sculpteur, c’est la peinture qui résume toutes ses recherches. L’étude de quelques peintures de Léonard rend visibles cette géniale synthèse entre art mécanique ou « cosa mentale ».

A savoir :

Christine de Langle , Historienne de l’artChristine de Langle par Cercle K2
          Licence d’Art et d’Archéologie à Paris- IV Sorbonne et                diplôme de l’Ecole du Louvre,
          Conférencière des Musées Nationaux 1981-2002
          Enseignante à l'Ecole du Louvre 1986 -2003
          Depuis 2017, elle enseigne au Centre des Hautes Etudes              Militaires (CHEM), à l’Ecole Militaire, Paris.
En 2002, Christine de Langle fonde Art Majeur, (  www.art-majeur.eu ) cabinet conseil qui propose aux organisations un temps de respiration et de questionnement nécessaire à toute vision stratégique.
Parmi ses publications :
 Le Dico atlas de l'Histoire des Arts, Belin 2010
 Le Dico atlas des Peintres, Belin 2012
 Le Dico atlas des Sculpteurs, Belin 2014
 Membre du comité de rédaction de Défense, revue de l’Union-IHEDN
Distinction  :  Chevalier des Arts et Lettres

La mémoire retrouvée des républiquains espagnols

Conférence du 18 juin 2020 à 14h, 

par Mme Gabrielle Garcia

Conf La mémoire retrouvée des rép…….

La mémoire retrouvée des Républicains espagnols

L’exil des Républicains espagnols en Bretagne et leur participation à la 2nde Guerre Mondiale aux côtés des Français – tout particulièrement dans la Résistance – a été longtemps méconnu. L’ouvrage La mémoire retrouvée des Républicains espagnols, le travail de Gabrielle Garcia et de l’association »MERE 29″  dédié à la mémoire des vaincus de la Guerre d’Espagne arrivés en Bretagne à partir de 1939, contribuent à la reconnaissance de ce volet de leur histoire.

Lors d’un 1er passage à l’UTL de Morlaix en 2017, Gabrielle Garcia a commenté le film d’Alain Gallet « La lettre à Gabrielle« , une mémoire qui se situe entre l’Histoire et l’intime; aujourd’hui, elle nous présente son dernier livre, « Resisitir« , une enquête mémorielle portant sur l’exil en Bretagne, des soldats de la République espagnole, de la Retirada à la Résistance (1939-1945).

Ce travail collectif qui révèle le besoin de reconnaissance d’un passé occulté en Espagne, témoigne de la détermination des descendants de ces exilés -qu’ils soient citoyens français ou espagnols- à se réapproprier leur histoire et d’une demande légitime de réparation symbolique. Le documentaire « Le silence des autres » en est l’illustration.