Tellement croquant

Tellement croquant

Patricia JONCOUR.

Il était si beau, avait l’air si doux ; bien qu’un peu poussiéreux à trop se rouler par terre.
J’ai estimé la distance. Oui, je devrais y arriver.
J’ai visé le trou. Ça passe, mais je suis trop loin.
En forçant un peu… jusqu’à l’épaule.
J’ai tenté, poussé…

Qui a dit que la tolérance entre les races commençait par une éducation idoine des tout-petits ? Ici aussi, les comportements sont influencés par les parents.

Je voulais jouer avec lui. J’ai insisté, poussé, poussé… et me suis pris un bec !
Maintenant, j’ai mal à la patte et je boite.
Il était pourtant tellement croquant, ce duveteux petit poussin.
Reste plus qu’à m’en aller, piteux, ronronner de dépit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.