Il y a 30 ans : la chute du Mur de Berlin ou le prix de la liberté.

Il y a 30 ans. LA CHUTE DU MUR DE BERLIN ou LE PRIX DE LA LIBERTE

par M Frédéric Mallégol, agrégé d’histoire et géographie – conférencier

 

 

 

Le 9 novembre l989 : une  date  mémorable. Le Mur de Berlin vient de tomber 28 ans après sa construction. Les Allemands peuvent de nouveau se retrouver en toute liberté. Un long parcours sur le chemin de la liberté.

I) 1961-1989 : un mur contesté au nom de la liberté

A) la partition de l’Europe
a) le rideau de fer – accords dits de Yalta – guerre froide
Le rideau de fer est la frontière fortifiée séparant les États européens tournés vers les États-Unis des États européens placés sous influence soviétique servant à empêcher la fuite des populations de l’est vers l’ouest. .
Ce « rideau » comportait des lignes de barbelés, souvent électrifiés, séparées par des no man’s land

b) l’ex-Allemagne
La partition en 4 zones d’occupation à la fin de la 2nde WW a donné naissance en 1949 à 2 états :
– la RFA (zones US, GB, France)
partie occidentale de l’Allemagne ( capitale politique Bonn).  

– la RDA à l’Est sous influence soviétique avec pour capitale Berlin Est

 

c) cas particulier de Berlin
Jusqu’en 1961, cette ville divisée en 4 zones d’occupation disposait d’un statut particulier, la circulation entre zones n’étant pas interdite : 3,5millions passeront d’est en ouest entre 1949 et 1961

B) la construction du « Mur de la Honte » ou du « mur de protection anti-fasciste »
Le programme de construction du Mur est un secret d’État . Il commence dans la nuit du 12 au 13 août 1961 avec la pose de grillages et de barbelés autour de Berlin-Ouest. sous la protection et la surveillance de 14 500 membres des forces armées bloquant les rues et les voies ferrées menant à Berlin-Ouest. Tous les moyens de transport entre les deux parties de la ville sont interrompus.
La construction du Mur autour des trois secteurs de l’Ouest consiste tout d’abord en un rideau de fils de fer barbelés,puis dans les semaines suivantes,   complété par un mur de béton et de briques, muni de divers dispositifs de sécurité. Ce mur sépare physiquement la cité et entoure complètement la partie ouest de Berlin qui devient une enclave au milieu des pays de l’Est.
Physiquement, ce mur fait 155 km de longueur, 43 séparant Berlin est de Berlin Ouest

C) 28 ans de contestation
. « une machine à étouffer la liberté »
Cette machine sera dénoncée
– par les allemands de l’Ouest
cf les discours d’Adenauer et de Brandt
– par la communauté internationale
cf le discours enflammé de Kennedy : « ich bin a berliner »
Ces condamnations ne dépasseront pas le stade d’escarmouches verbales…Yalta oblige
Les tentatives de franchissement se solderont par 130 morts directes(Vopos) et par 582 morts accidentelles.
. un passe muraille important
Malgré les vopos et la stasi qui surveillent leurs concitoyens, 5000 personnes arrivent à franchir l’obstacle

II) Les événements qui précipitent la chute du mur

retour de la liberté à l’Ouest

Lorsque Gorbatchev prend en 1985 la tête de l’Union soviétique affaiblie par la course folle aux armements(20% du budget) : le bloc de l’Est a globalement subi près d’une décennie de déclin économique affectant le niveau de vie   et plusieurs régimes de l’Europe de l’Est en sont à négocier des refinancements auprès des créanciers occidentaux.   Gorbatchev incite les démocraties populaires d’Europe de l’Est à conduire les réformes indispensables (Perestroïka) pour relancer des économies en crise et prône la Glasnost : la transparence c-à-d un retour de la liberté d’expression de réunion et de manifestation.
Des manifestations s’organisent réclamant la tenue d’élection libres qui quand elles sont organisées signent la déroute des PC (Pologne, Hongrie,…)sauf en RDA ;
La Hongrie est le 1er pays qui ouvre une brèche dans le mur. En mai 1989, des milliers de Hongrois s’y engouffrent pour gagner l’Autriche, suivis en cela par des Allemands de l’Est qui rejoignent la RFA

III) La coûteuse réunification

a) la chute du Mur
La contestation part de Leipzig et enfle à travers tous le pays 
Gorbatchev lâche Honecker le 04 /10/1989 
Le 09/11/1989 G.Schabowski, un dignitaire du PC,tient une conférence de presse et lâche : .
« Les voyages y compris à durée permanente peuvent se faire à tout poste-frontière avec la RFA. »
  « Quand ceci entre-t-il en vigueur ? »
Schabowski : « Autant que je sache — immédiatement. »  »
Les berlinois se ruent vers les postes-frontières : 3,5 millions d’Ossis s’engouffrent dans le passage. Le mur est tombé sans violences.
La guerre froide prend fin et en novembre 1990 la destruction du Mur est achevée
b) la réunification de l’Allemagne à marche forcée
. le 06 février Kohl propose d’étendre à l’Est le DM de l’Ouest
. 18 mai traité RFA-RDA « l’union économique repose sur l’économie sociale de marché en tant qu’ordre économique commun des 2 parties contractantes »
  2 concessions pour une réunification
. reconnaître la ligne Oder-Neisse (frontière Allemagne Pologne) abandonnant le cœur historique et militariste du Reich
. renoncement à l’arme nucléaire
Le traité de Moscou ou traité 2 + 4 du 12 septembre 1990 ouvre la voie de la réunification allemande.
Le processus de réunification allemande à l’œuvre d’octobre 1989 à octobre 1990, conduit à l’intégration de la RDA dans la RFA, laquelle était constituée alors par les Länder .La loi« Accession de la RDA à la zone de validité de la Loi fondamentale de la RFA » est mise en vigueur le 23 août 1990 par le Parlement de la RDA. La réunification allemande devient effective le 3 octobre 1990.

c) le coût de la réunification
. pour le budget fédéral
Pour compenser le retard pris par les territoires de l’Est, 2000 milliards de DM sont alloués sous forme de dégrèvements d’impôts et d’aides sociales, 650 milliards supplémentaires pour remodeler les lander  et les villes.
Berlin et Leipzig comblent leur retard.
. remodelage de Berlin
La destruction du mur laisse des béances. Cette ville devient à la fin du 20ème siècle le plus grand chantier d’Europe
. un coût social : la Treuhand à l’œuvre
Créé le 1er mars 1990, cet organisme, outil de conversion de l’ex-RDA au capitalisme reçoit la propriété de 8000 combinats, avec leurs 32 000 établissements (4,1 millions de salariés). Au 31 décembre 194, elle a rempli pleinement sa fonction : 2,5 millions d’emplois détruits, une perte d’actifs nefs estimée à 350 Milliards de DM(sur un global estimé à 600 milliards de DM).
Le taux de chômage culmine à 20% (10% en 2019). Le salaire moyen, malgré une hausse sensible, reste inférieur dans les lander de l’Est .
d) la persistance d’un mur économique et mental
Un fossé sépare toujours les 2 populations : ossis considérés comme des assistés par les wessis, des revenus /hab inférieurs à l’est de 1/3. Naissance d’une « ostalgie » et montée de l’Afd, parti d’extrême droite.

e) la renaissance géopolitique de l’Allemagne
Débarrassés de ses forces d’occupation, ces protectorats US et soviétiques deviennent un pays autonome sur le plan politique : allié, ami mais non aligné par rapport aux USA
Sur le plan militaire, intervention sur des théâtres d’opération extérieurs.
Sur le plan économique et politique, l’Allemagne devient le centre de l’Europe avec l’élargissement de l’UE vers l’Est. Elle investit massivement dans les pays de l’Est (sous-traitance). En parallèle axe franco-allemand en berne.

IV) L’impact mémoriel de la chute du mur

A) sur les traces du Mur
. « Dysneyland de la guerre froide »

. construction d’un modeste mémorial

. East side Gallery : 118 graffes sur 1,3km de mur préservé

B) la liberté « pour l’éternité »

En 1961, la construction du mur a été un scandale, en 1989 sa chute a été un espoir pour des millions de personnes (et la fin de la paranoïa)et ceci par une révolution pacifique.
Des films témoignent de ce passé : «  de l’autre côté du Mur » ou « la vie des autres »

….

Ce 9 novembre 1989 signifie :
. la fin de « l’âge des extrêmes » pour l’Europe
. le retour de l’Allemagne en tant que puissance centrale en Europe

2 éléments pour évoquer ce souffle de liberté
. la chanson « Wind of change » du groupe allemand Scorpions dans l’album Crazy World

l

. la représentation de l’émigré russe Rostropovich au pied du mur de Berlin

 

 

 

 

Réf : JY Creig21XI2019B.WALL(mel&song)

Présentation :

9 novembre l-989, un fol espoir étreint l’humanité. L’Allemagne divisée peut de nouveau se réconcilier : le mur de Berlin vient de tomber. 28 ans après sa construction, les Allemands pouvaient de nouveau se retrouver en toute liberté.
Liberté sera le maître-mot de cette conférence. La liberté de vivre et de circuler est assurée depuis des années. Néanmoins, cette liberté a un coût, celui de la réunification et certains « Murs » socio-économiques, voire psychologiques ne sont pas tombés entre les deux Allemagne.
Dans cette optique, nous adopterons le plan suivant :
     I) 1961-1989 : un mur contesté au nom de la liberté
   II) Les événements qui précipitent la chute du mur
 III) La coûteuse réunification
 IV) L’impact mémoriel de la chute du mur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.