La Bretagne : avenir, forces et faiblesses ou la nouvelle économie des territoires

La Bretagne : avenir, forces et faiblesses ou la nouvelle économie des territoires

Conférence de monsieur Jean Ollivro, professeur à Rennes 2

Les années 1950 ont mis en évidence « un problème breton » (-254 000 habitants sur la période 1946-1954, le « problème agricole » breton, « le problème du désenclavement », etc.) et autour du CELIB la Bretagne s’est effectivement « réveillée » (J.-C. Cassard). Elle a connu une forte phase de développement (les télécoms notamment à Lannion, la « révolution » agroalimentaire, la Brittany Ferries avec Alexis Gourvennec, la croissance des villes et des universités, etc.).
De fait, de nombreux indicateurs se sont inversés (par exemple le solde migratoire qui est devenu positif) et le travail réalisé permet d’avoir rattraper son « retard « voire plus. En 2017 ,l’arrivée du TGV à Rennes -en attendant Brest et Quimper !- est d’ailleurs peut-être le symbole d’un territoire qui s’est normalisé.
Toutefois, de nouveaux défis et enjeux surgissent en Bretagne.
Le fameux rattrapage a aussi entraîné des déséquilibres territoriaux renforcés, des problèmes environnementaux accrus, la concentration urbaine et l’exclusion de certaines classes en lointaine couronne (le phénomène par exemple des gilets jaunes). C’est aussi une certaine façon de concevoir (la langue) ou de faire avec la terre ou la nature (le débocagement, l’essor parfois ambivalent du tourisme) qui a pu produire des effets déstabilisants.
De fait, l’enjeu de l’intervention sera de proposer quelques éléments d’analyses et de réflexions sur le passé, le présent et surtout l’avenir du territoire breton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.