« La pratique chinoise dans le commerce international »

 

« La pratique chinoise dans le commerce international »

par le Général Daniel Schaeffer

 Le développement économique chinois, ses pratiques commerciales interrogent.L’Administration américaine prend des mesures de rétorsion à l’encontre de la Chine. L’Europe se vante des méga-contrats passés avec ce pays.

Où en sont les pays « occidentaux » dans leurs relations commerciales avec la Chine ? Quelles sont leurs pratiques commerciales? Comment sont-elles articulées?

A) UN EXCEDENT COMMERCIAL COMME FORCE DE FRAPPE ECONOMIQUE

a) un décollage économique
Depuis les années 1980, la Chine connaît une industrialisation massive et devient au fil des ans un acteur majeur dans les industries de main-d’œuvre, les industries textiles et les objets manufacturés de basse qualité. Grâce à une main-d’œuvre nombreuse et bon marché, elle peut exporter de très grandes quantités de produits d’entrée de gamme à des prix très bas. D’où le surnom d’« atelier du monde ».
L’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001 lui a permis de devenir un nouveau pôle économique de taille mondiale à l’instar des États-Unis, de l’Union européenne et du Japon. Lire la suite

Sur la route de l’ombre de la Lune

Sur la route de l’ombre de la Lune

par  Olivier Sauzereau  

.

 

 

 

 

Le 21 août 2017, l’éclipse totale de Soleil probablement la plus médiatisée de l’Histoire a été visible sur le continent nord américain.
Après avoir observé cet exceptionnel phénomène céleste depuis l’Etat de l’Oregon à 5.15’57 »,le conférencier  astrophotographe de métier et sa famille ont fait le pari inédit de traverser d’Ouest en Est les USA en suivant fidèlement le tracé exact de l’ombre de la lune en moins de 29 jours 12 heures 44 minutes, soit le temps d’un cycle lunaire !

 

Mont Jefferson Oregon

.

 

Carhenge

« Road trip » dans l’Amérique profonde, hors des circuits touristiques traditionnels, Lire la suite

Liberté de peindre ; peindre en liberté

Liberté de peindre ; peindre en liberté
Mescam Marcel
Février 2019

Choisir, choisir ! Eh oui ! Tout est dit. Mais est-ce évident de choisir quand on vous demande de faire un choix parmi la chanson ou le livre que vous auriez aimé écrire ? Non, ça ne l’est pas ! Du moins pour moi. Je vais tout de même triturer mes méninges et en retirer la substantifique moelle pour orienter mes recherches.
Après mûres réflexions je retiens le livre « Paroles » de Jacques Prévert. Des 244 pages écrites par ce merveilleux poète, j’extrais 49 lignes du titre « Pour faire le portrait d’un oiseau » qu’il dédie à Elsa Henriquez*. Je ne retiens que ce texte, mais j’aurais pu en sélectionner d’autres, ou aussi des chansons que j’aime, tant les auteurs de talent sont nombreux. Aujourd’hui c’est celui qui me parle le plus, un autre jour j’en aurais peut-être choisi un différent. Il y a plusieurs textes que j’aurais aimé écrire, c’est un dilemme terrible, mais bon, je me lance dans quelques explications. Aujourd’hui, c’est seulement ce fragment d’écriture qui me parle, me touche le plus. J’ai adhéré dès la première ligne à cette histoire, je me suis laissé embarquer, transporter dans un rêve par ce court récit. Je ne sais pas dessiner, pas du tout peindre, et pourtant, n’ayant pas de toile, je prends une feuille à dessin, déniche une vieille boîte de peinture d’écolier, un pinceau, un gobelet d’eau et je peins une cage à oiseau avec la porte ouverte. J’imagine quelque chose de joli, de simple, d’utile pour un oiseau. Ce travail fini je me dis qu’il me faut aller punaiser cette feuille sur un des arbres de mon jardin. Ceci fait, je retourne à mon poste d’observation dans ma salle de séjour, et je me tiens immobile pour ne pas être repéré. L’oiseau arrive, parfois vite, mais s’en va aussitôt s’il détecte une présence. Je ne suis pas homme à me décourager, je m’arme de patience. Je sais attendre, longtemps s’il le faut. Je rêvasse, imagine l’oiseau qui va peut-être entrer dans la cage. Ça y est ! En voici un ! Une jolie mésange à tête noire est entrée.
Comme conseillé dans le texte, armé de mon pinceau, je m’approche dans le plus profond silence, je ferme doucement la porte, et j’efface un à un les barreaux, sans toucher à l’oiseau. Je prends le temps de faire le portrait de l’arbre, et choisis la plus belle de ses branches pour l’oiseau. Je mets du vert pour le feuillage et essaie tant bien que mal de faire apparaître la fraîcheur du vent et la poussière du soleil dans la chaleur de l’été. C’est beaucoup demander à un néophyte.
Aujourd’hui l’oiseau ne chante pas, ce n’est pas bon signe. Mon tableau est sûrement mauvais, je ne pourrai pas le signer. Dommage ! Mon récit est terminé, il m’a transporté dans un imaginaire où je me suis senti bien. J’en redemande encore. J’aimerais l’avoir écrit, mais rien ne m’empêche de coucher quelques lignes pour m’évader encore dans un monde merveilleux.
—————————————-

Pour faire le portrait
d’un oiseau
À Elsa Henriquez*

Peindre d’abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite
quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d’utile
pour l’oiseau
placer ensuite la toile contre un arbre
dans un jardin
dans un bois
ou dans une forêt
se cacher derrière l’arbre
sans rien dire sans bouger…
Parfois l’oiseau arrive vite
mais il peut aussi bien mettre de longues années
avant de se décider
Ne pas se décourager
attendre
attendre s’il le faut pendant des années
la vitesse ou la lenteur de l’arrivée de l’oiseau
n’ayant aucun rapport
avec la réussite du tableau
Quand l’oiseau arrive
s’il arrive
observer le plus profond silence
attendre que l’oiseau entre dans la cage
et quand il est entré
Fermer doucement la porte avec le pinceau
puis
effacer un à un tous les barreaux
en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l’oiseau
Faire ensuite le portrait de l’arbre
en choisissant la plus belle de ses branches
pour l’oiseau
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
la poussière du soleil
et le bruit des bêtes de l’herbe dans la chaleur de l’été
et puis attendre que l’oiseau se décide à chanter
Si l’oiseau ne chante pas
c’est mauvais signe
signe que le tableau est mauvais
mais s’il chante c’est bon signe
signe que vous pouvez signer
Alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l’oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.
Extrait de Paroles
De Jacques Prévert
*Elsa Henriquez
Artiste peintre et illustratrice née en Argentine.

Cycle de conférences du 3ème trimestre 2018/2019

Conférences du 3 ème trimestre 2018/2019

 

25 avril 2019 conférence : « Qu’est-ce que le Nazisme ? » par Fabrice Bouthillon, professeur UBO
à Langolvas à 14h00

02 mai 2019 : conférence « Vente aux enchères des livres et manuscrits du XIIè à nos jours »
à Langolvas à 14h00 par Isabelle de Conihout

09 mai 2019 conférence : « Qu’est-ce que le 7ème Art ? » 2nde partie par Philippe Cloarec
à Langolvas à 14h00

16 mai 2019 conférence : « Inde, le laboratoire du monde » par Jean-Claude Breton
à Langolvas à 14 h00

06 juin 2019 conférence « Où va l’Europe ? » par Jeanne-François Hutin
à Langolvas à 14h00

13 juin 2019 conférence « le mécénat architectural de Jean II de Rohan entre le Moyen Age et la Renaissance » par Diego Mens
à Langolvas à 14h00

20 juin 2019 « la voix et les voix d’Elles » avec Martine Le Roy-Joli
au ROUDOUR à 14h00

Les 40 Glorieuses de la physique moderne (1905-1945)

 

Les 40 Glorieuses de la physique moderne (1905-1945) :

 

par Mr Claude MOTTA

 

 

A la fin du XIXème siècle, Lord Kelvin affirma que la physique était définitivement connue. Seuls quelques points de «détail» resteraient à préciser.

Ernest Rutherford

Des découvertes comme les rayons X et la radioactivité vont pourtant ébranler cette certitude. De la découverte de particules élémentaires n’obéissant à aucune des lois connues va naître une nouvelle physique initiée par Planck et de jeunes physiciens comme Bohr, Pauli, Heisenberg, Schrödinger…. Ils vont ensemble «inventer» la mécanique quantique.

 

En 1905, Einstein publie 4 articles :

. le 1er article, publié en mars, expose un point de vue révolutionnaire sur la nature corpusculaire de la lumière, par l’étude de l’effet photoélectrique. :Sur un point de vue heuristique concernant la production et la transformation de la lumière.

. en mai, Einstein publie un 2nd article sur le mouvement brownien.

. le 3ème article en juin marque sa rupture intuitive avec la physique newtonienne. L’article Sur l’électrodynamique des corps en mouvement s’attaque au postulat d’un espace et d’un temps absolus,  : « l’éther n’existe pas », et « le temps et l’espace sont relatifs » sont ses conclusions. Lire la suite

Paul, ingénieur en chef

Paul, ingénieur en chef

de Maria Mens-Casas Vela

Avec le temps il était devenu tyrannique, exigeant et assez insupportable. Sa femme se souvenait avec nostalgie de l’homme prévenant, joyeux et simple qu’il avait été pendant les premières années de leur mariage.
À cette époque Paul était ingénieur salarié, sans grands soucis. Le couple menait une vie modeste, avec des amis comme eux qui aimaient le cinéma, les concerts, les rendez-vous dans divers bistrots parisiens, pour jouer aux dominos et s’amuser à écouter des personnages truculents qui parlaient de politique haut et fort. Ensemble ils pratiquaient un peu de sport pour se donner bonne conscience.
Leur tranquille existence avait changé le jour où Paul, dans le cadre de son travail, trouva un élément révolutionnaire qui transformait un moteur, multipliant sa capacité tout en réalisant une considérable économie d’énergie.
Il avait fait breveter sa découverte, gagné beaucoup d’argent, grimpé en flèche dans la hiérarchie et les responsabilités et… changé de caractère.
À la veille de son anniversaire -cinquante ans ! – il considérait son existence avec satisfaction : son cadre de vie élégant, sa luxueuse bibliothèque de livres rares, ses peintures de maître, signes sans équivoque d’une prospérité raffinée. Il y avait pourtant un objet qui dénotait dans l’ensemble par sa modestie : l’horloge, au balancier très simple mais très ancien, qui lui venait de ses ancêtres occitans. La tradition voulait que ce soit l’aîné qui la garde pour la génération suivante. De même pour le modeste anneau d’or, avec les initiales du nom de famille. Pour le moment tout allait bien. Paul avait deux fils et la source familiale ne risquait pas de se tarir.
Le lendemain du jour de son anniversaire, Paul reçut une lettre du notaire, qui l’invitait à passer à l’étude pour une affaire de famille le concernant. Sans savoir pourquoi, et sans raison apparente, Paul sentit une sourde angoisse lui monter dans la poitrine. Comme une vieille réminiscence acquise à travers les âges. Mais il ne servait à rien de tergiverser et il prit un rendez-vous le plus vite possible.
Ce fut un jour que Paul, ingénieur en chef, n’oublia jamais.
Après les salutations de rigueur, le notaire lui remit une grande enveloppe cachetée à la cire, comme jadis pour les missives délicates, non sans une certaine solennité, en lui disant qu’elle avait été cachetée par son propre père, avec son anneau, et que lui devrait faire de même après lecture, avant de la ramener chez le notaire. Paul ne put s’empêcher de regarder sa main. Jamais il n’aurait pensé que l’anneau pouvait être autre chose qu’une relique familiale à laquelle, il est vrai, son père était fortement attaché.
Avec une certaine fébrilité et l’aide du notaire, il ouvrit l’enveloppe. L’homme de loi le laissa seul , fermant la porte derrière lui.
Il y avait deux choses à l’intérieur : une liasse épaisse avec les noms de famille. Une généalogie ! Elle commençait vers 1500 et le dernier nom était le sien. Il devait être jeune quand son père l’avait ajouté. Celui-ci était décédé quand il avait dix-sept ans.
La deuxième liasse était une longue lettre de son père, accompagnée d’une autre d’un ancêtre qui devait être facilement identifiable dans la généalogie.
Paul ne savait par où commencer mais il prit la lettre de son père, inquiet et intrigué. Le début de la missive le mit tout de suite en garde :
« Mon cher fils, si je prends tant de précautions pour que tu saches la vérité sur les origines se la famille, en te demandant instamment de garder le secret, c’est parce que nous sommes sortis d’un destin entaché, aussi injuste qu’aléatoire, qui nous a persécutés pendant des siècles. Oui, j’ai bien dit des siècles ! Il a fallu la première guerre mondiale qui a fait se déplacer de leurs villages des centaines de jeunes, les a coupés de leurs racines et plongé certains dans l’anonymat des grandes villes, et qu’ils changent de vie et de personnalité, une fois la guerre terminée. C’est ce qu’a fait ton aïeul dont tu trouveras la lettre ci-jointe. Nous lui devons beaucoup. Et aussi au prêtre qui a fait sa généalogie et a cherché pour lui un peu de l’histoire des minorités et l’a aidé à la rédaction. Pour que tu comprennes ce qu’ont vécu tes ancêtres, tu la liras et tu la transmettras à ton aîné ». Paul se demanda s’il voulait en savoir plus, cependant il eut la force de continuer pour affronter la réalité. Il ne fut pas déçu.
La narration de l’aïeul commençait par « Nous somme des « cagots », ou plutôt nous l’avons été pendant des siècles, par la volonté et la méchanceté populaire, dictées par la peur. L’origine est obscure et lointaine. Il se peut qu’un ancêtre, le premier, ait contracté la lèpre et ait été mis à l’écart, avec sa famille, pour éviter la contagion. Ou bien il s’agit d’un infidèle maure ou d’un juif convers suspecté d’apostasie. Nous ne le saurons jamais mais cela n’est pas important ».
Il s’ensuivit une énumération des mesures vexatoires dans la vie sociale et quotidienne des « cagots » qui commençaient depuis le baptême car, à côté du nom dans le Registre paroissial, on posait un signe distinctif pour les signaler. Dans l’église, ils devaient se mettre au fond et ils n’avaient pas le droit de recevoir la communion en même temps que les autres, ni d’embrasser la croix de paix, ni de suivre la procession, ni d’entrer dans l’église par la même porte que les autres chrétiens. On leur avait réservé un carré spécial au cimetière, séparé des autres tombes.
Les autorités ecclésiastiques avaient interdit ces pratiques mais les curés ruraux, dans leur contexte, ne tenaient pas compte des interdictions.
Les « cagots » avaient un puits d’eau pour eux, ne pouvaient marcher pieds nus pour ne pas contaminer les autres, et ne pouvaient exercer aucun autre métier que cordeliers ou menuisiers, parce qu’on pensait que ces matières ne contaminaient pas.
Pour ce qui est des mariages, les difficultés pour s’unir dans le groupe et éviter la consanguinité avaient amené certains à chercher femme dans d’autres minorités, comme les tziganes. Les « cagots » n’étaient pas la seule minorité méprisée au Béarn, en Navarre, dans la Soule. Il y avait les « agotes » en Aragon, et les « cacous » en Bretagne, soumis à des vexations très proches où dominait surtout la peur. En Espagne, dans les Asturies, un groupe particulier, « les vachers d’Alzada », vivaient en vase clos, à l’écart. Les habitants proches affirmaient que ce groupe descendait des Maures.
La lettre se terminait par un vœu pieux, probablement suggéré par le prêtre : « Respectez les autres, surtout les plus humbles ». Lire la suite

La Chine et ses problèmes économiques

La Chine et ses problèmes économiques et politiques

 

par Alain COLLAS , proviseur, chargé de cours à l’U.B.S. ,chercheur associé au CERHIO (centre de recherches historiques de l’Ouest)
Plan de l’intervention (décembre 2014)
1. Introduction
2. Rappels historiques
3. la croissance économique de la Chine
4. les difficultés du modèle chinois et leurs raisons
5. conclusion
chine carte politiqueEn raison des délocalisations, du déferlement des produits chinois, la Chine est devenu un sujet particulièrement sensible depuis une décennie en Occident , un sujet mal abordé ou de façon tronquée.
La Chine a toujours impressionné. « Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera » : cette affirmation prophétique est attribuée à Napoléon, après la lecture de « la relation du voyage en Chine et en Tartarie » de Lord Macartney.

Lire la suite

Le statut du corps en France de 1940 à nos jours

« Le statut du corps en France de 1940 à nos jours »

 

par Isabelle BARS, enseignante agrégée d’EPS en poste au collège de l’Iroise à BREST. 

Entre 1940 et 2020, des ruptures et des continuités se dégagent dans les usages du corps d’un point de vue historique, sociologique et anthropologique.

Un simple coup d’œil à ces 2 pages de magazines  permet de mesurer l’évolution de l’image de la femme entre 1945 et les années 2000.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  •  

I 1940- 1944 LE CORPS REDRESSE

a) contexte sanitaire

En raison des restrictions de tous ordres (alimentaires, chauffage), les autorités estiment que la population française est en mauvaise santé Lire la suite

Conférences du 2nd Trimestre 2018/2019 UTL Morlaix

Conférences du 2nd Trimestre 2018/2019 UTL Morlaix

  • 10 Janvier 2019 à LangolvasConf : les eaux littorales de Bretagne sous l’influence d’apports excessifs de nutriments                  par Pierre Aurousseau , président du SCRB
  • 17 Janvier 2019 à Langolvas  Conf :  Coût et conséquences d’une guerre d’indépendance : le cas de l’Algérie            par Anne Guillou, sociologue, romancière
  • 24 Janvier 2019 au ROUDOUR   Conf : La mythologie gréco-latine : un reflet de nous-mêmes           par François Yven, professeurs de Lettres Classiques
  • 31 Janvier 2019 à Langolvas   Conf: Génération 98 : les peintres           par Andrée Porté

 

  • 07 Février 2019 à LangolvasConf : Afghanistan : bilan d’une faillite et redéfinition de la géopolitique régionale          par Georges Lefeuvre, anthropologue , chercheur associé à l’IRIS
  • 28 Février 2019 à Langolvas Conf : Guérisseurs et sorciers finistériens au banc des accusés au 19ème           par Annick Le Douget, greffière er

 

  • 07 Mars 2019 à LangolvasConf : « Le statut du corps en France de 1940 à nos jours » par Isabelle BARS, enseignante agrégée d’éducation physique et sportive en remplacement de la conférence initialement prévue « Amazones nomades et mystiques : Isabelle Eberhardt, Alexandra David-Neel,… »         par Yvette Rodallec, professeur de littérature
  • 14 Mars 2019 à Langolvas  Conf : 1905 -1945 : les 40 Glorieuses de la Physique moderne           par Claude Motta, Dr ès Sciences
  • 21 mars 2019 à Langolvas  Conf : Sur la route de l’ombre de la lune : la dernière éclipse de l’Est à l’Ouest des USA(21 August 2017)           par Olivier Sauzereau, astrophotographe
  • 28 Mars 2019à Langolvas Conf : La pratique chinoise dans le commerce international             par le Général Daniel Schaeffer

Les conférences débutent à 14h00

Programme du 2nd Trimestre 2018/2019

  • 10 Janvier 2019 à Langolvas  Conf : les eaux littorales de Bretagne sous l’influence d’apports excessifs de nutriments                  par Pierre Aurousseau , président du SCRB
  • 17 Janvier 2019 à Langolvas  Conf :  Coût et conséquences d’une guerre d’indépendance : le cas de l’Algérie            par Anne Guillou, sociologue, romancière
  • 24 Janvier 2019 au ROUDOUR   Conf : La mythologie gréco-latine : un reflet de nous-mêmes           par François Yven, professeurs de Lettres Classiques
  • 29 Janvier 2019 Sortie : FEHL : Jean Paul Riopelle et Joan Mithell, peintres du 20ème , « les amants terribles de l’Abstraction »
  • 31 Janvier 2019 à Langolvas   Conf: Génération 1898  Espagne ( 2ième partie ): les peintres           par Andrée Porté , professeur d’espagnol

 

  • 07 Février 2019 à Langolvas  Conf : Afghanistan : bilan d’une faillite et redéfinition de la géopolitique régionale          par Georges Lefeuvre, anthropologue , chercheur associé à l’IRIS
  • 28 Février 2019 à Langolvas  Conf : Guérisseurs et sorciers finistériens au banc des accusés au 19ème           par Annick Le Douget, greffière er
  • 07 Mars 2019 à Langolvas  Conf : « Le statut du corps en France de 1940 à nos jours » par Isabelle BARS, enseignante agrégée d’éducation physique et sportive en remplacement de la conférence initialement prévue « Amazones nomades et mystiques : Isabelle Eberhardt, Alexandra David-Neel,… »         par Yvette Rodallec, professeur de littérature
  • 14 Mars 2019 à Langolvas  Conf : 1905 -1945 : les 40 Glorieuses de la Physique moderne           par Claude Motta, Dr ès Sciences
  • 21 mars 2019 à Langolvas  Conf : Sur la route de l’ombre de la lune : la dernière éclipse de l’Est à l’Ouest des USA(21 August 2017)           par Olivier Sauzereau, astrophotographe
  • 28 Mars 2019à Langolvas  Conf : La pratique chinoise dans le commerce international             par le Général Daniel Schaeffer
  • o4 Avril 2019 : Sortie QUINTIN   (voir sortie du trimestre)

Les conférences débutent à 14h00

 

Reprise des ateliers gratuits du 1er trimestre 2019, au local UTL, 20,rue du Poulfanc à MORLAIX

  • Atelier PHOTO, animé par Jean Le Guillou, Photographe : 1ère séance, le mercredi 9 janvier de 9 H 30 à 11 H 30
  • Ateliers LECTURE 1 et 2
    • Responsable :  Marie Loquet : Mardi 29 janvier à 14 H 30
    • Responsable : Christine Poully : Vendredi 11 janvier à 14 H 30
  • Ateliers ECRITURE 1 et 2
    • Responsable : Marcel Mescam : Mardi 8 janvier à 9 H 30
    • Responsable : Dominique Le Gall : Lundi 7 janvier à 14 H 30
  • Aimons la musique ensemble, avec Annette Manant : 1 lundi du mois à 14 H 00, rdv donné en fin de chaque séance.
  • Ateliers PHILO A-B-C, animés par Yves Marie Le Lay, professeur de Philosophie
    • Atelier  A : Mardi 8 janvier à 14 H 15
    • Atelier B : Mardi 8 janvier à 16 H
    • Atelier C : Mardi 15 janvier à 14 h 15
  •  Atelier BRETON , animé par Bernard Le Bihan, le lundi à 17 H
  • Ateliers Connaissance scientifique A-B, animé par Roger Mével : Mercredi à 14 h 30, en alternance Atelier A/Atelier B

Ateliers Payants du 1er trimestre 2019 – au Pôle Culturel du Roudour

  • Atelier Cinéma par Philippe Cloarec, Enseignant en Cinéma et Audiovisuel – directeur de l’Association « Film et Culture »
    • 1ère séance le lundi 28 janvier de 9 H 30 à 11 H 30
  • Atelier Histoire de l’Art, animé par Sonia de Puineuf, Docteur en Histoire de l’Art 
    • 1ère séance du 2è cycle, le mardi 15 janvier à 14 H 30
  • Atelier Histoire de la Musique, animé par Guillaume Kosmicki, Musicologue : Mercredi 23 janvier à 14 H 30