La mythologie gréco-romaine, un reflet de nous-mêmes , par François Yven

 

La mythologie gréco-romaine, un reflet de nous-mêmes

par François YVEN 

 

illustration par Hephaïstos

version imprimable CR Mythologie Yven

 

S’intéresser à la mythologie, c’est s’intéresser à soi-même. Les légendes contiennent des vérités universelles et perpétuelles. Elles reflètent les interrogations majeures de l’homme et ses aspirations. Ainsi chacun d’entre nous peut se reconnaître en Prométhée, Midas, Hercule, voire même en …Jupiter. Ces personnages mythiques ont comme nous leurs grandeurs et leurs faiblesses. D’où viennent -ils ?

A) La théogonie d’Hesiode du 8 ème siècle AEC :  les Dieux de l’Olympe

La Théogonie d’Hésiode est le texte le plus complet que la Grèce ait laissé sur la création des dieux. Les romains reprirent en partie cette théogonie.

Généalogie simplifiée par ordre chronologique :

  • Chaos (vide originel)
  • Gaia ( la terre)
  • Ouranos (le ciel)
  • Les 12 titans dont Cronos et Japeth
  • Zeus (Jupiter) fils de Cronos, le roi des Dieux et Prométhée fils de Japeth
  • Athena, fille de Zeus et 2 enfants illégitimes : Dyonisos(Bacchus) et Héraclès (Hercule)

Une bien curieuse lignée : une mère auto-féconde, un père qui enfante par la tête, le même qui dévore sa progéniture,..

 

B) Interprétation des mythes

Le mythe est un récit fabuleux à caractère religieux et le plus souvent d’origine populaire dont l’action et les héros ont une valeur symbolique.

b1 explication des phénomènes naturels par une manifestation divine

Chaque phénomène naturel inexpliqué ne peut être qu’une manifestation divine :

  • le tonnerre n’est que la manifestation de la colère de Zeus (autorité divine par la terreur)
  • la nature est entièrement divinisée : un panthéisme (nymphes, satyres, néréides, et PAN qui symbolise et les angoisses ancestrales et la prédation sexuelle)

b2 l’imagination humaine, créatrice du mythe

Un phénomène naturel peut prendre au fil des génération des dimensions fantastiques qui engendreront le mythe de l’Hydre de Lerne (qui traduit la difficulté à assécher une tourbière…)

b3 le mythe comme traduction des frustrations de l’homme

L’homme a créé des Dieux sur l’Olympe à son image : jaloux, querelleurs,…

En s’identifiant aux Dieux qui incarnent la puissance , le mortel se rêve leur égal : puissant et immortel.

Toutefois, certains mythes mettent en garde contre cette identification

  • le mythe de Sisyphe condamné à remonter un rocher au sommet dune montagne
  • le mythe d’Icare qui, pour s’être trop approché du soleil, s’est brûlé les ailes et qui périt en mer

b4 des mythes au service d’un projet politique

  • Virgile, le prince des poètes et le poète des princes dans son Enéide (écrit entre 19 et 29 AEC) a permis après les conflits de succession à la mort de César de sacraliser l’empereur Auguste (Octave) en faisant remonter ses origines à Enée, Iulius, Rémus et Romulus…et de réaffirmer la prééminence de Rome.
  • au IVème siècle, la vision de Constantin

Dans sa course au pouvoir suprême,selon l’évêque Eusèbe de Césarée, Constantin aurait vu en 312 avant la bataille contre son adversaire Maxence une Croix dans le ciel, avec les mots : «In hoc signo vinces», soit «Par ce signe tu vaincras»

Le christianisme, religion d’une secte jusqu’alors persécutée par les Romains peut prendre son essor.

Constantin, vainqueur, s’est converti .L’empire l’imitera. Le césaro-papisme est né . Constantin préside le concile de Nicée en 325 qui reconnaît le Christ comme Dieu et excommunie l’évêque Arius

Projet politique : cimenter un Empire fragilisé, par l’introduction d’une nouvelle religion à vocation universelle, très respectueuse du pouvoir temporel (cf Paul le Tarsiote :“Omnis potestas a Deo”).

b5 les mythes grecs et les défauts humains

  • la cupidité représentée par le mythe de Midas ou la recherche de la richesse pour la richesse
  • le narcissisme : le mythe de Narcisse (entre l’amour de soi et l’estime de soi)

b6 les mythes grecs et les travers du monde contemporain

  • le mythe de Phaeton : désordre sur la planète
  • le mythe de Midas (le bonnet)  : des informations secrètes et personnelles diffusées à tout va

Ces mythes ont aidé nos ancêtres dans la façon de mener leur vie. Ils restent encore utiles car ils sont quasiment intemporels et universels (Cf C G Jung).

Ce voyage parfois drôle et parfois inquiétant plonge aux racines les plus profondes de l’être humain : le mythe de la création , le mythe de la vierge mère, le mythe du déluge, le mythe de l’homme providentiel…mythes communs sous des noms différents aux civilisations du monde antique du pourtour méditerranéen.

………………………………………………………………..

 

Ref : CY-J2019I24meto

One thought to “La mythologie gréco-romaine, un reflet de nous-mêmes , par François Yven”

  1. A découvrir une version contemporaine mais néanmoins classique : La chute d’Icare pour les Rencontres Philosophiques d’Uriage en octobre 2019. Une chute pour la réflexion … Dessin In situ qui sera présenté à des lycéens pour questionner : La chute d’Icare symbole de la chute annoncée de notre monde ? quand effectivement les mythes parlent de nous et de notre monde …
    https://1011-art.blogspot.com/p/icare.html

Les commentaires sont clos.