Qu’est-ce que le 7ème Art?

Qu’est-ce que le 7ème Art ?

(esquisse de son histoire au travers de quelques figures marquantes)

Par Philippe Cloarec, directeur association « Film et Culture »

HISTOIRE DU DEBUT DU CINEMA

Proposé en 1911 par Ricciotto Canudo dans une classification des arts, le cinéma vient en 7ème position après l’architecture, la sculpture, la peinture, la musique, la poésie et le théâtre/la danse.

Le cinématographe est la résultante de trois inventions techniques mises au point sur quelques décennies :

– la technique de la photographie

– la technique du mouvement(16 images / secondes au début)

  • et enfin la technique de projection ( dans une salle et pour des spectateurs)

1 LES PIONNIERS

a) Les frères LUMIERE

En 1895, ils sont les premiers à utiliser un dispositif calqué sur le théâtre et l’opéra permettant de projeter sur un grand écran vertical des images en grand format à un public nombreux.

Leurs films d’une durée de 50 secondes vont s’intéresser à la vie quotidienne, leur donnant une dimension documentaire et culturelle : mêlant sensibilité artistique, curiosité, actualités, aspects scientifiques. Utilisation de la lumière naturelle, un seul plan , pas d’inserts, cadrage soigné.Cinéma moderne

Illustration : l’arroseur arrosé » :

b) Thomas EDISON

1891 : l’industriel et génial inventeur américain met au point une camera dite « kinétographique » qui permet l’enregistrement du mouvement . Un brevet est également déposé pour un kinétoscope, un appareil qui permet de visionner les images .

Pour échapper aux griffes des huissiers de la côte Est qui sont chargés de récupérer les royalties des brevets d’Edison, les premiers cinéastes s’implantent sur la côte Ouest, donnant naissance à Hollywood.

c) Georges MELIES

Son approche du cinéma sera à l’opposé de celle des frères Lumière : place au spectacle, à l’évasion de la réalité, à la fiction, aux trucages : le cinéma classique (importance du rythme avec accompagnement musical)

d) David GRIFFITH

Ce cinéaste empirique développera la grammaire complète de la mise en scène cinématographique :

-articulation de différents plans

-utilisation des inserts

-mise en valeur du jeu des acteurs par l’éclairage artificiel

-déplacement de la camera

La séquence de »Steamboat Bill Jr. » 1928 avec Buster Keaton donne une idée de la précision de la mise en scène

2 l’EXPRESSIONNISME ALLEMAND (République de Weimar)

une exploration de la laideur et de la monstruosité

Pourquoi ce courant :

-par opposition aux canons en vigueur

-influence de la psychanalyse : coté obscur de l’humain

-témoignage de la dérive de la société allemande vers l’hystérie (pré-science du nazisme)

Fritz LANG , bien qu’opposé à l’esthétique de ce mouvement, en est la meilleure incarnation (pessimisme, dénonciation du voyeurisme morbide, de l’embrigadement, incorporation de symboles,…)

Illustration M le Maudit : les habitants d’une grande ville allemande, jetés dans la terreur et l’hystérie par un meurtrier d’enfants

« En une image, je peux donner une conception complète d’un être humain et de la société à laquelle il appartient ». « Un réalisateur doit être un psychanalyste. Il doit savoir pourquoi les personnages font ce qu’ils font. »

Les films de Alfred Hitchcock (The Lodger) et de John Ford ( Les raisins de la colère, La prisonnière du désert) qui expriment les puissances des ténèbres ont été fortement influencés par l’expressionnisme allemand.

3) le CINEMA SOVIETIQUE

Très grand cinéma , mais cinéma de propagande

Figure de proue : Sergueî EISENSTEIN

Illustration:  Cuirassé Potemkine -scène Escalier Odessa

4) le CINEMA HOLLYWOODIEN

a) 3 caractéristiques

-des Studios ( Grandes Compagnies Financières possédant d’immenses hangars en mesure de fournir un cinéma industriel aux masses) : une industrie

-star system chargé de drainer des millions de spectateurs

-découpage en genres : western, polar, peplum, comédie, comédie musicale, mélodrame

b) 2 périodes

. Vieil Hollywood culminant au milieu des années 50.

Code Hays, mise en scène centrée sur les comédiens, plans lisibles, règle des raccords, montage

Films de divertissement

La Télévision fournissant un spectacle à domicile a signifié la mort de ce cinéma

. Nouvel Hollywood

A partir des années 70, renaissance d’un cinéma hyper commercial avec des Spielberg, Coppola, de Palma et Lucas. . Style de narration âpre, lyrique et moderne.

5) le REALISME POETIQUE (les années 30)

Des personnages maudits, souvent parias (le déserteur du Quai des brumes, par exemple), représentants d’une classe sociale, mais aussi et surtout marqués par un fatalisme qui leur est propre. Le destin, la fatalité, donnent le côté « poétique  Ce courant est incarné par Carné et Prévert pour les dialogues.

…………………………………….

Réf : CY-J2018V18mov