Le devenir du médicament dans l’organisme par le Docteur Philippe URIAC

Le devenir du médicament dans l’organisme

par le Docteur Philippe URIAC

 

en pdf CR devenir médicament URIAC

1 Généralités sur les médicaments

11 définition juridique
 Article L. 5111-1 du code de la santé publique, modifié par la loi n° 2007-248 du 26 février 2007 :
«On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines ou animales, ainsi que toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l’homme ou chez l’animal ou pouvant leur être administrée, en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique.

« présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives » : le médicament n’a donc pas une obligation d’efficacité pour tous les individus

12 vente
Un médicament n’est pas en vente libre
L’officine de pharmacie est l’établissement affecté à la dispensation au détail des médicaments, produits et objets dont la préparation et la vente sont réservées aux pharmaciens, ainsi qu’à l’exécution des préparations magistrales ou officinales.

13 un médicament = une molécule chimique
qui se reconnaît à :
– sa dénomination purement chimique                        C8H9NO2
– sa DCI (Dénomination Commune Internationale) PARACETAMOL
– sa dénomination commerciale :                                  Doliprane, Efferalgan, Dafalgan,….

Caractéristiques
De manière générale, un médicament est soit lipophile (affinité d’une substance pour les corps gras) , soit hydrophile (affinité pour l’eau et tendance à s’y dissoudre)

14 l’industrie du médicament

Sur 10 000 molécules développées en laboratoire, 10 sont brevetées, 1 seule obtient une AMM (autorisation de mise sur le marché)
coût de développement d’un médicament
-de 300 à 400 millions € dans les études pré-cliniques
-de 400 à 500 millions € dans les études sur l’homme
Le coût global pour un médicament débouchant sur une ANM avoisine le milliard €, pour ceux qui n’aboutissent pas , leurs coûts de développement passent par pertes et profits.
Le brevet sur un médicament dure entre 20 et 25 ans permettant la rentabilisation des investissements globaux réalisés

Le développement d’un médicament nécessite généralement une dizaine d’années de recherches. Les évaluations réalisées lors des essais cliniques et précliniques servent à constituer le dossier d’AMM. Ce dossier comprend plusieurs parties : il décrit la qualité, la sécurité et l’efficacité du médicament, avec son rapport-bénéfice/risque. En France, les demandes sont examinées par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) ; en Europe, les autorités en charge du médicament sont l’EMA (Agence européenne des médicaments) et le CHMP (Comité des médicaments à usage humain).

Après l’AMM, le médicament reste sous surveillance. Une AMM peut être retirée, par exemple si le médicament s’avère nocif. Rôle de la remontée d’informations recueillies auprès des patients. par les médecins et les pharmaciens.

2 Voies d’administration des médicaments

Le médicament doit atteindre le sang qui va le véhiculer dans l’organisme

21 La voie parentérale

est une voie d’administration de médicament au moyen d’une injection.
– intraveineuse bolus ou bol une dose de médicament administrée au complet d’un seul coup, afin d’obtenir une réponse thérapeutique rapide
-perfusion administration lente
-intramusculaire
-sous-cutanée
-voie inter-nasale
avantages :
doses précises ;
-le principe actif n’est pas altéré par le passage gastrique ou intestinal ;
-le taux sanguin est élevé et donc le produit est plus efficace ;
-administration en urgence possible ;
inconvénients :
-source de douleur, ecchymose ou hématome 
-une phobie liée aux injections,
-risque de transmission à l’organisme de germes pathogènes (infection),
-en cas d’erreur, irréversibilité

22 la voie entérale

– voie orale (per os)
– voie rectale (rapidité et « court circuit »  du foie)
– la voie sublinguale : principe actif sous la langue, richement vascularisée ;
– voie cutanée (pommade pour le derme)
– voie pulmonaire

2 paramètres importants pour le médicament : sa concentration maximum dans le sang en fonction du temps et sa demi-vie dans le sang
Paramètres indispensables pour permettre de traiter rapidement une infection par dose massive ou pour permettre de réguler dans le temps un taux anormal dans l’organisme
(L’observance des prescriptions est très souvent lacunaire)

3 Pharmaco-cinétique Diffusion dans l’organisme et élimination

Le médicament doit atteindre le sang pour sa diffusion dans l’organisme ( injection directe ou par le système digestif) : cœur, foie, rein, cerveau. Il doit migrer vers ces organes en traversant une membrane lipophile par diffusion passive pour les lipophiles, par utilisation d’un transporteur ou par paramécie pour les hydrophiles.
Le passage sang/organe n’est pas identique  pour tous les organes
– organes hyper-protégés : cerveau et organes de stockages du sperme et des ovules
– organes protégés : cœur
– organes peu ou non protégés (foie , rein : les filtres)
Le médicament est xénobiotique, c-à-d étranger à l’organisme. L’organisme le considérera comme tel et le foie , véritable usine chimique le métabolisera et le détruira
(Importance de l’état du foie et des reins lors des prescriptions car risque d’accumulation de médicament dans l’organisme)
Par le rein, le foie, la peau, et les poumons, le médicament est finalement rejeté de l’organisme

Les reins, organes vitaux  assurent plusieurs fonctions.dont la fonction de filtration / épuration.
Les reins filtrent les substances toxiques indésirables et éliminent l’eau en excès via l’urine. Le sang épuré, quant à lui, quitte le rein pour rejoindre l’organisme.
Le débit sanguin rénal est élevé, environ 600 mL/min, soit ¼ du débit cardiaque.

Le foie
Deux sources distinctes viennent alimenter le foie en sang : l’artère hépatique qui apporte le sang provenant du cœur, et la veine porte, véhiculant le sang issu des intestins.
Le foie est composé, au niveau microscopique, de lobules où l’on trouve vaisseaux sanguins, canaux et cordons, intercalés de cellules hépatiques
Véritable filtre, le foie capture , transforme et rend inoffensifs les toxiques auxquels les organismes sont exposés en mangeant, buvant ou en respirant.

4 effets macroscopiques du médicament

41 effets bénéfiques
-effets étiologiques ( suppression de la cause la maladie ( ex parasite)
-effets symptomatiques (soulager les symptômes : ex mal de tête)
-effet préventif (vaccin)
-en présence de facteurs de risques : leur gestion
42 effets indésirables
-effets indésirables liés
ex : prescription d’un anti-coagulant en cas de sang épais ( si coupure saignement…)
  ou prescription d’un diurétique …
-effets indésirables imprévisibles
toutes les personnes ne réagissent pas de la m^me manière à l’administration d’un médicament. Peuvent apparaître chez certains des désordres cutanés,(boutons,…), généraux( mal de tête,…) , digestifs ou des difficultés de sevrage ( corticoïde…)
D’où la nécessité de suivre à la lettre les prescriptions….

5 La cible du médicament et mode d’action à travers un cas particulier

– 95% des médicaments ont pour cible des protéines (acides aminés)
– les autres se fixent sur l’ADN, l’ARN ( utilisation en cancérologie)….

L’adrénaline par exemple a pour effet de faire libérer du glucose par le foie A travers cet exemple, illustration d’une molécule de médicament.
La molécule d’adrénaline ne peut s’apparier qu’à une une protéine spécifique(le récepteur)
En pénétrant dans le foie, une molécule d’adrénaline par réaction chimique entraîne une production d’1 million de molécules de glucose : effet d’amplification.
Créer un médicament nécessite donc de cibler une protéine spécifique et de le configurer de manière adaptée.

En guise de conclusion :
-une étude menée aux USA a mis en évidence qu’un médicament pouvait sur 100 personnes être efficace pour 1/3 d’entre elles, d’une efficacité faible sur un autre 1/3 et néfaste pour le dernier 1/3.
Nécessité d’une réflexion sur l’absorption massive de médicament en France
– la croissance exponentielle des coûts de traitement de certaines maladies pour des résultats décevants mérite réflexion également : les systèmes de santé ne pourront résister financièrement.

……………………………………………..

Réf : CY-J2018III15jdoe