Le french cancan par Martine Kahane

A la conquête de la liberté, Le french cancan !

par Martine Kahane, chartiste, conservateur général des bibliothèques

pdf CR FR CANCAN

Des origines

quadrille

Jusqu’à la Révolution, les bals étaient réservés à l’élite sociale .Sur fonds de révolte sociale, de désir de liberté et d’émancipation individuelle, les classes populaires s’approprient au début du XIXème siècle l’organisation de bals publics, populaires et payants(avec une taxe : droit des pauvres), et ceci en périphérie parisienne(barrières)
Ces bals dans un 1er temps obéissent à des règles strictes pour protéger les bonnes mœurs.

Naissance du Cancan ou Chahut

Bal du Moulin Rouge de Toulouse Lautrec

Vers 1825 apparaît au milieu du très codifié quadrille autorisé dans les bals parisiens un moment d’improvisation réservé strictement aux hommes : mouvements débridés, sauts anarchiques, hurlements, moment de chahut.
Ce moment de liberté permet de faire passer critiques, idées ou revendications.
Certaines danseuses vont s’essayer au genre : les autorités, par la police des bals, vont réagir à cette violation des normes sociales : surveillance, mais aussi arrestations suivies de procès.
Les révolutions de 1830 et de 1848 vont permettre à certaines «chahuteuses» de se libérer du carcan social: la reine Pomaré du Bal Mabille, Céleste Mogador vont incarner vers le milieu du siècle cette danse
En 1863, 63 bals publics sont recensés à Paris.

Du bal populaire au spectacle

La Goulue

Dans les années 1880–1890, les femmes s’enhardissent jusqu’à faire le «coup de pied à la Lune» ou «grand écart debout».
En 1889, la Goulue connaît son heure de gloire : en compagnie de Valentin le Désossé, elle se produit au bal du Moulin Rouge devant un public cosmopolite qui vient d e l’Europe entière assister à ses danses endiablées
La Goulue établit les règles du cancan et une autre danseuse , Nini Pattes en l’air après 1894, est la première à l’enseigner

Au début du XXème siècle, le cancan est définitivement codifié
Les figures imposées rappelle l’esprit rebelle ou du moins canaille de ses débuts :
-dérision à l’égard de l’armée : «mitraillette» «salut militaire» ou «port d’armes»
-dérision à l’égard de l’Eglise : «cathédrale»
-transgression des bonnes mœurs bourgeoises : levés de jambes, le «grand écart debout»

affiche du film de Jean Renoir

Devenant une attraction touristique (French Cancan) déclinée dans des salles comme Le Moulin Rouge, il est réservé à des professionnelles qui évoluent en groupe sur scène sur des airs d’Offenbach. De genre initialement et strictement masculin, le «french» cancan est devenu en moins d’un siècle un genre exclusivement féminin

Aspects sociologiques

La Révolution industrielle a profondément transformé la production textile : introduction du coton, mécanisation, abaissement des coûts de production., entraînant l’essor d’une production de linge de maison puis de linge de corps. En corollaire, l’entretien de ce linge demande une population dédiée : laveuse, blanchisseuse, repasseuse
Les « cancanneuses » proviennent de cette population ouvrière parisienne : en devenant semi-professionnelles du spectacle elles vont s’émanciper de leur condition ouvrière.
Le public : l’étudiant, le prolétaire, l’artisan mais aussi le bourgeois qui s’encanaille

Le cancan donne une image d’un Paris frivole et festif : amusement, provocation et émancipation . Pour certains, c’est l’un des premiers pas de libération sexuelle et d’émancipation de la femme. Car cette fois-ci, au-delà du  levé de gambettes et du secoué de froufrous, la femme a acquis le droit de séduire et même de mener la danse !

………………………………………………………

 

Réf : CY-J2017XII14Fchcanc