les lectures d’Annette du mois de Novembre 2017

« le linguiste était presque parfait« 

 

de David Carkeet

Genre : policier

Une crèche peu banale : « Nous nous intéressons à l’acquisition du langage, des premiers babillements jusqu’à une maîtrise plus aboutie de la langue ».

7linguistes dans cette crèche . L’un d’entre eux est assassiné. Qui a commis ce crime? Le livre ne m’a pas enthousiasmé, mais je le suis rarement par le genre (sauf Fred Vargas).

 

 

 

« Toute la lumière que nous pouvons voir« 

 

de Anthony Doerr

La 2nde guerre mondiale : de ses prémices à sa conclusion mais en ordre inverse

Dans la 1ère partie : les personnages dans Saint Malo   sous un déluge de bombes qui n’influe par sus l’issue. Comment est-on arrivé là? D’où viennent les protagonistes? qui sont-ils? Quel est leur rôle dans le conflit?

-Marie Laure, française, devenue aveugle par maladie dégénérative, avec son père dont elle est la raison de vivre, l’occupation permanente(sauf lorsqu’il travaille au muséum d’histoire naturelle)

Werner l’orphelin, allemand, génial en technique de communications, de transmissions, radio, etc…sans formation, autodidacte au départ. Bien sûr, les nazis sauront le récupérer, le former, le préserver, l’utiliser.Son école et ses horreurs, il ne sait, il n’ose réagir. Il a peur.Il essaie d’aider son ami mais comprend son incapacité en pensant à sœur Jutte plus courageuse que lui.

La loi du plus fort. La force prime sur l’intelligence. Quant aux valeurs morales!!!Hao sur le plus faible physiquement.

Atmosphère différente en passant du milieu nazi au milieu français.

J’ai été très surprise de retrouver mes impressions d’enfance lors de la guerre :

  • peur des allemands vécus comme des brutes sanguinaires
  • les bombardements
  • peur des collabos, délateurs, mafieux(marché noir) forts, sûrs d’eux, à l’aise dans cette ambiance glauque
  • chez soi, garder son quant à soi, débrouillardise pour survivre, méfiance.
  • mystères glauques.

Après toutes ce horreurs, la vie a repris tant bien que mal, la guerre terminée.

Plus difficiles pour les rescapés allemands que pour les rescapés français.

Facile à lire, vite lu, passionnément lu.

 

P.S. un diamant « Océan en flammes »