L’attaque franquiste du sous-marin C2 à Brest

  L’attaque franquiste du sous-marin C2  à Brest

 par  Patrick GOURLAY, Professeur d’Histoire.

nuit-franquiste-sur-brest-vpatrick gourlayEn pleine guerre d’Espagne, un sous-marin républicain trouve refuge à Brest, le grand port de guerre de l’Atlantique. Aussitôt les services secrets du Général Franco complotent pour venir à Brest s’emparer du sous-marin et mettent à exécution leur projet.
Au-delà des péripéties, ces évènements agissent aussi comme un révélateur du climat de guerre civile qui traverse la société française en 1937.

 

 

 

 

1 Les raisons de la présence d’un sous-marin espagnol à Brest

a) le soulèvement militaire et ses implications pour la marine
Lorsque l’Armée d’Afrique du Nord, conduite par le général Franco, se soulève contre le gouvernement républicain,

General FRANCO
General FRANCO

la flottille de sous-marins est stationnée à Carthagène. Elle reçoit l’ordre de se positionner dans le détroit pour contrôler les mouvements de troupes entre l’Afrique (Maroc) et la péninsule ibérique. Elle est formée des C-1, C-2, C-3, C-4, C-5, C-6, B-5 et B-6. Les autres sous-marins (B-1, B-2, B-3 et B-4) sont stationnés aux Baléares .
Ce soulèvement déchire la marine espagnole : de nombreuses mutineries ont lieu. Beaucoup de cadres et officiers de la marine sympathisent avec les mutins : destitution sur le champ, emprisonnement et souvent exécution sans autre forme de procès. Les sous-marins ne font pas exception à la règle. Cependant, les conditions d’emploi propres à l’arme sous-marine génèrent des liens plus étroits qu’à bord des unités de surface. La promiscuité et une technicité plus importante impliquent une plus grande dépendance des marins vis-à-vis des officiers. En cas de mutinerie les officiers subalternes et les marins hésitent donc à prendre le contrôle de ces navires. Le commandement est alors laissé aux officiers, seuls à disposer de la compétence technique pour conduire cette arme, tout en les soumettant a une étroite surveillance.
Le climat insurrectionnel ambiant conduit à une purge au sein de la marine espagnole : bon nombre d’officiers sont débarqués et emprisonnés.

Aout 36
Aout 36
octobre 37
octobre 37

b) les conséquences de l’avancée vers le Nord de l’Espagne des troupes insurgées
Les populations civiles de la poche républicaine située au Nord de la péninsule et les militaires républicains qui s’y trouvent fuient le  pays devant l’avancée des troupes de Franco  et s’embarquent pour la France.Entre 5 et 6 000 débarqueront dans le Finistère , et ceci sous le contrôle des autorités françaises.
Par contre , quand arrive le C2, navire de guerre espagnol, les autorités françaises sont bien embarrassées… : un navire de guerre étranger à l’improviste dans un port de guerre français.
b1 raisons de l’arrivée sur Brest le 1er Septembre
Les sous marins C2 et C4 , sous l’autorité du gouvernement républicain avaient été affectés à la protection des ports de l’Atlantique (Gijon et Bilbao)
Le 26 Aout 1937, le port El Musel de Gijon est l’objet d’un bombardement aérien qui endommage les C 2 et C4
Passant outre aux ordres de l’Etat Major, les sous-marins jugés inaptes au combat par leurs commandants quittent la zone de guerre pour se réfugier en France au motif d’effectuer les réparations: le C4 se dirige vers Bordeaux, le C 2 met le cap sur Brest.
b2 intérêt du C2 pour les forces insurgées
Les insurgés ne disposent pas de sous-marins : ils sont dans l’obligation de faire appel à leurs alliés italiens et allemands pour envoyer par le fond les ravitaillements républicains qui arrivent par mer.
Situation inconfortable pour les généraux rebelles.

Par ailleurs,le C4 trop endommagé, stationné à Bordeaux, n’est pas en mesure de prendre la mer.

Prendre un navire de guerre à la barbe des républicains et des autorités françaises dans un port militaire français, quel coup d’éclat et quelle propagande pour le mouvement nationaliste !!!
b3 la situation politique en France
Le Gouvernement de Front Populaire s’est engagé dans la non-intervention en Espagne : toutefois P Cot assisté de J Moulin font passer en sous main du matériel au Frente Popular, tandis qu’Hitler et Mussolini interviennent directement sur le champ de bataille : troupes , aviation,armement…
Certains éléments de l »Extrême Droite française après l’échec du 06 Février 1934 se radicalisent, convaincus (ou s’étant convaincus) de l’imminence du Grand Soir. Pour barrer la route au péril rouge, ils s’organisent en formation para-militaire et s’engagent dans une étroite collaboration avec les fascistes , les nazis  et leurs services secrets.
Climat politique délétère en France , proche de la guerre civile: l’effondrement de la IIIème République se rapproche.

2 L’attaque du C2 par le commando

periodico-troncoso-2
Commandant Troncoso

21 les principaux protagonistes
le commandant du C2 :Jose Luis Ferrando Talayero,28 ans ,sauvé   in extremis du peloton d’exécution coté républicain en 36 est depuis le 6 juillet 37 le nouveau commandant. Il a convaincu l’équipage de faire route sur Brest ;dès son arrivée il fait savoir aux forces franquistes par l’intermédiaire de Mocaër , consul d’Espagne à Brest que le bateau est à quai au port de commerce( quai Malbert). Politiquement,il penche pour la rébellion.Le lendemain de son arrivée , il s’en va à l’Ambassade d’Espagne à Paris pour rendre compte et prendre ses instructions.
– le comandante Troncoso : proche des frères Franco, secondé par le capitaine Ibanez, il est officiellement gouverneur militaire d’Irun. Il est en fait l’un des dirigeants du  SINFE
– le SINFE (Servicio de Información en la Frontera Noroeste de España : en clair les services secrets), fondé dès le soulèvement par le Général Mola organise en France la surveillance des républicains espagnols,le ravitaillement en

General MOLA
General MOLA

armes de ces derniers, la destruction des matériels militaires républicains(ex avions destines à la République espagnole), la « récupération » manu militari des bateaux républicains dans les ports français,
-des français membres de La Cagoule qui jouent le rôle de supplétifs dans l’affaire (repérage, mise à disposition de véhicules,…) : Robet( de Douarnenez), Chaix, Pardo
– la Cagoule : De véritables enfants de chœur qui ont à leur actif notamment :
. l’assassinat le 23 janvier 1937 du soviétique Dimitri Navachine, directeur de la Banque commerciale pour l’Europe du Nord, assassiné à coups de baïonnette
. Dès le soulèvement de 36 aux côtés des franquistes : livraison d’armes ,sabotage de voies ferrées reliant la France à l’Espagne, intimidation de partisans des républicains, destruction de navires ravitaillant les antifranquistes… .sabotage d’avions destinés aux républicains sur l’aérodrome de Toussus le Noble dans la nuit du 28 au 29 août 1937
. assassinat de Carlo et Nello Rosselli. le 9 juin 1937 à Bagnoles de l’Orne sur ordre de Mussolini
. le 11 septembre 1937, destruction à la bombe du siège de la Confédération Générale du Patronat Français et celui de l’Union des Industries Métallurgiques dans le but de faire accuser les communistes.

. sabotage sur les docks de Marseille et de Bordeaux, incendie à bord du Turia à quai à Nice, bombe au Consulat

Buenaventura DURRUTI
Buenaventura DURRUTI

d’Espagne à Perpignan

– le Servicio de Informacion y de Coordinacion de la CNT et le SIEP proche des anarchistes espagnols  (B. Durruti)

.
22 l’attaque
221 tentative de débauchage de l’équipage
Opérant à visage découvert ( Hôtel Moderne Brest – auto garage Brest – l’Hermitage), les membres du commando(une dizaine) essaient de convaincre l’équipage de rejoindre les troupes insurgées ( médiation de Mingua). Sans succès.
Le bâtiment était étroitement surveillé par les communistes, socialistes et anarchistes brestois qui pressentaient un coup de force ; ces derniers ayant des informations de première main sur les projets du commando..
222 l’assaut :Le capitaine Las Herras , commandant du C4, a rejoint le commando .Le 28 septembre 37, il s’introduit sur le C2 en compagnie de ses acolytes. Troncoso neutralise l’équipage réduit ce jour-là à 12 ( sur 47 membres au total). Le commando n’arrive pas à faire démarrer les moteurs Vickers du sous-marin. Un membre du PAPIER TRONCOSO_commando, Garabain Goni est abattu .( Au large , mouillait un navire espagnol chargé du ravitaillement en cas de sortie du C 2). Attaque avortée.
223   fuite du commando en compagnie du commandant Ferrando et son chef mécanicien : certains réussissent à passer en Espagne dont Troncoso. Par contre 6 d’entre eux se font arrêter le lendemain à Bordeaux et le chauffeur de Troncoso à Hendaye : des anarchistes espagnols infiltrés dans l’organisation Troncoso ont donné leur signalement à la Police française, facilitant l’arrestation des comploteurs.
Troncoso, sûr de son impunité sur le sol de cette république vacillante à ses yeux, revient sur le territoire français pour faire libérer son chauffeur. Sur instruction du Ministre Marx Dormoy, il est arrêté et transféré à Brest à la prison du Bouguen
L’affaire fait la une des journaux français mais aussi étrangers : certains estiment que l’affaire est une affaire strictement espagnole, d’autres que le péril fasciste se rapproche…
23 le procès

Orendain-Troncoso-Chaix -Serrat au sortir du procès
Orendain-Troncoso-Chaix -Serrat au sortir du procès

Les temps ont changé :Blum a cédé sa place à Daladier qui privilégie l’apaisement avec Franco, considéré comme le futur vainqueur de la guerre civile.En mars 1938, le procès en correctionnelle est vite bâclé. Aux 2 condamnés, il leur reste 3 jours de prison à purger … le temps de boucler les valises pour l’Espagne.
La succession rapprochée d’évènements graves en cette année 37 ( attentats ,assassinats ciblés, plasticage,..) ferait-elle partie d’un plan visant à la déstabilisation du pays par des éléments extrémistes nationaux et étrangers : la Sureté Nationale juge la situation préoccupante.

 

 

24 épilogue
submarino c_2le C2
Il quitte le quai de l’Arsenal de Brest (où il avait été finalement amarré) pour les Chantiers Navals de St Nazaire où il subit 2 sabotages ( machines et batteries)
Avaries partiellement réparées, le navire reprend la mer sous le commandement du capitaine de frégate soviétique Nicolai Pavlovich Equipko,(Juan Valdés) le 17 juin 1938 et arrive à Cartagène le 25 août 1938 .
le commandant Troncoso : élevé au grade de lieutenant-colonel pendant son incarcération , perdu pour l’espionnage,  il reprend le combat sur le sol espagnol et sera nommé en 1939  Président de la Fédération espagnole de Football , puis sera Vice Président du Real Madrid. Il poursuivra son ascension dans les milieux franquistes.

 

Livre : Nuit Française sur Brest, éditions Coop-Breiz, 2013

Réf : 01CY-Jmayo6