D’où venons-nous ? par M RIO

D’où venons-nous ?

Réflexions d’un soir de Noël.

 

S’il n’y avait rien, il n’y aurait personne pour le constater, mais il se trouve que nous sommes là, sur la Terre. Comment ? Pourquoi ? Les petits enfants ne cessent d’interpeller les grands avec des Pourquoi, mais ils ne sont pas exigeants sur les Parce que. Le moindre, le premier venu, peut faire l’affaire. D’où viennent les cadeaux ? c’est le Père Noël, qui est descendu par la cheminée, dans des millions de cheminées pour des millions d’enfants en même temps.
Avec l’age, des réalités s’imposent : on ne peut pas être è la fois ici et là bas (Allez voir là bas si j’y suis) . On ne peut pas être soi-même et un autre, et les bottes de sept lieues ne marchent pas, alors que les engins lancés dans l’espace vont beaucoup plus vite, mais à quel prix ! On ne fait pas un carrosse d’une citrouille d’un coup de baguette magique, et pour faire une voiture c’est beaucoup plus compliqué. Les enfants ne naissent pas dans les choux, et si les contrariétés qu’on rêve s’évaporent au réveil, celles qu’on rencontre éveillé sont autrement tenaces.
Mais pourquoi le Monde est là, avec nous, pas de réponse, c’est insupportable. Alors, quand on ne sait pas, on imagine, on invente. L’invention est invraisemblable ? qu’importe ; on ne peut rien prouver, ni pour ni contre ; alors on peut s’en contenter, on est soulagé, inutile d’en chercher une autre, c’est même souvent défendu.
La Terre est au centre du Monde, immobile puisqu’on ne la sent pas bouger. Est elle plate ou ronde ? Elle n’a que 6000 ans, car la mémoire des peuples ne remonte pas au delà, mais elle a été astucieusement créée, avec ses couches de sédiments et ses fossiles, pour nous faire croire qu’elle est beaucoup plus vieille, mais qui veut nous tromper ? Pourquoi ? La lumière des étoiles, qui met des millions, des milliards d’années pour nous parvenir ? Elle n’est jamais partie ; elle a été créée juste au bon moment pour nous faire illusion en nous atteignant.
Avons nous quelque parenté avec des animaux si proches de nous par leur forme, la disposition de leurs organes internes ou externes ? Ce ne sont que des machines sans âme, encore des apparences pour nous tromper.
Les connaissances acquises depuis peu grâce à des techniques nouvelles vont elles balayer des croyances vénérables ? Il n’en est rien, et combien s’en soucient vraiment ? Combien de grands enfants refusent de renoncer au Père Noël, à des dogmes qui ont réponse à tout, alors que les connaissances actuelles, chaque fois qu’elles progressent, voient de nouvelles questions se poser. Si l’on progresse, c’est avec des moyens de plus en plus puissants, mais c’est de plus en plus difficile. Nos ressources et notre temps sont de plus en plus limités
A-t-on conscience de la situation exceptionnelle qui est la notre ? La vie pourrait bien être un phénomène ordinaire dès que les bonnes conditions sont remplies : de l’eau liquide, des molécules banales et beaucoup de temps. Mais, sur des millions d’espèces terrestres, une seule , la notre, a évolué suffisamment pour se poser toutes ces questions et créer des moyens pour tâcher d’y répondre. Elle a fait beaucoup plus de progrès en quelques dizaines d’années que pendant les 200 000 ans de son existence, mais pour combien de temps encore ? Sommes nous conscients du caractère exceptionnel de notre situation ? Il existe des milliards de milliards d’étoiles avec leurs planètes sur lesquelles combien de civilisations sont parvenues à notre niveau ou au delà ? Si l’on en juge par notre propre aventure, les chances doivent être bien faibles, les distances et les durées telles que nous n’avons à peu près aucune chance de les connaître et de les rencontrer un jour.
Mais sur Terre, chez nous, qu’observe t-on ? Existe-t-il une entente générale pour vivre au mieux ? Sans doute, la plupart des nations se sont entendues depuis peu pour vivre en paix et collaborer, mais aussi que de fanatismes basés sur des croyances tenaces, chaque secte excluant toutes les autres comme infidèles, mécréants, schismatiques, indignes de vivre, condamnés à une expiation perpétuelle, et en attendant cibles d’attentats pour la bonne cause. Bien plus dangereuse que les conflits d’intérêts ou le désir de puissance qui peuvent se résoudre par des compromis, et même si elle ne concerne que des minorités, l’intolérance est peut-être le plus grave danger qui nous menace, et c’est là qu’il reste beaucoup de progrès à faire.
Mais, au fait, d’où venons nous donc ? Jusqu’à 13,7 milliards d’années, avec l’apparition de la matière, nous avons une histoire vraisemblable, mais au delà nous ne savons absolument rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.