La BnF (Bibliothèque Nationale de France)

La BnF  (Bibliothèque Nationale de France)

par Jacqueline SANSON, ancienne directrice

 

 

A) Des origines à nos jours  (de la bibliothèque du roi à la BnF)

La Bibliothèque Nationale est l’une des plus anciennes institutions culturelles françaises.
Charles V, roi de France au XIVème siècle aurait transmis sa collection de manuscrits à son fils Charles VI, collection  par la suite  dispersée.
La véritable date de création remonterait à Louis XI qui a transmis sa collection de livres à son fils Charles VIII et par la suite les rois de France ont eu à cœur de réunir leurs livres dans une Librairie particulière.

En 1537, le roi François 1er introduit par ordonnance, une injonction aux imprimeurs et aux libraires de déposer à la librairie du château de Blois tout livre imprimé mis en vente dans le royaume. Cette obligation, appelée dépôt légal, constitue une étape fondamentale pour la bibliothèque royale. Ramenée à Paris, dans la seconde moitié du XVIe siècle, elle traverse les guerres de religion.

La Bibliothèque connaît son véritable développement à partir de 1666 sous Colbert, qui a pour ambition d’en faire un instrument à la gloire de Louis XIV. Il l’installe dans le quartier qu’elle occupe encore en faisant transférer les collections royales qui ne pouvaient trouver place au Louvre. Il mène une politique d’accroissement des collections, achetant ou recevant en don un grand nombre de bibliothèques privées.

En quelques décennies, la Bibliothèque s’empare de la première place en Europe. L’abbé Bignon, nommé bibliothécaire du Roi en 1719, va donner à la bibliothèque un éclat sans précédent. Il l’organise en départements et poursuit l’œuvre de ses prédécesseurs en matière d’acquisition de documents, très soucieux de faire entrer tous les ouvrages importants de l’Europe savante. Il se préoccupe aussi de faciliter l’accès de la Bibliothèque, aux savants comme aux simples curieux.

A La Révolution française, le dépôt légal est supprimé pendant trois ans. Pourtant, la bibliothèque du Roi, devenue Nationale, enrichit considérablement ses fonds pendant cette période grâce aux confiscations pratiquées en France et à l’étranger : biens du clergé, bibliothèques des émigrés, collections particulières des princes… les bibliothèques privées de Louis XVI, de Marie-Antoinette.

Les confiscations révolutionnaires ne fait que rendre plus aigu le manque de place dont souffre alors la Bibliothèque. La première moitié du dix-neuvième siècle est une longue période de tâtonnements. En 1858, une commission conduite par Prosper Mérimée rédige un rapport sur les modifications à introduire dans l’organisation de la Bibliothèque impériale. Ses conclusions sont en partie reprises par Napoléon III qui confie à l’architecte Henri Labrouste( qui a donné son nom à la salle de travail des Livres imprimés (1868)) la reconstruction sur place d’une partie des bâtiments.

La réorganisation sera poursuivie par Léopold Delisle,qui,à partir de 1874, lance la réalisation du Catalogue général des livres imprimés dont la partie Auteurs ne sera terminée qu’en 1981. Une politique d’acquisitions de manuscrits d’écrivains est stimulée par le célèbre legs de Victor Hugo en 1881.

Au XXe siècle, la Bibliothèque ne cesse de s’agrandir :
– construction de trois annexes à Versailles (1934, 1954 et 1971)
– à Sablé en 1980
– à Provins en 1981
L’explosion de la production imprimée (12 414 ouvrages reçus au titre du dépôt légal en 1880 et 45 000 en 1993) pose un problème de taille.

Parallèlement,des outils informatiques et les progrès des télécommunications donnent de nouveaux moyens pour la gestion des collections,pour  leur repérage. pour la transmission des documents à distance ,conjuguée à la numérisation des textes et des images.

Le 14 juillet 1988, François Mitterrand  annonce « la construction et l’aménagement de l’une ou de la plus grande et la plus moderne bibliothèque du monde…devant couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission de données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d’autres bibliothèques européennes ».

En août 1989, le projet de l’architecte Dominique Perrault est retenu  pour une nouvelle construction  située en bordure de Seine dans le XIIIe arrondissement de Paris.

Le 20 décembre 1996, la bibliothèque d’étude du site François-Mitterrand s’ouvre.

Le 8 octobre 1998, l’ouverture de la bibliothèque de recherche scelle l’achèvement de ce grand projet.

B) Une espace toujours insuffisant

a) le Site Richelieu
Le site Richelieu, situé 58 rue de Richelieu, au cœur de Paris, est le berceau historique de la Bibliothèque nationale de France
Le quadrilatère actuel est limité par les rues de Richelieu, Colbert, Vivienne et des Petits-Champs. La Bibliothèque s’y est agrandie par vagues successives, du 18e siècle à nos jours.

De 1854 à 1875, Henri Labrouste va faire construire les espaces spécifiquement adaptés au fonctionnement de la bibliothèque et réaliser notamment une salle de travail, connue sous le nom de Salle Labrouste, ainsi que le magasin central des imprimés.
Puis de 1875 à 1932, Jean-Louis Pascal et Alfred Recoura, construiront et achèveront une nouvelle salle de travail : la Salle Ovale.
De 1932 à 1955, pour répondre à l’accroissement des collections des opérations de densification (creusement, comblement de cours, surélévation, …) seront menées par Michel Roux-Spitz.
Enfin, une salle de lecture sera créée en 1958 pour le département des Manuscrits, puis divers aménagements auront lieu jusqu’en 1977 pour tenter de trouver de la place pour l’ensemble des collections.

La rénovation du quadrilatère Richelieu, qui abrite aujourd’hui les collections spécialisées de la BnF (Arts du spectacle, Cartes et plans, Estampes et photographie, Manuscrits, Monnaies, médailles et antiques), devrait s’achever en 2020

En 2020, faute de place, quel nouvel emplacement ?

b) Le site François-Mitterrand

Ouvert au public en 1996, ses quatre grandes tours angulaires de 79 m de hauteur figurent symboliquement quatre livres ouverts

Nombre de documents: 30 millions dont 14 millions de livres.

 

  • 54 000 m² de salles de lecture
  • 57 000 m² de magasins
  • 400 km linéaires de rayonnages

 

Site de 7,5 hectares – Esplanade de 60 000 m² – Jardin de 12 000 m²

 

C) missions de la BNF

La Bibliothèque nationale de France est chargée :
– de rassembler le patrimoine documentaire national
– de le conserver
– de le fait connaître.

Les collections de la BnF :
– quatorze millions de livres et de revues,
– des manuscrits
– des estampes,
– des photographies,
– des cartes et plans,
– des partitions.
– des monnaies, médailles, documents sonores, vidéos, multimédia, décors, costumes

Ses espaces physiques sont fréquentés chaque année par plus d’un million de visiteurs.
Sa bibliothèque numérique, Gallica, permet de consulter gratuitement plus de trois millions de documents.

 

Réf : CY-J207V11

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *