Immunologie,mutations par M RIO André

Deux questions, une réponse

M André RIO
M André RIO


2 questions posées à M RIO :

  • à chaque attaque d’un organisme, on trouve normale la réaction de défense de celui qui est attaqué; existe-t-il une explication scientifique à ce phénomène?
  • mutation du papillon blanc en papillon noir ?

La méthode expérimentale confronte en permanence hypothèses et observations. Elle repose sur des faits observables et reproductibles, ce qui exclut toute interprétation mythique invérifiable qui équivaut à un refus de comprendre et de progresser. Son bilan justifie largement cette attitude : on lui doit tous les acquis des sciences et des techniques. Elle ne prétend pas tout expliquer tout de suite, mais le plus souvent elle finit par y parvenir.

La première question posée concerne l’immunologie. Dans le détail, c’est très compliqué, mais on peut en retenir l’essentiel : La sélection naturelle, qui opère par mutations aléatoires, a mis au point des mécanismes qui permettent à chaque espèce de se défendre contre les infections bactériennes ou virales. Chez l’Homme par exemple, un certain nombre de cellules spécialisées circulent dans le sang : leucocytes, cellules tueuses, macrophages…Elles reconnaissent la présence d’envahisseurs étrangers et agissent pour les neutraliser en les bloquant ou en les détruisant. Les vaccins ont pour effet de stimuler cette défense. Tous ces mécanismes reposent sur des interactions entre molécules et les contacts spécifiques qui leur permettent de s’emboîter comme une clé dans une serrure.

A chaque invasion, des cellules spécialisées synthétisent un grand nombre de molécules diverses, ce qui permet statistiquement d’en former qui soient capables de neutraliser l’agent étranger, mais une cellule vivante ne fonctionne pas avec la rigueur d’une horloge, et si le rôle de l’ADN est fondamental il n’explique pas tout. Imprévisible dans les détails , leur fonctionnement statistique global permet aux cellules de se maintenir en vie. Si la défense est quand même débordée, le patient tombe malade, mais s’il survit il garde en mémoire la structure moléculaire capable de le défendre et se trouve le plus souvent immunisé contre une nouvelle attaque

La deuxième question permet une réponse beaucoup plus simple : Les papillons anglais en question ont de tout temps comporté deux variétés d’une même espèce, l’une claire, l’autre sombre. Dans un milieu clair, les papillons sombres étaient facilement repérés par leurs prédateurs ; ils étaient donc très minoritaires. Quand l’industrialisation a assombri le milieu , les troncs d’arbres noircis par la suie, c’est la variété claire qui s’est trouvé défavorisée, sans être totalement éliminée, et la variété sombre a pu prospérer. La situation est réversible : un milieu redevenu plus clair entraîne la prolifération de la variété claire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *