la migration des anguilles par Philippe Sebert

Source : Le Télégramme

La migration des anguilles

par Philippe Sébert . spécialiste en Physiologie Comparée,

La migration des anguilles pose des problèmes de taille(s). L’intervention se propose de faire découvrir la démarche scientifique simplifiée qui tente de retracer cette migration.

A – GENERALITES SUR L’ANGUILLE

a1 ANGUILLA
Source : syndicats des ETANGS CREUSOIS

Ce poisson a connu une évolution de 40 millions d’années et est l’objet de spéculations depuis plus de 2 millénaires.
Particularité : il est recouvert d’un épais mucus et ne possède qu’une seule nageoire.
L’anguille d’Europe (Anguilla anguilla) est une espèce de poisson appartenant à la famille des Anguillidés, mesurant autour de 45cm pour les mâles et de 60cm à 150 cm pour les femelles. C’est  un migrateur amphihalin , thalassotoque et catadrome.

En Polynésie française, l’anguille est très étroitement liée à l’ homme dans la mythologie
et le folklore, au point d’être considérée non pas comme une ressource alimentaire, mais bien comme un trésor culturel. ( cf légende du cocotier/légende de Tahiti)

Sur la vingtaine de sous-espèces recensées, quatre principales se distinguent :
-Anguilla rostrata
-Anguilla anguilla
-Anguilla japonica
-Anguilla australis
L’intérêt pour l’anguille s’est fortement accru depuis les années 1990 marquées par un déclin prononcé de la population d’anguille ( vers une extinction de l’espèce?)

a 2 Cycle de vie de l’anguilla anguilla
Source : webseille
a3  quelques données économiques

La production française d’anguilles est composée de pêche de civelles en zones estuariennes (façade Atlantique, 34 tonnes en 2013) et de pêche d’anguilles jaunes et argentées en rivières, lagunes et zones estuariennes (Atlantique et Méditerranée, 1 300 tonnes en 2012). Elle est le fait de 650 professionnels dotés chacun d’une licence ou d’un droit de pêche. Les civelles sont vendues à l’export en quasi totalité, à destination de trois marchés :
•La consommation humaine directe (Espagne essentiellement).
•La mise en élevage (Pays-Bas, Danemark, Allemagne essentiellement, mais aussi Espagne, Grèce, Italie).
•Le relâcher en zones semi-fermées ou fermées (France, Europe du Nord et de l’Est,
essentiellement) à des fins de repeuplement ou d’ensemencement pour capture
ultérieure après grossissement.
La part des productions françaises dans le total européen est passée de 80 % dans les années 2000 à 65 % en 2013).

Un déclin : les stocks en 2004 sont estimés à 10% des stocks de 1990 ; plusieurs raisons sont invoquées pour l’expliquer :
-braconnage des alevins
-pollution
-pêche illégale
-obstacles aux migrations
-mauvaise qualité des reproducteurs (pesticides)
Le prix moyen des civelles en 1998 : 124€/kg, en 2008 : 320€/kg

La Chine et le Japon sont les plus importants consommateurs d’anguilles au monde. En 2012 au Japon, 56 000 tonnes d’anguilles ont été consommées .

Europe : L’évolution négative de la ressource a conduit l’UE à adopter un règlement (1100/2007) qui – sans les interdire – réglemente et oriente la pêche vers une restauration de la ressource, tout en appelant à s’attaquer aussi aux autres causes de la diminution des stocks .

B – MIGRATION DES ANGUILLES : réalité ou fiction

Jusqu’à ce jour, les scientifiques ne détiennent aucune preuve de cette migration vers la mer des Sargasses  : les anguilles partent, les alevins arrivent mais jamais une anguille n’a été pêchée en mer !

b1 Les arguments pour cette migration
source :pecheurdumorin..fr

-le cycle  des départs d’Europe des anguilles argentées et le prélèvement de leptocéphales en Atlantique
-les travaux de Schmidt en 1922 qui par des prélèvements de leptocéphales (positionnement des plus petits aux plus grands) démontraient qu’ils étaient en provenance de la Mer des Sargasses
-le trajet des balises greffées sur les anguilles sur le départ menait dans cette direction
-Dans le Pacifique,les recherches océanographiques approfondies menées ces dernières années par des spécialistes comme le professeur K. Tsukamoto Aoyama ont permis de localiser les aires de reproduction de l’anguille japonaise sur un mont sous-marin situé à l’extrémité sud de la fosse des Mariannes (donc migration mais sur un trajet de 1500 à 2000 km)

b2 Les conditions de la migration

Les anguilles argentées pour effectuer cette migration changent totalement de milieu et de conditions de vie :
eau douce/eau salée, pression atmosphérique/pression 40 fois supérieure / température clémente/température froide, sédentarité/trajet de 6000km, alimentation/jeûne, dépenses énergétiques faibles/dépenses énergétique fortes pour trajet et reproduction.

Les diverses observations et expérimentations scientifiques ont démontré :
-une métamorphose d’une durée d’un mois de l’anguille jaune en anguille argentée modifiant son physique (croissance de la nageoire, atrophie du système digestif, adaptation de son système à l’eau salée…) et la rendant  apte à faire ces 6000km
-un échelonnement des départs entre mâles/femelles, un positionnement aval des mâles dans les cours d’eau, une vitesse supérieure par rapport à leur longueur corporelle des mâles, une aptitude à la nage en profondeur, une réserve en graisse permettant d’effectuer à jeun et le trajet et la reproduction
 Donc cette migration de 6 à 10 mois est  possible tout en respectant le calendrier de reproduction.

in : sciencesetavenir.fr

Mais l’anguille n’a pas encore livré tous ses mystères (ex: réversibilité de la métamorphose adulte, les raisons de la débauche d’énergie que représente un trajet de 6000km pour la reproduction, le signal déclenchant le départ simultané de la migration… ), loin s’en faut…

Réf : CY-J2017III30

 

One thought to “la migration des anguilles par Philippe Sebert”

  1. bonjour merci pour cet article mais la question qui se pose c’est l’intérêt de cette migration , pouvez vous m’indiquer pourquoi ce poisson migre ? et merci

Les commentaires sont clos.