L’électrification des campagnes bretonnes par Jérôme Lucas

Jérôme LUCAS – auteur

L’électrification des campagnes bretonnes

Conférence animée  par Jérôme Lucas, « passeur de mémoire »

La collecte de témoignages auprès d’une centaine de personnes âgées se souvenant des débuts de l’électricité dans les campagnes bretonnes et les recherches effectuées dans les archives départementales, permettent de découvrir le défi relevé en Bretagne de 1920 à 1960 et de comprendre le changement radical du quotidien des habitants suite à l’électrification de leur maison, de leur village qui fut l’un des bouleversements majeurs de leur vie.

1 Un défi à relever

Les départements de l’Ouest, et plus particulièrement ceux de la Bretagne, furent les plus difficiles à électrifier. Les raisons en sont nombreuses : une population très dispersée et répartie sur toute la commune, de petites exploitations qui pratiquent la polyculture et l’élevage, des bâtiments agricoles et des fermes de taille modeste, un grand nombre d’exploitations affermées et morcelées, un obstacle physique sérieux à l’établissement des lignes de distribution dû aux nombreux talus plantés d’arbres et de haies et surtout une absence presque totale de grandes centrales hydroélectriques ou thermiques, absence de grands besoins industriels.

2 Comment vivait-on sans électricité dans le monde rural ?

Sans grande évolution depuis le Moyen Âge, l’habitation est constituée d’une pièce, chauffée par la cheminée, éclairée par une lampe à pétrole ou au carbure, dépourvue de point d’eau. L’eau était extraite d’un puits, le linge lavé au lavoir, la toilette corporelle a minima. La force des bras était l’unique source d’énergie pour baratter, pour hacher le jonc…La garde des troupeaux était confiée aux enfants ou aux anciens.
Les informations demandaient un passage par le bourg ou le bistrot (pas de journaux dans les campagnes)

3 Les balbutiements de l’électrification en Bretagne

En 1881 s’est tenue à Paris la première exposition internationale de l’électricité. Parmi les nouveautés le téléphone mais surtout les premières génératrices électriques alimentant les premiers moteurs comme celui du premier tramway ayant circulé à Paris ou encore les premières lampes à incandescence, en particulier celles de Thomas Edison.
Vers 1860, l’éclairage public dans les villes françaises était assuré par le gaz. L’arrivée de l’éclairage électrique à la fin du siècle a d’abord été vécu comme une rude concurrence par les compagnies délivrant le gaz d’éclairage. Les plus performantes n’ont pas tardé à s’adapter en devenant fournisseurs d’électricité, les autres freinant l’ arrivée de la nouvelle source d’énergie avant de péricliter.
 

(En 1893 la compagnie Lebon, créée en 1847 procède à un essai d’éclairage électrique en Espagne. Essai concluant et la compagnie propose l’électricité là où elle exploite le gaz. A Morlaix,où elle distribue le gaz depuis 1857 elle fournira l’électricité à partir de 1902. La distribution électrique en courant continu est alimentée par des moteurs à gaz et une batterie d’accumulateurs. Le courant alternatif suivra en 1924.)

4 Construction des 1ères usines électriques fin 19e

En 1887, la ville de Chateaulin sera la première cité finistérienne (la troisième en France) à s’éclairer aux ampoules électriques en utilisant une force jusque-là perdue, la chute d’eau de l’écluse de Coatigrac’h,

Les villes de St Brieuc, de Lorient(1894), de Brest (la centrale de Poullic Al Lor. De la Compagnie d’électricité de Brest et extensions) suivront ainsi que d’ autres grandes villes bretonnes.
Pour cause de contrats de 50 ans avec l’usine à gaz, le centre de Landerneau ne sera desservi en électricité qu’en 1925 et les quartiers périphériques attendront 1945.
A partir de gaz pauvre, les usines fournissent soit un courant continu soit un courant alternatif.

 Des « ingénieurs » bricoleurs créent leurs petites centrales
Dans les villes de taille plus modeste , voire dans des bourgades, des initiatives menées par des bricoleurs ingénieux mettent en place des générateurs alimentant sommairement l’éclairage public et/ou quelques habitations (Ex Le Faouet, St Aignan, Plouguenast)

5 Le plan d’électrification des années 1920

Le programme de l’électrification rurale de la France a été réalisé en grande partie entre 1920 et 1938.
La Première Guerre mondiale a élargi les domaines d’application de l’énergie électrique en ouvrant les yeux à un grand nombre de paysans, notamment aux plus jeunes : prisonniers de guerre en Allemagne, sur le front dans l’Est de la France, ils ont entrevu le progrès apporté par la « fée mystérieuse »
Ils seront d’un appui précieux pour les politiques comme Yves Le Troquer, Ministre des Travaux Publics, trégorrois d’origine qui voudront moderniser les campagnes bretonnes afin de freiner l’exode rural.
La période 1919-1939 constitue les années charnières où l’État et les collectivités publiques jouent pleinement leur rôle de propagandiste et de financier et voudront utiliser au mieux l’énergie de la péninsule : l’eau.

Intervention de l’Etat : étude gratuite des projets par l’intermédiaire du Service du Génie Rural , subventions et avances à taux réduits.
L’électrification passera par les syndicats intercommunaux à l’échelle du canton qui se regrouperont à partir de 1937 en syndicats départementaux pour pouvoir discuter à pied d’égalité avec les industriels du secteur.

6 À la recherche de nouvelles productions électriques (Guerlédan…)

Les côtes bretonnes sont électrifiées grâce à de petites centrales thermiques mais pas le pays du Centre-Bretagne Pour permettre le développement de la zone intérieure
L’aménagement hydroélectrique de Guerlédan se construit entre 1923 et 1930. Il a d’abord fait l’objet d’une concession accordée à la Société Générale d’Entreprises en 1923, qui a été rapidement transférée à sa filiale : la.UHEA .
L’aménagement hydroélectrique de Guerlédan est situé sur le fleuve du Blavet, à la frontière des départements du Morbihan et des Côtes d’Armor.(le projet initial prévoyait la construction d’une échelle d’écluses(ascenseur à péniches) en parallèle au barrage afin de maintenir le trafic fluvial sur le canal de Nantes à Brest. )

7 Première phase d’électrification des années 1930

Parallèlement à l’aménagement de Guerlédan, l’UHEA (Union Hydroélectrique Armoricaine) , constituée en 1923 avec le concours financier de l’Etat, des départements des Côtes d’Armor et du Morbihan et de la ville de Lorient, se préoccupe de l’absorption de l’énergie produite : elle construit un maillage de lignes de 45 000 Volts permettant l’interconnexion des réseaux
Entre 1920 et 1940, les petites entreprises disparaissent ou sont absorbées par les 2 compagnies qui à la veille de la 2nde WW dominent le marché de la distribution d’électricité en Bretagne : la Compagnie Lebon et l’E.I. (Energie Industrielle). EN 1940, 80% de la population du Morbihan a accès à l’électricité.

8 Implantations des lignes

 La ligne droite est privilégiée dans la mesure du possible.

9 Les résistances, la peur de l’électricité

l’électrification rurale se heurte à une forte résistance des populations rurales qui demeurent traditionalistes. Cette résistance (crainte du feu, perturbation des animaux, coût de l’électricité et de son installation) s’atténue progressivement les bienfaits que pourrait apporter l’électrification sur leur vie de tous les jours : éclairage et force motrice l’emportent finalement..
Certaines communes refusent toutefois son installation dans les années 20, n’y voyant pas d’intérêt.

10 L’électricité sous l’Occupation allemande

L’occupation allemande fera regretter ces refus : la pénurie de charbon, de pétrole pendant cette période se traduira par un appel au système D : branchement sauvage sur lignes existantes, etc.
Les réseaux électriques bretons souffriront également de pénuries(priorité à l’armée allemande), pannes, sabotages et bombardement par les forces alliées.

11 Dernière phase d’électrification 1950- 1960

En 1919, sur les 38 014 communes que compte la France métropolitaine, 7 500 seulement sont raccordées à l’électricité, soit environ 20 %, celles-ci comprenant d’ailleurs toutes les villes.
Au 1er janvier 1941, 36 899 communes, soit 97 % de la population, sont desservies
En Bretagne toutefois, près de la moitié des logements ruraux n’ont pas encore accès à l’électricité.

Afficher l'image d'origine

 

ampoule centenaire

De 1948 au milieu des années 1960 (1964 pour la Bretagne)s’achève, avec Électricité de France (EDF) créée en 1946, l’œuvre entreprise sous le signe de l’équité territoriale par la péréquation des prix et tarifs.
Les syndicats d’électrification en Bretagne se démènent pour réaliser les programmes prévus ; parfois même des extensions hors programmes sont réalisées.
Des électriciens « formés sur le tas » assurent les installations chez l’habitant.
Des entreprises s’implantent dans la région pour construire des poteaux et ceci à proximité des gares, pour poser ces mêmes poteaux. Les communes sont subdivisées en quartier d’environ 30 foyers pour être doté d’un poste de transformation.

12 Le soulagement, l’émerveillement des habitants

Le monde rural entre de plain pied dans la modernité : l’égalité entre citoyens(citadins/ruraux) est retrouvée.
L’électricité permet un autre regard sur son environnement,son propre habitat qui sort de la pénombre, une ouverture sur le monde ( le poste : la TSF) (,avec toutefois la crainte du montant de la facture…)

13 Les évolutions permises grâce à l’électricité

. les appareils pour les tâches ménagères (fer à repasser, machine à laver…)
. les moteurs pour les opérations de battage, …
. l’eau courante…
. le gardiennage des troupeaux

L’électrification, avec les grands aménagements d’après guerre ( réseau routier, téléphonie…) participera à la modernisation à marche forcée de l’agriculture, tout en faisant disparaître il est vrai quelques anciens métiers ( ex : fabricants de bougie). Comment imaginer le présent sans l’électricité ? Impensable. Economiser l’énergie comme faisaient les 1ers utilisateurs ? Peut-être judicieux ?

  • – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Réf : CY-J2017OI12

One thought to “L’électrification des campagnes bretonnes par Jérôme Lucas”

  1. Bonjour je recherche une date d’électrification de la campagne entre Loyat et Campénéac ( Morbihan) plus précisément dans le village  » Le pont aux moines ».
    J’ai des souvenirs diffus de l’arrivée de l’électricité dans les années 1952, 1953
    Pouvez m’aider dans cette requête ou m’indiquer la référence d’un ouvrage traitant de ce sujet
    Je vous remercie par avance
    Cordialement
    André Duroc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.