BRETAGNE connectée par Gwenegan BUI

gwenegan-bui
Gwenegan BUI – Conseiller Régional – Membre de la Commission Champsaur

BRETAGNE connectée

par Gwenegan BUI

La Bretagne s’est engagée dans un plan de développement du « très haut débit » sur une quinzaine d’années mobilisant d’importantes ressources financières. Pourquoi ce plan ?

1) Une demande croissante

(la notion de très haut débit désigne aujourd’hui un débit supérieur à 30 Mégabits par seconde ; cette frontière va rapidement évoluer vers le seuil de 100 Mbit/s, et probablement beaucoup plus d’ici 2030)

78 % des Bretons de 15 ans et plus sont considérés comme internautes : ils se connectent à Internet au moins une fois par mois. Parmi eux, 81 % se connectent quotidiennement.

Close-up of fiber optic cables
Close-up of fiber optic cables

a) innovation technologique et évolution des équipements : accélération

S’il a fallu 80 ans pour que 50% de la population française soit équipée d’automobiles, 70 ans pour le déploiement de la téléphonie filaire sur l’ensemble du territoire, 50 ans pour l’électricité, il n’a fallu que 20 ans pour que l’usage d’Internet se généralise.

b) l’équipement des ménages en Bretagne

                                  2012        2014
-téléphonie mobile  86%        92%
-ordinateurs            80%       83%
-usage internet       79%        83%

c) segmentation de l’utilisation d’Internet

c1 pour les ménages
-communication ( mail, skype…)
-information (drive,….)
-démarche administratives
-achats, ventes
c2 pour les entreprises
      évolution                                           2008     2015
-Site Web                                                  53%       78% ( communication )
-traçabilité produits                                57%       74% (logistique)
-Certificat électronique                          37% env 50% (sécurisation des transactions)
La marge de progression est encore importante au niveau des entreprises

d) évolution prévisible des équipements des ménages

En moyenne , en 2015 un ménage possède 6 écrans connectés , soit 2 à 3 téléviseurs, 1 smartphone, 1 tablette, 1 console de jeux ; en 2008 ce nombre passera à 9 écrans ; en 2022 12 écrans connectés .
Car la domotique va se généraliser , le prix d’équipement pour un pavillon étant déjà descendu à 2500 € contre 10 000€ il y a 5 ans.

Cette évolution aura un impact :
-sur l’emploi existant (ex mail / poste , drive/Grande Distribution…)
-sur le quotidien des citoyens dans des domaines divers (sécurisation des sites, contrôle énergétique des habitations, santé, éducation)
-dans l’industrie ( contrôle de la production, automobile connectée, visioconférence,….fibre_interieur)

Cette demande en forte croissance nécessite une augmentation des débits sur les réseaux ( débit descendant mais aussi débit ascendant)

2) le Très Haut Débit en Bretagne (THDB)

a) Inventaire des technologies existantes

– le satellite ( onde faible et partage des informations)
– Wi Max dans les années 2000 par onde téléphonique (signal dégradé)
– ADSL cable cuivre ( limitation à 250Mega)
– fibre optique (sans limitation en flux ascendant et descendant)

Si le temps de chargement d’un site prend 20 sec. par ADSL, il se réduit à 0.2sec par fibre optique.

schemab) équipements à réaliser en Bretagne pour la fibre optique

-connexions entre centres répartiteurs et centres sous-répartiteurs
-connexions entre centres sous-répartiteurs et usagers

c) le plan France du très haut débit

Le plan France très haut débit (THD) qui entend apporter le très haut débit à l’ensemble de la population française d’ici 2022, dont 80% en technologie FTTH (fibre à domicile) comprend la couverture des zones denses et moyennement denses (soit 57% des foyers) par les opérateurs  ; les collectivités se chargent, à partir de réseaux d’initiative publique (RIP), de couvrir les 43% restant. Le budget pour créer la future infrastructure de communications électroniques a été estimé à 20 milliards d’euros dont 6 à 7 seront supportés par les opérateurs et plus de 13 par les collectivités appelées à recevoir environ 3 milliards d’aides.

d)aménagement du territoire breton : initiative privée & initiative publique

En Bretagne, les opérateurs privés se sont engagés à déployer des réseaux de fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH) dans certaines villes et agglomérations l’initiative privée concerne 10% du territoire et 40% de la population : les territoires autour de Brest, Concarneau, Douarnenez, Fougères, Guingamp, Lannion, Lorient, Morlaix, Quimper, Rennes, Saint Brieuc, Saint-Malo, Vannes et Vitré.
Quid des 90% du territoire breton restant et de 60% de la population restante ?

e)la démarche publique bretonne

La Région a créé un syndicat mixte MEGALIS associant toutes les collectivités locales. Celles-ci regroupent toutes les tendances politiques afin qu’en cas d’alternance le projet soit mené à son terme.
canvase1 2 projets :
-couverture à 80% : coût 950 Millions €
-couverture à 100 % : coût 2,1 Milliards €
La couverture à 100% du territoire breton a été retenu.
e2 les raisons du choix
– L’économie de la Bretagne repose sur 3 fondamentaux :
.l’agro-alimentaire
.l’industrie automobile
.les TIC (Technologies de l’information et de la communication )
Ces 3 secteurs sont confrontés à une concurrence internationale exacerbée ,en provenance du monde asiatique pour les 2 dernières.
Le Japon par exemple a décidé de passer à la fibre optique à 100%, considérant que ce passage est un avantage compétitif de rupture.
Ne pas investir dans la fibre optique en Bretagne équivaudrait à terme à sortir la région des circuits commerciaux.

– le choix du 100% s’explique aussi la volonté de ne pas accélérer la désertification des zones non desservies (délocalisation régionale des entreprises par ex.)

La Bretagne est la seule région en Europe à avoir fait ce choix de 100%( l’Europe curieusement n’ayant pas cru devoir adopter une politique globale en ce domaine.)

f) le financement retenu

f1 le coût moyen  par prise installée
Ce coût est estimé à 2000 €;
Ce coût varie en fonction de la zone : de 800€ à 4000 €
f2 un financement forfaitisé au niveau breton
. 445 € à charge de l’EPCI local ( établissement public de coopération intercommunale)
. 1555 € par MEGALIS

INITIATIVE PUBLIQUE
INITIATIVE PUBLIQUE

g) axes de la politique de déploiement

  • géographique
    . priorité aux villes moyennes bretonnes (Carhaix, Loudéac, Redon, Lamballe,…) « fibrée » au même rythme que les villes équipées par le secteur privé ( horizon 2018)
    . une prise installée en milieu urbain = 1 prise installée en secteur rural
    . « boostage » des zones très mal desservies comme Guimaëc (inconvénient : elles attendront la fibre optique…)
  • dans le temps
    La Phase 1 prévoit
    ,entre 2014 et 2016 le déploiement de la fibre optique jusqu’à l’abonné pour environ 70 000 locaux (foyers, entreprises et services publics) situés dans 4 villes moyennes (Auray, Carhaix-Plouguer, Lamballe et Redon et l’équivalent en nombre de lignes dans 28 zones rurales –
    ,entre 2014 et 2018 le déploiement de la fibre optique pour environ 240 000 locaux (foyers, entreprises et services publics) situés dans 13 villes moyennes (Auray, Carhaix-Plouguer, Châteaulin, Dinan, Dinard, Lamballe, Landerneau, Loudéac, Paimpol, Ploërmel, Pontivy, Quimperlé et Redon ) et l’équivalent en nombre de lignes en zone rurale

Phase 2 : 2019/2023     400 000 prises
Phase 3 : 2024-2030     627 000 prises
Ce phasage était nécessaire pour les raisons suivantes :
– phase d’apprentissage pour les entreprises qui installent la fibre avant la montée en puissance
– déficit de personnel qualifié
– obtention des financements
– un recensement ajusté des besoins en tenant compte du développement futur ( projet de constructions, etc)
– des difficultés imprévues ( élagage pour les réseaux aériens, passage enterré dans les propriétés privées)

-la complexité des réseaux sur le territoire

h) décision d’équipement

Cette décision de déploiement  appartient à le l’EPCI local (c-à-d l’intercommunalité)

i) équipement de la zone de Morlaix

. Morlaix est en cours d’équipement avec boostage en zones périphériques
. Lanmeur équipement en raison de l’Hôpital
. la zone côtière léonarde pas de demande hors boostage
. zone landivisienne : en demande d’équipement

j) coût pour l’usager

. proposition commerciale particulier : 49,99€/mois
. pour entreprise : 400€/mois (tarif aménagé)

k) opportunité d’emploi

Ce chantier va s’étaler sur 15 ans : les entreprises de génie civil comme Vinci sont à la recherche de personnel local qualifié ( formations existantes de 6 mois)

En conclusion

Au delà des difficultés techniques et technologiques, au-delà de la gestion de l’impatience de certains usagers en attente de desserte , la prolifération des appareils (interconnectés en temps réel) d’évaluation et d’auto-contrôle des individus et de leurs activités conduit insidieusement mais inexorablement aux portes d’une société « orwellienne » . Véritable défi que devra affronter la société de demain, non la société d’aujourd’hui..

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Nota : la zone de Langolvas en sous-équipement actuellement devrait bientôt voir arriver la fibre… : une entreprise a quitté la zone récemment en raison de l’insuffisance de réseau (NDR)

 

Réf :CY-JXI27

cr-bretagne-connectee-gwenegan-bui2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.