« Sacré bonhomme » de Marcel Mescam

Sacré bonhomme

de Marcel Mescam

Mars 2016

Les machines farfelues ou Illustre inconnu. Tels sont les thèmes proposés par l’atelier d’écriture. Je ne peux pas dire que cela me satisfait, comme souvent, ça ne m’inspire pas immédiatement. Quel choix vais-je faire ? Je ne vais tout de même pas chercher un autre sujet dans la liste des autres propositions, « un peu de réflexion Marcel, tu as tout ton temps pour rendre ta copie ». Cependant la page blanche me désespère, et mes nuits sont perturbées par la recherche d’idées. Je sais que cela peut durer plusieurs jours, jusqu’à ce que la lumière se fasse.

Enfin, c’est tout à fait par hasard, à la lecture d’un article dans le magazine Notre Temps, que je découvre ce qui peut m’intéresser. – Ça y est, je tiens mon fil conducteur ! –  Je vais donc relater brièvement la vie de Ray Tomlinson, qui, jusqu’à ce jour, était pour moi, un illustre inconnu. J’ignorais son existence, et il vient de mourir le 5 mars 2016 à l’âge de 74 ans.

Cet américain nous laisse en héritage un nouveau mode de communication devenu universel. Il est l’inventeur de l’e-mail. C’est lui qui a écrit le premier message électronique en 1971. Il a révolutionné le monde dans la façon de communiquer. Il avait tout simplement conçu le programme permettant d’envoyer un message d’un ordinateur à un autre, alors qu’il travaillait sur Arpanet, le réseau réservé aux chercheurs et aux militaires qui allait plus tard donner naissance à Internet. C’est lui aussi qui avait eu l’idée d’utiliser le caractère @– l’arobase– pour séparer l’identité de la personne du réseau auquel elle se rattache.

Je découvre avec plaisir ce sacré bonhomme qui disait : « Ne croyez pas tout ce que vous lisez sur le web. Rappelez-vous, il y a des humains derrière ces pages, et les humains font des fautes ». – Prévenait-il –.

Et il expliquait : « Le premier e-mail a été envoyé entre deux machines qui se trouvaient l’une à côté de l’autre, connectées via Arpanet. Je me suis envoyé un certain nombre de messages de test d’une machine à l’autre. Le premier était tout à fait oubliable, et je l’ai oublié ». – Moi Je n’oublie pas qu’il était chercheur, et que ces derniers ne notent pas toujours tout -.

Il poursuit : « Très probablement c’était un truc comme QWERTYUIOP ou quelque chose comme ça ». En référence à la première rangée de lettres du clavier en langue anglaise. « Une fois que j’ai été satisfait du fonctionnement du programme, je me suis adressé aux autres développeurs pour leur expliquer comment envoyer un message sur le réseau ».

Et il soulignait : « Le premier usage de l’e-mail a été d’annoncer sa propre existence ».

Je ne connaissais pas cet homme, maintenant disparu, mais pour moi il ne sera plus un illustre inconnu.

photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.