le Jazz ; des origines au be-bop (de 1890 à 1945)

Petite histoire illustrée du JAZZ -Des origines au be-bop (1890 – 1945)guillaume-kosmicki

par Guillaume Kosmicki, musicologue.

150 ans nous séparent des balbutiements du jazz, premier genre musical qui nous est parvenu dans son intégralité par le biais des enregistrements (inventions d’Edison et de Berliner). Le jazz est le mouvement musical majeur  du XXème siècle : il est un métissage réussi entre les différents types de musique (musiques africaines / musiques occidentales). Il influencera d’autres courants musicaux : rock, disco…
Le terme Jazz viendrait de Jass , terme argotique américain.
Il évoluera dans le temps : folk music ,   pop music, puis art music

1 – TRAITS CARACTERISTIQUES DU JAZZ

a) un son très particulier dès ses origines
Une utilisation d’instruments très sonores, comme la trompette, le trombone à coulisse, le piano, la batterie(nouveauté)
b)  Hot-intonation : il s’agit des “dirty tones” (notes sales), chargées d’émotion, employées aussi bien par la voix que les instruments, avec glissés, vibrato, soupirs, silences, bruissements, etc. les instruments imitant la voix chantée.
c) utilisation de blue notes
adaptation des gammes africaines ( sur la 3ème,5ème et 7 ème)
d) rythme décalé
accentuation sur le 2nd et 4ème temps/ jeu sur le contre-temps – syncopé
e) improvisation omniprésente
f) polyphonie
g) Principe du “call-and-response” : alternance, suivant le modèle africain, d’appels d’un chanteur et de réponses  du chœur, qui se chevauchent souvent (parfois avec des textes différents), réponse du piano, du trombone, etc.

2)- LES RACINES DU JAZZ

-BasinStreetDowntheLineNew Orleans (et plus particulièrement son quartier de Storyville)a été le berceau de cette musique : carrefour de toutes les musiques de l’époque
21 -l’influence afro-américaine
a) Work Song
Ces chants qui cadencent le travail dans les champs de coton sont une reprise des chants importés d’Afrique

b)Negro Spiritual/ Gospel
esclavage usLes esclaves ont été christianisés et ont puisé dans l’Ancien Testament certains thèmes comme l’exode : utilisation du « call and response)
En sera issu au XXème siècle le Gospel plus « arrangé »

c) le Blues
ce genre musical, expression de la tristesse est également pratiqué dans les champs de coton. Au départ il se joue sans instrument Il nourrira le jazz.
En 1870, quelques années après la Civil War, quand les noirs affranchis pourront se permettre d’acheter quelques instruments de musique, le banjo et la guitare viendront enrichir cette musique d’une grande liberté d’interprétation : la Blue grass sur un phrasé A, A’, B *

En sortira le Blues plus urbain avec sa grille caractéristiques: la Twelve Bars qui sera souvent reprise dans le Jazz

22- Contacts musicaux entre noirs et blancs
a)Minstrel shows
Ces spectacles organisés par les blancs entrainent sur le long terme une émulation entre musiciens blancs et noirs qui feront évoluer leur musique .
b) les orchestres fanfares de l’armée ou des cérémonies religieuses
Ces marching bands enchainent des musiques funèbres et des musiques gaies

  réf victor military band
c) le Ragtime, considéré comme l’ancêtre du jazz par certains
Un musique jouée sur un piano dans un salon ou par un orchestre .
Particularité :au piano la main gauche donne le rythme ( basse régulière);la main droite est toute à la fantaisie pour la mélodie en contre-temps
Ex : scott joplin

3 – le JAZZ (traditionnal Jazz)

a) période New Orleans ( 1890 – 1925)

Le Jazz apparaît donc à La Nouvelle-Orléans avec les formations orchestrales des « brass bands », mélange de marches militaires revisitées par les noirs américains et les créoles, qui privilégie l’expression collective.
Le premier enregistrement de jazz est réalisé par l’Original Dixieland Jass Band,en mars 1917,naissance officielle du jazz.

Louis Armstrong
Louis Armstrong

L’apparition des phonographes permet la diffusion de cette nouvelle musique, avant la généralisation du phonographe, de nombreux morceaux ayant à l’époque déjà été enregistrés au piano mécanique
Très rapidement Kid Ory, Sidney Bechet et surtout Louis Armstrong s’imposent comme les grands solistes des formations Nouvelle-Orléans caractérisées par l’improvisation collective sur le schéma instrumental trompette, trombone, clarinette.

 

 

b)période Chicago / le swing

-Chicago (1925/1930)
En 1917, après la fermeture du quartier de Storyville à la Nouvelle-Orléans, beaucoup de musiciens pour gagner leur vie gagnent Chicago, où Noirs et Blancs jouent ensemble. Le style Chicago, marqué par la “hot-intonation” est illustré par des virtuoses comme King Oliver, Louis Armstrong, Jelly Roll Morton.
Formations les plus célèbres : King Oliver’s Creole jazz Band, avec L. Armtrong (1923) ; L. Armstrong and his Hot Five (1925) et Hot Seven (1927) ; Jelly Roll Morton’s red Hot peppers (1926).

Le Jazz est la bande-son de ces années de prohibition

Réf :  king oliver’s band

-Swing (1930-40)
La petite formation de soliste se développe en “big band” à New York qui devient la capitale du Swing. L’ancienne section mélodique est subdivisée : le pupitre des cuivres , le saxo en famille instrumentale avec la clarinette , les deux groupes ayant un chef de pupitre (lead, pour les solos).
C’est l’ère des big bands de Duke Ellington, Count Basie, Glenn Miller, Benny Goodman, avec un répertoire marqué par les compositions de George Gershwin, Cole Porter, Richard Rodgers etc. et les chansons de variété de Tin Pan Alley, qui forment l’ossature des standards de jazz.
Au milieu des années 1930, la popularité du swing et des big bands était à son sommet, transformant en stars des musiciens tels que Glenn Miller ou Duke Ellington
Les grands solistes de cette époque sont entre autres Coleman Hawkins, Art Tatum,

 

c)l’ère du Be Bop (1940 – 1945)

Au début des années 1940, les afro-américains veulent se réapproprier le jazz en donnant naissance au Be-Bop. Tempos ultras rapides, petites formations, virtuosité époustouflante, innovations harmoniques et rythmiques : la rupture est brutale et emmenée par Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Thelonious Monk. Phase d’intellectualisation du jazz
L’histoire du Jazz ne s’arrête pas dans les années 50 : elle se poursuit jusqu’à nos jours en donnant naissance au fil des années à d’autres courants tels que le cool jazz ou free jazz…

………………………………………………………………………………………

Réf : CY-J2015