BRETAGNE connectée par Gwenegan BUI

gwenegan-bui
Gwenegan BUI – Conseiller Régional – Membre de la Commission Champsaur

BRETAGNE connectée

par Gwenegan BUI

La Bretagne s’est engagée dans un plan de développement du « très haut débit » sur une quinzaine d’années mobilisant d’importantes ressources financières. Pourquoi ce plan ?

1) Une demande croissante

(la notion de très haut débit désigne aujourd’hui un débit supérieur à 30 Mégabits par seconde ; cette frontière va rapidement évoluer vers le seuil de 100 Mbit/s, et probablement beaucoup plus d’ici 2030) Lire la suite

« Sacré bonhomme » de Marcel Mescam

Sacré bonhomme

de Marcel Mescam

Mars 2016

Les machines farfelues ou Illustre inconnu. Tels sont les thèmes proposés par l’atelier d’écriture. Je ne peux pas dire que cela me satisfait, comme souvent, ça ne m’inspire pas immédiatement. Quel choix vais-je faire ? Je ne vais tout de même pas chercher un autre sujet dans la liste des autres propositions, « un peu de réflexion Marcel, tu as tout ton temps pour rendre ta copie ». Cependant la page blanche me désespère, et mes nuits sont perturbées par la recherche d’idées. Je sais que cela peut durer plusieurs jours, jusqu’à ce que la lumière se fasse.

Enfin, c’est tout à fait par hasard, à la lecture d’un article dans le magazine Notre Temps, que je découvre ce qui peut m’intéresser. – Ça y est, je tiens mon fil conducteur ! –  Je vais donc relater brièvement la vie de Ray Tomlinson, qui, jusqu’à ce jour, était pour moi, un illustre inconnu. J’ignorais son existence, et il vient de mourir le 5 mars 2016 à l’âge de 74 ans.

Cet américain nous laisse en héritage un nouveau mode de communication devenu universel. Il est l’inventeur de l’e-mail. C’est lui qui a écrit le premier message électronique en 1971. Il a révolutionné le monde dans la façon de communiquer. Il avait tout simplement conçu le programme permettant d’envoyer un message d’un ordinateur à un autre, alors qu’il travaillait sur Arpanet, le réseau réservé aux chercheurs et aux militaires qui allait plus tard donner naissance à Internet. C’est lui aussi qui avait eu l’idée d’utiliser le caractère @– l’arobase– pour séparer l’identité de la personne du réseau auquel elle se rattache.

Je découvre avec plaisir ce sacré bonhomme qui disait : « Ne croyez pas tout ce que vous lisez sur le web. Rappelez-vous, il y a des humains derrière ces pages, et les humains font des fautes ». – Prévenait-il –.

Et il expliquait : « Le premier e-mail a été envoyé entre deux machines qui se trouvaient l’une à côté de l’autre, connectées via Arpanet. Je me suis envoyé un certain nombre de messages de test d’une machine à l’autre. Le premier était tout à fait oubliable, et je l’ai oublié ». – Moi Je n’oublie pas qu’il était chercheur, et que ces derniers ne notent pas toujours tout -.

Il poursuit : « Très probablement c’était un truc comme QWERTYUIOP ou quelque chose comme ça ». En référence à la première rangée de lettres du clavier en langue anglaise. « Une fois que j’ai été satisfait du fonctionnement du programme, je me suis adressé aux autres développeurs pour leur expliquer comment envoyer un message sur le réseau ».

Et il soulignait : « Le premier usage de l’e-mail a été d’annoncer sa propre existence ».

Je ne connaissais pas cet homme, maintenant disparu, mais pour moi il ne sera plus un illustre inconnu.

photo

les lectures de novembre – début décembre 2016 Atelier Lecture

Atelier Lecture I  : « La petite fille de Monsieur Linh » pour le 22 novembre 2016 à 14H15   (Annette Manant)

C’est un vieil homme debout à l’arrière d’un bateau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul désormais à savoir qu’il s’appelle ainsi.Debout à la poupe du bateau, il voit s’éloigner son pays,celui de ses ancêtres et de ses morts, tandis que dans ses bras l’enfant dort. Le pays s’éloigne, devient infiniment petit, et Monsieur Linh le regarde disparaître à l’horizon, pendant des heures, malgré le vent qui souffle et le chahute comme une marionnettela-petite-filel-lingh

 

ripeurAtelier Lecture II : « Ripeur » de Jeff Sourdin pour le 02 Décembre 2016 au Poulfanc à 14h15

C’est à l’arrière d’un camion-poubelle et sur la base d’une expérience personnelle que Jeff Sourdin, originaire de Fougères en Ille et Vilaine, a choisi de développer la fiction de son premier roman. à travers un métier qui s’est imposé à lui, le jeune héros de  » Ripeur  » nous livre sa vision du monde, de l’amour et du temps qui passe. à l’aube de ses vingt-huit ans et d’une décision qui va bouleverser son quotidien, il nous entraîne dans une réflexion sur le sens de la vie et de la destinée de chacun. Emprunt d’authenticité et de poésie,  » Ripeur  » rassemble des personnages simples évoluant au coe

 

2nd groupe qui se réunit les premiers vendredi du mois,de 14h15 à16h. Prochaine séance,le ven.2 décembre,au local.Contact: 02 98 63 76 16,ou christine.poully@laposte.net   

le Jazz ; des origines au be-bop (de 1890 à 1945)

Petite histoire illustrée du JAZZ -Des origines au be-bop (1890 – 1945)guillaume-kosmicki

par Guillaume Kosmicki, musicologue.

150 ans nous séparent des balbutiements du jazz, premier genre musical qui nous est parvenu dans son intégralité par le biais des enregistrements (inventions d’Edison et de Berliner). Le jazz est le mouvement musical majeur  du XXème siècle : il est un métissage réussi entre les différents types de musique (musiques africaines / musiques occidentales). Il influencera d’autres courants musicaux : rock, disco…
Le terme Jazz viendrait de Jass , terme argotique américain.
Il évoluera dans le temps : folk music ,   pop music, puis art music

1 – TRAITS CARACTERISTIQUES DU JAZZ

Lire la suite

Petite histoire illustrée du jazz (1945-2010)

guillaume-kosmickiPetite histoire illustrée du jazz  par Guillaume Kosmicki
De 1945 à nos jours

 

Cette histoire du Jazz reste centrée sur les USA , pays qui a vu la naissance de cette musique mais qui en perd l’exclusivité à partir des années 60.
1941-1942 sont des années charnières dans l’histoire du jazz : les noirs américains   se réapproprient leur musique en la transformant en « art music », c-à-d en musique savante .

a) l’ère du Be Bop (1940 – 1945)

Lire la suite

LUMIERE ET COULEURS ; COLORANTS ET TEINTURE. par M André RIO

 

LUMIERE ET COULEURS ; COLORANTS ET TEINTURE.

par M André RIO

Première partie: Lumière et couleurs.

Qu’est-ce que la lumière?

Comment nous voyons les couleurs.

Comment créer de la lumière.

Comment obtenir des couleurs à partir de lumière blanche.

Méthodes physiques.

Les substances colorées.

Deuxième partie: Colorants et teinture.

Colorants naturels et synthétiques.

Deux colorants célèbres: l’Alizarine et l’Indigo.

Les autres colorants.

Les techniques de teinture.

Lumière et couleurs, qu’est-ce que la lumière?

La lumière est émise par des sources: soleil, flammes, lampes, phénomènes physiques, chimiques et biologiques(les vers luisants et le plancton). Renvoyée par les objets qu’elle frappe, elle est perçue par l’œil. Elle est indispensable à la vision. Elle se propage en ligne droite à la vitesse d’environ 300 000 km par seconde, mais elle peut être déviée par réfraction ou par réflexion au moyen de lentilles ou de miroirs.
Lire la suite

Le son du silence

Le son du silence

de H.J. Lim

le-son-du-silenceUne enfance, une adolescence et l’orée de l’âge adulte résumées en un seul mot : le piano.

Elle ne pense, ne vit que pour son art. Douleurs, difficultés pour arriver au bonheur…En fin, un bonheur d’artiste. Elle arrive toujours à force de volonté, de courage. Elle refuse la facilité, le bien-être , antinomiques avec son art. Sa mère l’aide, la soutient indéfectiblement, même lorsque la distance s’interpose entre elles.

Beau livre. Merci à celle qui me l’a fait découvrir.

Pourquoi j’ai mangé mon père

Pourquoi j’ai mangé mon père

de Roy Lewis

pourquoi-jai-lange-mon-pere_Pendant le pléistocène(- 1 millions d’années avant J-C), Edouard, le père, le génial inventeur qui entre autres donne le feu à la famille : autoritaire et social
L’oncle Vania  est contre le progrès : il se réfugie toujours dans les arbres et est très remonté contre son frère Edouard.
Ernest, le fils est le narrateur. Il a 4 frères : Alexandre, Tobie, Oswald et le petit dernier William.
Les femmes : Mathilde, la mère, les filles , les tantes et Griselda, l’épouse d’Ernest.
Le livre joue sur l’anachronisme entre l’époque décrite et le langage à la précision scientifique du XXème siècle, ce qui provoque une sensation d’ambiance pleine d’humour.
La lutte de l’homme pour sa survie. Il vit de chasse mais les animaux aussi et l’homme ne sort toujours pas gagnant.
Les merveilleuses découvertes d’Edouard, les progrès qu’elles permettent ne sont pas toujours sans danger, mais il n’en a cure.Les fils sont plus circonspects. Allusion transparente à la puissance nucléaire, au « feu atomique  » qui a détruit Hiroshima, comme le précise Vercors dans sa préface.
Si le livre est drôle, il est néanmoins très documenté sur l’homme et ses origines. La postface  le présente comme un récit à trois dimensions :
– celle d’un roman d’aventures quasi picaresque
– celle d’un exposé documentaire
– celle d’une parabole en forme de fable allégorique.

Sa lecture est un vrai bonheur que vous avez peut-être déjà vécu(traduction française en 1990)

Je suis fatigué

Je suis fatigué

de Dany Laferrière (membre de l’Académie française)

je-suis-fatigueCe livre m’a été donné par mon libraire qui fait parie du réseau »Initiales »

Dany Laferrière déclarait, au grand dam de ses lecteurs, qu’il était fatigué et arrêtait du coup d’écrire des romans,
Sa vie par thèmes. Il est haïtien et s’est trouvé obligé de fuir après l’assassinat de son meilleur ami par les « tontons macoutes » de Papa Doc Duvalier, puis de son fils.
Port-au-prince, Montréal (New York), Miami. Ses galères, ses réussites. Dany en liberté, Dany en gloire.

J’ai aimé. Bien écrit. Plein d’humour. Une sorte d’autobiographie.

La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel 22 XI 2016

la-petite-filel-linghC’est un vieil homme debout à l’arrière d’un bateau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul désormais à savoir qu’il s’appelle ainsi.Debout à la poupe du bateau, il voit s’éloigner son pays,celui de ses ancêtres et de ses morts, tandis que dans ses bras l’enfant dort. Le pays s’éloigne, devient infiniment petit, et Monsieur Linh le regarde disparaître à l’horizon, pendant des heures, malgré le vent qui souffle et le chahute comme une marionnette.

STRUCTURE DE LA MATIERE par M RIO André

rio rioSTRUCTURE DE LA MATIERE

Qu’est ce que la matière ? Il a fallu plus de deux millénaires pour avoir un début de réponse.

Le temps des philosophes.

Pendant très longtemps, seuls les philosophes se sont interrogés sur la nature de la matière. N’ayant d’autres connaissances que les données directement apparentes, ils n’imaginaient pas de moyens plus efficaces que la cogitation, méthode infaillible pour s’égarer.

Fluide ou solide, la matière a des aspects très divers, mais sous ces apparences existe-t-il des constituants fondamentaux, des éléments. Ces éléments sont- ils homogènes ou formés d’entités indivisibles, les atomes ?

Si telle était l’opinion des grecs Démocrite et Epicure, elle était rejetée par Aristote, dont les idées vont s’imposer à l’Occident jusqu’au XVIIIème siècle. Pour Aristote, il n’existe que quatre éléments : la terre, l’eau, l’air et le feu, auxquels il associe quatre qualités : le chaud et le froid, le sec et l’humide. Tout minéral, végétal ou animal doit par nature être chaud ou froid, sec ou humide, indépendamment de nos idées actuelles de température et de degré hygrométrique. Ainsi, le diamant est froid et sec, même s’il est plongé dans l’eau bouillante. Lire la suite