«L’Afrique, enjeu de rivalités de puissances»

«L’Afrique, enjeu de rivalités de puissances»

par Alain COLLASalain-collas-_2059447

 

« L’Afrique est-elle mal partie ? » En élargissant à l’ensemble du continent africain le propos tenu dès  1962 par René Dumont sur l’Afrique Noire. Certains spécialistes partagent encore ce point de vue sur ces territoires qui ne semblent connaître que sécheresses, famines, épidémies, guerres civiles et autres désolations.
D autres experts pointent toutefois des signes encourageants laissant à penser que certains pays deviendront sous peu des pays dits « émergents »
Quelle est la réalité ?

A) Un continent avec ses spécificités propres

Conférence de Berlin 1884
Conférence de Berlin 1884

L’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20 % de la surface des terres émergées. Son PIB représente en 2015 moins de 5% du PIB mondial. Son PIB/hab est inférieur au 1/3 du PIB/hab mondial. La part de l’Afrique en 2012 dans le commerce mondial est inférieur à 3%(pétrole, minerais, produits alimentaires : produits principaux exportés).
Au XIXe siècle, la colonisation partage l’ensemble de ce continent entre les métropoles européennes, la France et le Royaume-Uni au premier chef, le Portugal ,l’Allemagne, la Belgique et l’Italie pour quelques miettes
Dans les années 60, la quasi-totalité des 55 Etats accèdent à l’Indépendance en conservant les tracés de 1884 .

.

.

.

A1 une démographie galopante

afrique_population-zones– L’Afrique compte actuellement 1,1 milliard d’habitants ; ils seront 1,5 milliard en 2030 et 2 milliards en 2050 soit le 1/5 de la population mondiale.
– 63% ont moins de 25 ans : un véritable réservoir de main-d’œuvre
car de plus le taux d’alphabétisation est proche de celui de la Chine de 1980, au moment de son décollage économique ( avec toutefois de fortes disparités régionales)

A2 des ressources abondantes

L’Afrique dispose sur son territoire des capacités à nourrir ces 2 milliards d’habitants sur la base de son alimentation actuelle.
Par ailleurs le sous-sol de l’Afrique recèle des gisements ( pétrole, minerai, terres rares) qui lui permettent d’assurer afrique-ressources-naturelles1 afrique-carte-indice-de-developpement-humainson développement : certains pays ont en outre un IDH(Indice de Développement Humain) susceptible d’assurer un décollage économique.

 

 

 

 

 

A3 des inégalités profondes

Ces ressources abondantes sont malheureusement loin d’être toutes mises en valeur ou sont tout simplement pillées pour les raisons suivantes :
facteurs géographiques
Des sécheresses à répétition depuis 40 ans conduisant à des famines ont bouleversé les sociétés des pays concernés en entraînant des déplacement de populations : des pasteurs migrent pour rechercher des nouveaux pâturages pour leurs bêtes entrant en conflit avec des agriculteurs sédentaires, faisant renaître des rivalités ancestrales et déstabilisant certains pays
La mondialisation qui a soumis le prix des matières premières alimentaires aux variations de cours mondiaux ( hausse des prix entraînant les émeutes de la faim en 2008 au Cameroun et au Sénégal par exemple)
Une urbanisation, récente, massive et chaotique
.des villes champignons telle que Lagos avec un centre «  sur le modèle occidental  » entouré de bidonvilles où le luxe côtoie la misère la plus profonde sont des lieux de tensions (économiques, ethniques, linguistiques et religieuses)

Nouadhibou
Nouadhibou

.des poches de modernité créées de toutes pièces pour s’intégrer dans la mondialisation ex : Nouhadibou en Mauritanie bâtie sans plan d’urbanisme est un port tourné vers l’export des matières premières. La divergence de mentalités d’ une ville ,nouvelle frontière avec la modernité ,et l’ancienne capitale administrative Nouakchott peut être source de dislocation du pays.

des facteurs historiques
La conférence de Berlin de 1885 a délimité les zones d’influence des pays européens en Afrique .A quelques exceptions près , l’accès à l’indépendance n’a pas remis en cause ces tracés
Par son commerce des esclaves, l’Afrique avait appauvri son continent et favorisé de ce fait la prise de contrôle par les Occidentaux.

Religions en Afrique
Religions en Afrique

La mise sous tutelle par les Européens a laissé des traces :
-sur le plan culturel ( langue française/ langue anglaise, politique,droit…)
-sur le plan religieux (catholicisme/protestantisme)
Les élites traditionnelles sur lesquelles s ‘étaient appuyées les Britanniques ont retrouvé à l’indépendance la totalité des pouvoirs politiques ;
La France avait quant à elle forgé une nouvelle élite dont une partie s’était intégrée aux rouages de la RF( ministre, présidence d’assemblée nationale ), délaissant l’élite traditionnelle.
A l’indépendance, cette nouvelle élite est restée étroitement liée à l’ex-puissance coloniale.
Jusqu’en 1989, l’Afrique avait fait l’objet d’attention de la part de l’Occident qui craignait de voir tomber dans le giron soviétique les nouveaux états indépendants.
A l’effondrement de l’ours russe en 1991 , l’Occident s’est désintéressé de l’Afrique qui a dû affronter des difficultés économiques , les aides au développement étant réduites ou suspendues à des réformes démocratiques .Cette décennie du chaos a été marquée par des guerres civiles, aboutissement paradoxal des processus démocratiques engagés
En 2001, revirement de l’Occident qui craint de voir se développer des bases terroristes sur le sol africain

B l’Afrique , enjeu de nouvelles puissances

richesses-convoiteesb1 sur un plan économique
Longtemps restée le pré-carré des franco- britanniques, lors de la décolonisation (fin des années 50) , le continent s’ouvre à d’autres puissances :
-les USA dès les années 60 : les Compagnies pétrolières Exxon, Mobil s’intéressent essentiellement au pétrole off-shore du golfe de Guinée et au pétrole soudanais
et plus récemment
-La Chine qui convoite le pétrole africain pour assurer son développement économique et les terres fertiles pour alimenter son peuple.
Depuis 2009, la Chine a dépassé les Etats-Unis pour devenir le plus grand partenaire commercial de l’Afrique. En 2012, le volume du commerce chineafriqueChine-Afrique a atteint environ deux fois celui du commerce Etats-Unis-Afrique.
A 200 milliards USD sont évalués les échanges commerciaux entre Chine et Afrique en 2015 ( avec un objectif de doublement d’ici 2020). La Chine importe du pétrole et des minerais des pays producteurs (Angola, Zambie, Afrique du Sud, etc.) et elle exporte ses textiles, ses téléphones ou ses voitures…
2500 sociétés chinoises implantées en Afrique dans les secteurs des mines du pétrole de l’énergie en des télécoms, de la construction et des infrastructures de transport.
land-grabingLe montant des financements publics chinois s’est élevé à 75 milliards USD en Afrique entre 2000 et 2011. Pékin a séduit de nombreux Etats africains en leur proposant une offre cousue main : les services de ses entreprises et son aide financière. aide liée, qui sert à acheter des biens ou des services chinois. Toutefois, si la Chine n’est pas rebutée par les régimes dictatoriaux , elle n’apporte pas les retombées économiques que pourrait attendre l’Afrique : en effet elle importe ses machines de l’empire du milieu, emploie des salaries chinois payés au tiers du salaire chinois…

-l’Inde
1,3 million d’Indiens sur le continent
en forte progression, le commerce entre l’Inde et le continent totalise un volume d’un peu plus de 60 milliards de dollars en 2015 (+ 42 % depuis 2008).
Avec retombées économiques dans les pays concernés

-le Vietnam

Tous produits et secteurs confondus , les échanges globaux entre le Vietnam et l’Afrique (exportations et importations) auraient totalisé $ 14,5 milliards en 2015, dont $ 3,5 milliards d’exportations vietnamiennes, en hausse de 200% par rapport à 2010.

-l’Allemagne en investissant dans le secteur automobile à l’intention d’une nouvelle classe moyenne supérieure en cours d’émergence
-le Brésil dans les ex-colonies portugaises

-la France
ses intérêts ne sont pas négligeables puisqu’ils représentent 17% de ses exportations (28 milliards d’euros en 2011 et 26 milliards pour les importations).
Toutefois , la France semble dépassée sur le plan économique et son influence s’appuie sur ses interventions militaires comme à l’heure actuelle au Mali et en Centre Afrique,
B2 sur le plan politique
Les puissances émergentes essaient de créer des zones d’influence en vue d’orienter les votes dans des organisations type ONU.

C) conséquences actuelles et à long terme sur le continent africain

  • afrisue-et-petrolepétrole et conflits
    Sur le long terme, la raréfaction du pétrole et en voie de conséquence la remontée des prix rendront rentables des gisements inexploités à l’heure actuelle : la lutte pour le contrôle de ces gisements va mener à la déstabilisation politique de certains états : conflits à venir.
  •  émigration – drogue
    La forte croissance démographique, si elle n’est pas accompagnée d’une croissance économique équivalente va mettre sur les routes de l’exode des millions de jeunes africains.
    Par ailleurs la drogue en provenance de l’Amérique latine transite par l’Afrique pour arriver en Europe, flux-migratoiresempruntant au passage les mêmes circuits que ceux de l’émigration et alimentant le commerce des armes sur ces lieux (Touareg en révolte contre l’état central, djihadistes de tout poil)
    les conflits religieux
    L’avancée de l’islam dans sa version la plus radicale sur des territoires christianisés et occidentalisés s’appuie sur la misère et le manque de perspectives des peuples africains. (politique ambiguë de l’Algérie qui conforte sur sa bande saharienne certains groupes terroristes pour bénéficier de fonds américains de lutte contre le terrorisme… )

Des incertitudes pèsent donc sur l’avenir de l’Afrique

popdensitesafriquea)Des pays à fort potentiel de développement tels que le Nigeria, l’Ethiopie, le Maroc pourraient devenir des pays émergents mais ils ne sont pas à l’abri d’instabilités politiques qui pourraient réduire à néant tout espoir de développement
b)l‘Afrique a fourni un effort important de scolarisation et de formation : cette classe moyenne supérieure restera-t-elle dans les pays occidentaux où elle a été formée ou reviendra elle en Afrique : le développement futur peut s’évaporer par manque de capital humain
c)alimentation de la population africaine
L’Afrique a le potentiel pour nourrir ses 2 milliards d’habitants à condition que :
.les cultures végétales traditionnelles ( manioc, blé) restent les produits de base
.les excédents occidentaux ne viennent pas détruire par des prix cassés les productions locales
.la maîtrise de l’eau soit optimisée ( puits, barrages adaptés…)

.
afrique-conflitsL’Afrique pourra-t-elle un jour prendre véritablement en main sa propre destinée  ? Rien n’est moins sûr? (le potentiel existe au Nigéria, au Maroc ou en Ethiopie notamment, l’ Afrique du Sud étant un cas à part). Mais la multiplication des intervenants économiques d’origine étrangère en compétition dans l’accaparement des ressources naturelles risque d’ exacerber  la déstabilisation politique sur le continent.
Les pays abondamment dotés en ressources naturelles voient leurs institutions sapées par les comportements de recherche de rentes et le clientélisme(malédiction de la rente!), or le capital institutionnel s’avère déterminant dans la trajectoire de croissance à long terme et de décollage économique.

Par ailleurs, la quarantaine d’interventions militaires françaises sur le continent depuis 1960 n’est pas également un signe encourageant. Les budgets alloués à ces interventions(qui s’avèrent incapables d’aboutir à des solutions politiques durables) ne seraient-ils pas plus utiles dans des projets d’aides au développement (de l’agriculture notamment)? Car seul le développement économique est à même de vaincre la misère , terreau des rébellions et du terrorisme;

 

……………………………………………

Réf CYJ16oct1

afrique-continent-coul-1-707x1024

 

caravanes en Afrique
caravanes en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.