La Birmanie et les 7 autres États du Myanmar ;

Thatbyinnyu-Pagoda-Bagan-Myanmar1
Pagode à Pagan

La Birmanie et les 7 autres États du Myanmar

par Alain Mahuzier

« La Birmanie, ce pays à nul autre pareil » Rudyard Kipling
« Un tel voyage appartient vraiment au domaine du merveilleux ! » Joseph Kessel

a) géographie

guide-yangon-birmanieLa Birmanie partage ses frontières terrestres avec la Chine (2 185 km) au Nord , avec la Thaïlande (1 800 km)et le Laos (235 km) à l’est, avec l’Inde (1 463 km)et le Bangladesh (193 km) à l’Ouest ,pour un total de 5 876 km.Il est le plus vaste pays du Sud Est asiatique avec 676 577 km2.
Il s’étend sur 582 km dans sa plus grande largeur et 2051 km du pied de l’Himalaya à l’Océan Indien au sud , sa principale porte de communication avec le monde.
Burma_enLa plaine centra le de Birmanie, irriguée par de grands fleuves comme l’Ayeyarwady (2 710 km) et le Chinwin (800 km) est encerclée par des massifs montagneux couverts de forêts tropicales qui l’ont isolée derrière ses frontières naturelles : les monts Nga au nord-ouest, l’Himalaya au Nord, la chaîne de Bago au centre, le plateau Shan traversé par le fleuve Thanlwin à l’est, la chaîne de Tanintharyl au sud. Le long de la mer, s’étalent des plaines côtières.
Artère vitale, l’Ayeyarwady, navigable sur 1 500 km toute l’année, assure la liaison entre la Haute Birmanie autour de Mandalay, la plaine centrale de Bagan qui est très sèche , et la Basse Birmanie autour de Yangon, la capitale .
Le delta est très fertile grâce à son système d’irrigation et ses fortes moussons.
Le climat est chaud et tropical, plus tempéré sur le plateau Shan. La saison sèche apporte de la fraîcheur de novembre à février puis de fortes chaleurs de février à mai . De mai à octobre, les pluies de mousson diminuent d’intensité du sud vers le nord.
Les richesses naturelles sont immenses : riz, bois exotiques, pierres précieuses ( rubis et jade), gaz et pétrole, minerais (tungstène, nickel, étain, chrome, plomb, marbre, pierre à chaux ) ,pêche et tourisme.La mise en valeur reste à ce jour problématique à quelques exceptions près ;
La Birmanie occupe le 6 ème rang dans la production mondiale de riz , et le 1er dans celle de l’opium.
Peuplé de 50 millions d’habitants en majorité des birmans d’origine tibétaine, boudhistes et vivant en zone rurale, l’actuelle « Union du Myanmar », nouvelle dénomination de la Birmanie regroupe 7 divisions  de l’ancienne colonie anglaise : Sagaing, Mandalay, Magwé, Bago,Ayerwady, Yangon et 7 états périphériques : Rakhine, Chin, Karchin, Shan, Kayah, Kayin et Môn.
moines birmansLes Birmans forment 69% de la population, les Shans 8,5%, les Karens 6,2%, les Môns 2,4%, les Chins 2,2%, les Kachins1,4% et les 67 autres minorités 10,3%. La langue officielle est le birman(tibétain). Yangon, la capitale(ex Rangoon) compte  à elle seule 5 millions d’habitants.
Le revenu par habitant est l’un des plus faibles au monde, les infrastructures (transport, énergie) sont archaïques, les systèmes éducatifs et sanitaires déliquescents (confiés aux moines).

 

b) histoire

Au début de notre ère, dans le sud du pays, les Môns, d’origine khmère, et dans l’ouest, les Rakhines, d’origine tibétaine, apportent le boudhisme. Avant-garde des Birmans, les Pyous développent une riche culture le long du fleuve Ayeyarwady jusqu’au Xème siècle et leur roi fonde sur ses rives la cité de Bagan vers l’an 108. Derniers venus de l’Himalaya, les Bamars conquièrent la Birmanie actuelle et en 849, leur roi fait de Bagan, sa capitale, l’une des plus prestigieuses métropoles boudhistes de l’Asie.
Le roi Anörhata, fondateur de l’unité birmane, ramène de la conquête du royaume Môns les architectes et artisans qui élèvent à Bagan des temples et pagodes. Sous son ère se développe le boudhisme des anciens, dit du « Petit Véhicule ».
Du Xiè au XIIIè, Bagan se développe, mais l’invasion mongole de 1287 détruit ce 1er empire birman.
Le Myanmar connait alors une alternance de prospérité et de chaos, jusqu’au renouveau birman de la dynastie Konbaung en 1752. Le roi fait construire en 1857 sa capitale à Mandalay et signe en 1873 un traité d’alliance avec la France.
L’Angleterre, à l’issue de 3 guerres( 1824-1852-1886) soumet  le pays et fait du Myanmar, sous le nom de « Burma », une province des Indes de 1886 à 1937, puis une colonie autonome.
Envahie par l’Empire du Japon au début 1942, la Birmanie est jusqu’en 1945 le théâtre de combats entre Alliés et Japonais. L’homme politique indépendantiste Ba Maw dirige un gouvernement pro-japonais ( ministre de la Défense :général Aung San ) entre août 1943 et mars 1945.
280px-Aung_San_color_portraitAprès la fin de la Seconde Guerre mondiale, la voie est tracée vers l’indépendance, sous la conduite du général Aung San . En dépit de l’assassinat de ce dernier le 19 juillet 1947, le pays devient indépendant( ainsi qu’une démocratie parlementaire) et quitte le Commonwealth le 4 janvier 1948 ;
Des insurrections se déclarent rapidement, soutenues par le Parti communiste chinois, mais la situation reste à peu près sous contrôle jusqu’au coup d’État militaire du général Ne Win en 1962. Celui-ci dirige le pays d’une main de fer pendant vingt-six ans, introduisant des réformes socialistes brutales, tout en restant dans le camp des non-alignés.
En 1988, un important mouvement de protestation populaire permet à un groupe de généraux de renverser Ne Win en septembre et d’établir une nouvelle junte militaire, le Conseil d’État pour la restauration de la Loi et de l’Ordre. En 1990, ils organisent des élections libres, remportées à plus de 80 % par la Ligue Nationale pour la Démocratie d’Aung San Suu Kyi, fille d’Aung San Les élections sont annulées et Aung San Suu Kyi, assignée à résidence.
En 1995, la Birmanie devient membre de l’Organisation mondiale du commerce et en 1997 de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).
Le pouvoir est alors partagé entre le président Than Shwe et Maung Aye  chef des armées, En novembre 2005, la capitale est transférée de Rangoun dans une nouvelle ville « plus sûre », Naypyidaw, dans le centre du pays.
La junte résiste ensuite aux graves évènements de septembre 2007 et à la catastrophe provoquée par le cyclone Remise_du_Prix_Sakharov_à_Aung_San_Suu_Kyi_2013-18Nargis en mai 2008 (plus de 130 000 morts et un million de sinistrés), mais Aung San Suu Kyi est finalement libérée le 13 novembre 2010 et le nouveau président Thein hkg-birmanie-maisons-brules-violences-bouddhistes-1244701-jpg_1121747_660x281Sein , élu officiellement le 30 mars 2011 engage une politique d’ouverture et de libéralisation. Les années suivantes ont été néanmoins marquées par de graves incidents dans les provinces, notamment en Arakan.D’autres rebellions ethniques perdurent comme celle des Wa largement soutenus par la Chine.
Aux élections législatives de novembre 2015 , la National League for Democracy (NDL) d’Aung San Suu Kyi remporte une écrasante victoire sur le Parti de l’union, de la solidarité et du développement (USDP) du président Thein Sein, 60,3 % contre 4,9% pour la Chambre Haute et 58% contre 6,8 % pour la Chambre basse , en place jusqu’à l’élection du futur président au début de 2016 . Htin Kyaw , un proche d’ Aung San Suu Kyi, succède à Thein Sein le 15 mars 2016. Elle même devient le 6 avril  » ministre du conseil d’Etat », nouvelle fonction qui s’apparente à un premier ministre  . Tous deux entendent désormais poursuivre la transition démocratique pacifique .

 

c) aspects économiques

Le riz est le principal produit agricole du pays, il occupe environ 60 % des surfaces cultivées et représente 97 % de la production céréalière totale en poids. La production de riz a augmenté de 14 millions de tonnes en 1987 et de 19 millions de tonnes en 1996, grâce à l’introduction de variétés à plus hauts rendements, qui couvrent depuis 1988 près de la moitié des surfaces rizicoles et 98 % des surfaces rizicoles irriguées. En 2006, la production birmane rizicole a atteint 25,2 millions de tonnes.

La même année, le pays a produit 7,3 millions de tonnes de canne à sucre, 950 000 tonnes de maïs, 910 000 tonnes

recherche de jade
recherche de jade

d’arachide, 148 000 tonnes de blé, 163 000 de millet, 59 000 tonnes de coton et 33 000 tonnes de tabac.

La Birmanie produit des pierres précieuses comme le rubis, le saphir et le jade. Les rubis représentent la ressource la plus importante : 90 % des rubis du monde proviennent de ce pays dont les pierres rouges sont prisées pour leur pureté et leur teinte. La Thaïlande achète la plus grande partie des gemmes. La « Vallée des rubis » birmane, dans la région montagneuse de Mogok, à 200 km au nord de Mandalay, est réputée pour ses rares rubis « sang de pigeon » et ses saphirs bleus.

La Birmanie a une petite production pétrolière à terre. C’est un vieux pays pétrolier. La Burmah Oil Company a été créée en 1896 pour l’exploration et la production pétrolières en Inde britannique. Principal actionnaire de la British Petroleum, qui n’avait pas d’activité aux Indes, la Burmah a limité ses BIRMANIE_cartegazoduc-yadana_220total burmaactivités à ce territoire. En mer, Total exploite le champ gazier de Yadana, dont la production alimente une centrale électrique à Rangoun, mais surtout va à la Thaïlande. Le marché birman étant limité, un accord de vente de gaz à la Thaïlande a été signé en 1995 : 80 % de la production sont acheminés vers la centrale électrique de Ratchaburi, située à l’ouest de Bangkok et les 20 % restants servent à la consommation intérieure birmane. Le gisement de gaz de Yadana (plus de 140 milliards de m3) est situé dans le golfe de Martaban, en mer d’Andaman, à plus de 300 km au large des côtes birmanes.
La Birmanie n’est pas encore envahi par les hordes de touristes et a pour l’instant su garder son caractère original. Le nombre annuel de touristes ne dépasse pas 200 000, en majorité des Chinois et des Japonais.

Les grandes structures du tourisme, tout comme le secteur bancaire, sont détenues par les membres de l’ex-junte et ses sympathisants.
La Birmanie vend gaz, électricité, bois et minerais à la Chine, la Thaïlande et la Corée du Sud, entre autres. La Chine surtout, la Thaïlande et d’autres puissances asiatiques concurrentes y ont toutefois investi en masse pour exploiter ses ressources – pétrole, gaz, bois, minerais, pierres précieuses et hydroélectricité. Les investissements étrangers – plusieurs milliards d’euros par an – ont certes amoindri l’impact des sanctions économiques mais attisé les tensions dans les régions ethniques les plus abondantes en ressources. Le pays finance de vastes projets d’infrastructures, tandis que la population parvient tout juste à survivre. Pour écraser la résistance ethnique, l’armée a déplacé des Pipelines-through-Myanmar-to-Chinamilliers de villages , surtout là où se trouvent des ressources.

Nota : Eu égard à sa situation géographique et à la richesse de ses ressources énergétiques, la Birmanie représente un enjeu géostratégique majeur pour la Chine qui renforce sa présence d’année en année dans le pays(construction de gazoduc, de pipeline, d’infrastructures)

En 2013, le Myanmar occupait le 154è rang en PIB exprimé usd nominal /habitant (1113 US$) et le 143ème en PIB exprimé usd ppa/hab.

Le lecteur pourra retrouver sur le site: www.mahuzier.com les images extraites du film présenté lors de la conférence et  réalisé par les époux Mahuzier.

Les 2230 temples de Bagan ; Histoire des Bamar ; Le pays de l’or ; La vie des moines bouddhistes ; L’enseignement du Bouddha ; Aventures au fil du haut Éyarwaddy ;

Les anciennes capitales du Myanmar : Mandalé, Mingoun, Zagaine, Innwa, Amarapoura ; Mogok, la “Vallée des Rubis” ; Vie quotidienne de la campagne birmane ; Le culte des Esprits ; Népidô, la nouvelle capitale sortie du néant ; Les petits princes du Chinpyu ; Ferveur bouddhiste à la pagode de Shwédagon ;

Yangon, l’ancienne capitale coloniale ; L’avenir démocrate avec Aoune San Souou Tchi. Le Tanintharyi et la mer d’Andaman ;

Le pèlerinage du Rocher d’Or  en pays Mon ; Sittwé, porte du Rakhayne  et les temples de Myauk-Ou ; Les femmes tatouées des monts Tchin ; Au pied de l’Himalaya ;

Les tribus Kachin ; La rivière du Jade ; Les Pa O du haut plateau Chan ; Pêcheurs Intha et îles flottantes du lac Inlé ; L’État interdit des Kayah, le pays des « Femmes Girafes » ; Le village du « Roi des Karen ».

 

birmanie

Réf: 01CY-Jjunio6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.