L’HOMME,UN ANIMAL RAISONNABLE ?

M RIO
M RIO

L’HOMME,UN ANIMAL RAISONNABLE ?

L’homme est- il un animal raisonnable ? Un animal, sans doute, héritier par son corps, ses organes, son cerveau, de toutes les espèces qui l’ont précédé depuis l’origine de la vie. Il voit, il entend, il sent, il marche et il court, mais ses performances sont assez modestes, d’autres animaux font beaucoup mieux. S’il sait nager, il ne peut pas rester très longtemps dans l’eau, et il peine à grimper aux arbres.
Cependant, il a appris depuis longtemps à semer et à récolter, à domestiquer des animaux rendus dociles. Il a édifié des temples, des palais, construit des navires. Plus récemment, il a fabriqué des machines volantes, il a inventé l’électronique et l’informatique. Il est allé sur la Lune et au fond des océans et a déchiffré les mécanismes fondamentaux de la vie. Tout cela grâce à la raison ? Est-il raisonnable ou raisonneur ?
Les auteurs anciens ont sous-estimé l’importance du cerveau considéré comme un organe subalterne. Ils étaient persuadés que la pensée, la conscience, étaient des phénomènes immatériels, que si l’âme est rattachée au corps elle peut s’en dégager et avoir une vie autonome plus heureuse, qu’elle seule réfléchit, décide, est douée de raison, c’est à dire qu’elle sait déduire les conséquences logiques de données préalables. Malheureusement, on peut raisonnes juste sur des idées fausses. C’est ainsi que sont nées des sciences aujourd’hui caduques : les astronomes n’ont que faire de l’astrologie, les chimistes de l’alchimie, les physiciens de la métaphysique, et les théologies ne reposent que sur des mythes. Comment la raison s’est elle ainsi égarée ?
Au départ, il y a donc eu des idées fausses ou trop simplistes : la Terre immobile au centre du Monde, le ciel tout près, immatériel, et l’homme but ultime de la création. Des notions floues, subjectives, comme le vrai, le beau, le bien, le juste et leurs contraires- le bien de l’un peut être le mal de l’autre- l’ignorance du monde microscopique qui conditionne le monde visible, l’intime conviction considérée comme source de la connaissance, et une apparence de logique conduisant à l’erreur.
Peut-on cependant raisonner juste ? oui sans doute dans des domaines où tout est parfaitement défini comme en géométrie. Dans les choses concrètes, le raisonnement est beaucoup moins créatif et moins efficace que l’intuition et l’imagination , si elles ont sévèrement contrôlées. Le contact avec la réalité matérielle est plus enrichissant que de vaines spéculations : les sciences expérimentales sont bâties sur des grandeurs mesurables : masse, longueur, temps …ce qui leur confère toute leur efficacité.
Dans le même temps où les philosophes du passé accumulaient erreurs et non-sens, les hommes de métier créaient et perfectionnaient des techniques de plus en plus efficaces, avant même que les sciences expérimentales bouleversent les connaissances. Ils créaient des merveilles d’architecture, de peinture, de sculpture pour glorifier des mythes, mai aussi des armes pour tuer et faire des guerres où personne ne gagnait.
Vrai et faux s’entremêlent. Nous vivons dans un océan d’idées fausses et de préjugés, les uns anciens, d’autres apparus en opposition aux nouvelles conditions d’existence, produits nouveaux, techniques nouvelles mœurs nouvelles. Sont-ils indéracinables ? Le cerveau est programmé pour la survie de l’individu et de l’espèce. Avant d’agir, il tient compte de la situation et réfléchit, mais pas toujours. Les animaux aussi ont du bon sens. Ils n’ont pas inventé la machine à vapeur, fierté du dix neuvième siècle, mais ce ne sont pas des automates et ils agissent selon les circonstances.
Où est l’animal raisonnable quand un seul coup de pied dans un ballon soulève l’enthousiasme d’une foule en délire et plonge les autres dans un profond désespoir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.