Le chat râleur mais fidèle de Maria Mens

Le chat râleur mais fidèle

Maria Mens

Et tous les jours c’est la même chose! – Mon gros minou, mon chaton à moi, le petit chéri de mémé et tout le tralala de bêtises! Mais elle ne voit pas que je suis un chat adulte et responsable?

Heureusement qu’elle a cessé de vouloir me faire jouer avec le fil qui pendouille, la p’tite pelote de laine, ou le grelot gagné dans un paquet de lessive. J’en ai par dessus la tête, « frito »! comme dit d’habitude le chien des voisins qui est d’origine espagnole, un épagneul noir et blanc qui a gardé un accent et le goût des aboiements en flamenco. Le pire c’est que son maître croit qu’il hurle à la mort, et le fait se taire immédiatement.

« Je suis en train de perdre ma voix! On ne me laisse pas pratiquer », m’a-t-il dit l’autre jour, car nous nous faisons des confidences. C’est pour cela que nous sommes tous les deux au courant des secrets de famille des deux voisins. Nous nous racontons tout et quand je dis tout, c’est tout.

Nous savons quand arrive la belle-mère des voisins car la belle-fille astique la maison, en disant des gros mots (qu’elle interdit à son fils) cache les souliers neufs que son mari trouvait si chers et se demande sans cesse quand sa belle-mère va partir, alors que elle n’est pas encore arrivée.

Quant à ma maîtresse, à l’annonce de la venue de sa famille, elle cache la bouteille du sirop pour la toux qu’elle boit avec ses copines tous les après-midis, quand elles ont finit de jouer aux cartes. Je dois vous dire qu’il est drôlement efficace, car un jour elles ont renversé la bouteille, j’ai lapé un peu et quelque chose à changé en moi : je me suis senti devenir un tigre qui poussait des rugissements et bondissait, semant la terreur dans la jungle- je veux dire dans la pièce-. Toutes les copines sont parties en moins de trois minutes.

Pendant quelques jours, ma maîtresse me regardait d’une drôle de façon….

Mais le pire , ce sont les secrets lourds à porter: nous savons tous les deux où nos maîtres gardent ce qu’ils appellent « le magot », qu’ils visitent régulièrement en secret, avec des mines mystérieuses. « C’est ça que le Fisc aura en moins », se délecte le voisin. Quant à la mienne c’est pareil. Un jour, à l’arrivée de sa fille, elle l’a fait entrer en grand secret dans la buanderie. -Viens voir « le magot », si le Fisc le savait ! Je regardais aussi, et j’ai vu des pièces jaunes très jolies dans une boîte en carton et vous savez où ? à l’intérieur de la machine à sécher le linge! On n’a pas d’idée ! Moi, si j’étais un voleur c’est là où j’irais voir en premier.

Mon copain et moi nous ne savons pas qui est ce Fisc, mais c’est sûrement un individu redoutable. Même s’ils nous embêtent, nos maîtres nous donnent à manger et nous caressent et nous grattent le dos et derrière les oreilles. Nous sommes décidés à défendre leur « magot», contre ce monsieur le Fisc. Pour le cas où il viendrait par ici, nous prendrons le « magot » et nous le cacherons le mieux que nous pourrons et personne le trouvera; nous avons pensé à un endroit sûr que je connais très bien. C’est un égout près d’ici, dans la campagne environnante, où je suis tombé il y a quelques années. Je dois la vie à un gamin qui m’a entendu et m’a repêché avec un filet à crevettes, car le trou est profond et glissant.

Avec mon copain, c’est décidé: pour que nos maîtres soient tranquilles une bonne fois, cet après-midi nous allons cacher là bas le « magot » qui les préoccupent tellement. Ah! j’ai hâte de voir leur tête, quand elles verront qu’elles n’ont rien à redouter de ce monsieur Fisc de malheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.