Atelier Musique 2016/2017

  • Atelier Musique animé par M Kosmicki (2016-2017)

Ce programme est bâti sur 5 séances

-les 4 premières vont balayer 8 siècles d’histoire de la musique : Moyen Âge et Renaissance

-la dernière sera consacrée à l’étude d’un opéra : Les Noces de Figaro de Mozart

Calendrier prévisionnel : 9/11, 30/11/ ,11/01,01/02 et 01/03

Prix /pers. estimé à 125€, Acompte à l’inscription de 80€ et solde lors de la 5ème séance.

Contact : Annette Manant

La Beat Generation : un mouvement artistique contestataire et visionnaire

La Beat Generation : un mouvement artistique contestataire et visionnaire

olivier34par Olivier Macaux

En 1945, les USA sortent grand vainqueur de la 2nde Guerre Mondiale. Ils dominent le monde dans tous les domaines : économique, militaire et culturel. L’ American Way of Life triomphe.
Après les difficultés de la Grande Dépression une ère nouvelle s’ouvre : la société de consommation. La société américaine est pourtant restée figée sur certaines valeurs : un anti-communisme viscéral (MacCarthysme), un puritanisme bon teint, un conformisme à toute épreuve…
A la fin des années 40, un groupe d’écrivains qui se sont rencontrés à l’Université Columbia, et d’artistes influencés entre autres par les dadaïstes et surréalistes des années 20 contestent les valeurs dominantes de la société US. Jack Kérouac, l’un des personnages emblématiques de ce groupe les nommera : la Beat Generation. Cette mouvance mêlant drogue, sexe, alcool et littérature dans Greenwich Village. ne s’inspire pas d’une quelconque idéologie politique : révolte individualiste qui rejette les conventions sociales (prise de drogue, refus du travail régulier, de la famille, homosexualité). Ils sont des rebelles sans cause qui désirent créer un homme nouveau : le beat(nik), vagabond libre pour qui le voyage sous toutes ses formes est essentiel.

JackKerouac_ _0
Jack Kerouac

Alliant créativité débordante et fascination pour les milieux interlopes des villes des côtes Est et Ouest des États-Unis , la Beat Generation témoigne également d’un attachement profond aux grands espaces, à la nature et à la découverte de mondes nouveaux (religions orientales)
Les œuvres « beat » peuvent aussi bien être de la poésie que de la prose. Les auteurs utilisent des techniques comme « l’écriture spontanée » et le cut-up qui permettent de dynamiser le récit et de rendre par écrit les impressions ressenties lors de la prise de drogues

Trois écrivains dominent la beat generation : Kerouac, Burroughs et Ginsberg

1 Kerouac Jack ( 1922-1969)

L’œuvre de Kerouac est multiple : prose, poésie, mais également des essais, des articles, Sa correspondance est également très importante. Le jazz est pour lui une religion. Il est le premier à entrevoir comment le jazz (beat)peut influer sur la vie, être le moteur d’une écriture

Auteur de : Sur la route , Les Clochards célestes, Big Sur , Le Vagabond solitaire

périples de Kerouac
périples de Kerouac

Sur la route ( un tapuscrit original : un rouleau de papier de 36,5 mètres de long)est l’un des romans fondateurs, sinon le roman fondateur de la Beat Generation . En puisant dans ses notes de voyages, sous le pseudonyme de Sal Paradise, Kerouac raconte ses errances avec son ami Dean Moriarty, inspiré par Neal Cassady dans les étendues américaines. Le récit est le compte rendu d’une errance, d’un abandon au hasard, avec ses moments d’euphorie, mais aussi ses passages à vide, ses instants nuls, ses échecs. Le roman est également le reflet du mode de vie prôné : un bohémien hédoniste sous les étoiles ( ou un super glandeur…)
Extraits :
«Les seuls gens vrais pour moi sont les fous, ceux qui sont fous d’envie de vivre, fous d’envie de parler, d’être sauvés, fous de désir pour tout à la fois, ceux qui ne baillent jamais et qui ne disent jamais de banalités, mais qui brûlent, brûlent, comme des feux d’artifice extraordinaires qui explosent comme des araignées dans les étoiles, et en leur centre on peut voir la lueur bleue qui éclate et tout le monde fait « Wa! »
« Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents…tous ceux qui voient les choses différemment, qui ne respectent pas les règles. Vous pouvez les admirez ou les désapprouvez, les glorifiez ou les dénigrer. Mais vous ne pouvez pas les ignorer. Car ils changent les choses. Ils inventent, ils imaginent, ils explorent. Ils créent, ils inspirent. Ils font avancer l’humanité. Là où certains ne voient que folie, nous voyons du génie. Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent » .
«  Nothing behind me, everything ahead of me, as is ever so on the road. »

2 Burroughs William (1914-1997)

burroughsWilliam Burroughs est peut-être le plus sombre représentant , le plus tourmenté de la Beat Generation.Il accède au cours des années 80-90 au statut de légende de la littérature américaine. Son œuvre le plus connue : Le Festin Nu

Écrit largement sous l’influence de drogues , la première mouture du Festin nu rassemble de notes éparses informes et obscènes, réarrangées parfois par la technique du cut-up. Burroughs y mêle drogue, politique, homosexualité, hallucinations, délire paranoïaque .Corrigé par Ginsberg et Kerouac, il est publié par Burroughs en 59 en France.
Le Festin nu se veut une descente cauchemardesque dans l’esprit d’un junkie, donnant vie à ses divagations dans des scènes oscillant de la science-fiction à la tragédie, parlant de modifications corporelles, d’orgies homosexuelles, de complots et de créatures angoissantes, dans un pays étrange, lieu de toutes les folies, nommé Interzone.
L’impression de chaos générée par les cut-up vise à simuler la perception d’un individu plongé dans un environnement dont il ne maîtrise pas les codes.
Extraits
« Dans la nuit absolue de la réclusion, la bouche et les yeux ne font plus qu’un organe qui déchiquette l’air de ses dents transparentes… mais les organes perdent toute constance, qu’il s’agisse de leur emplacement ou de leur fonction… des organes sexuels apparaissent un peu partout… des anus jaillissent, s’ouvrent pour déféquer puis se referment… l’organisme tout entier change de texture et de couleur, variations allotropiques réglées au dixième de seconde… » 
« L’organisme humain est d’une inefficacité scandaleuse. Au lieu d’une bouche et d’un anus qui risquent tous deux de se détraquer, pourquoi n’aurait-on pas un seul orifice polyvalent pour l’alimentation et la défécation ? On pourrait murer la bouche et le nez, combler l’estomac et creuser un trou d’aération directement dans les poumons – ce qui aurait dû être fait dés l’origine… »
« Nous deux on est frères de sang, on sort de la même seringue. »
« La démocratie est cancérigène par essence, et les bureaux sont ses cancers vivants. Bureaux, services, offices, sections… Un bureau prend racine au hasard dans l’Etat, se mue bientôt en tumeur maligne, comme la Brigade des Stupéfiants, et commence à se reproduire sans relâche, multipliant sa propre souche à des dizaines d’exemplaires, et il finira par asphyxier son hôte au sens biologique du terme, si on ne réussit pas à le neutraliser ou à l’éliminer à temps ».

Cette œuvre, difficile d’accès, à la lecture ardue, est considérée de nos jours comme une vision prémonitoire et hallucinée de la condition humaine contemporaine dite « post-moderne » : l’homme marchandise .

3 Ginsberg Allen (1926-1997)

ginsberg_81632cLa poésie de Ginsberg caractérisée par une liberté de ton et un aspect volontiers décousu aborde de front la sexualité, les désillusions sociales américaines et les modifications de la conscience, elle a fortement influencé l’émergence des idées hippies.Le slogan « flower Power », abondamment utilisé par la communauté Hippie lui est attribué.

Sa principale publication, Howl, un long poème en prose, est à sa sortie un scandale littéraire, en raison de son langage cru et explicite
Howl a été écrit en 1955 pour être récité lors d’une lecture publique à San Francisco. Il a ensuite été publié par le poète Lawrence Ferlinghetti chez City Lights Books.
Extraits
J’ai vu les plus grands esprits de ma génération détruits par la folie, affamés hystériques nus, se traînant à l’aube dans les rues nègres à la recherche d’une furieuse piqûre,
initiés à tête d’ange brûlant pour la liaison céleste ancienne avec la dynamo étoilée dans la mécanique nocturne,
qui pauvreté et haillons, et œil creux et défoncés restèrent debout en fumant dans l’obscurité surnaturelle des chambres bon marché flottant par-dessus le sommet des villes en contemplant du jazz,
qui ont passé à travers des universités avec des yeux radieux froids hallucinant l’Arkansas et des tragédies à la Blake parmi les érudits de la guerre,
qui ont été expulsés des académies pour folie et pour publication d’odes obscènes sur les fenêtres du crâne,
qui se sont blottis en sous-vêtements dans des chambres pas rasés brûlant leur argent dans des corbeilles à papier et écoutant la Terreur à travers le mur,
qui furent arrêtés dans leurs barbes pubiennes en revenant de Laredo avec une ceinture de marijuana pour New York,
qui s’enchaînèrent sur les rames de métro pour le voyage sans fin de Battery au Bronx pleins de benzédrine, jusqu’à ce que le bruit des roues et des enfants les firent redescendre tremblants, débris de bouche et mornes cerveaux cognés toute brillance écoulée dans un éclairage lugubre de zoo,
qui parlèrent sans discontinuer pendant soixante-dix heures du parc à la piaule au bar à l’asile au musée au pont de Brooklyn, un bataillon perdu de platoniques maniaques du dialogues sautant les pentes en bas des escaliers de secours en bas des rebords de fenêtre en bas de l’Empire State hors de la Lune, blablateurs hurlant vomissant des murmures des faits des souvenirs des anecdotes des orgasmes visuels et des traumatismes des hôpitaux et des prisons et des guerres

BOB DYLAN ALLEN GINSBERG
Bob Dylan et Allen Ginsberg

La Beat Generation a ébranlé la société américaine dans ses certitudes. Elle a directement inspiré aussi bien les mouvements de mai 1968 que l’opposition à la guerre du Vietnam, ou les hippies de Berkeley et Woodstock. Elle a servi de référence pour le mouvement gay et pour la libération sexuelle de la génération suivante. Elle a également permis la libération du monde de l’édition aux États-Unis.

………………………………………………………………………….
03CY-Jmayo6

 

 

 

 

Vie et mort des Templiers : de la Réalité au Mythe

Vie et mort des Templiers, de la Réalité au Mythe

francois-ars-par François ARS, professeur d’histoire à l’UBS

Fondé au moment des Croisades, l’Ordre du Temple a fait couler beaucoup d’encre. Ces moines soldats, chargés de protéger les pèlerins ainsi que les lieux saints, suscitent la curiosité et l’interrogation. Qui sont ces hommes dont la Règle tranche tellement avec celle de saint Benoît ?

1) De l’origine des Templiers

a) de l’importance des pèlerinages au Moyen Âge
La pratique du pèlerinage est très répandue au Moyen Âge :une visite à un petit sanctuaire local ou régional, réputé pour ses reliques, ou l’un des grands pèlerinages de la Chrétienté comme Rome, Saint-Jacques-de-Compostelle ou Jérusalem entrepris en général qu’une fois dans sa vie.
Le pèlerinage pour Jerusalem, le centre du monde spirituel terrestre. pouvait durer plusieurs années et les pèlerins devaient parcourir près de douze mille kilomètres aller-retour à pied, ainsi qu’en bateau pour la traversée de la mer Méditerranée
Le pèlerinage en Terre Sainte valait une indulgence plénière à qui l’entreprenait

Carte de la 1ère Croisade
Carte de la 1ère Croisade

b) les croisades chrétiennes du Moyen Âge
En 1071, les Turcs interdisent l’accès de Jérusalem aux Chrétiens.
En 1095 le Pape appelle aux armes toute la chrétienté pour libérer Jérusalem.À cet appel lancé directement aux chevaliers sans passer par les rois, une foule enthousiaste répond : (Dieu le veut) et fait vœu d’aller à Jérusalem.
La 1ère croisade , pèlerinage armé débute en 1096 avec des milliers de pèlerins piétons, pour restaurer l’accès à la Terre Sainte. Elle est couronnée de succès :   fondation des États latins d’Orient, dont la défense justifie les sept autres croisades principales, de 1147 à 1291.

c) la fondation de l’ordre

Brigands et voleurs jalonnent les routes que prennent les pèlerins : comment les protéger ?
En janvier 1120, lors du concile de Naplouse, Hugues de Payns et Godefroy de Saint-Omer ainsi que 5 autres chevaliers fondent la milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon  qui prendra en 1129 le nom de l’ordre du Temple lors du concile de Troyes ( qui le dota d’une règle propre ayant pour base principale la règle de saint Benoît avec quelques emprunts à d’autres ordres. L’application de cette règle fut sujette à divers aménagements pratiques.
A la même époque avait été créé l’ordre des Hospitaliers pour la prise en charge de l’hébergement des pèlerins.

d) particularité de l’ordre
Formation originale, car elle mêle une structure laïque et une structure religieuse. Dans une société féodale divisée en 3 ordres distincts: orator, laborator et bellator, cet ordre réunit la fonction orator et bellator (voire laborator) Il transgresse donc les fondations de la société féodale.
Formation originale encore : c’est le 1er ordre qui dépend directement du Pape . Les évêques n’apprécieront guère…
Formation originale encore : seuls les chevaliers prononcent les trois vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance Leurs sergents et écuyers ne sont guère tenus par ces vœux .
Cet ordre est dirigé par une maître.

2) Développement de l’Ordre des Templiers et chute

Basé à Jérusalem, l’Ordre s’étend sur l’Occident (divisé en une trentaine de provinces)

a) son activité économique au cours de 2 siècles
En 1139, le pape lui accorde des privilèges : les Templiers relevant directement de son autorité, peuvent avoir leurs propres prêtres et leurs églises mais surtout ils sont exonérés du paiement des dîmes(le chevalier paie de son sang). Dès lors, l’ordre s’étend en Terre sainte et en Europe, au travers de monastères appelées commanderies (vastes exploitations agricoles dotées d’une chapelle).
Grâce aux dons fonciers qu’ils recevront, et qu’ils feront fructifier ils possèderont 9 000 maisons et commanderies en Occident (1/3 en France, en Allemagne, en Angleterre, en Italie du Nord, en Espagne)sur les terres les plus riches.

Ces commanderies expédient récoltes et bétail vers l’Orient, pour permettre à l’ordre d’y assumer sa mission. Elles contribuent financièrement à l’édification de forteresses également.

Au fil du temps d’autres activités financières voient le jour :
-banquier : Les Templiers sont amenés à prêter de l’argent à toutes sortes de personnes ou institutions : pèlerins, croisés, marchands, congrégations monastiques, clergé, rois et princes
Par ailleurs l’activité financière de l’ordre prévoyait que les particuliers pussent déposer leurs biens lors d’un départ en pèlerinage Les Templiers inventèrent ainsi le bon de dépôt. Lorsqu’un pèlerin confiait aux Templiers la somme nécessaire à son pèlerinage, le frère trésorier lui remettait une lettre sur laquelle était inscrite la somme déposée. Le pèlerin pouvait ainsi voyager sans argent sur lui et se trouvait plus en sécurité. Arrivé à destination, il récupérait auprès d’autres Templiers l’intégralité de son argent en monnaie locale . En cas de décès au cours du périple…
-la garde des trésors royaux
Louis VII, en partance pour la deuxième croisade, a laissé le trésor royal sous la garde du Temple de Paris. Cette pratique, qui ne mêlait en rien les activités financières du Temple et celles de la Couronne, prit fin durant le règne de Philippe IV Le Bel.
-La gestion des finances de royaumes ( Naples, Aragon)

b) la chute de l’ordre

Eglise du Saint sépulcre
Eglise du Saint Sépulcre

b1 les raisons
La perte de la ville de Saint-Jean-d’Acre, qui entraîne celle de la Terre sainte scelle la fin de l’Ordre. Les Templiers reviennent en Occident où ils possèdent d’immenses richesses augmentées par les redevances (droits d’octroi, de péage, de douane, etc.) et les bénéfices issus du travail de leurs commanderies (bétail, agriculture…).
Ils possèdent également une puissance militaire équivalente à quinze mille hommes dont mille cinq cents chevaliers entraînés au combat, force entièrement dévouée au pape : pareille force ne pouvait que se révéler encombrante pour le pouvoir royal en place.

b2 la destruction
Le roi Philippe IV le Bel, pour renforcer son pouvoir sur son territoire souhaite détruire l’Ordre du Temple, mais manque de preuves et d’aveux afin d’entamer une procédure. Guillaume de Nogaret lui fournit matière en la personne d’un Templier qui aurait avoué le reniement du Christ, les pratiques obscènes des rites d’entrée dans l’ordre et la sodomie
Passant outre à une enquête pontificale, le roi dépêche des messagers le 14 septembre 1307 à tous ses sénéchaux et baillis, leur donnant des directives afin de saisir de tous les biens mobiliers et immobiliers des Templiers et d’arrêter tous les Templiers présents en France au cours d’une même journée, le vendredi 13 octobre 1307

Mise à mort des Templiers
Mise à mort des Templiers

Philippe le Bel demande à Guillaume de Paris, Grand Inquisiteur de France, de procéder aux interrogatoires des cent trente-huit Templiers arrêtés à Paris. Parmi ces chevaliers, trente-huit meurent sous la torture, mais le processus des « aveux » obtenus sous la torture a été enclenché, donnant lieu aux accusations d’hérésie et d’idolâtrie. Parmi les péchés confessés le plus souvent, l’Inquisition enregistre le reniement de la Sainte-Croix, le reniement du Christ, la sodomie et l’adoration d’une idole
Au concile de Vienne en octobre 1311 , quelques Templiers décident de se présenter pour défendre l’ordre. Le roi, voulant en finir part en direction de Vienne avec une armée afin de faire pression sur le pape Clément V. Il arrive sur place le 20 mars 1312.
Le 22 mars 1312 , une bulle papale Vox in excelso ordonne l’abolition définitive de l’ordre, suivie d’une autre Ad providam le 2 mai 1312, concernant les biens du Temple qui sont légués en totalité à l’ordre de l’Hôpital

Ainsi prend fin l’Ordre des Templiers. Place aux mythes et légendes (Trésor des Templiers…)qui fleurissent encore jusque dans la littérature contemporaine.

…………………………………………………….

02CY-Jmayo6

 

 

 

.

Programme du 3ème Trimestre 2015-2016

Programme du 3ème Trimestre 2015-2016

1 Le programme des Conférences et des Sorties (avril-mai-juin 2016)

Le 21 avril 2016 à Langolvas : l’abeille et le frelon asiatique

par Denis Jaffré, apiculteur

le 28 Avril 2016 : sortie Côtes d’Armor

.Lanvellec : visite du Château de Rosanbo et de son parc par la propriétaire, guide-conférencière
.Tréguier : visite commentée du jardin et de la maison d’Ernest Renan -Repas eu restaurant le Kreisker
.Plougrescant : petite promenade commentée par un couple passionné sur son beau site du littoral
.détour en bus par un château XVè revisité ; visite guidée de la surprenante chapelle Saint Gonery

Inscriptions  :-rue Le Flô  le  31 mars  de 10h30 à 12h00- Complet .Prix forfaitaire/pers. : 56 €.Départ  8h30 du Pouliet // 8h 45   Districenter Géant.

– le mercredi 04 mai 2016 à Langolvas : l’Attaque franquiste du sous-marin C2 à Brest : un épisode oublié de la Guerre d’Espagne en Bretagne

par Patrick Gourlay, professeur d’histoire

– le 12 mai à Langolvas : Vie et mort des Templiers – de la réalité au mythe

par François Ars, professeur à l’UBS

– le 19 Mai à Langolvas : Mathurin Méheut : décorateur marin entre esthétisme et réalité

par M Michel  Glemarec, ingénieur biologiste marin

– le 26 Mai 2016 à Langolvas : la littérature américaine du 20ème siècle : la Beat Generation: Kerouac, Burroughs, Ginsberg

par Olivier Macaux, conférencier

– Le 30 Mai 2016 au Quartz : Monteverdi avec l’Ensemble Matheus( dernier spectacle de l’abonnement 2015-2016)
– le 02 Juin 2016 à Langolvas : La Birmanie, pays d’ombre et d’or

par Alain Mahuzier, écrivain voyageur

-le 09 Juin 2016 à Langolvas : l’heure des Kurdes a-t-elle sonné ?

Par Daniel Cléach, retraité de l’enseignement

– le 16 Juin 2016 Sortie de fin d’année Le Cap Frehel / Fort-La-Latte

.Le Cap Frehel et son point de vue
.Visite guidée de Fort-La-Latte, flânerie et découverte
.Déjeuner à Sable-d’Or-Les Pins, visite guidée de la petite station balnéaire
.Sur le retour, visite guidée du Château de Bienassis et de son jardin
.Prix = 51€/pers.
.Inscriptions :
– le 26 mai 20 rue Poulfanc (complet)

.Départ : à 07h05 du Pouliet et à 07h20 du parking Districenter-Géant

– le 23 Juin 2016 à Langolvas : La démocratie à l’épreuve

par Laurent Laot, enseignant er à l’UBO

– le 23 Juin 2016 :    POT de fin d’année à l’issue de la conférence

……………………

2 Rentrée 2016-2017

Inscriptions pour l’année 2016*2017
– lieu : 20, rue du Poulfanc à Morlaix
– le jeudi 08 septembre 2016 de 09h00 à 12h00 et de 14h30à 17h00
– le jeudi 22 septembre 2016 de 09h00 à 12h00

Conférence
la 1ère conférence de l’année aura lieu le 06 Octobre
…………………………………

3 Les Ateliers

au local UTL, rue du Poulfanc à Morlaix (sur inscription)
– Lecture : de 14h15 à 16h30 les 03 mai, 31 mai et 28 juin
– Musique : à 14h00 un lundi par mois à une date donnée à la fin de chaque séance
– Philo
.Groupe 1 de 14h15 à 15h45 les 19 avril, 10 mai et 07 juin
.Groupe 2 de 16h00 à 17h30 les 19 avril, 10 mai et 07 juin
.Groupe 3 de 14h15 à 15h45 les 26 avril, 17 mai et 14 juin (1ère année)
– Ecriture : à 09h30 le mardi matin
– Sciences : le mercredi à des dates données lors des conférences
– Breton : le lundi à 17h00
……………………

4 Les partenariats

sur présentation de la carte UTL du pays de Morlaix 2015-2016
– le Theâtre de Morlaix : place à tarif réduit : voir le programme du Théatre « Suivez -nous »
– la Salamandre Film à 14h30 Tarif réduit les 18 avril, 09 mai et 13 juin 2016 ( voir le programme de la Salamandre) )

Atelier « Aimons la musique ensemble »

En mai 2016, nous avons écouté l’air le plus connu de la Norma de Bellini (1831) chanté par

1 Maria Callas

2 Monserrat Caballé

3 Renata Scotto

puis l’air « O mio babbino caro » de Giani Schicchi de Puccini (1918) chanté par

1 Inva Mula

2 Renata Tebaldi

3 Diana Damrau

4 Mirella Freni

Puis nous en avons discuté suivant notre plaisir ou notre réticence.

La prochaine séance du 13 juin sera consacrée à l’écoute de plusieurs soprani chanter de la musique française

AM

ADRESSE AUX LITTERAIRES PURS ET DURS

AUX LITTERAIRES PURS ET DURS

M RIO
M RIO

qui ne veulent pas entendre parler de sciences

Vous n’aimez pas les sciences, et vous êtes bien excusables, car vous avez gardé un mauvais souvenir de l’enseignement secondaire, qui donne les bases pour faire des scientifiques, mais en laisse aux autres une idée fausse et rébarbative, comme si en littérature on ne considérait dans un texte que l’orthographe et la grammaire.
Vous n’aimez pas les mathématiques, leur abstraction et leur rigueur impitoyable, et votre aversion s’étend naturellement aux formules de la physique et de la chimie, mais derrière ces formules il y a toujours des idées que vous pourrez comprendre si vous daignez vous les faire expliquer. Votre répugnance s’étend-t-elle aussi aux sciences de la vie, dont une bonne partie n’utilise pas de formules ?
Vous êtes cependant curieux de comprendre le monde, la vie et la pensée, et vous préférez les philosophes qui eux aussi s’y sont attachés, mais s’il n’y avait pas eu les scientifiques on croirait encore :
Aux 4 éléments d’Aristote, qui ne sont justement pas des éléments.
A la Terre immobile au centre du monde.
A Spinoza, qui a démontré de façon péremptoire que les atomes n’existent pas.
A la médecine d’Hippocrate et de Galien, avec ses humeurs, mais qui ignore la circulation du sang, les microbes, les antibiotiques et les médicaments de synthèse que vous utilisez.
Comme Heidegger, qui lui aussi n’aimait pas les sciences, vous croyez peut-être que la science ne pense pas. L’histoire des sciences prouve largement le contraire : non seulement les scientifiques pensent, et leur pensée est bien plus claire, cohérente et constructive que celle des philosophes, mais ils se font leur propre philosophie des sciences de leur domaine où les philosophes s’empêtrent, et leurs idées progressent avec le progrès des connaissances :
Connaissance de l’Univers, de son origine, de son histoire.
Exploration des planètes du système solaire et de leurs satellites
Compréhension des mécanismes fondamentaux de la vie avec le rôle des acides nucléiques, supports de l’hérédité, programme spécifique des espèces.
Exploration du cerveau et de son fonctionnement : un cerveau est une espèce d’ordinateur chimique, mais beaucoup plus souple qu’un ordinateur électronique, ce qui lui permet de reconnaître immédiatement un visage et de comprendre ce qu’il lit.
A côté de toutes ces découvertes, l’imagination est une pauvresse, y compris celle des auteurs de science-fiction.

La science est elle matérialiste ? Qu’en est-il de la matière et de l’esprit ? Par un curieux retournement des idées, la matière , étudiée dans ses ultimes constituants , n’est plus qu’une abstraction, une vibration du vide, alors que votre pensée la plus éthérée, vos émotions, sont l’effet de l’activité de vos neurones, des charges électriques et des neurotransmetteurs qu’ils renferment—des produits chimiques, quelle horreur !

Autant que les arts et les lettres, la science aussi est une culture, une activité de l’esprit. Comment l’avenir jugera-t-il le vingtième siècle ? Le dix septième a été l’apogée du classicisme, le dix huitième celui des lumières, le dix neuvième celui du romantisme, puis du réalisme, et le début d’une prodigieuse épopée scientifique.
Le vingtième se caractérise dans les arts par un affranchissement de toute règle, pour le meilleur ou pour le pire, mais dans les sciences c’est une extraordinaire explosion des connaissances qui se produit. Plus que les arts, plus que son histoire souvent atroce, c’est probablement ce qui le marquera le plus pour nos lointains successeurs.
Voulez-vous ignorer cet acquis ou le tenir pour négligeable, vous qui en utilisez tous les jours les retombées : les transports, l’électronique, la médecine ? Vous pouvez très bien laisser la technique aux techniciens, mais les idées et les connaissances fondamentales ?
Si vous ne voulez pas rester dans l’ignorance, essayez de surmonter votre répugnance, vous ne le regretterez sûrement pas, mais, si je ne vous ai pas convaincu, faites comme il vous plaira.

L’HOMME,UN ANIMAL RAISONNABLE ?

M RIO
M RIO

L’HOMME,UN ANIMAL RAISONNABLE ?

L’homme est- il un animal raisonnable ? Un animal, sans doute, héritier par son corps, ses organes, son cerveau, de toutes les espèces qui l’ont précédé depuis l’origine de la vie. Il voit, il entend, il sent, il marche et il court, mais ses performances sont assez modestes, d’autres animaux font beaucoup mieux. S’il sait nager, il ne peut pas rester très longtemps dans l’eau, et il peine à grimper aux arbres.
Cependant, il a appris depuis longtemps à semer et à récolter, à domestiquer des animaux rendus dociles. Il a édifié des temples, des palais, construit des navires. Plus récemment, il a fabriqué des machines volantes, il a inventé l’électronique et l’informatique. Il est allé sur la Lune et au fond des océans et a déchiffré les mécanismes fondamentaux de la vie. Tout cela grâce à la raison ? Est-il raisonnable ou raisonneur ?
Les auteurs anciens ont sous-estimé l’importance du cerveau considéré comme un organe subalterne. Ils étaient persuadés que la pensée, la conscience, étaient des phénomènes immatériels, que si l’âme est rattachée au corps elle peut s’en dégager et avoir une vie autonome plus heureuse, qu’elle seule réfléchit, décide, est douée de raison, c’est à dire qu’elle sait déduire les conséquences logiques de données préalables. Malheureusement, on peut raisonnes juste sur des idées fausses. C’est ainsi que sont nées des sciences aujourd’hui caduques : les astronomes n’ont que faire de l’astrologie, les chimistes de l’alchimie, les physiciens de la métaphysique, et les théologies ne reposent que sur des mythes. Comment la raison s’est elle ainsi égarée ?
Au départ, il y a donc eu des idées fausses ou trop simplistes : la Terre immobile au centre du Monde, le ciel tout près, immatériel, et l’homme but ultime de la création. Des notions floues, subjectives, comme le vrai, le beau, le bien, le juste et leurs contraires- le bien de l’un peut être le mal de l’autre- l’ignorance du monde microscopique qui conditionne le monde visible, l’intime conviction considérée comme source de la connaissance, et une apparence de logique conduisant à l’erreur.
Peut-on cependant raisonner juste ? oui sans doute dans des domaines où tout est parfaitement défini comme en géométrie. Dans les choses concrètes, le raisonnement est beaucoup moins créatif et moins efficace que l’intuition et l’imagination , si elles ont sévèrement contrôlées. Le contact avec la réalité matérielle est plus enrichissant que de vaines spéculations : les sciences expérimentales sont bâties sur des grandeurs mesurables : masse, longueur, temps …ce qui leur confère toute leur efficacité.
Dans le même temps où les philosophes du passé accumulaient erreurs et non-sens, les hommes de métier créaient et perfectionnaient des techniques de plus en plus efficaces, avant même que les sciences expérimentales bouleversent les connaissances. Ils créaient des merveilles d’architecture, de peinture, de sculpture pour glorifier des mythes, mai aussi des armes pour tuer et faire des guerres où personne ne gagnait.
Vrai et faux s’entremêlent. Nous vivons dans un océan d’idées fausses et de préjugés, les uns anciens, d’autres apparus en opposition aux nouvelles conditions d’existence, produits nouveaux, techniques nouvelles mœurs nouvelles. Sont-ils indéracinables ? Le cerveau est programmé pour la survie de l’individu et de l’espèce. Avant d’agir, il tient compte de la situation et réfléchit, mais pas toujours. Les animaux aussi ont du bon sens. Ils n’ont pas inventé la machine à vapeur, fierté du dix neuvième siècle, mais ce ne sont pas des automates et ils agissent selon les circonstances.
Où est l’animal raisonnable quand un seul coup de pied dans un ballon soulève l’enthousiasme d’une foule en délire et plonge les autres dans un profond désespoir ?

Le chat râleur mais fidèle de Maria Mens

Le chat râleur mais fidèle

Maria Mens

Et tous les jours c’est la même chose! – Mon gros minou, mon chaton à moi, le petit chéri de mémé et tout le tralala de bêtises! Mais elle ne voit pas que je suis un chat adulte et responsable?

Heureusement qu’elle a cessé de vouloir me faire jouer avec le fil qui pendouille, la p’tite pelote de laine, ou le grelot gagné dans un paquet de lessive. J’en ai par dessus la tête, « frito »! comme dit d’habitude le chien des voisins qui est d’origine espagnole, un épagneul noir et blanc qui a gardé un accent et le goût des aboiements en flamenco. Le pire c’est que son maître croit qu’il hurle à la mort, et le fait se taire immédiatement.

« Je suis en train de perdre ma voix! On ne me laisse pas pratiquer », m’a-t-il dit l’autre jour, car nous nous faisons des confidences. C’est pour cela que nous sommes tous les deux au courant des secrets de famille des deux voisins. Nous nous racontons tout et quand je dis tout, c’est tout.

Nous savons quand arrive la belle-mère des voisins car la belle-fille astique la maison, en disant des gros mots (qu’elle interdit à son fils) cache les souliers neufs que son mari trouvait si chers et se demande sans cesse quand sa belle-mère va partir, alors que elle n’est pas encore arrivée.

Quant à ma maîtresse, à l’annonce de la venue de sa famille, elle cache la bouteille du sirop pour la toux qu’elle boit avec ses copines tous les après-midis, quand elles ont finit de jouer aux cartes. Je dois vous dire qu’il est drôlement efficace, car un jour elles ont renversé la bouteille, j’ai lapé un peu et quelque chose à changé en moi : je me suis senti devenir un tigre qui poussait des rugissements et bondissait, semant la terreur dans la jungle- je veux dire dans la pièce-. Toutes les copines sont parties en moins de trois minutes.

Pendant quelques jours, ma maîtresse me regardait d’une drôle de façon….

Mais le pire , ce sont les secrets lourds à porter: nous savons tous les deux où nos maîtres gardent ce qu’ils appellent « le magot », qu’ils visitent régulièrement en secret, avec des mines mystérieuses. « C’est ça que le Fisc aura en moins », se délecte le voisin. Quant à la mienne c’est pareil. Un jour, à l’arrivée de sa fille, elle l’a fait entrer en grand secret dans la buanderie. -Viens voir « le magot », si le Fisc le savait ! Je regardais aussi, et j’ai vu des pièces jaunes très jolies dans une boîte en carton et vous savez où ? à l’intérieur de la machine à sécher le linge! On n’a pas d’idée ! Moi, si j’étais un voleur c’est là où j’irais voir en premier.

Mon copain et moi nous ne savons pas qui est ce Fisc, mais c’est sûrement un individu redoutable. Même s’ils nous embêtent, nos maîtres nous donnent à manger et nous caressent et nous grattent le dos et derrière les oreilles. Nous sommes décidés à défendre leur « magot», contre ce monsieur le Fisc. Pour le cas où il viendrait par ici, nous prendrons le « magot » et nous le cacherons le mieux que nous pourrons et personne le trouvera; nous avons pensé à un endroit sûr que je connais très bien. C’est un égout près d’ici, dans la campagne environnante, où je suis tombé il y a quelques années. Je dois la vie à un gamin qui m’a entendu et m’a repêché avec un filet à crevettes, car le trou est profond et glissant.

Avec mon copain, c’est décidé: pour que nos maîtres soient tranquilles une bonne fois, cet après-midi nous allons cacher là bas le « magot » qui les préoccupent tellement. Ah! j’ai hâte de voir leur tête, quand elles verront qu’elles n’ont rien à redouter de ce monsieur Fisc de malheur !