la Syrie et l’Etat Islamique

 

La Syrie et l’Etat Islamique  ( oct.2015)

par M COLLAS, professeur à l’UBSplusieurs-conferences-avec-luniversite-du-temps-libre

La guerre civile syrienne est un condensé des problèmes vécus par le monde arabe actuellement.
-une lutte entre chiites et sunnites
-un modèle occidental laïc qui cède la place à une ré-islamisation
-la fin d’un monde hérité du partage effectué à la fin de la 1ère WW
-une lutte d’influence entre l’Arabie Saoudite et l’Iran

.
-Carte_de_la_Syrie_FRL’essentiel du territoire syrien est constitué par un vaste plateau calcaire surmonté de quelques reliefs anciens et traversé au nord-est par l’Euphrate . La majorité de la population syrienne réside dans les villes et les principales agglomérations sont situées sur la bande côtière (Tartous, Banias, Lattaquié, Jableh ), dans l’ouest (Alep, Homs, Hama ) et le sud du pays (Damas, Deraa ).

.

.

les minorités en Syrie
les minorités en Syrie

À cette géographie physique se superpose une géographie humaine

(ruraux/urbains) et une géographie ethno-religieuse (sunnites, chiites, alaouites , druzes, chrétiens? kurdes)

La Syrie est un pays ( a fortiori une nation) qui n’existe pas et qui n’a jamais existé.

 

 

.

.

.

1– GRANDES LIGNES HISTORIQUES

 

A) sous domination ottomane

 

empire ottoman_0

Ces territoires, qui faisaient partie de l’Empire romain , font partie au XIXème siècle de la zone arabe de l’Empire Ottoman, sous la forme de vilayet de Damas et d’Alep ( au même titre que Jerusalem et Beyrouth plus au sud par ex.)
Cette zone permettait à la Sublime Porte de relier Istanbul à la péninsule arabique( agitée par des soulèvements à répétition des tribus arabes) .

Elle est aussi un carrefour permettant de relier la Méditerranée aux Indes (Angleterre)

.

.
A la fin du XIXème, l’Empire Ottoman est en déliquescence , soumis à des pressions externes(Russie pour un accès à la Méditerranée, France pour une politique d’arc méditerranéen et sykes picot collasAngleterre ) aussi bien qu’à des tensions internes ( révoltes…)
Dès le début de la 1ère WW , l’Empire Ottoman s’étant allié avec l’Allemagne , les chancelleries française  et anglaise  anticipant l’écroulement de l’Empire Ottoman, négocient  le partage en zone d’influence ses territoires arabes. L’accord totalement secret Sykes-Picot de 1916 délimite au nord une zone sous influence française , la partie sud étant réservé aux anglais(pétrole récemment découvert/ route des Indes) et parallèlement à ces négociations…

.

.

.

combattants de l'émir Fayçal en 17
combattants de l’émir Fayçal en 17

.

Désireux d’ouvrir un 3ème front militaire au sud de l’Europe pour affaiblir l’Allemagne, les Anglais ne sont pas avares de promesses  à ceux qui prendront les armes contre l’Empire Ottoman . Elles sont contradictoires, ambigües et donc intenables sur le long terme
a)aux arabes , ils promettent en toute discrétion un grand royaume qui s’étendrait du sud de la Turquie au sud de la péninsule arabique
b)aux juifs par la déclaration Balfour de 1917 ils promettent la création d’un foyer national juif

 
 .

.

.

 
 
B) sous mandat français (1920-1946)

Le traité de San Remo en 1920 consacre à quelques retouches près le projet de partage Sykes-Picot. Ce découpage, effectué par les puissances coloniales n’a jamais été reconnu par les populations locales et a créé un fort ressentiment à l’égard de l’Occident. Les révoltes arabes de 1920 à 1925 sont matées par l’armée française  : les territoires du Liban et de la Syrie passent sous mandat français qui va s’appuyer sur la bourgeoisie locale(grands propriétaires terriens) Celle-ci va progressivement se mobiliser pour l’indépendance en prônant une voie panarabe( occidentalisation des institutions- laïcisation -développement économique- unité du monde arabe). Progressivement dans les années 30, sous le contrôle d’un haut commissaire français, un gouvernement arabe syrien est mis en place, un parlement voit également  le jour. Ce mouvement d’émancipation est brutalement arrêté par la 2nde WW et le pays n’acquiert son indépendance qu’en 1946 après quelques tribulations….

C)l’indépendance (1946-1963)

Cette période très chaotique voit la prise de pouvoir par les grands propriétaires terriens au détriment des fellahs. Mise en place d’institutions républicaines avec la tentative de création d’une entité nationale sur un territoire composite habité par des arabes, kurdes et d’autres minorités.

Période troublée émaillée de coups d »état

D)un coup d’état décisif (1963-1970)

Le parti Baas, regroupant les populations situées à la périphérie du système accède au pouvoir par l’intermédiaire des officiers de l’armée issus des milieux modestes. Ce parti a un programme socialisant sur le modèle soviétique.
De nombreux coups d’état se succèdent….
Pour comprendre cette instabilité du pouvoir , la lecture d’Ibn Khaldoun(1332-1406) est indispensable :concept de l’asabiyya. Sa grille de lecture permet de comprendre encore de nos jours les évènements du Proche et Moyen Orient.

E) l’ère Assad (1970-2011)

les assad
a) le père Hafez El Assad
Hafez elAssad, général d’aviation formé en URSS, ministre de la Défense prend le pouvoir, en s’appuyant sur les Alaouites(branche du chiisme) dont il est issu. Il mène une politique socialisante avec économie planifiée, en développant la zone alaouite au détriment des autres zones (zone damascène notamment). Les Alaouites intègrent tous les rouages de l’Etat.
Les sunnites, largement majoritaires dans le pays se soulèvent à la fin des années 70( de 79 à 82) et font l’objet d’une répression féroce et massive : les imam sunnites sont embastillés, leurs mosquées sont fermées..
La crise du pétrole dans les années 80 freine le timide développement économique alors que le système éducatif a pris son essor, que la démographie est forte, que l’administration est pléthorique .

Face à la crise économique ( montée du chômage, dégradations des conditions de vie, montée du mécontentement populaire) , Hafez el Assad effectue un revirement à la recherche d’alliés politiques : il libère les imam emprisonnés, il ré-ouvre les mosquées.
En fait , et à son insu, il déroule le tapis aux Fréres Musulmans qui prônent le retour à la charia et l’abandon de la voie laïque.
b) le fils Bachar El Assad
En 1970, à la mort de son père, Bachar El Assad, après une brève formation aux affaires, accède au pouvoir. Il effectue un revirement dans la politique économique : il suit les préconisations du FMI contrairement à son père.
Il tente une modernisation par la voie libérale classique :
-réduction de l’intervention de l’Etat ( avec comme corollaire le congédiement de fonctionnaires alaouites)
-financement d’une industrie syrienne
-développement du commerce international
Bachar el Assad s’appuie dorénavant sur la grande bourgeoisie damascène en abandonnant les intérêts de la communauté alaouite et en délaissant les villes périphériques., perdant de ce fait ses appuis traditionnels.
Devant la montée des mécontentements dont  les Frères Musulmans sont les seuls porte-parole audibles, en 2008-2009 , il revient à une pratique autoritaire et répressive à leur égard ; et se retourne  vers sa communauté alaouite ( organisée en clan autour du pouvoir).

2 LA SITUATION ACTUELLE

Le Printemps arabe aboutit en définitive à la destitution des dirigeants en place, selon la lecture qu’en fait Bachar El Assad.
Pour conserver le pouvoir, il s’engage dans la répression violente des manifestations de 2011 qui demandent une libéralisation en matière politique et plus de démocratie.

La guerre civile commence.

a) 4 forces qui se combattent entre elles

-le gouvernement en place qui entend conserver le pouvoir
les démocrates qui ont lancé les manifestations qui sont rapidement contraints à l’exil ( Paris ou Londres)
-les Frères Musulmans qui les premiers organisent une résistance armée au régime
l’Organisation Etat islamique (OEI) du Levant :

b) une nouvelle force politico-militaire : l’Etat islamique ou Daech

Parallèlement au mouvement Frères Musulmans créé en 1928 ,  apparaît en Irak en 2006 un mouvement radical d’obédience sunnite dans le chaos généré par les USA qui ont laissé désœuvrés les cadres dirigeants civils et militaires de Saddam Hussein et qui ont favorisé dans le processus de démocratisation une minorité chiite désireuse de prendre sa revanche sur les sunnites, soutiens de Saddam.

en gris, territoires de l'EI
en gris, territoires de l’EI

Cette mouvance , composée majoritairement d’Irakiens, se développe rapidement pour pénétrer en Syrie en 2011.
Comme son nom l’indique, l’objectif est de créer un nouvel état basé sur la charia dans la zone. Son porte-parole El Bagdadi proclame le Califat en juin 2014 ( et s’autoproclame calife dans la foulée).
Caractéristiques du mouvement :
nébuleuse( pas de connaissances des noms des responsables)structurée en Etat
-avec un budget
les ressources proviennent de l’impôt coranique, des dons privés et des fonds en provenance d’Arabie saoudite et du Qatar, du pétrole ( 360 puits sous contrôle) , des banques saisies
-avec une capitale Raqqa située en Syrie
– avec une armée estimée à 30 000 combattants ( pour un total de 60 000 en intégrant la logistique)
avec une ossature composée de combattants irakiens expérimentés (ex armée de Saddam)
– avec une justice basée sur la charia( interdiction de l’alcool, de la danse de la musique…)
-avec une politique de communication très bien rodée basée sur la terreur et l’effroi en vue de terroriser et les

grand califat islamique
grand califat islamique

occidentaux et les populations locales qu’elles veulent soumettre
Le territoire occupé par l’EI est à cheval sur la Syrie et l’Irak . La partie syrienne est une zone désertique occupée

par 3 millions d’habitants.
L’objectif ultime est de revenir territorialement au Grand Califat du XIIème siècle : cf zone noire de la carte

 

 

 

.
c) l’implantation de ces différentes forces en octobre 2015
situation en Syrie oct.2015
situation en Syrie oct.2015

-le gouvernement Assad contrôle la bande côtière ouest , territoire des alaouites(10% à 12% de la population syrienne)

.
-les Frères Musulmans tiennent une poche au Nord, à proximité de la frontière turque (Turquie dirigée par les Frères Musulmans)

.

-les Kurdes au Nord Est

 

-l’EI la partie centrale et est du pays

d) interventions extérieures

la Russie de Poutine par ses appuis de troupes au sol et par les raids de son aviation défend le régime Assad pour

territoires de l'EI (oct2015)
territoires de l’EI (oct2015)

pouvoir conserver sa base navale de Tartous et combat les groupes islamistes pour éviter la propagation de l’EI dans les communautés russes musulmanes du Caucase et la Tchétchénie par ex. Autre raison : le retour de la Russie et de Poutine en tant qu’interlocuteur majeur et incontournable sur la scène internationale.

Les interventions d’Assad sur le plan militaire consistent à établir une continuité territoriale entre les différentes zones qu’il contrôle, Lattaquié étant sa base arrière.
-l’Iran a également déployé des troupes au sol et fait appel à des supplétifs comme le Hezbollah libanais dans un conflit chiite/sunnite
-un combat entre Iran et Arabie Saoudite( berceau et banquier de l’intégrisme sunnite dans le monde) par Syriens interposés pour l’hégémonie sur le Proche Orient (contrôle des lieux saints)
-les frappes occidentales par l’aviation sont d’une inefficacité voisine de zéro.
Les troupes du Moyen Orient sont les seules en mesure de régler le conflit

e) les conséquences sur la population civile

Sur les 22 millions d’habitants que contenait la Syrie, le conflit a déjà fait entre 200 000 et 300 000 victimes et 11 millions de personnes ont été déplacées depuis 2011. Sur ces 11 millions, 4,5 millions (1/5 de la population totale) ont choisi l’exil :
-en Turquie …..1 940 000  …………….. soit + de 40% des exilés
-au Liban ………1 148 000    …………………… soit 25%
-en Jordanie……. 629 000
-en Irak …………..248 500
-en Europe ………430 000 soit un peu moins de 10%
-en Egypte……… 132 000
-reste du monde ..53 000 ( Qatari et Saoudiens n’accueillent pas de réfugiés)

f)risques de déstabilisation du Liban et de la Jordanie par le flot de réfugiés

Cet exode massif représente pour la Jordanie près du 1/3 de sa population et pour le Liban 1/4 de sa population ( contre 2.5% pour la Turquie   et o,06% pour l’Europe par exemple)….

….
A l’issue du conflit ( dans des mois, des années ?),  surgira une reconfiguration territoriale et politique qui peut-être prendra en compte les aspirations des populations locales; les habitants du Proche Orient l’auront payée  au prix fort. Une certitude : le partage imposé par les puissances occidentales à la fin de la 1ère Guerre Mondiale est arrivé à son terme….

 

Les cartes ci-dessous font donc partie définitivement du passé….

sykes-picotGF

Nota : un Islam ou des Islam dans la mesure où les exégètes du Coran s’arrêtent à une période : 8ème, 12 ème ou 18ème siècle par exemple, sachant :

que le texte du Coran se rapproche de la poésie,   forme idéale pour l’interprétation

et que l’exégèse de l’un exclut celle de  l’autre.

ref CYJoct16

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

syrian asylum

Syrie février 2016