Ethiopie : Echos d’un voyage insolite par l’Amiral Merer

Ethiopie : Echos d’un voyage insolite

MERERpar Laurent Mérer

Avant-propos

Ce n’est ni un géographe, ni un historien ni un ethnologue mais un voyageur occidental curieux qui invite à parcourir en sa compagnie (en 2012) un pays méconnu ou tout du moins une partie : l’Ethiopie. Pourquoi ce pays ? Entre autres pour aller à la découverte de ces premiers royaumes chrétiens du IVè et Vè siècle, évangélisés à la même époque que la Bretagne, où se mêlent l’histoire et la légende, véritable trou noir situé au sud de l’Egypte d’où part le Nil Bleu.

A) L’ETHIOPIE en quelques données

800px-Ethiopia_climate_mapC’est un vaste pays de 1 100 000 km2, peuplé de 90 millions d’habitants (qui comptera 200 millions à la fin du siècle), avec une économie essentiellement pastorale et agricole (85 % de la population sont des paysans), avec 40 millions d’enfants de moins de 15 ans et dont le PIB/hab est 33 fois moindre que le PIB/hab français.
Située au cœur de la corne de l’Afrique, l’Éthiopie est encadrée par des pays voisins «agités» : au nord l’Erythrée et le Soudan, à l’ouest le Soudan du Sud, à l’est Djibouti et la Somalie, et au sud la Somalie et le Kenya.Elle a perdu son accès direct en 1993 à la mer après le conflit avec l’Erythrée.
Le pays est composé de hauts plateaux en son centre dont l’altitude varie entre 1800 et 3000 mètres, et dont la plus haute montagne atteint 4533 mètres. Un grand nombre de cours d’eau sillonne le plateau, notamment le Nil Bleu qui s’écoule depuis le lac Tana. Le plateau descend progressivement vers les basses terres du Soudan à l’ouest et les plaines inhabitées de Somalie au sud-est.
Le climat tempéré sur les hauts plateaux et chaud dans les basses terres favorisent le développement d’une faune et d’une flore très diversifiées.
350px-Ethiopialanguages.svgOfficiellement, les Oromos et les Amharas représentent respectivement 32,1% et 30,2% de la population et sont démographiquement les entités les plus importantes. Les Afars (7%), les Tigrés (4,2%), les Somalis (4,0%), les Gurages (4,3%), les Sidamas (3,4%) ou lesWelaytas (2%) ensemble représentent près de 25% des Éthiopiens.
Selon le recensement de 2007, les chrétiens représenteraient 62,8% de la population, répartis entre orthodoxes monophysites (43,5%), protestants (18,6%) et catholiques(0,7%). 33,9% des Éthiopiens seraient musulmans et 3,2% pratiqueraient une autre religion r
En termes de répartition géographique, l’Ethiopie peut grossièrement être divisée en deux avec d’une part les hauts plateaux (Addis-Abbeba, Amhara et Tigré) dont les habitants sont majoritairement orthodoxes (église orthodoxe autocéphale depuis 1959) et les terres de l’est (Harar, Afar, Somali) où les habitants sont principalement musulmans sunnites . La région Oromia est partagée, avec 53% de chrétiens et 43% de musulmans

-CARTE Éthiopie_-_Djibouti.HDB) A la découverte de l’ETHIOPIE

Préparé par son épouse Corinne, le périple d’une durée de 6 semaines, sac à dos, à pied,en stop, en bus ou en camion, comporte deux boucles :

.
-la 1ère mène au Nord en partant d’Addis Abeba ( ‘Ethiopie « historique »)

.
-la 2nde part de cette même ville et s’en va vers Harar à l’Est.

 

 

 

Stela_aksuma) AKSOUM

Aksoum est une ville septentrionale d’Éthiopie, dans la province du Tigré. C’est l’un des centres religieux de l’Église éthiopienne orthodoxe.

les 7 Saints Syriens
les 7 Saints Syriens

Aksoum a été le centre de l’empire aksoumite entre le Ier et le VIe siècle de notre ère
D’après la tradition éthiopienne relatée dans le Kebra Nagast ,livre de la Gloire des Rois ,qui fonde la mythologie politique de la dynastie salomonide à partir du XVe siècle, l’Arche d’alliance aurait été volée par Ménélik Ier, fils du roi Salomon et de la reine de Saba. Les traditions éthiopiennes assimilent depuis au moins le XVIe siècle l’endroit où repose l’Arche d’Alliance à l’église d’Aksum Maryam Seyon. Elle s’y trouverait toujours.
deux jeunes chrétiens lettrés d’origine syrienne, Frumentinos et Edesius deviennent conseillers du roi et fondent à PIERRE-EzanaGreekTabletAksoum une communauté chrétienne gréco-syrienne.( La pierre d’Ezana décrit le passage du pays à la chrétienté.)
Vers l’an 335, le roi Ezana d’Axoum se convertit et son royaume devient le 2nd royaume chrétien après l’Arménie.
En 390 AJC Aksoum est à son apogée et commerce par la mer Rouge , par les routes de caravanes remontant d’Egypte ou partant du Yémen vers la Mésopotamie . Elle exporte des émeraudes venues des cataractes du Nil, des épices, de l’encens.
À cette époque, l’Empire d’Aksoum contrôlait le nord de l’Ethiopie, l’Erythrée , le nord-est du Soudan, le sud-est de l’Egypte , Djibouti , le Yémen et le sud de l’Arabie Saoudite .
Les obélisques : vestiges de l’influence égyptienne

.

b) LALIBELA appelée par certains la« Jérusalem Noire »

Rock-Hewn-Churches-LalibelaLalibela est une cité monastique située à 2 630 mètres d’altitude sur le flanc sud-ouest des monts de la région Amhara en Éthiopie. Ville sainte des chrétiens orthodoxes d’Éthiopie, elle reste célèbre pour ses onze églises monolithes médiévales taillées et creusées à même le roc, dont la plus célèbre, Bete Giyorgis (Église Saint-Georges), remonte au treizième siècle.

 
 
 
.

.

c) NEGASH

Negash est un village du nord de l’Éthiopie, dans le Tigré
Selon la légende, Negash(Négus) serait la plus ancienne implantation musulmane en Ethiopie. Elle porte le nom du roi d’Axoum, Négus qui a protégé la famille de Mahomet lorsque celui-ci , persécuté dans son propre pays a mosque-negashdemandé asile à sa famille au roi d’Axoum Avant sa mort, il aurait prié ses disciples de vivre en paix avec les chrétiens de ce royaume.
De là viendrait la bonne co-existence entre chrétiens et musulmans alors que les musulmans entraient dans une phase d’expansion .
Cette tolérance prônée par Mahomet a été ébréchée au fil du temps. Le Gragn au XVIè a lancé une guerre sainte qui a failli aboutir sans l’intervention des portugais appelés à la rescousse pour sauver ce royaume chrétien .

d) le lac TANA

NIL BLEULe lac Tana, est le plus grand lac d’Ethiopie (3 630 km2 environ 70 km en largeur et 80 km en longueur). Il est situé à une altitude moyenne de 1 800 m.
Le régime pluviométrique est en effet extrêmement irrégulier, selon un régime tropical de mousson Aussi le seul tributaire du lac Tana, le Nil Bleu possède une force colossale en saison des pluies (de juin à septembre)
À 36 km après sa sortie du lac, le Nil Bleu chute brusquement à Tessessat , puis s’engage pour une longue percée sur plus de 900 km à travers les roches volcaniques éthiopiennes, formant parfois des canyons gigantesques. Lorsqu’il passe la frontière soudanaise le Nil bleu représente environ 2/3 des eaux du Nil à Khartoum où il rejoint son grand frère, le Nil Blanc.
dès le XIIIe siècle, le lac joue un grand rôle dans la préservation et la consolidation de l’empire chrétien d’Abyssinie, grâce notamment au Nil Bleu, barrière naturelle protectrice contre les invasions musulmanes et que seuls les bateaux de papyrus permettent de franchir jusqu’à la construction du pont portugais d’Alata en 1626
Terre chrétienne, la région du Choa très tôt accueilli des moines qui, en temps de péril, se sont réfugiés sur le lac comme lors des raids des jihads musulmans du Gragñ, au XVIe siècle.
800px-EthiopieLacTanaTankwaLe nombre d’îles sur le lac : 37 îles portant des noms, parmi lesquelles 19 accueillaient ou avaient accueilli un monastère ( un ferry assure les liaisons entre les îles et les différents villages situés aux alentours)

 
 
 
 

.

 .

.

e) GONDAR

gondar-castles-ethiopie1-102Capitale de l’Éthiopie de 1632 à 1855, Gondar possède des vestiges de châteaux et de palais construits par divers rois(de 1630 à 1755 . Les plus importantes sont le château de Fasilidas et le palais de Yasous Ier le Grand (r. 1682-1706). Le style architectural de ces édifices de pierre dénote une forte influence portugaise .

 

 

.

.

f)le MASSIF du SIMIEN

Petite expédition de 3 jours dans le massif de Simien
800px-Semien_Mountains_02SemienWaterfallLa chaîne de montagnes est constituée de plateaux séparés par des vallées et parsemés de sommets. (point culminant à 4 550 mètres)
2 constatations :
-les moindres parcelles cultivables sont cultivées selon des méthodes ancestrales
-difficultés de communication entre les différentes vallées contrariant tout effort de développement

.

g) ADDIS-ABEBA

Addis-Ababa-1Addis-Abeba, (Nouvelle fleur )est la capitale de de l’Ethiopie , mégalopole de plus de trois millions d’habitants .Elle accueille depuis 1963 le siège de l’ UA ( l’Union Africaine)
Addis-Abeba est située au centre du pays, sur un plateau à une altitude comprise entre 2 300 et 2 600 mètres
Le choix du déplacement vers l’actuelle Addis-Abeba s’explique par le besoin de contrôler au plus près les nouveaux territoires conquis au sud par Menelik II.

 

.

h) HARAR

harar vieille vilelf-Harar-5Harar est une ville située à l’Est de l’Ethiopie. Elle est parfois qualifiée de quatrième ville sainte de l’islam ; elle fut au XVIème la capitale du royaume des Harari (1520-1568) et un important foyer culturel islamique, puis au XVIIème le centre d’un émirat indépendant. La ville reflète ce riche passé en proposant un concentré de l’architecture de différentes époques : trois mosquées du Xème Siècle , des murailles édifiées au XVIème siècle et des maisons traditionnelles,
City-Of-Harar-6Lieu de résidence d’Arthur Rimbaud et d’Henry de Monfreid.
Cette ville a perdu de son influence économique quand elle n’a pas été retenue dans le tracé du chemin fer menant de Djibouti à Addis Abeba

.

*************************************

 

Cette pérégrination a permis de découvrir :
-un peuple très accueillant,
-des paysages d’une rare beauté,
-un pays qui a été le seul État africain à avoir résisté à la colonisation européenne , qui soit resté chrétien depuis 1 500 ans
-un pays qui croit en son avenir , en sa jeunesse , dans sa démocratie et ceci malgré une présence chinoise qui peut paraître envahissante à certains ( implantation d’usines, constructions de routes, achats massifs de terres).

.
*************
Hailé Sélassié : un long parcours politique – une figure emblématique de l’Afrique
hailie selassiéLa fille de Ménélik II , Zewditou est proclamée en 1916 impératrice d’Éthiopie sous le nom de Zewditou Ire et son cousin Tafari, prince héritier et régent de la couronne. En tant que régent,ras Tafari exerça la réalité du pouvoir durant le règne de Zewditou. Il porte le titre de negus du 07 octobre 1928 au 02 avril 1930. Au décès de l’impératrice, ilest couronné empereur le 02 novembre 1930 sous le nom de Haïlé Sélassié Ier
Haïlé Sélassié poursuit la politique de modernisation progressive lancée par Ménélik II. Il obtient l’admission de l’Éthiopie à la SDN en 1923 et réalise une première tournée diplomatique en Europe en 1924 Il décrète la première constitution du pays en 1931 . Il symbolise la résistance au fascisme quand il prononce son discours à Genève en 1936 : » Je suis venu en personne, témoin du crime commis à l’encontre de mon peuple, afin de donner à l’Europe un avertissement face au destin qui l’attend si elle s’incline aujourd’hui devant les actes accomplis »  A la suite d’un coup d’état, il est destitué en 1974

 

 

carnet d'ethiopie