Eternel Goncourt par J-C Guichen

Eternel Goncourt

 par J-C Guichen

«  Partout où l’on parle Anglais, personne n’ignore le nom de Dingley, l’illustre écrivain. »

De temps en temps je visite la cabane où sont déposés, vieux journaux, revues, publicités… Du fatras, ce jour là émergeait une reliure cuir qui me semblait d’une bonne facture. Je la retire et j’ai dans la main un livre avec un dos de cuir qui fut noir, sa longue exposition dans une bibliothèque bien éclairée lui avait donné une belle patine marron clair. Le titre en lettres d’or n’avait pas vieilli. Je pouvais lire distinctement DINGLEY.
Je l’ouvre et sur la première page avant qu’elle ne me reste entre les doigts, bien visible en caractères gras : « Partout où… » La couverture œuvre d’un maitre relieur a parfaitement résisté. Les pages intérieures partent en poussière. Celles qui restent sont rongées, déchiquetées, bordées de larges taches de couleur brune qui laissent prévoir un effritement au moindre toucher.
L’état de la reliure et la curiosité m’incite à prendre le vieil ouvrage malgré l’odeur de moisi. De retour à la maison je prends une brosse au garage et m’évertue à le rendre propre sans trop m’inquiéter de la chute des feuilles. A la fin du bouquin, la dernière page encollée sur la robuste garde de couleur a résisté au temps et à mon vigoureux nettoyage. Elle me livre une partie du secret: «  DINGLEY » est l’œuvre de deux auteurs Jérôme et Jean Taraud binôme d’écrivains. Comme Edmond et Jules, les créateurs du fameux prix littéraire dont rêvent tous les auteurs.
Curieux, confessant ma totale méconnaissance de ces deux inconnus, je recherche dans la formidable Bible du Net, qui sont ces deux littérateurs, ont-ils laissé une trace.
Stupéfaction : « Dingley » de Jérôme et jean Taraud est lauréat du Prix Goncourt 1906