les 4 piliers de la sagesse républicaine

les 4 piliers de la sagesse républicaine

par Alain Le Guyader , Maître de Conférences er à Ivry

Toute société renvoie à un projet politique. En France, le texte fondateur de ce projet figure dans le Préambule de la Constitution, qui constitue le socle de l' »identité nationale » et qui est l’aboutissement de longs combats pour les libertés fondamentales :

«Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004».

Pour expliciter le titre de la conférence
la sagesse : le droit pour toute personne de réussir sa vie
la république : (res publica ) il existe une sphère publique qui prime sur toutes les autres sphères d’activité, que nul ne peut s’approprier, lieu de discussions et d’arbitrages entre citoyens libres. La république est souvent confondue avec l’organisation de l’Etat (par opposition à la monarchie, la théocratie, l’Etat français) ce dernier n’étant que l’instrument au service du politique.

A) LES «PILIERS» de la REPUBLIQUE

L’article premier de la Constitution de 1958 définit les principes fondamentaux de la République française.
« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.»

1-indivisible

Uniformité du droit applicable sur l’ensemble du territoire national.
Unicité du peuple
Égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de couleur de peau ou de religion.
Monopole du Parlement, représentant la souveraineté nationale, pour l’élaboration de la loi.

2 -laïque

La séparation des églises et de l’État (Loi de 1905).
La neutralité de l’État, et donc des agents publics
La République assure la liberté de conscience (article 1 de la Loi de 1905).
La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte (article 2 de la Loi de 1905).

3 -démocratique

État de droit.( différence avec l’Etat légal / hiérarchie des droits)
Suffrage universel.
Libertés publiques (liberté d’aller et venir, liberté d’opinion, liberté d’expression, liberté d’association, liberté de réunion, liberté de manifestation, etc.)
Le principe de la République est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple (article 2 de la Constitution française).
La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice (article 3 de la Constitution française).

4 -sociale

Progrès de l’Humanité et construction d’un monde meilleur.
Fraternité citoyenne.
Égalité des chances par l’école de la République.Instruction obligatoire.
Solidarité nationale entre les citoyens et entre les territoires de la République.
Droits économiques et sociaux du Préambule de 1946.
Interventionnisme social de l’État.

B) LES RISQUES DE FRAGILISATION DE CES PILIERS

a) un referendum  dont les résultats ne sont pas pris en compte par les représentants du peuple.Conséquence : abstention massive lors des élections suivantes
b) l’actuelle construction européenne : plusieurs domaines de compétence ont été transférés au niveau européen. Des décisions sont prises au niveau européen alors qu’il n’existe pas de véritable démocratie européenne.
c) des projets pour la reconnaissance d’un peuple corse ou d’autonomie de l’île
d) l’introduction d’une «société civile» dans le débat public
e) des prétentions nationales-racistes ou religieuses quant à la conduite des affaires
f) des projets de subventions aux activités cultuelles
g) les projets de reconnaissance de minorités disposant de droits spécifiques
h) la concentration des médias entre les mains de quelques grands groupes industriels et financiers.
i) l’émergence d’un «vote musulman», d’un «vote catholique» ou … d’un « vote bouddhiste »
j) la séparation culturelle, sociale et géographique des « élites »
Ce « catalogue » est bien entendu loin d’être exhaustif….

………………………………………………….
Ce discours sur ces valeurs fondamentales de la République , alors que les fractures économiques, sociales, culturelles et géographiques s’amplifient sur le territoire français peut-il encore être entendu (au-delà des disputes byzantines sur des sujets mineurs) par les chantres de la mondialisation et par  leurs émules qui ne se reconnaissent plus désormais que dans un «récit mondialisé» où l’histoire ne s’écrit plus à l’échelle d’une nation (jugée construction vieillotte,anachronique voire liberticide) mais à celle du monde ?

………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.