Le métier d’écrivain par Hervé Hamon

Le métier d’écrivain

H HAMON PHOTpar Hervé Hamon, écrivain , journaliste

« L’écrivain ne considère aucunement ses travaux comme un moyen. Ils sont des buts en soi. » disait un écrivain allemand.

.
Les écrivains, d’ordinaire, ne parlent guère de leur travail. Ils parlent d’esthétique, ils évoquent les influences reçues, leurs sources d’inspiration. Quelques uns commettent une autobiographie mais ils répugnent à se présenter comme des producteurs.
En France, une image très XIXè Siècle de l’artiste éthéré que les contingences de la vie n’atteignent pas (bien que la rançon du génie soit l’alcool, la tuberculose, le suicide ou la misère) perdure.
Le « livre » dans notre société est une marchandise comme une autre, un produit élaboré par un producteur : l’écrivain. Comme tout travailleur, cet écrivain a donc un métier mais un métier qui n’est pas  reconnu officiellement : pas de diplôme, pas de certificat, pas de nomenclature dédiée au niveau de l’INSEE, pas de droits sociaux. Par contre il jouit d’une liberté totale dans sa création, n’étant tenu par aucun code. Seule la maîtrise de la langue lui est indispensable.
Pour se déclarer écrivain faut-il être reconnu par ses pairs, par le volume de diffusion de ses ouvrages ?
L’éditeur, qui a un statut voisin de l’écrivain exerce un métier qui lui fait faire des choix hasardeux, incertains où l’erreur sur le volume des ventes est aussi fréquente que la bonne estimation.

1 – Comment devient-on écrivain ?

Autant de réponses que d’écrivains. H Hamon ne peut donc que reprendre son cas personnel pour évoquer la question.
Malgré l’école et grâce à l’école !
La fréquentation des grands textes (Montaigne, Pascal, Diderot, Montesquieu…) permet d’approcher la beauté de la littérature.Le lecteur est en position de consommateur et de commentateur.
Mais implicitement, l’écriture est réservée aux «génies» aux destins hors normes et contrariés (buveurs invétérés, drogués impénitents…), destins qui ne peuvent que s’achever par une mort prématurée.
En France, s’accorder le droit d’écrire prend donc du temps.
H Hamon, après 5 années de professorat, s’est plongé dans le journalisme d’investigation où les enquêtes ne se résumaient pas à des commentaires de dépêches.
Puis en compagnie de P. Rotman, il s’est investi dans des enquêtes longues (24 à 36 mois) qui ont débouché sur des livres :
les porteurs de valises, ( Guerre d’Algérie )
La deuxième gauche,
les intellocrates chez Ramsay ( le monde intellectuel et littéraire parisien)
Tant qu’il y aura des profs,
Génération,
Tu vois je n’ai pas oublié (biographie d’Yves Montand).
En 1991, il débute sa carrière solo
Nos médecins, Seuil, 1994 (enquète dans un hôpital)
puis trois livres centrés sur la mer
Besoin de Mer, Seuil, 1997
L’Abeille d’Ouessant, Seuil, 1999
Le Livre des tempêtes, Seuil, 2001
Puis entre autres
. Le vent du plaisir, Seuil, 2001
. La Diagonale du traître, nouvelles, Dialogues Éditeur, 2010.
. Ceux d’en haut, Seuil, 2013
. Pour l’amour du capitaine, Seuil, 2015.
Quand s’est-il senti écrivain ? Quand Pivot l’a «labellisé»dans son émission Apostrophes en parlant de son livre «Besoin de mer», (soit après avoir commis 16 livres)

Un écueil attend l’écrivain : son désir d’écrire le chef d’œuvre du siècle.  Typhon de Conrad, et de Moby Dick de  Melville   à ses yeux sont des bijoux de la littérature : rien à retoucher. Il considère que l’écrivain doit se cantonner à écrire selon ses capacités, du mieux qu’il peut bien entendu… et ne pas être obnubilé par la postérité.

2 – Quelques aspects de l’économie du livre

a) l’offre en librairie
Chez un libraire, avoisinent en général 2 tables  :
– l’une pour les documents
– l’autre pour les romans
Ce distinguo n’est pas aussi tranché qu’il n’y paraît. Si la littérature est la capacité du passage à l’universel, des romans comme Les Habits neufs du Président Mao de S Leys, le joueur d’échec de Stefan Zweig, Hommage à la Catalogne de George Orwell,  Voyage au bout de la nuit de Céline ou La route au tabac d’Erskine Caldwell permettent de donner le reflet complexe des sociétés dans lesquelles ces romans évoluent.
L’écrivain, après sa longue phase solitaire d’écriture, est ensuite chargé d’en assurer la promotion (séance de dédicace, interviews…)
Pour un 1er roman, les tirages s’effectuent à 800 ex., les suivants entre 1000 et 2000 puis quelques fois à 30 000ex. A ce stade, la reconnaissance arrive, parfois tardivement Kourouma qui à son 26 ème livre et à 68 ans a vendu 70 000 exemplaires , soit 3 ans avant sa disparition.

.
b) le monde de l’édition
– Certains écrivains tombent dans le piège du succès, dans la mesure où les volumes de vente du dernier ouvrage déterminent le volume du tirage du suivant. Sous la pression de son éditeur, l’écrivain se sent obligé de conserver le genre qui l’a mené au succès, en délaissant les chemins de traverse qui lui auraient permis d’aborder d’autres genres de littérature.
H Hamon plaide pour un déplacement permanent des écrivains dans les genres où les différentes facettes des auteurs pourraient s’exprimer.

.
– les prix littéraires
Ces prix représentent un danger pour la profession. Une rentrée littéraire représente 400 ouvrages : 5 sont mis en avant. Quid des autres ? D’autant que la vie d’un livre en librairie ne cesse de se restreindre : de 4 mois il y a 30 ans à 15 jours à l’heure actuelle. Ils sont retirés avant d’être connus…

.
– la concentration du monde de l’édition et de la diffusion (4 groupes en France)
Comme tout secteur économique, ce monde connaît une forte concentration et une internationalisation à l’heure actuelle avec le risque de favoriser les «best-sellers» et de passer à coté de perles.
H Hamon a connu au Seuil l’époque où le primat était donné au décryptage de l’évènement, le service commercial étant chargé de placer les livres.
En 2015, le schéma est renversé : primat du commercial sur l’éditorial
En France, les deux premiers distributeurs, Hachette et Interforum (Editis) contrôlent de l’ordre de 65 % du marché et les six premiers 80 % au moins.

.
-particularité du marché du livre
.la demande pour un titre donné est difficilement prévisible, que ce soit par l’éditeur, le vendeur ou le lecteur;
.la période pendant laquelle se fait l’essentiel des ventes d’un nouveau titre est très courte (rentrée littéraire, livres concernant l’actualité);
.les livres se différencient sur un spectre de caractéristiques de dimension très grande, par opposition aux biens conventionnels.

.
– autres menaces sur l’édition
. les étals des libraires regorgent de faux livres qui jouent sur le capital de notoriété ( Zidane, Trierweller ex) au détriment des livres qui ont leur propre valeur intrinsèque.
. internationalisation du droit (le copyright prendrait le pas sur le droit d’auteur)
. le développement de sociétés de type Amazon et le numérique qui pourraient remettre en cause l’équilibre économique fragile des librairies, protégé par la loi Lang.
L’arrivée du numérique serait-elle l’occasion pour l’écrivain de renégocier à la hausse ses droits ?(sachant que l’écrivain est dans l’ordre des rémunérations le dernier maillon de la chaîne = variable d’ajustement).

composition du prix du livre                                                                       estimation           en H.T.

 

……………..
amour du capitaine_Après s’être mis au roman à soixante ans passés, passionné par les romans d’aventures (Dumas, Reverte…), H Hamon à 68 ans vient de publier dans cette veine «Pour l’amour du capitaine».
Manifestement épargné par le syndrome de la page blanche , et le terme « retraite » n’apparaissant  pas dans son horizon, il a l’intention de poursuivre sa carrière d’écrivain en privilégiant 3 axes d’écriture :
– traiter d’évènements sérieux avec «légèreté» (références : Molière, Goldoni, Dac et … Soljenitsyne / le pavillon des cancéreux)
– mélanger les genres, les styles…
– conserver l’enracinement sociétal (référence : Louis Guilloux/ le sang noir) et la présence du monde du travail dans les écrits (référence : Maylis de Kerangal).
…………………………………………………………………………………………………………..

Economie du livre en quelques chiffres :
production de livres en 2013 = 75 000 titres (nouveautés et rééditions)
production commercialisée en 2013 = 66 500 (nouveautés et rééditions)
tirage moyen 2012 = 7 300
nombre de titres disponibles = 674 000
CA éditeur : 2 771 M€
droits d’auteurs : 437M€
ventes totales : 440 millions d’exemplaires/an

Programme du 3ème trimestre 2014-2015

Programme avril, mai, juin 2015

le 09 avril 2015   Langolvas     « Crimes et chocolat »

par Chantal Pommier , Prof. De lettres er, comédienne
– le 09 avril au local inscriptions de 11h00 à 12h pour le spectacle du 07 Mai au QUARTZ à Brest : Paganini et Schubert œuvres pour violon et orchestre ; Laurent Korcia, au violon avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne ( prix / pers = 37€)
vacances scolaires

-le 30 avril Langolvas « Cul bénit, amour sacré et passions profanes »

par Bernard Rio, spécialiste de l’environnement du patrimoine

.
le 07 mai Langolvas « le numérique va-t-il tuer la presse papier ? »

par Marcel Quiviger, Directeur de la rédaction du quotidien Le Télégramme

– le 07 mai inscription pour la sortie du 11 juin  ( au local entre 10h30 et 12h00)
-le mercredi 13 mai à Langolvas : « Le Japon : une situation géopolitique bien délicate »

par Michel Pensereau, historien/ remplacée au pied levé par « Marie Curie » par Pierre Berlivet

-le 21 mai Langolvas « le patrimoine sous-marin en Bretagne »

par Bernard Foucault, plongeur, chercheur d’épaves

-le 28 mai Langolvas « le combat des GAD »

sous forme d’interview avec Olivier Le Bras, délégué FO chez GAD et Anne Guillou, sociologue, écrivain

.
le 04 juin Langolvas « 4 piliers de la Sagesse républicaine »

par Alain Le Guyader, maître de conférences er,

le 11 juin SORTIE « Au fil de Lamballe… » – prix / pers = 52€

Visites guidées : Le Haras National, la Collégiale, le Musée Mathurin Méheut, repas au Manoir des Portes à la Potherie, l’Herbarius à Planégoual, à Morieux dans l’église : 400m2 de fresques murales( du 9ème au 13ème). Départ : 7h20 du Pouliet, 7h30 de Géant  (prix : 52 € / pers)

le 18 juin au ROUDOUR « le métier d’un écrivain »

par Hervé Hamon, écrivain , journaliste.
Cette conférence sera suivie du traditionnel pot de fin d’année offert à tous les adhérents.

Les ateliers

-Musique ( Annette Manant) à 14h00 un lundi par mois
-Philo Grpe I de 14h15à 15h45 , Grpe II de 16h00 à 17h30 les mardis 08 avril, 12 mai, 09 juin .
-Ecriture : à 09h30 le mardi matin
-Lecture : à 14h15 les mardi 28 avril, 19 mai, 16 juin
-Breton : le lundi à 17 h
-Science : le mercredi aux dates données lors des conférences ;

Cinéma

à La Salamandre (sur présentation de la carte UTL , tarif réduit)

à 14h30 les lundis 27 avril, 18 mai et 15 juin 2015

Théâtre de Morlaix : sur présentation de la carte UTL, place à prix réduit

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Les inscriptions pour l’année universitaire 2015-2016  :

Rue Le Flô à Morlaix

– le jeudi 10 septembre 2015 de 9h00 à 12 h et de 14h30 à 17h00

– le jeudi 17 septembre 2015 de 9h00 à 12 h00

La 1ère conférence 2015-2016 aura lieu le 1er octobre 2015 à Langolvas

les 4 piliers de la sagesse républicaine

les 4 piliers de la sagesse républicaine

par Alain Le Guyader , Maître de Conférences er à Ivry

Toute société renvoie à un projet politique. En France, le texte fondateur de ce projet figure dans le Préambule de la Constitution, qui constitue le socle de l' »identité nationale » et qui est l’aboutissement de longs combats pour les libertés fondamentales :

«Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004».

Pour expliciter le titre de la conférence
la sagesse : le droit pour toute personne de réussir sa vie
la république : (res publica ) il existe une sphère publique qui prime sur toutes les autres sphères d’activité, que nul ne peut s’approprier, lieu de discussions et d’arbitrages entre citoyens libres. La république est souvent confondue avec l’organisation de l’Etat (par opposition à la monarchie, la théocratie, l’Etat français) ce dernier n’étant que l’instrument au service du politique.

A) LES «PILIERS» de la REPUBLIQUE

L’article premier de la Constitution de 1958 définit les principes fondamentaux de la République française.
« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.»

1-indivisible

Uniformité du droit applicable sur l’ensemble du territoire national.
Unicité du peuple
Égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de couleur de peau ou de religion.
Monopole du Parlement, représentant la souveraineté nationale, pour l’élaboration de la loi.

2 -laïque

La séparation des églises et de l’État (Loi de 1905).
La neutralité de l’État, et donc des agents publics
La République assure la liberté de conscience (article 1 de la Loi de 1905).
La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte (article 2 de la Loi de 1905).

3 -démocratique

État de droit.( différence avec l’Etat légal / hiérarchie des droits)
Suffrage universel.
Libertés publiques (liberté d’aller et venir, liberté d’opinion, liberté d’expression, liberté d’association, liberté de réunion, liberté de manifestation, etc.)
Le principe de la République est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple (article 2 de la Constitution française).
La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice (article 3 de la Constitution française).

4 -sociale

Progrès de l’Humanité et construction d’un monde meilleur.
Fraternité citoyenne.
Égalité des chances par l’école de la République.Instruction obligatoire.
Solidarité nationale entre les citoyens et entre les territoires de la République.
Droits économiques et sociaux du Préambule de 1946.
Interventionnisme social de l’État.

B) LES RISQUES DE FRAGILISATION DE CES PILIERS

a) un referendum  dont les résultats ne sont pas pris en compte par les représentants du peuple.Conséquence : abstention massive lors des élections suivantes
b) l’actuelle construction européenne : plusieurs domaines de compétence ont été transférés au niveau européen. Des décisions sont prises au niveau européen alors qu’il n’existe pas de véritable démocratie européenne.
c) des projets pour la reconnaissance d’un peuple corse ou d’autonomie de l’île
d) l’introduction d’une «société civile» dans le débat public
e) des prétentions nationales-racistes ou religieuses quant à la conduite des affaires
f) des projets de subventions aux activités cultuelles
g) les projets de reconnaissance de minorités disposant de droits spécifiques
h) la concentration des médias entre les mains de quelques grands groupes industriels et financiers.
i) l’émergence d’un «vote musulman», d’un «vote catholique» ou … d’un « vote bouddhiste »
j) la séparation culturelle, sociale et géographique des « élites »
Ce « catalogue » est bien entendu loin d’être exhaustif….

………………………………………………….
Ce discours sur ces valeurs fondamentales de la République , alors que les fractures économiques, sociales, culturelles et géographiques s’amplifient sur le territoire français peut-il encore être entendu (au-delà des disputes byzantines sur des sujets mineurs) par les chantres de la mondialisation et par  leurs émules qui ne se reconnaissent plus désormais que dans un «récit mondialisé» où l’histoire ne s’écrit plus à l’échelle d’une nation (jugée construction vieillotte,anachronique voire liberticide) mais à celle du monde ?

………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

 

L’ombre des femmes – cinéma le lundi 16 juin à 14h30 à La Salamandre

L’OMBRE DES FEMMES

de Philippe Garrel (France – 2015 – 1h13)
Avec Stanislas Mehrar, Clotilde Courau…
Le film est présenté en ouverture la sélection « La Quinzaine des Réalisateurs » au Festival de Cannes 2015.

OMBRE DES FEMMESPierre et Manon sont pauvres. Ils font des documentaires avec rien et ils vivent en faisant des petits boulots. Pierre rencontre une jeune stagiaire, Elisabeth, et elle devient sa maîtresse. Mais Pierre ne veut pas quitter Manon pour Elisabeth, il veut garder les deux.
Un jour Elisabeth, la jeune maîtresse de Pierre, découvre que Manon, la femme de Pierre, a un amant. Et elle le dit à Pierre…
Pierre se retourne vers Manon parce que c’est elle qu’il aimait. Et comme il se sent trahi, il implore Manon et délaisse Elisabeth. Manon, elle, rompt tout de suite avec son amant. On peut supposer que c’est parce qu’elle aime Pierre.

Atelier MUSIQUE MODERNE (1890-1945) – programme 2015/2016

Atelier MUSIQUE MODERNE (1890-1945)

animé par M Kosmicki

L’année 2015- 2016 abordera la musique moderne en 5 séances.
La musique du XXème siècle peut sembler difficile d’accès. Cet atelier repose sur de nombreuses écoutes commentées et propose d’en comprendre les enjeux. Il se penche sur la période dite moderne ( 1890-1945). A la lumière de l’histoire des hommes, des arts et des sociétés, chaque langage musical est analysé et replacé dans son contexte.Au début du siècle, le langage musical occidental est arrivé à un point de non-retour en franchissant des frontières toujours plus lointaines ,ouvertes par les musiciens romantiques novateurs et aventuriers dont les derniers (Liszt, Mahler) présentent l’étape la plus extrême. Les compositeurs doivent alors inventer de nouvelles grammaires pour continuer d’avancer. Plusieurs solutions sont proposées : l’impressionnisme ( Debussy, Ravel, Fauré) , la tonalité et le dodécaphonisme (Schoenberg, Berg, Webern), le travail sur le folklore (Bartok, Stravinsky). Certains compositeurs trouvent quant à eux leur inspiration en rénovant des modèles anciens , donnant naissance au néo-classicisme(Ravel, Stravinsky, le groupe des 6:Poulenc, Milhaud). D’autres enfin cherchent individuellement des voies originales (Charles Ives, Edgar Varèse). Les évènements historiques d’ampleur que traverse la période (1ère Guerre Mondiale, Années Folles, montée du fascisme et du nazisme) ne manquent pas d’influer sur les œuvres.

Dates : les mercredis à 14 h 30
– 04 Novembre 2015,
– 02 Décembre 2015,
– 06 Janvier 2016,
– 03 Février 2016
– 02 Mars 2016

L’atelier ne verra le jour qu’avec au minimum 8 inscriptions.
Le coût global se monte à 1250 € et sera à la charge des participants.

A l’inscription, un acompte de 80 € sera demandé ( avec sur demande un échelonnement // 3 chèques).
Le solde ( éventuel) sera demandé lors de la dernière séance.

 

 

Contact : Annette  MANANT

le 30 juin 2015  » Notre Dame du Nil » de Scholastique MUKASONGA

«Il n’y a pas de meilleur lycée que le lycée Notre-Dame du Nil. Il n’y en a pas de plus haut non plus. 2 500 mètresscholastique annoncent fièrement les professeurs blancs. 2 493, corrige sœur Lydwine, la professeure de géographie. “On est si près du ciel”, murmure la mère supérieure en joignant les mains.» Rwanda, début des années 1970. Au lycée Notre-Dame du Nil, près des sources du grand fleuve égyptien, de jeunes filles en fleurs se préparent à devenir de bonnes épouses, de bonnes mères, de bonnes chrétiennes. Mais sous le calme apparent couve la haine raciale. Un quota «ethnique» limite à 10 % le nombre des élèves tutsi, les persécutions se multiplient et voici que s’approchent les nervis du pouvoir…

Rescapée du massacre des Tutsi, Scholastique Mukasonga nous offre une œuvre poignante, où des adolescentes aux mains nues tentent d’échapper à une Histoire monstrueuse.