La RUSSIE de Poutine

 la Russie de Poutine 

par Alain Colas, chargé d’enseignement à l’UBS

.gfédé russie

Brefs rappels historiques
– Pierre 1er(1682-1725), au prix d’une longue guerre avec la Suède, obtient un accès à la mer Baltique ; il fait construire Saint Petersbourg qui devient la nouvelle capitale, symbolisant ainsi l’ouverture du pays vers l’Europe. Une puissante industrie métallurgique, la première d’Occident à l’époque, est édifiée dans l’Oural et permet de soutenir l’effort de guerre. Catherine II (1762-1796), autocrate éclairée, achève la conquête des steppes situées au bord de la Mer Noire après avoir défait l’empire ottoman et le khanat de Crimée et repousse vers l’ouest les frontières de l’empire russe grâce au partage de la Pologne. L’actuelle Ukraine et la Russie Blanche (Biélorussie) sont désormais entièrement en territoire russe. Durant toute cette période, les cosaques occupent progressivement la Sibérie et atteignent l’océan Pacifique en 1640.
Depuis Pierre Le Grand, qui le premier a ouvert la Russie vers le monde occidental, le débat entre Occidentalistes et Slavophiles sur une expansion vers l’Ouest ou vers l’Est perdure encore…
gorbatchev– M Gorbatchev arrive au pouvoir en 1985 en prenant la tête du PCUS avec la volonté de réformer le régime pour combattre la stagnation économique et les reliquats du stalinisme, mais ses réformes donnent des résultats plutôt mitigés. La perestroïka (restructuration économique) n’a pas atteint les objectifs escomptés ayant aggravé les pénuries de biens de consommation et les inégalités sociales entrainant un mécontentement populaire, tandis qu’une démocratisation du régime, amorcée avec la glasnost (transparence), déclenche des conflits inter-ethniques et la montée des nationalismes, mal perçus par les Russes.En Août 1991, un putsch tente d’écarter Gorbatchev. Son échec précipite celui de l’URSS qui disparaît fin 1991.
– Le premier président de la nouvelle Russie,Boris Etsine et son 1er ministre Gaïdar donnent une inflexion libérale getsineau régime en appliquant une « thérapie de choc ». Le fonctionnement de la société russe qui abandonne le socialisme est profondément bouleversé et mène à l’enrichissement d’une minorité (oligarques ), au déclin de l’outil économique, à l’affaiblissement de l’État fédéral et à une chute catastrophique du niveau de vie des Russes.
Au niveau économique, la planification dirigiste et centralisée de l’économie a été abandonnée sans transition au profit d’un mode de fonctionnement s’inspirant des thèses libérales des économistes de l’Ecole de Chicago Les moyens de production ont été en grande partie privatisés, dans des conditions souvent obscures. La réorganisation rapide de l’appareil économique combinée avec les effets de l’éclatement de l’URSS ont provoqué au cours des années 1990 un effondrement de l’économie( avec une inflation galopante et un chômage important)

.
gpoutineEntre l’élection d’Etsine en 1991 à la présidence et la crise financière de 1998, le PIB a chuté de près de 50% ; les investissements de 90%. La production industrielle est tombée à 47% de son niveau de 1990 ; celle de l’agriculture à 58%.

.

.

Quand Poutine accède au pouvoir.il hérite de cette situation
1 le personnage Vladimir Vladimirovitch Poutine et les forces qu’il incarne
a) Poutine
naissance : le 07 Octobre 1952 à Léningrad .
Membre du KGB , il est envoyé en 1985 à l’étranger, en RDA. Il passe cinq ans dans une petite unité opérationnelle déconcentrée à Dresde.Avec la réunification allemande et le démantèlement des installations du KGB en RDA, le lieutenant-colonel Poutine retourne à Léningrad pour y reprendre son service opérationnel dans la Direction locale du KGB sous la couverture du poste du conseiller aux affaires internationales du recteur de l’Université de Léningrad Anatoli Sobtchack En 1991, Sobtchak, démocratiquement élu à la tête du Soviet de Léningrad (la mairie de la ville), invite Poutine à devenir son conseiller aux affaires internationales De 1992 à 1996, Poutine est l’une des personnalités les plus influentes de la politique municipale, l’« éminence grise » du président du Conseil de la ville. Il est responsable des relations extérieures de la mairie de Saint-Pétersbourg, et, à partir de 1994, premier adjoint du maire Sobtchak , qui est devenu l’un des potentats locaux qui ont émergés dans cette décennie en Russie
À l’automne 1995 , ce dernier le nomme président de la section locale de « Notre Maison la Russie » , le parti du président du gouvernement Tchernomyrdine . Il est chargé de diriger la campagne des élections législatives dans la région pour le compte de NDR
En août 1996 il est nommé à Moscou adjoint au directeur des affaires de la Présidence En 1997 , il entre dans l’administration présidentielle pour en devenir vice-président moins d’un an plus tard, chargé du Département principal de contrôle doté de pouvoirs étendus. Il devient ensuite (à partir de mai 1998) vice-directeur de l’administration présidentielle chargé de la gestion des relations avec les régions, toujours avec une importante influence dans le milieu des pouvoirs. En juillet 1998 , il est nommé directeur du FSB (ex KGB)
À partir du 31 Décembre 1999 , il assure les fonctions de Président de la Fédération de Russie par intérim à la suite de la démission de Boris Eltsine. Il devient président de plein exercice le 07 mai 2000 , après avoir remporté l’élection présidenielle dès le premier tour. Confortablement réélu en 2004 , il mène une grande politique de réformes marquée par un redressement de l’économie nationale et une politique institutionnelle tournée vers une concentration des pouvoirs présidentiels.
En 2008 la constitution lui interdisant de concourir pour un troisième mandat consécutif, il soutient la candidature de Medvedev à la présidence. Une fois élu, celui-ci le nomme président du gouvernement. Dans la foulée, Vladimir Poutine prend la direction du parti Russie Unie .
Le 07 mai 2012, Vladimir Poutine retrouve la fonction de président de la Fédération de Russie après sa victoire au premier tour de scrutin.
b) les forces qu’il incarne
gazprom– Gazprom est une société anonyme russe connue principalement pour l’extraction, le traitement et le transport de gaz naturel Malgré une privatisation partielle partielle sous la présidence d’Etsine , elle reste toujours sous un contrôle étroit de l’État russe, qui, de 2004 à 2006, a fait passer sa part dans le capital de 38 % à plus de 50 % . Depuis 1954, elle est le premier exploitant et le premier exportateur de gaz au monde.Depuis 2005, elle est aussi un acteur majeur sur le marché mondial du pétrole .
En 2007, c’était la première entreprise russe, la 3e par la capitalisation boursière au monde, derrière ExxonMobil et PetroChina .
En 2005, la société a contribué pour 20 % aux recettes budgétaires de l’État russe et contribuait à hauteur de 8 % au PIB . Elle emploie près de 350 000  personnes.
En 2004, elle produit environ 93 % du gaz naturel russe, tout en contrôlant 16 % des réserves mondiales. Ses clients se trouvent en Europe centrale et en Europe occidentale, ainsi que dans l’ancienne URSS .( réseaux North Stream et South Stream)
En plus de ses réserves de gaz naturel, et du plus grand réseau de gazoduc au monde (150 000 km), elle détient des positions dans les banques, les assurances, les medias, la construction et l’agriculture.
50 % des dirigeants politiques et administratifs actuels de Russie sortent des rangs de Gazprom (ex Medvedev)
Gazprom, avec l’appui politique de Poutine, a intégré ses concurrents directs en Russie et pénétré le marché allemand (Shröder ex chancelier allemand : salarié de Gazprom)
Gazprom a fourni à l’Europe de l’Ouest 25 % de ses approvisionnements en gaz nature en 2005 . Les Etats baltes et la Finlande sont dépendants à 100 %, l’Autriche à 55 %, l’Allemagne à 37 %, la France à 15 %. .
gLubyanka_– Le FSB est responsable de la sécurité intérieure de la Russie, du contre-espionnage , et de la lutte contre le crime organisé , le terrorisme et le trafic de drogue . Cependant, de nombreuses critiques soutiennent que le FSB est plus engagé dans l’élimination des dissidences internes, maintenant la population sous un contrôle permanent, et influençant les évènements politiques importants, à l’identique des actions passées du KGB.
Le FSB est une vaste et puissante organisation, rassemblant des fonctions et pouvoirs qui sont dans d’autres pays disséminés entre des services distincts. Le FSB commande également un contingent des troupes armées (troupes intérieures, spetsnaz) et un important réseau d’informateurs civils
78 % des 1 016 principaux responsables politiques russes auraient travaillé précédemment dans une organisation affiliée au KGB ou FSB
2 les réalisations de Poutine depuis 2000
a) son programme électoral
Poutine s’est fait élire président sur 3 promesses :
assurer le paiement des retraites
la rénovation de l’armée
la remise en ordre de marche de l’économie du pays
b) les réalisations
Même si l’état de délabrement des villes est encore marqué et que l’équipement des ménages n’a pas atteint celui des ménages occidentaux, Poutine a mis fin à la pénurie alimentaire qui touchait une grande partie de la population
Le redressement démarre après la grave crise financière de 1998 marquée par un assainissement des pratiques économiques (réforme fiscale avec la mise en place d’un taux unique de 13 % pour l’impôt sur les revenus, introduction d’une taxe sociale unifiée, baisse du taux de la TVA , réduction du taux des impôts sur les sociétés de 35 % à 24 %, avec simplification la fiscalité et limitation de la fraude et la corruption ; remonétisation des transactions après de longues années de pratique du troc, paiement des salaires et des retraites en temps et en heure, mise au pas d’oligarques prédateurs peu soucieux d’investir durablement dans le pays, élaboration de codes et règles diverses inspirées des pratiques occidentales, répression des pratiques de corruption au sein de l’État, etc.).
L’essor économique est en outre facilité par la remontée des cours du gaz et du pétrole qui favorise un désendettement général et de grande ampleur de l’État russe (la dette publique est ramenée à 13 % du PIB fin 2007 contre 120 % en 1998), ce qui permet à ce dernier de libérer des ressources budgétaires nécessaires. Le pays se situe à la 7e place mondiale par son PNB
Les sondages effectués en Russie donne un satisfecit à Poutine sur ce plan. Les manifestations anti Poutine ont un caractère anecdotique. La seule opposition réelle est celle de l’ancien PC qui réunit 25 % des voix mais n’est pas en capacité de prendre le pouvoir ( nostalgie du communisme brejnevien)
Sur le plan intérieur , la reprise en main brutale de la Tchéchénie a lavé l’honneur de l’armée russe mise à mal sous Etsine.
Au plus haut sommet de l’état, il faut noter une légère divergence entre Poutine et Medvedev sur les orientations des investissements , le 1er privilégiant la modernisation de l’armée, l’autre la rénovation de l’outil productif et l’orientation vers les nouvelles technologies.
Sur le plan diplomatique, la Russie , effacée du temps d’Etsine, est de retour sur la scène internationale, contrant les initiatives diplomatiques de l’Occident quand elle les jugeait contraires à ses intérêts à long et moyen terme ( Iran, Syrie,…)
3 prospectives
Poutine a hérite de sa formation KGB d’une vision bipolaire du monde :
les USA contre la Russie
la chute de l’URSS vécue comme la plus grande catastrophe de l’Histoire
la nécessité de construire un no man’s land autour de la Russie pour la protéger des USA et de ses supplétifs de l’UE
a) la stratégie
s’ancrer sur les vieilles traditions russes ( proximité avec l’Eglise orthodoxe – appui de la population rurale / appel de l’Eglise pour voter Poutine)
slavophilie : le développement du pays doit se faire vers l’Est – l’Asie
b) la politique suivie dans la sphère d’influence immédiate
reprendre le contrôle des anciennes républiques soviétiques chaque fois qu’il est possible ( par les armes , par la déstabilisation des régimes mis en place , utilisation de l’arme « fourniture de gaz »)
ex Georgie 2008 lors de l’ouverture des Jeux de Pekin, l’armée russe pénètre sur le territoire de la Georgie qui perd une bande de son territoire et où le régime est déstabilisé
ex la Crimée en 2014 revient dans le giron de la Russie, réglant le sort de Sébastopol, port militaire donnant accès à la mer Noire et donc à la Méditerranée une fois pour toute.
interdiction aux anciennes républiques soviétiques de se rapprocher de l’Occident par des manoeuvres d’intimidation et de déstabilisation (cf Ukraine)
mise sur pied d’u groupe de Shangaï ( Russie – Chine et les républiques « musulmanes » de l’ex-URSS
avec accords militaires ( manoeuvres conjointes) et politiques ( partenariat / fourniture de gaz)
L’argumentaire de Poutine pour ses interventions brutales repose sur les éléments suivants :
la Russie n’est pas respectée par les Occidentaux
lors de l’éclatement de la Yougoslavie, les Occidentaux, malgré l’opposition russe et sur la zone d’influence russe ont mené une intervention militaire , démontrant leur hostilité au monde slave.
de plus, ils ont reconnu unilatéralement le Kosovo, en faisant fi du droit international en la matière.
Poutine s’estime donc en droit de procéder de la même manière en Crimée , en Ukraine et ailleurs…en tablant sur le recentrage de la diplomatie US sur l’Asie-Pacifique et sur de faibles réactions de l’UE empêtrée dans des difficultés économiques, dépendante de la Russie pour son approvisionnement en gaz naturel    . Cet argumentaire est bien reçu en Russie.
c. le rapprochement avec la Chine
manoeuvre militaire sino-russe à proximité en mer de Chine
accord sur le gaz
fourniture de gaz par gazoduc traversant le nord de la Chine permettant à celle-ci de diversifier ses sources d’approvisionnement passant par le détroit de Malacca
et de siniser les régions traversées par le gazoduc en les industrialisant avec incorporation de m.o. Chinoise
mise en exploitations de terres  en Sibérie par les Chinois
d. rénovation de l’armée
à l’horizon 2020, l’armée russe doit retrouver son rôle de superpuissance militaire ( la Russie étant le plus grand pays de la planète) mais aussi assurer la sécurité du pays face à un éventuelle menace « islamiste » pouvant venir de la déstabilisation du Moyen Orient.
.       Effectifs : 1 140 000 militaires et 2 000 000 réservistes  .Budget : 70 milliards de $ (2008)
De l’URSS, la Russie avait notamment conservé par accord interétatique l’intégralité de l’arsenal nucléaire ainsi que quelques bases militaires « temporairement » extraterritoriales (ex : Sébastopol)
e) les potentialités de difficultés
la population est en régression . Sa population est estimée à presque 144 millions d’habitants en 2014 . Difficile de bâtir un développement avec une population vieillissante où l’espérance de vie des hommes a reculé ( alcoolisme) , où la natalité a suivi le même mouvement . Des politiques publiques ont été menées pour contrecarrer cette tendance.
L’économie russe est extrêmement dépendante de la conjoncture économique internationale , du fait de la part importante de ses revenus issus du gaz et du pétrole. Des cours à la baisse par exemple peuvent entraver le développement global de l’économie.
Conclusion:
g FSB.svgSauf problème de santé, Poutine est assuré de conserver le pouvoir jusqu’en 2024, en muselant toute velléité d’opposition  : le FSB veille.
Disposant d’un pouvoir présidentiel étendu, Poutine, selon Mme Carrère d’Encausse, aurait l’intention de démocratiser de manière progressive les institutions russes d’ici 2024.

 

.

 

.

.

Pour en savoir plus :
Biblio :
Marie Mandras, Russie l’envers du pouvoir Odile Jacob 2008 (très critique)
Héléne Carrère d’Encausse la Russie entre deux mondes fayard 2010(plus favorable),

Jean Bernard Pinatel, Russie alliance vitale, Choiseul, 2010.(plaidoirie pour un rapprochement union européenne et Russie)

articles intéressants sur la Russie dans la revue Commentaire.