9 milliards d’hommes à nourrir en 2050

«Nourrir 9 milliards d’hommes en 2050»

 

MAILLET GéRARD photo

Texte par Gérard Maillet (du 14 juin 2012)

 

 

 

Enoncé des grandes questions

basculement démographique en 2030  La population de le Terre va passer de 6,5 milliards en 2005 à 9 milliards en 2050. Elle va surtout progresser dans les pays en voie de développement (Chine, Inde Afrique…).
–  Les  villes vont continuer à grossir et l’urbanisation pourrait atteindre 70%.
–  La faim dans le monde : actuellement près de un milliard d’humains souffrent de malnutrition (leur ration journalière d’aliments est inférieure à 2100 Kilocalories).
Les  hommes sous alimentés sont dans les régions où la population croit le plus vite.
Les terres cultivables ne progressent plus. Elles ne représentent que 3% de la surface du globe et certaines se dégradent devenant impropres à la production agricole.
En 1960 un hectare nourrissait 2 personnes ,4 personnes en 2006 et devra nourrir 6 personnes en 2050 . Des pays (Chine, Arabie Saoudite), achètent des terres pour soit produire et exporter de la nourriture chez eux soit faire des réserves foncières pour des plantes (canne à sucre palmiers à huile) pour faire des agro carburants ou des cultures de vente. Cela diminue d’autant les surfaces pour nourrir les peuples sur « place ».
En France les surfaces agricoles diminuent de 600 000 hectares soit l’équivalent d’un département comme la Seine et Marne tous les 7 ans.
Les ressources en eau sont aussi très mal réparties, le manque d’eau se fait sentir dans les régions les plus denses en population.
Pour produire un kilo  de maïs il faut 400 litres d’eau et 10000 litres pour un kilo de bœuf.
La demande en céréales va continuer à progresser à cause de l’augmentation de la population et des changements de régime alimentaire. En effet, en consommant davantage de viande, les classes moyennes qui se développent dans certains pays « assèchent » des surfaces qui produisent des fourrages pour nourrir les animaux ( pour produire un kilo de bœuf il faut plus de 10 Kg de céréales ).

carte de sous alimentation
la sous alimentation

Que peut on faire ?

Contrôler drastiquement les naissances .C’est la proposition faite par les Malthusiens …..
Augmenter les surfaces cultivables .Théoriquement cela est possible, mais les nouvelles surfaces ne seraient pas équipées en infrastructures routière ou de stockage
Eviter le gaspillage , soit lors de la production et le stockage dans les pays en développement, soit en produits finis dans les pays développés.
Repenser les modes de consommation dans les pays développés pour diminuer l’obésité et le surpoids dans les sociétés modernes.
Redéfinir la pertinence de la production des agro carburants en lieu et place de produits alimentaires (remplir les assiettes ou les réservoirs ?)
– Réguler ou arrêter la spéculation sur les matières premières alimentaires.
Continuer à produire en :
optimisant les apports aux cultures (eau, engrais, produits phytosanitaires) en fonction des différents écosystèmes locaux et en les systèmes agricoles dans le mondeutilisant les bonnes pratiques agricoles.
– poursuivant les efforts d’innovation dans tous les domaines de la production agricole.
– sélectionnant les variétés de plantes.
– créant de nouvelles variétés y compris par les techniques très innovantes des OGM qui ont réellement un intérêt pour les consommateurs.
– développant de nouvelles techniques de culture plus respectueuse de l’environnement.
– Quand cela est possible privilégier la consommation humaine directe par des circuits courts.
– Trouver d’autres formes de protéines (algues, aquaculture, insectes, viande artificielle……).
Dans ce contexte l’Agriculture française a de nombreux atouts  (terres, rendements des cultures ,productivité) ; la France est le premier producteur agricole européen, le 2ème exportateur mondial de produits agricoles et agroalimentaires et la 3ème  puissance agricole mondiale.
Des voies sont possibles pour nourrir 9 milliards d’Hommes en 2050 :
C’est  l’ensemble de la communauté des états du monde  qui doit considérer l’alimentation comme prioritaire sur tous les autres sujets et y affecter toutes les ressources techniques et financières disponibles ; sinon le manque d’accès à la nourriture déclenchera des émeutes, des guerres entre les pays en développement et le mieux nantis ; surtout ne pas oublier que les pays en  développement ont des croissances de leur population les plus fortes.
« L’avenir n’est pas ce qui arrivera ,c’est ce que nous ferons »  Henri Bergson
Il faudra traiter au niveau mondial de graves questions qui commencent à poindre :
– Les accidents climatiques (sécheresse, gel, inondation…) peuvent créer une pénurie locale de nourriture.
– Les terres cultivables qui représentent 15% de la surface du globe vont  diminuer à cause de l’emprise des zones à activité commerciales ou industrielles ainsi que la dégradation de sols qui pénalise les rendements. En outre certains pays comme la Chine ou L’Arabie Saoudite acquièrent des terres pour importer chez eux des marchandises qu’ils ne peuvent produire suffisamment par manque de terre.
– Les surfaces en Agro carburants (utilisés pour être mélangés aux carburants d’origine fossile) est en croissance. Il s’agit de canne à sucre, maïs

…………………..

La population mondiale se sera accrue de 234 % en 80 ans…..

le monde en 2030jpg